Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-credit-agricole-90x90.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
groupama_small.png
logo-cerfrance-bfc-accueil.png
capeb-logo.png
logo banque populaire bourgogne franche-comté
logo-cm.jpg
logo-edf-site.jpg
ccj-logo-petit-1.jpg
ordre-des-experts-comptables-de-bourgogne-franche-comte.jpg
Région Bourgogne France-Comté
mercato de l'emploi yonne bourgogne
Lycée Saint-Joseph de la Salle
chambre des métiers et de l'artisanat
Caisse d'épargne Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Groupe La Poste
Chambre d'Agriculture de l'Yonne

Nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
banque_populaire_bfc-long.png
capeb-logo.png
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épagne Bourgogne Franche-Comté
cerfrance bfc
Communauté de Communes du Jovinien
Chambre d'Agriculture de l'Yonne
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
logo-cm.jpg
groupama_medium.png
logo-credit-agricole-90x90.jpg
région Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Ordre des experts comptables de Bourgogne Franche-Comté
20211006_lpg_logo_cmjn-616fec3863034.png
mercato de l'emploi yonne bourgogne
chambre des métiers et de l'artisanat

Warning: Creating default object from empty value in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/components/com_k2/views/itemlist/view.html.php on line 743

C’était la joie de vivre personnifiée. Le mot juste et empathique pour toutes celles et ceux qui croisaient un jour son chemin, le sourire aux lèvres, la poignée de main franche et le tutoiement facile. Un personnage de la sphère politique comme on en fait plus. De la race des seigneurs, des vrais qui ont le cœur sur la main et qui défendent becs et ongles leurs convictions. JPS n’est plus. Un trublion de la vie publique qui aura tout connu ou presque. Ministre, député, maire, président de Région. La nouvelle est tombée lapidaire, mardi en début de soirée. Le « Vieux lion » s’en est allé. Presque sur la pointe des pieds…

AUXERRE : La nouvelle circule sur la toile. Il n’est guère que vingt-deux heures passées quand les premiers éléments informatifs sont relayés massivement via les notifications des médias sur les smartphones. Avec leur petite sonorité d’usage qui ne cesse de retentir, comme synonyme de l’annonce d’une nouvelle importante et sérieuse. Une première lecture et l’info est déjà bien ancrée dans les neurones. L’ancien député-maire de la Ville d’Auxerre, Jean-Pierre SOISSON, nous a quittés. Une information qu’il s’agira de vite confirmer en se précipitant sur l’une des chaînes en boucle du paysage audiovisuel français en quasi simultanée. Bingo ! LCI et BFM TV ne tardent pas à réagir aux énièmes notifications numériques. La phrase est toute aussi courte mais suppose sans équivoque la même signification. L’ancien ministre de Giscard et de Mitterrand n’est plus. A l’âge de 89 ans. Un clin d’œil malicieux de Jean-Pierre, en guise d’ultime pirouette, à ce chiffre, hautement symbolique, et cher à ce territoire de l’Yonne dont il vantait tant les louanges lors de ses apparitions publiques, y compris dans les cénacles de l’Etat à Paris !

Disparaître à 89 ans alors qu’il était l’incarnation même de ce département 89, celui de l’Yonne, pourrait paraître tel un joli pied de nez à l’adversité et à la mort ! Sacré Jean-Pierre ! On sait dès cet instant qu’il nous manquera pour longtemps. Lui et sa plume unique. Lui et sa verve légendaire. Son érudition, aussi. Capable de tenir la distance sur une intervention oratoire, sans lecture de notes, en y mettant de la vie et de l’émotion, et surtout de l’intérêt. Un électron libre, dans sa tête, qui n’aura jamais pratiqué l’art de la langue de bois. Un grand monsieur de la politique hexagonale, comme ont pu l’être des figures de la Vème république qui possédait cette aura et cette présence quasi magnétique. Un Edgar FAURE. Un Gaston DEFERRE. Un Pierre BEREGOVOY. Un Raymond BARRE.

