Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
gan.jpg
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png

Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
gan.jpg
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png

La création de la nouvelle agence de tourisme d’affaires de l’Yonne, « Destination Auxerre », se justifie dans un apport de valeur ajoutée supplémentaire pour les structures organisatrices d’événementiels inspirés par notre territoire. Le directeur adjoint de Centre France Parc Expo, Sébastien FUENTES, qui en chapeautera la commercialisation aux côtés de ses équipes, en définit les contours…

AUXERRE : Dès lors que cette agence sera opérationnelle sur le terrain de facto, c’est-à-dire d’ici quelques jours, quelles en seront les principales missions ?

L’agence que Centre France Expo a porté sur les fonts baptismaux avec son partenaire, l’Office du tourisme de l’Auxerrois, répondra à une double vocation. Elle agira en qualité d’agence réceptive, dont la préoccupation prioritaire sera de satisfaire du mieux possible les appels d’offres des clients organisateurs de congrès et d’évènements nationaux. Après le temps de l’analyse de leur cahier des charges, nous serons amenés à faire des préconisations de sites en les aiguillant vers le lieu d’accueil ou le traiteur adéquat, pouvant optimiser leur évènement.

Ainsi, vous aurez un rôle de guichet unique pour apporter des préconisations les plus adaptés aux besoins de ces organisateurs ?

En quelque sorte. L’agence proposera des formules packagées qui ne se limiteront pas à la seule recherche de sites propres à l’accueil d’un événement. Seront pris en compte l’hébergement, la restauration, le transport, mais aussi les excursions en liaison directe avec nos partenaires touristiques. En résumé, « Destination Auxerre » doit être garante du bon déroulement du séjour des clients dans la ville en matière d’accueil, d’exploitation et d’incentives…

Les attraits d’être un interlocuteur unique…

Etre un interlocuteur unique représente-t-il un avantage ?

Indiscutablement, oui ! L’agence, une fois la contractualisation actée avec l’organisateur d’un évènement, sera habilitée à commercialiser et à louer des sites dans le cadre de sa relation avec le client. Même, si elle n’aura pas l’exclusivité dans cette commercialisation. « Destination Auxerre » jouera le rôle d’une interface unique qui agira sur les aspects logistiques et techniques du client à la fois dans le suivi de son dossier comme pour le déroulé le jour de la manifestation.

La naissance de ce concept a été dévoilée à la presse et aux milieux institutionnels et économiques du département. Quelles seront les prochaines étapes de ce projet ?

Dans l’immédiat, nous allons faire jouer les synergies des sites partenaires en analysant les congrès tournants. Sachant que les événementiels portés par les filières médicales sont les plus importants en nombre : ils représentent 80 % des congrès nationaux à l’heure actuelle. En parallèle, nos équipes vont identifier l’ensemble des acteurs par secteur d’activité auprès des fédérations professionnelles, des associations corporatistes et des syndicats (FNSEA, FNACA, CGT…). Dès septembre, nous serons en mesure de proposer des produits packagés, intégrant de la restauration et de l’incentive culturelle ou gastronomique. Enfin, l’inventaire de l’offre concernant l’hébergement se poursuit. C’est essentiel pour finaliser les tarifs hôteliers à décliner pour l’accueil des congrès dès l’automne.

De réelles retombées économiques sont à venir…

Que peut-on réellement espérer du développement de ce tourisme d’affaires dans notre zone géographique ?

