Profitant de l’évènement international accueilli tous les deux ans à Lyon EUREXPO, le premier constructeur de remorques et semi-remorques  de l’Hexagone (40 % de parts de marché) présentera de nouveaux produits élaborés dans l’esprit de la RSE et du développement durable. Dont une première mondiale que le directeur de la filiale française du groupe WIELTON, Richard RIHOUET, n’a pas voulue trop déflorer avant l’heure. Vivement le mois de novembre pour constater de visu !

 

AUXERRE : Toute la filière du transport routier et urbain se donne rendez-vous dans la capitale des Gaules, du 16 au 20 novembre, lors de l’évènement qui réunit sur un rythme biennal les professionnels de ce secteur d’activité. Autant dire que la filiale française du groupe polonais WIELTON, FRUEHAUF, sera de la partie sur cet évènementiel qui fera date dans les annales pour la structure.

Evoquant les valeurs de la RSE (Responsabilité sociétale des entreprises) et ses applications lors de l’une des deux tables rondes proposées par la Maison de l’Entreprise ce jeudi à Auxerre, Richard RIHOUET, directeur de FRUEHAUF, a confirmé la présence de son groupe à cet évènement lyonnais.

Non seulement, la société industrielle y présentera de nouveaux produits ; mais, en outre, il y sera question de première mondiale pour l’une de ses réalisations.  

 

Une certification obtenue auprès de la plus exigeante des associations !

 

De nouveaux concepts qui ne manqueront pas d’interpeller les nombreux visiteurs de ce salon professionnel et dans lesquels la Région Bourgogne Franche-Comté a apporté son concours en matière de subsides financiers.

Une bonne nouvelle ne venant jamais seule, FRUEHAUF a obtenu en mai dernier la certification « Origine France Garantie » pour ses semi-remorques à rideaux coulissants, semi-remorques fourgons et semi-remorques bennes. Un accessit décerné par l’association « Pro France », la plus exigeante de toutes à ce jour !

 

 

Cette certification est la seule qui atteste l’origine française d’un produit grâce à un audit indépendant et garantit un haut niveau d'exigence. Son obtention est soumise à la conformité à deux critères cumulatifs : le lieu où le produit prend ses caractéristiques essentielles situé en France (Auxerre) et 50 % au moins du prix de revient unitaire acquis en France.

Pour le client, c'est la possibilité de connaître l'origine française d'un produit et par conséquent de pouvoir le choisir en toute transparence. Pour les entreprises, c'est le moyen de valoriser le maintien, le développement ou le retour d'activités productives en France de manière efficace, sur le marché intérieur comme à l'export.

 

 

De réelles retombées en Bourgogne Franche-Comté en matière d’emplois…

 

Concrètement, le site auxerrois a parfaitement répondu aux critères d’obtention de la certification sur ses différents produits, grâce à son processus de fabrication intégré, confirmant l’ancrage de la société en France. Et notamment en Bourgogne Franche-Comté. Ce qui n’est pas pour nous déplaire !

Rappelons que les produits réalisés à Auxerre par FRUEHAUF font appel à plus de cinquante fournisseurs français, dont près de 20 % sont basés en région Bourgogne Franche-Comté. D’où la kyrielle d’emplois induits…

 

Thierry BRET

 

Objectif en ligne de mire : intégrer l’équipe de France des Métiers. Catégorie cuisine pour les huit jeunes prétendants à ce Graal suprême ! Oui mais voilà, là où les choses se corsent, c’est qu’il leur faudra beaucoup de pugnacité et de persévérance pour décrocher la timbale. D’autant que les finales nationales se déclinent en deux phases. La première d’entre elles se joue les 08 et 09 septembre à Auxerre dans le temple de l’excellence pédagogique : le CIFA…

 

AUXERRE : Etre sélectionné parmi l’équipe de France des Métiers de l’artisanat correspond à un symbole fort pour tout compétiteur qui s’y frotte les ailes. C’est représenter le savoir-faire séculaire de la tradition professionnelle tricolore à l’échelle de la planète.

Un exercice qui a su sourire par le passé à bon nombre de jeunes candidats ayant franchi successivement le Rubicon des étapes éliminatoires. Concourant dans l’un des 61 métiers représentés.

Départementales, au commencement du parcours. Puis, régionales en montant d’un cran au niveau de la poussée d’adrénaline. Nationales, enfin, pour espérer toucher de l’index la divine providence de la réussite comme Adam, le fameux personnage peint par Michel-Ange au plafond de la chapelle Sixtine du Vatican !

C’est donc bel et bien à un évènement hexagonal auquel nous assisterons deux jours durant au Centre de formation interprofessionnel d’Auxerre. Par le passé, le CIFA avait accueilli des sélections départementales et régionales d’épreuves aussi diverses que variées issues des Olympiades des Métiers ou des concours d’un des meilleurs apprentis de France. Mais, point de rendez-vous rassemblant la quintessence de l’apprentissage qui mène à la pratique des métiers de l’artisanat.

 

 

L’excellence de la cuisine accueillie au CIFA : une évidence !

 

Pour cette 46ème  compétition, l’établissement pédagogique auxerrois mettra à disposition des huit concurrents sa logistique humaine (un commis attribué à chaque candidat), matérielle avec ses fourneaux et démonstrative dans son restaurant d’application, le Com’des Chefs.

Répartis en deux groupes de quatre, les sélectionnables auront le choix de travailler à la conception d’un saucisson brioché et d’une préparation culinaire élaborée à partir d’un sandre (le module 1) ou d’une jambonnette de volaille, assortie de son dessert chocolaté pour le module 2.  