 

 

 

On le savait frappée par la maladie depuis plusieurs années déjà. Un cancer. Il peinait à marcher quand on le croisait au détour d’une rue ou d’une manifestation. Mais, si sa silhouette s’était quelque peu recroquevillée, l’esprit, quant à lui, était toujours fécond et brillant. Les idées claires et lumineuses. A l’identique de ses écrits. Des livres sur l’histoire, « Charles le Téméraire », « Marguerite duchesse de Bourgogne », « Charles Quint » ou encore « Saint-Germain d’Auxerre ». Mais, aussi des réflexions politiques « Politique en jachère » ou « Hors des sentiers battus ». Un truculent « Voyage en Norvège », aussi, publié en 1994 à mettre en toutes les mains.

Naturellement, ce mercredi, les réactions sont nombreuses. Hexagonales comme régionales. Départementales comme locales. On n’est pas impunément un homme politique de rayonnement national, plusieurs fois ministres et six fois députés, élu à la tête de la municipalité d’Auxerre durant tant d’années sans laisser de traces. Ni de commentaires le jour où l’on quitte ce monde. Certains l’auront traité de caméléon de la politique, d’autres de dinosaure. D’opportuniste ou de clairvoyant, toujours est-il que Jean-Pierre SOISSON n’aura laissé personne indifférent, pour celles et ceux de ses amis ou adversaires qui auront eu la chance de le côtoyer de près durant toutes ces décennies.

Thierry BRET

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

C’est bien le fils de son père ! Incontestablement, les chiens ne font pas des chats ! Lumineux, le regard se pose sur l’assistance, présente dans la petite salle surchauffée. Il se sert copieusement de boulettes et de riz, des mets à l’odeur si alléchante. Les cheveux ébouriffés, l’humour déjà bien aiguisé et à fleur de peau, Romain COLUCCI partage son déjeuner avec une dizaine de bénévoles des Restos du Cœur. Celles et ceux qui avec humilité et générosité entretiennent l’œuvre de son regretté paternel qui eut la fabuleuse idée, un soir de septembre 1985, de porter sur les fonts baptismaux de la création, une certaine structure associative, toujours aussi solidaire…

 

APPOIGNY : Bon, la première tentative a été avortée et s’est donc soldée par un échec. Point de Romain COLUCCI à 11 heures tapantes, dans les locaux en mode hangar de l’association caritative auxerroise. Hormis les habituels bénévoles qui s’escrimaient dans la dynamique avec des palettes et des monte-charge pour achalander les camionnettes de victuailles prêtes à être expédiées aux quatre coins du département, il n’y avait pas l’ombre du fils aîné de COLUCHE en cette fin de matinée, mardi.

On nous aurait trompés sur la véracité de l’information ? Que nenni ! Le retard du personnage prodigue tant espéré s’expliqua par des soucis techniques, imputables à la SNCF, du côté de Montereau en Seine-et-Marne ! Moyennant quoi : il faudra s’armer de patience, ronger son frein en retournant au bureau après un premier aller-retour pour du beurre et revenir d’ici deux heures, laps de temps nécessaire pour que le garçon, en provenance de la capitale, arrive enfin à bon port, à bord d’une automobile sur son lieu de chute, le siège social des Restos du Cœur auxerrois.

Treize heures, rebelote ! Cette fois, c’est la bonne tentative. Attablé aux côtés d’une dizaine de bénévoles qui discutent gaillardement de leurs projets, fourchettes et couteaux à la main en dégustant de succulentes boulettes de viande, agrémentées d’un riz en sauce, Romain COLUCCI prend le temps de déjeuner. L’appétit est là ! Et le singulier personnage ne plaisante pas avec cela, visiblement !

Répondant aux questions et livrant ses impressions au journaliste que je suis tout en découpant une boulette en deux avant de l’avaler ! Une interview à la mode bonne franquette entre deux cliquetis de couverts que n’aurait nullement renié son regretté paternel, nous ayant tant faire rire !

« Pourquoi suis-je ici ?, s’interroge Romain COLUCCI, c’est très simple : je suis là parce qu’il y a les bénévoles et je suis venu soutenir ces bénévoles… ».

