Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-puissaye-forterre.png
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo13q-1.jpg
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg

Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-puissaye-forterre.png
logo13q-1.jpg
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg

S’inspirant de principes technologiques utilisés pour les aspirateurs industriels, la gamme de poids lourd « IVECO 8X4 TRIDEM » se destine à la réalisation de terrassements par aspiration. Rares sont aujourd’hui les entreprises positionnées sur ce segment d’activité qui en possèdent un spécimen. Pourtant, l’apport de ce processus innovant est multiple pour ses utilisateurs. Procédé s’inscrivant dans la droite ligne du développement durable et de la sécurisation des chantiers, l’emploi de cette typologie de poids lourd fournit une palette d’avantages éclectiques dont bénéficie depuis le 06 décembre dernier la société « DRTP », structure entrepreneuriale de Saint-Florentin, qui vient de faire l’acquisition de son premier exemplaire…

SAINT-FLORENTIN : Préservation des réseaux enterrés existants, réduction significative de la durée des travaux, protection des racines, sources nourricières naturelles des végétaux…la liste des bénéfices offerts par l’emploi de ce véhicule IVECO hors norme est loin d’être exhaustive.

Depuis quelques jours, le personnel de l’entreprise DRTP (DUBOST Réseaux Travaux Publics) apprécie les multiples avantages de ce poids lourd, nouvelle génération, qui offre un particularisme étonnant : une fonction « aspirante ».

A l’aide d’un tuyau flexible de 250 mm de diamètre, les déblais sont ainsi aspirés avec une relative aisance par les opérateurs sur les chantiers, avant qu’ils ne se déposent directement dans la benne prévue à cet effet pour y être évacués.

Outre le gain de temps indiscutable pour l’entrepreneur, la sécurité s’en trouve considérablement optimisée : le personnel d’exécution n’ayant plus besoin de descendre dans la tranchée. Ce processus technique lui garantit de facto la propreté de ses chantiers !

milieu articles

Le premier véhicule, d’une plus longue série d’acquisitions…

Spécialiste des interventions visant à installer l’éclairage public, la pose de canalisations et de réseaux (électricité, gaz, eau potable, télécommunication,…), DRTP a trouvé avec l’achat de ce nouveau véhicule un précieux auxiliaire pour conforter la qualité de ses services et de ses prestations parmi son environnement professionnel.

Disposant d’une flotte de poids lourds, forte d’une trentaine de véhicules à l’estampille du constructeur IVECO, la PME de Saint-Florentin n’a pas hésité à investir une enveloppe budgétaire de 450 000 euros pour acquérir ce modèle unique en son genre.

Précurseur en la matière en Bourgogne Franche-Comté, et soucieux de la protection environnementale, son PDG Eric CHARTON a été séduit par les qualités techniques offertes par cet engin. Propulsant plus de 500 chevaux, le nouvel « IVECO 8x4 TRIDEM » ne devrait pas être le seul à rejoindre la panoplie de ces véhicules motorisés dans l’entreprise. Le dirigeant de DRTP envisage d’autres acquisitions à moyenne échéance pour doter les différentes agences que compte la structure en France. Plus précisément, dans l’Aisne, à proximité de Laon. Mais, aussi en terre champenoise, près d’Epernay et dans l’Ain, à Trévoux.

Créateur de valeur auprès des territoires de l’Yonne et de ses résidents, l’office public de l’habitat DOMANYS a dévoilé la configuration détaillée de son plan stratégique de patrimoine, mis en exergue au cours de ces futures deux années. Devant un parterre d’entrepreneurs du bâtiment et de représentants institutionnels, et en présence du président du Conseil départemental Patrick GENDRAUD, le premier bailleur social du département bourguignon a, par le biais de sa directrice générale, Karine LASCOLS, évoqué le vaste programme de constructions, réhabilitations et rénovations, prévu dans cet intervalle temporel. Des chantiers qui représenteront une manne providentielle pour les artisans du bâtiment…

AUXERRE : Répondre aux besoins des Icaunais et des territoires en matière de logement et de services associés : telle est l’ambition vertueuse de la deuxième entreprise de services de l’Yonne.

Face aux artisans de la filière du bâtiment, très attentif à la présentation du jour, la directrice générale de l’organisme, Karine LASCOLS, évoqua le rôle stratégique de DOMANYS dans l’univers du logement social, aujourd’hui en grande mutation.