Le marché national pesait 8,2 milliards d’euros en 2017. Il faut savoir, en outre, que le touriste d’affaires dépense en moyenne entre 150 et 230 euros au quotidien. Donc, ce sont des arguments qui sont très favorables à la création de notre nouvelle agence. Quant aux choix des sites, ils se font par le biais du multimédia à 45 %. L’accessibilité, la rapidité des transports et la localisation demeurent les critères sélectifs qui font la différence d’une ville à l’autre. Au vu de sa configuration, Auxerre dispose de sérieux atouts pour la conquête de nouvelles parts de marché…

Pour sa prise de fonction en qualité de nouveau président de la fédération départementale de l’assureur mutualiste, Pascal MAUPOIS a eu le plaisir de constater que la générosité des participants de cette manifestation caritative annuelle n’était pas vaine. Une contribution financière de 5 080 euros a été collectée auprès des 390 marcheurs. Preuve à l’appui que les « Balades solidaires », alliant animations musicales et productions gustatives, conservent toute leur aura aux yeux du public icaunais…

AUXERRE : Proposé sur deux circuits de sept et douze kilomètres entre Chichery et Appoigny, le concept des « Balades solidaires » a réuni près de quatre cents personnes lors de cette nouvelle édition.

Profitant d’une belle journée gorgée de soleil, les randonneurs ont eu le loisir d’apprécier la quiétude des paysages tout en faisant montre de grande largesse d’esprit. En effet, comme à l’accoutumée, la manifestation diligentée par GROUPAMA Paris Val de Loire sur le département de l’Yonne possédait une connotation altruiste.

Depuis cinq ans, le spécialiste de l’assurance et de la prévoyance suit avec beaucoup de pugnacité et d’écoute les attentes de l’association des Petits Princes. Chaque obole étant versé au moment de l’engagement des participants, les « Balades solidaires » ont rapporté une somme de 23 307 euros au cours de ces cinq dernières saisons.

La mobilisation des dix caisses locales autour du concept…

Ainsi, les enfants gravement affectés par une lourde pathologie peuvent vivre leur rêve le plus précieux. Passer une journée aux côtés de leur idole, évoluer dans l’eau au beau milieu des dauphins ou toucher de grands fauves dans un instant inoubliable sont autant de rêves que ces dons venant du cœur permettent.

Nommé en mai au poste de président de la fédération départementale en remplacement de Philippe RENOUX, Pascal MAUPOIS s’est félicité de l’excellente tournure des opérations. Et de ce subside de plus de 5 000 euros qui aura été collecté au terme de cette manifestation heureuse au profit de l’association des Petits Princes.

Joignant l’utile à l’agréable, les organisateurs de l’animation avaient convié plusieurs producteurs, adhérents au concept « GRANVILLAGE », à faire découvrir leurs spécialités maison autour des deux circuits. Le groupe « SWEETNESS » accompagna les convives en musique. Tandis que les équipes du SDIS (Service départemental d’incendie et de sécurité) tenait un stand informatif.

Rappelons que chaque année, au printemps, GROUPAMA Paris Val de Loire et ses dix caisses locales identifiées sur le département de l’Yonne contribuent au succès de cette opération solidaire.

Evoquer le quotidien d’un club de football ne se limite pas uniquement à ses seuls résultats sportifs et aux diverses compétitions qui ponctuent la saison. Accompagnée de plusieurs élus régionaux dans sa découverte de la structure, la présidente de la Bourgogne Franche-Comté a pu s’en rendre compte lors de son récent séjour en terre icaunaise. Cette plongée, riche d’enseignement parmi un univers très éloigné de la sphère politico-institutionnelle, restera dans les annales. Non seulement, l’élue régionale a pris soin de rencontrer les jeunes pousses de l’une des filières de la formation footballistique nationale dont la Chine nous envie, et ses dirigeants. Mais, elle a, en outre, pu converser avec les représentantes du groupe ACADOMIA, partenaire du club de Ligue 2, en matière de programmes pédagogiques…

AUXERRE : Faisant référence à maintes reprises dans ses propos à l’emblématique club du FC Sochaux Montbéliard, Marie-Guite DUFAY connaissait néanmoins le stade de l’Abbé Deschamps où elle a déjà eu l’opportunité d’assister à une rencontre sportive.