 

 

Plus d’1,2 million de repas servis dans l’Yonne en 2023

 

Le regard malicieux, le sourire aux lèvres, le fil aîné de COLUCHE est en tournée. Non pas pour y interpréter l’un des titres fétiches de son père, « Misère », mais pour être au plus près de celles et de ceux qui perpétuent le souvenir toujours très vivant de l’humoriste qui avait lancé sur les ondes d’Europe 1 le 26 septembre 1985 ce fameux dispositif, « Les Restos du Cœur », de plus en plus opérationnel et obligatoire sur le terrain.

D’ailleurs, ne serait-ce que dans l’Yonne, 8 000 personnes de tout âge bénéficient désormais de ces services. Une manière de lutter contre la précarité alimentaire, l’inflation galopante, le coût de la vie qui s’envole. En 2023, ce sont 1,2 million de repas qui y ont été servis dans les seize centres accueillis en Bourgogne septentrionale. Des Restos qui ne cantonnent plus à la distribution de repas et de nourriture. Mais, aussi proposent désormais de l’aide à la personne, grâce à des conventions signées avec des unités territoriales, dépendantes du Conseil départemental. Loisirs, culture, retour à l’emploi, santé…autant d’orientations utiles qui viennent se greffer à l’existant.

Entre deux bouchées, Romain COLUCCI se désole de la situation conjoncturelle, impitoyable envers les plus défavorisés. L’an passé, il a rendu visite à plus de cent-trente centres, répartis aux quatre coins de l’Hexagone. Il espère en découvrir 150 en 2024. Un vrai tour de France en hommage à l’altruisme et au bénévolat. Qui l’emmènera à Bourges, au Mans d’ici peu.

 

 

Honte aux élus qui pratiquent le déni de pauvreté !

 

« Plus la situation est difficile, souligne-t-il, plus il est nécessaire et indispensable de soutenir les bénévoles. Les Français sont généreux dans l’ensemble. Comme dans l’Yonne, où deux sociétés privées nous donnent des quantités de palettes de nourriture en abondance, EURIAL pour les laitages et yaourts, et la FOURNEE DOREE pour les viennoiseries. Sans oublier le groupe SCHIEVER… ».

A contrario, Romain est très critique contre celles des localités qui ne jouent pas le jeu. Sans les citer, il les pointe d’un doigt honteux : « ce n’est pas une histoire de couleur politique, mais c’est une histoire de courage personnel et de déni de la part des édiles. Certains élus nous disent qu’il n’y a pas de pauvreté dans leur commune, ce qui n’est pas vrai ! ».

Citant les chiffres de l’INSEE, Romain COLUCCI est à ce titre très catégorique : en France, dix millions de nos concitoyens vivent sous le seuil de pauvreté. Dont 550 000 personnes supplémentaires dans la seule année dernière !

« Evidemment, ces gens-là vivent dans toutes les communes de France : cela me révolte de le nier ! ».

Le porte-parole des Restos ne demande pas l’aumône vis-à-vis de ces élus peu engageants : « on ne souhaite parfois qu’un simple local que l’on nous refuse sous prétexte qu’il n’y a pas de pauvres dans ces localités ! ».

En 1985, COLUCHE s’était intéressé de près à la cause des chômeurs de longue durée. Justifiant sa célèbre démarche associative que l’on connaît depuis. Aujourd’hui, outre ce phénomène, il y a la problématique des travailleurs précaires, des personnes qui possèdent une activité professionnelle mais très mal payée.

« Quand on calcule le reste à vivre, argumente Romain COLUCCI, une fois enlevées les charges et les taxes, ces personnes peuvent prétendre aux aides des Restos du Cœur ! ».

Et de ce citer les 400 familles impactées par la disparition de BENTELER à Migennes qui vivent depuis deux ans très difficilement des allocations du chômage aujourd’hui.

 

 

La France n’arrive même pas à nourrir sa propre population

 

D’ailleurs, la liste des bénéficiaires des Restos ne s’arrête pas là. « On peut y ajouter les étudiants, et surtout une catégorie sociale dont on parle beaucoup ces jours-ci, ce sont les agriculteurs ! ».