Acteur territorial de proximité, DOMANYS possède de sérieuses ambitions. Celles de tenir le rôle d’un partenaire social de confiance, soucieux des enjeux environnementaux, sociétaux et économiques.

Dans ce domaine, l’organisme demeure un pourvoyeur incontestable d’emplois, accueillant près de deux cents collaborateurs parmi ses quatre vitrines réparties équitablement sur le territoire départemental.

Chantre de l’habitat « responsable », DOMANYS a donc expliqué avec moult détails le copieux programme de développement de projets, qui compose l’ossature factuelle du Plan stratégique de patrimoine (PSP).

Premier bailleur social à avoir pu bénéficier de la certification « Qualibail » en Bourgogne Franche-Comté (un label de référence national reconnu au niveau de la qualité des services), DOMANYS ne lésine pas sur les projets de constructions, de réhabilitations et de rénovations sur le double exercice 2019/2020. L’un de ses dirigeants, Wilfrid BELLEVILLE, aura eu tout le loisir, slides à l’appui, de décortiquer les lignes directrices et les applications de ces multiples chantiers qui permettront in fine de proposer des logements de qualité à loyer modéré aux familles à revenus modestes.

milieu articles

Agir en faveur de l’amélioration et la qualité résidentielle…

Révisé de façon régulière, le Plan stratégique de patrimoine a été enclenché dès 2016 dans l’Yonne. Il court jusqu’en 2024. Nécessitant une enveloppe globale de 130 millions d’euros, il concerne la réhabilitation de 1 635 logements existants, privilégie l’édification de 270 logements neufs, mais aussi la démolition de 321 édifices, jugés vétustes.

Le volet de la construction représente une articulation majeure de son champ applicatif. Après une longue période d’incertitude, inhérente aux réalités de la conjoncture économique, la construction connaît une phase de regain positive. Ses dossiers s’instruisent en amont avec le concours de partenaires essentiels dans la réécriture des programmes de l’habitat, à l’instar de l’Association des paralysés de France ou des services techniques du SDIS (Service départemental d’incendie et de secours).  

Pléthore de projets constructifs se rattachent à notre territoire. Trente logements, imaginés en conception réalisation, devraient être réalisés d’ici le terme de 2019 pour une enveloppe de 3,5 millions d’euros à Auxerre. Citons pêle-mêle, le projet de résidence sociale COALIA, avec sa trentaine de logements (4,3 millions d’euros) livrés d’ici 2020, toujours dans le chef-lieu du département.

Parmi les exemples des futures réalisations en périphérie ou dans d’autres villes de l’Yonne, citons la conception de dix logements, sous la forme de maisons individuelles à Charbuy (fin 2019 pour 1,3 million d’euros d’investissement), la réalisation de trois logements (valeur de 438 000 euros) à Saint-Moré, six habitats individuels à Saint-Florentin (enveloppe de 876 000 euros), vingt-et-un logements construits à Chevannes, avec le particularisme d’y adjoindre des services à la personne pour 3 millions d’euros ou encore à Migennes, l’acquisition amélioration de onze logements (valeur à 1,6 million d’euros).Soit un total de 111 logements qui occasionnent plus de 15,2 millions de travaux.

Vingt-deux millions d’euros engagés dans les programmes de réhabilitation

Ce sont près de 700 logements qui seront impactés par les travaux de réhabilitation dans le plan stratégique de patrimoine à deux ans. L’amélioration du cadre de vie mais aussi la transition énergétique par le prisme de la recherche de performances consuméristes constitueront le socle de ces chantiers, dispatchés aux quatre coins du territoire.

DOMANYS s’emploiera à réaliser cet objectif à Avallon (plusieurs programmes comprenant près de 150 logements, avec l’enlèvement de l’amiante, pour un équivalent de 3,9 millions d’euros), Chablis (52 logements réhabilités pour deux millions d’euros), Joigny (104 logements pour 3,6 millions d’euros). Plusieurs opérations seront menées à Migennes (165 logements pour environ une enveloppe financière de 5 millions d’euros), à Paron (30 logements pour un million d’euros).

S’ajoutent à cet inventaire à la Prévert les communes de Pont-sur-Yonne (64 logements pour 1,4 million d’euros), Saint-Julien du Sault, Sens, Toucy ou encore Villeneuve sur Yonne.