Nonobstant, elle ne s’était pas encore immergée en sa qualité de présidente de la Région Bourgogne Franche-Comté dans le saint des saints que représente le névralgique Centre de formation icaunais. L’un des dix plus cotés de France.

Complexe sportif aiguisant tous les appétits, des plus jeunes-les joueurs ayant été détectés pour leur valeur physique et athlétique dès l’âge de 12 ans, aux plus grands-les partenaires chinois de l’AJA qui désirent importer le concept dans l’ex-Empire du Milieu en vue d’une éventuelle organisation de la Coupe du Monde d’ici 2050, le Centre de formation méritait bien d’être biffé sur l’agenda déjà ultra chargé de la présidente.

Accueillie par le président Francis GRAILLE, lui-même encadré du directeur général du club, Baptiste MALHERBE, du directeur sportif, Cédric DAURY et du directeur du centre éducatif, Bernard DAVID, Marie-Guite DUFAY parcourut, commentaires à l’appui, les différents étages de ce bâtiment, moderne, ergonomique et bien pourvu en équipements audio-visuels.

Discutant avec quelques jeunes apprentis footballeurs, l’élue régionale a pu échanger quelques mots avec l’une des vedettes du club professionnel, Yaya SANOGO, pur fleuron de l’AJA dès l’âge de 12 ans, transfuge du mythique pensionnaire de la Première League anglaise (Arsenal) et aujourd’hui engagé par Toulouse.

Une belle réussite aux examens avec 86 % de bacheliers

Si beaucoup de jeunes gens sont originaires de l’Yonne, d’autres proviennent de tout l’Hexagone. Certains, de niveau bachelor, sont en partance pour les Etats-Unis où ils continueront leur cursus en enseignement supérieur. Sans omettre leur formation footballistique initiale.

La formation, notamment les filières post-bac que souhaitent développer à l’avenir le président Francis GRAILLE fut au centre des discussions. Anne-Brigitte SANSON, la responsable pédagogique du groupe ACADOMIA à Auxerre, éclaira de ses lumières les aspects pragmatiques de ces programmes, déclinés vers les jeunes gens.

L’enseignement du savoir prendra à terme une tournure orientée vers l’international. C’est aussi le souhait de James ZHOU, l’actionnaire principal du club auxerrois. Des joueurs de la puissance mondiale à taille d’un continent fréquenteront le centre de formation de l’AJA. A contrario, quatre enseignants français sont pris en charge par l’actionnaire localement pour assurer la détection.

Parmi les autres thèmes de discussion : la création en cours de l’équipe féminine avec le Stade Auxerrois et la rénovation de certaines installations sportives.

Marie-Guite DUFAY, satisfaite, termina sa visite en arborant elle-même les couleurs de l’AJA, en recevant un maillot floqué à son patronyme…

La finale du concours scientifique, organisée par le Conseil départemental de l’Yonne, en partenariat avec l’Académie de l’Education nationale et l’association Canopée, a rendu son verdict. Chercheur post doctorant à Polytechnique, Daniel SUCHET parrainait cette manifestation très attendue dans les collèges du territoire icaunais…

AUXERRE : Daniel SUCHET est une sommité dans son domaine de prédilection. A Polytechnique, il travaille sur l’élaboration de procédés et de matériaux pour la conversion de l’énergie solaire en électricité. Un emploi du temps riche qui ne l’aura pas empêché de se rendre dans la capitale de l’Yonne, à l’invitation du Département qui procédait il y a quelques jours à la remise des prix du traditionnel concours à vocation scientifique, « Ramène ta science ».