26 % de la profession agricole vit à date sous le seuil de pauvreté en France. Quant aux seniors et aux petites retraites, Romain COLUCCI les ajoute à cet inventaire à la Prévert.

Mais, l’émotion surgit dans le regard de notre interlocuteur lorsqu’il s’attarde sur le sort des enfants. « Avant quand j’allais aux Restos du Cœur, je ne voyais que des adultes, aujourd’hui, est-ce normal qu’il y a de plus en plus de gamins… ». Un sacré paradoxe dans le pays de la bouffe par excellence ?

« C’est tout de même terrible que la France, pays de production alimentaire, n’arrive pas à nourrir sa propre population… ».

Faisant dire à l’interviewé, « il ne faudrait pas oublier que les Restos du Cœur sont un des maillons de la souveraineté alimentaire en France… ».

Un dernier mot avant d’afficher de nouveau un large sourire sur ce sympathique visage qui perpétue dans la bonne humeur l’œuvre de son père. « Tant qu’il y a la bonne ambiance aux Restos du Cœur, nous sommes dans l’esprit COLUCHE ! ».

Qui mieux que son fils aîné pour le dire, à quelques jours de la collecte nationale qui sera organisée les 01er et 02 mars prochains…C'est l'histoire d'un mec !

 

Thierry BRET

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Avec cinq promotions bourguignonnes, et aucune franc-comtoise, hélas, notre région tire plutôt correctement son épingle du jeu dans la dernière livraison des « Bib Gourmand » du Michelin 2024. Même nombre de nominés que l’Ile-de-France, plus que la Normandie, les Hauts-de-France ou encore le Centre-Val-de-Loire ! Mais loin devant caracolent en tête la Bretagne ou l’Occitanie.

 

PARIS: Le « Bib gourmand » a été créé par le Michelin en 1997, à la suite de la distinction « R » rouge. Il récompense généralement une bonne cuisine d’inspiration régionale, à bon rapport qualité/prix. Jusqu’à l’an passé, il y avait des critères tarifaires spécifiques (province et Ile-de-France), disparus dans l’édition du guide 2023.

Cette année, notons deux promotions en Côte d’Or, deux en Saône-et-Loire et une seule dans l’Yonne. Il est à noter que pour « L’Auberge des Gourmets » au Vilars, le chef-patron précédent avait déjà décroché un bib en 2008.

Dans l’Yonne, la table du « Martin Bel Air », sise à Saint-Martin-du-Tertre (proche de Sens) rejoint cette catégorie qu’elle visait. Son chef-patron Jean-Raphaël PERSANO (ancien apprenti de La Côte Saint-Jacques) s’est battu pour cela, depuis son ouverture fin 2017.

 

 

Déjà annoncé parmi les tables favorites en 2018 !

 

Depuis cette époque, l’impeccable formule-déjeuner (à 23 euros de mémoire) y est un modèle du genre. Cuisinier appliqué et impliqué, « JR » réalise au quotidien une savoureuse cuisine personnalisée avec de bons produits de saison. Les légumes y ont la part belle.

Récemment, je m’y étais régalé d’un délicieux lieu noir accompagné d’une bonne sauce. Permettez à votre serviteur d’écrire qu’il fut l’un des premiers, à l’époque sur les ondes de France Bleu Auxerre début 2018, à faire connaître cette maison prometteuse, y invitant aussi l’ami François SIMON, chroniqueur culinaire de haute volée !

Après la naissance de sa petite Alba, on peut dire que l’époque porte ce chef méritant et travailleur. Ce « Bib » était son objectif depuis longtemps. Il occupera, n’en doutons point, une place choyée sur la façade de l’établissement ! De mémoire, la dernière obtention d’un « Bib gourmand » pour une table sénonaise fut en 2003 pour « Le Crieur de vin », et ce, jusqu’en 2008.
Le palmarès du Michelin 2024 sera annoncé lundi 18 mars, tandis que la version papier sera proposée à la vente le vendredi 22 du même mois. En attendant, nous sommes heureux de féliciter tous ces valeureux promus, en Bourgogne et ailleurs, aussi. Et si cuisinières et cuisiniers nous régalent, c’est aussi  grâce  au travail d’orfèvre de nos paysans : maraîchers, éleveurs, apiculteurs…