Quant aux gros travaux d’investissement (ils se rapportent à l’isolation, la couverture, la VRD), ils sont évalués à 5,6 millions d’euros pour l’exercice 2019 et à 3,8 millions d’euros l’année suivante. Enfin, a contrario, aucun programme de démolition n’est prévu avant 2021.

Soucieux de la qualité environnementale, les responsables de DOMANYS ont procédé à des rappels à l’ordre indispensables à la sécurisation des chantiers et au respect de la protection de la flore et de la faune sauvage. Des messages qui ont été assimilés par les artisans du cru, qui peuvent se préparer d’ores et déjà à candidater pour obtenir un ou plusieurs lots sur les futurs projets 2019/2020.

Le distributeur français de fruits secs à coque répond à la tendance actuelle en matière de conditionnement. Dirigée par Benoît CHAIX, la PME vient de consacrer une enveloppe budgétaire de 70 000 euros à l’achat d’une ensacheuse, fabriquée en Italie. Grâce à ce nouvel appareillage, l’entreprise de Saint-Julien du Sault peut désormais proposer ses produits traditionnels (amandes, noisettes, noix, pistaches…) aux professionnels de l’agro-alimentaire dans des emballages beaucoup plus ergonomiques et usuels qu’auparavant.

SAINT-JULIEN-DU-SAULT : Alors qu’elle propose plus de 500 références de produits alimentaires issus de la famille des fruits secs à coque, SILVAREM améliore la qualité de ses emballages.

La PME, filiale du groupe transalpin STELLIFERI, apporte de la valeur ajoutée supplémentaire à son packaging. En accueillant ses ingrédients dans des sachets à fond plat, une variante d’emballage nettement plus valorisante quant au futur usage des paquets.

milieu articles

L’abandon du sachet coussin est entériné…

Pour atteindre cet objectif, SILVAREM a déboursé une enveloppe financière de 70 000 euros, une somme servant à acquérir la machine nécessaire, produite en Italie.

La nouvelle ensacheuse est en phase d’installation. Elle sera opérationnelle d’ici quelques jours après la période de formation de l’opérateur. SILVAREM emploie huit collaborateurs.

Progressivement, sauf spécificités particulières, l’abandon du sachet coussin, utilisé jusqu’à présent par la PME icaunaise, sera acté. Dorénavant, le distributeur de fruits secs optimisera les envois de ses produits à l’aide de ces sachets ergonomiques (ils offrent une meilleure mise en carton lors du transport), nettement plus présentables.

En étroite osmose avec son partenaire, Géant Casino, le commerce de la galerie Fontaines des Clairions réitère son soutien à la campagne nationale du Téléthon pour la quatrième année consécutive. Si l’exercice 2017 était synonyme d’une récolte financière de 760 euros au profit de l’AFM Téléthon, qu’en sera-t-il exactement au soir du 08 décembre ? Responsable de la vitrine auxerroise, l’opticienne Frédérique LECOMTE se mobilise, aux côtés de ses équipes, pour sensibiliser petits et grands à une cause qui leur tient à cœur…

AUXERRE : Un petit geste, fort en symbole, pour une grande aide favorisant la recherche. C’est ce que proposent durant deux jours, le 07 et le 08 décembre, OPTIC 2000 et son partenaire, Géant Casino. Le principe est simple : il suffit de profiter de la vente de brioches pour faire montre de générosité dans le cadre de la nouvelle campagne lancée par l’AFM Téléthon.

Depuis 2014, l’opticienne de la galerie Fontaines des Clairions, Frédérique LECOMTE, décline dans sa boutique, avec l’aide de ses collaborateurs, cette opération altruiste et généreuse.   

En échange de cinq euros, somme intégralement reversée sous la forme de don à l’association, petits et grands peuvent déguster une brioche fournie par la boulangerie/pâtisserie de l’enseigne de la grande distribution.

milieu articles

Le subside financier se destine ensuite à la recherche thérapeutique dans le domaine des maladies rares ou des pathologies génétiques de la vision.

Le réseau leader de l’optique en France s’est engagé dans ce combat, aux côtés de l’AFM Téléthon, depuis 2012. Ainsi, les opticiens de l’enseigne aux 1 165 points de vente consacrent un euro par deuxième paire vendue à la structure associative.