Onze collèges étaient présents pour cette édition 2018. Des élèves et des enseignants très motivés à l’idée de concourir en début de saison et qui ne l’ont pas regretté. Le concours comportait trois catégories avec un tronc commun lié à l’électricité. Le collège Albert Camus (Auxerre) devait se distinguer dans le premier challenge ayant pour thème, « de l’électricité pour mettre votre collège en lumière ». La seconde récompense a été attribuée au collège Marie Noël de Joigny pour un projet conçu autour de la fabrication de cristaux. Les défis libres permirent aux équipes du collège Gaston Ramon de Villeneuve l’Archevêque de bonifier sa participation. Grâce à un projet réalisé autour d’une pile. Quant au prix spécial, il fut remis au collège Parc des Chaumes à Avallon pour un projet baptisé, « Terrarium ».

Les représentants des établissements vainqueurs se rendront début juillet à Paris pour une découverte exceptionnelle des laboratoires de l'Ecole Normale Supérieure et de la galerie des minéraux du Muséum d'Histoire Naturel. Une belle opportunité d’approfondir son savoir…

Les liens de l’amitié sont indéfectibles bien au-delà du temps qui passe et de l’espace géographique où l’on vit. Ceux qui unissent l’icône du Septième art au chef doublement étoilé de « La Côte Saint-Jacques » illustrent ces attaches solides, construites pas à pas et de manière immuable dans notre existence. Une affaire d’hommes, en somme. A l’instar des personnages de tempérament et éternels incarnés par l’acteur fétiche d’Henri VERNEUIL ou de Georges LAUTNER qui a voulu témoigner par sa présence à Joigny son profond respect pour la valeur sûre de cette gastronomie française poussée à son paroxysme au fond de l’assiette. Qui d’autre, en effet, aurait pu remettre une telle distinction, cette séculaire et prestigieuse Légion d’Honneur, au professionnel des arts de vivre et de la table qui procure tant de plaisir aux épicuriens de cette planète ?

JOIGNY : Entre « Le Samouraï » et le subtil créateur de « la poularde de Bresse à la vapeur de Champagne », le tissage de ces liens d’amitié ne date pas d’hier. Au fil des années, entre ces deux personnages charismatiques, ces moments de partage se sont même transformés en liens quasi familiaux. Tant avec les parents de Jean-Michel, Jacqueline et Michel, figures emblématiques de cet univers cosy et référence de l’art de vivre en Bourgogne depuis bientôt sept décennies qu’avec le chef, encore tout auréolé de la Légion d’Honneur, à la tête de cette incontournable vitrine culinaire à l’échelle mondiale dont « La Côte Saint-Jacques » est aujourd’hui le vaisseau amiral.

Aficionados de ces succulences gastronomiques qui émerveillent le palais, Alain DELON fréquente l’établissement de Joigny depuis fort longtemps. Il y possède ses habitudes, tout en exprimant ses préférences culinaires et ses coups de cœur gustatifs.

Une remise de décoration entre deux habitués des distinctions honorifiques…

Lui-même Officier de la célèbre distinction imaginée par Napoléon Bonaparte le 19 mai 1802 ainsi que Commandeur de l’Ordre des Arts et des Lettres, le comédien sait ce que peut procurer pour un nouvel impétrant la remise de la médaille et le fameux ruban rouge.  

Fait chevalier dans l’Ordre national de la Légion d’honneur en juillet 2016, Jean-Michel LORAIN a eu parmi ses titres de gloire l’immense mérite d’être l’un des plus jeunes chefs de l’Hexagone à décrocher les trois étoiles au Michelin en 1986, à l’âge de 27 ans. Une récompense inoubliable pour le protégé de Freddy GIRARDET, avec qu’il a appris à faire ses gammes dans le métier. Cela se passait en Suisse, à « L’Hôtel de Ville » à Crissier.

Fier de cette reconnaissance nationale et heureux de la partager aux côtés de ses proches et de ses amis (plus de cent-cinquante convives assistaient à cette cérémonie émouvante), Jean-Michel LORAIN n’a pas fini de nous surprendre par la qualité inouïe de sa cuisine et son appétence aux relations humaines épanouies…

Page 1 sur 46
Bannière droite accueil