 

Gauthier PAJONA

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Quelle fut longue l’attente. Trop longue, même ! Quatre années, le temps d’une olympiade. Ou presque ! De mémoire de dirigeant, il s’en est fallu d’un cheveu que la barre fatidique des mille convives ne soit enfin franchie ! Adhérents de la coopérative, clients et partenaires, salariés et invités… : tous devaient converger dans cet antre de la manifestation conviviale que représente AUXERREXPO. Plus de 950 participants à ce qui reste, et de très loin, l’une des animations cabaret les plus prisées du paysage icaunais : les soirées retrouvailles de 110 Bourgogne !

 

AUXERRE : Sur le papier, on le sait chaque année, les retrouvailles festives concoctées par 110 Bourgogne figurent parmi les soirées les plus populaires de la saison. Tant par la qualité de ses prestations que par l’affluence record de ses invités. 2024 n’aura donc pas dérogé à la règle ! Nullement, d’autant que cela faisait quatre années que les fidèles d’entre les fidèles, les professionnels de la filière agricole/viticole de notre territoire, rongeaient patiemment leur frein avant de pouvoir fouler de nouveau le revêtement du parc des expositions auxerrois.

Mais, cette fois-ci, en ce début d’année 2024, fi de la crise sanitaire ou de toute autre excuse fallacieuse qui aurait pu empêcher les gens de se rendre sur place afin de célébrer comme il se doit cet évènement, bien ancré dans le territoire local.

Intérieurement, Jean-Marc KREBS devait rêver de battre le record de fréquentation lors de ce rendez-vous ; souhaitant secrètement effacer la barre des mille visiteurs derrière lui. Il s’en sera fallu de peu ! Pas loin de 950 convives se présentèrent aux alentours de 19h30, ce vendredi-là, pour prendre possession de l’une des tables circulaires permettant d’accueillir les invités de la coopérative régionale. On devait y retrouver pêle-mêle les adhérents – une évidence ! – mais pas que puisque les partenaires, les clients, les salariés, les institutionnels s’additionnaient à cette somme de représentativités !

 

 

Un don réalisé au profit des Restos du Cœur !

 

Se retrouver, échanger, profiter de tous et de chacun… : ostensiblement, le sceau de la camaraderie et de la convivialité battait pavillon au-dessus d’AUXERREXPO et cela faisait plaisir à voir, dans cet univers bon enfant.

Les organisateurs avaient préparé un programme des plus réjouissants. Avec à la baguette l’équipe de MGM Evènements et de son inamovible, Philippe MAUDUIT, en maître de cérémonie, façon « Monsieur Loyal ». En guise de mise en bouche : « Charly le Magicien ». Spectacle d’illusion, cette excellente entrée en matière a reçu fin 2023 le premier prix de magie comique aux championnats de France de magie. Le public fut conquis.

Devait lui succéder, Jean-Pierre BLANCHARD. Bourré de talents, à l’imaginaire hyper réactif et fécond, l’artiste peintre a pour habitude de croquer en direct sur la scène le portrait d’une personnalité. Là, c’est la réalisation de l’esquisse de COLUCHE qui mit en émoi toute la salle, les yeux rivés non pas sur le contenu de l’assiette, mais sur le chevalet présent sur scène. Un COLUCHE et son sourire caractéristique qui en deux temps trois mouvements sortirent du feutre du dessinateur véloce, sous le regard admiratif du public.

Une représentation qui n’était pas anodine comme devait l’expliciter Walter HURE, président de la coopérative régionale. « L’agriculture est le premier maillon de l’alimentation. De plus, la solidarité est une des valeurs de notre coopérative. C’est donc tout naturellement que nous avons choisi cette représentation de COLUCHE, figure emblématique et fondateur des Restos du Cœur, structure associative qui œuvre pour lutter contre la pauvreté en France, et notamment contre la précarité alimentaire… ».