Partenaire majeur du Téléthon chaque année, OPTIC 2000 a ainsi permis la collecte de 6,9 millions d’euros au bénéfice de l’association.

Ce fut un registre d’intervention inhabituel pour BGE Nièvre Yonne mais ô combien essentiel à la réflexion et au développement de nouvelles approches économiques. La structure associative régionale a garni les travées de l’amphithéâtre de l’IUT d’Auxerre, lundi soir, où près de deux cents personnes, issues du sérail entrepreneurial et institutionnel, ont pu apprécier à leur juste valeur les messages forts, relayés par le long-métrage, « La Terre vue du cœur ». Une table ronde, pertinente quant à la thématique abordée, en résultera. Plus que jamais économie et écologie doivent être à l’unisson à l’avenir afin d’éviter un scénario catastrophe…

AUXERRE : Un créateur d’entreprise ne peut plus décemment se lancer dans l’aventure entrepreneuriale sans être préoccupé par les questions d’environnement et d’écologie. Quel que soit son appétence sectorielle.

Alors que la transition écologique se rappelle au bon souvenir de nos concitoyens, surtout à travers le prisme de la mobilité énergétique et de notre dépendance aux énergies fossiles, le public, convié à découvrir les images de cette production cinématographique de bel aloi (« La Terre vue du cœur »), aura pris bonne note de ce qu’il faut faire et surtout ne pas faire dans ce nécessaire processus de sauvegarde de la planète.

Sortant de son cadre d’intervention habituel (la formation et l’accompagnement de porteurs de projets en vue de leur émancipation professionnelle), BGE Nièvre Yonne s’est donc muée en caisse de résonance intellectuelle, à la cause de l’adoption de préceptes écologiques.

Fiscalité, règlementation, actualité : tout ou presque concorde aujourd’hui pour que la transition écologique s’applique derechef au sein même des entreprises. Partant de ce simple postulat, les responsables de BGE Nièvre Yonne se sont rapprochés de quelques exégètes en la matière pour sensibiliser le commun des mortels de la TPE/PME locale.

milieu articles

Un excellent vecteur introductif avec le film…

Grand bien leur en a pris : ce qui aurait pu être une soirée délicate à organiser, au vu du contexte conjoncturel du moment et l’émergence inattendue des « Gilets jaunes », pour la plupart réfractaires aux idéologies écologistes, s’est transformé en une pleine réussite côté auditoire.

Refusant du monde aux accès de l’amphithéâtre, BGE a enregistré près de deux cents spectateurs pour sa grande première.

Conçu autour de la personnalité charismatique de l’astrophysicien Hubert REEVES et du philosophe Frédéric LENOIR, le film concocté par Iolande CADRIN-ROSSIGNOL interpella la salle sur la menace insidieuse qui pèse sur la biodiversité.

Largement diffusé à travers l’Hexagone depuis sa sortie initiale, le 13 avril dernier, « La Terre vue du Cœur » représentait un excellent vecteur introductif à la table ronde qui devait suivre.

Celle-ci réunissait, outre le président de BGE Nièvre Yonne, Arnauld MERIC, le vice-président en charge de l’environnement au sein de la Communauté d’agglomération de l’Auxerrois Denis ROYCOURT, et trois responsables du milieu professionnel, Thierry CHANUSSOT, directeur du territoire Nord Bourgogne au sein de VEOLIA Eau, Abdel Malik OUACHEN, créateur de la TPE INDHYA et le régional de l’étape, Pierre NAUDET, l’un des cadres dirigeants de la société familiale des Pépinières NAUDET à CHEU.

Interrogés par Benjamin LEMAIRE, lui-même créateur de l’agence évènementielle « Le Vin, Tout simplement », les intervenants purent exposer leurs points de vue personnels en apportant de multiples exemples concrets.

Parmi les sujets phare qui auront servi de trames à leurs propos : l’importance de l’eau, ressource vitale à l’existence de l’humanité, la préservation des arbres et forêts, la mise en place du pôle environnemental de l’Yonne (une création programmée en 2019 à Auxerre), le poids des nouvelles méthodologies en matière de gouvernance d’entreprises avec le management libérateur et les entreprises libérées.

Cette soirée riche en thèmes ne pouvait laisser personne dans l’indifférence.

Page 1 sur 77
Bannière droite accueil