 

 

Jusqu’à tard dans la nuit sur des rythmes dansants

 

Généreuse 110 Bourgogne ! La toile sera remise sous la forme d’un don à l’association des Restos du Cœur de l’Yonne, dont le siège social est situé à Appoigny.

Mais, la tête d’affiche de cette soirée d’exception se nommait Yann JAMET. Imitateur, humoriste, chansonnier, l’artiste devait brosser avec maestria une multitude de portraits de personnalités politiques en les parodiant lors de séquences vocales impayables. Plus tard, alors que la nuit s’accrochait durablement au-dessus de la capitale de l’Yonne, c’est l’orchestre « OK FRED » qui acheva la soirée avec des airs connus et reconnus, facilitant des pas de danse.

Des retrouvailles devant se déguster comme du bon pain pour la grande famille de la coopérative agricole. A réitérer dès l’année prochaine, c’est promis !

 

Thierry BRET

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Bien sûr, il est question de civisme lorsque l’on choisit cette voie. D’engagement, aussi. Mais, le sens des valeurs, de la moralité et du respect d’autrui ne sont jamais très éloignés non plus des objectifs à atteindre. Encadrés par des gendarmes d’active et de la réserve opérationnelle, les jeunes Cadets de la Gendarmerie de l’Yonne sont entre bonnes mains ! Pour mieux découvrir les spécialités et les technicités existantes au sein de ces militaires, pour mieux s’imprégner des valeurs républicaines et citoyennes…

 

AUXERRE : Ils sont une trentaine de jeunes Icaunaises et Icaunais, désormais, à suivre avec réelle appétence le programme, plutôt copieux et éclectique, décliné par l’association départementale des Cadets de la Gendarmerie de l’Yonne. Une structure ouverte à de jeunes adultes âgés de 16 à 21 ans. Soucieux d’en apprendre davantage sur cette gendarmerie nationale dont ils connaissent finalement si peu, en amont.

Chaque année, un nouveau contingent de jeunes constitue les effectifs de la nouvelle promotion qui a pour vocation de découvrir toutes les subtilités relatives à la vie professionnelle de ces militaires. Entre activités physiques et sportives, présence aux évènementiels commémoratifs propres au devoir de mémoire, initiation au droit pénal et à l’histoire de la gendarmerie… : le menu est complet dans cet apprentissage qui séduit filles et garçons.

Mais, ce qu’aiment beaucoup ces jeunes gens, les Cadets, ce sont les visites qui ponctuent la saison. Des visites d’unités spécialisées à l’instar du Pôle Judiciaire et Scientifique, celui des forces aériennes de la gendarmerie, la gendarmerie mobile, etc. : elles révèlent la vraie nature des femmes et des hommes qui agissent dans ce métier. Et si en plus, ce dispositif de formation pouvait susciter des vocations ?

Grâce à plusieurs de ses partenaires, issus de la sphère institutionnelle et économique de l’Yonne, l’association des Cadets de la Gendarmerie nationale combine astucieusement chaque année ce programme, fait de transmission de savoirs et de partage des connaissances.

 

 

Des jeunes qui n’hésitent jamais à mouiller le maillot (du moins l’uniforme qui leur est propre et qui identifie leur appartenance à ce corps spécifique) en rencontrant des collégiens et des lycéens, lors de manifestations spéciales. Comme ce sera le cas au lycée Louis Davier de Joigny en avril prochain. Ou récemment lors du Forum des Métiers et de l’Orientation, accueilli au groupe scolaire Saint-Joseph-la-Salle à Auxerre. Parmi les excursions de la saison 2024/2025 : à noter la découverte d’une centrale nucléaire (l’une des deux qui sont proches de notre territoire côté Loire) et l’immersion au cœur de la sécurisation des sites. Signalons la participation des Cadets à une journée mémorielle organisée avec le concours des structures d’anciens combattants et du Souvenir Français.

Le président de la structure, Francis CHOUVILLE, eut le plaisir de dérouler le contenu de cette assemblée générale ordinaire en présence du colonel Nicolas NANNI, commandant du groupement de gendarmerie départementale de l’Yonne.

 

Thierry BRET

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Articles

Bannière droite accueil