Bref : l’important sera de séduire un jury de professionnels tant dans l’aspect visuel et créativité de la recette qu’au niveau du goût et de la texture des aliments.

A l’issue de ces épreuves de la phase 1, chaque compétiteur se verra attribué une note qui représentera 50 % de la notation finale.

Sachant que la seconde phase de cette finale Cuisine se poursuivra dans la capitale de la gastronomie française : Lyon. La cité des Gaules a été choisie pour accueillir les épreuves internationales en 2023.

Auparavant, l’équipe de France des Métiers se frottera aux meilleurs européens à Saint-Pétersbourg en Russie du 16 au 20 août 2023. Certains auront le privilège de tutoyer les sommets mondiaux lors des épreuves internationales organisées du 12 au 17 octobre 2022 à Shanghai.

Les couleurs de la Bourgogne Franche-Comté seront défendues par le jeune Simon LEFEBVRE, titulaire d’un BTS Cuisine obtenu au lycée des métiers de l’hôtellerie Vauban à Auxerre.

 

 

 

 

En savoir plus :

 

La liste des candidats présents sur l’évènement des WORLDSKILLS ainsi que la répartition des groupes.

Groupe A :

-          Simon LEFEBVRE / Bourgogne Franche-Comté

-          Saïd SOUMAILA / PACA

-          Clarisse ARGOUT-LABBE / Nouvelle-Aquitaine

-          Lilian BAIL / Hauts-de-France

Groupe B :

-          Paul PIBARD / Bretagne

-          Mathieu Weiss / Ile-de-France

-          Lucas REMOND / Auvergne-Rhône-Alpes

-          Arthur LOUIS / Grand-Est

 

Thierry BRET

 

Richesse locale permettant à chacun d’avoir à proximité de son domicile une activité qui contribue à son bien-être, la vie associative était à l’honneur ce samedi 04 septembre dans la commune. Grâce à un forum plaçant sous le feu des projecteurs les activités de vingt-deux structures dynamiques…

 

CHEVANNES : Primordiales à la cohésion sociale et au bien-vivre dans la commune, les associations ? Sans doute ! Celles de cette localité périphérique d’Auxerre ont eu l’opportunité de se retrouver samedi 04 septembre pour proposer une découverte aux nouveaux habitants (et pourquoi pas aux plus anciens) de leurs réelles potentialités en matière d’activités.

Organisé de manière biennale, ce forum spécifique accueillait dans la salle polyvalente du village une kyrielle de structures symbolisant le dynamisme de cette bourgade forte de ses 2 300 âmes.

 

 

Modélisme, VTT, kick-boxing, football, tennis, gymnastique, théâtre, école de musique, Club de l’amitié, pratique de la samba ou de la danse (DK Dance) côtoyaient des références de la vie associative moins conventionnelles mais aussi importantes que peuvent l’être l’ADMR, les sapeurs-pompiers ou la FNACA.

On notait la présence du Fonds de sauvegarde du patrimoine (la commune a consenti des budgets importants à la réhabilitation de monuments chargés d’histoire) ou de la paroisse.

 

 

Pas de baisse des subventions malgré la morosité budgétaire…

 

Lors de sa prise de parole, Dominique CHAMBENOIT, premier élu, saluait leurs initiatives diverses et variées déclinées tout au long de la saison.

« Les associations méritent d’être mises à l’honneur en leur permettant d’aller à la rencontre de leurs futurs adhérents… ».

Pour l’élu, cela ne fait pas l’ombre d’un doute : l’importance des associations n’est plus à démontrer. Elles sont à ranger parmi les principaux supports de la vie citoyenne.

Porteur de bonnes nouvelles, Dominique CHAMBENOIT a profité de son allocution inaugurale pour annoncer que l’équipe municipale avait décidé de ne pas baisser les subventions accordées à ces entités, malgré la morosité ambiante, synonyme de restrictions budgétaires à tout crin.

 

 

Convaincu que le bénévolat et ses principes vertueux possédaient encore de beaux jours, le maire invita ensuite l’assistance, certes un peu éparse en cette fin de matinée, à rejoindre le cocktail.

On notera la présence de la conseillère départementale, Delphine BILLON, venue en famille, venir encourager les associations dont celle de son époux, responsable du kick-boxing. Quant à l’élue auxerroise, Dominique MARY, c’est en amie du monde associatif et en qualité de présidente de Passerelle, qu’elle participait à ces retrouvailles concoctées dans un esprit bon enfant…

 

Thierry BRET

 

 

La bonne nouvelle a été lâchée par François-Xavier WILLIG, nouveau responsable du groupe scolaire Saint-Joseph-la-Salle. Les cours des trois BTS seront assurés en présentiel. Une vraie bouffée d’oxygène pour des enseignants et étudiants sevrés de présence physique durant une saison complexe, imputable à la pandémie de coronavirus.

 

AUXERRE : L’année dernière, à pareille époque, parents d’élèves et étudiants avaient fait grise mine en étant privés de ce rendez-vous de pré-rentrée indispensable pour prendre la température ambiante. Celle, ô combien nécessaire, de ces retrouvailles (pour les deuxièmes années) et de la découverte pour les néophytes avant de fréquenter l’établissement devant les accueillir tout au long de la saison.

La COVID-19 était passée par là. Avec son lot indigeste de situations ubuesques, de contraintes diverses à respecter et de privations de présence physique, notamment pendant les cours.

 

 

 

Mais, cette fois-ci, les choses semblent être rentrées dans l’ordre. Le successeur de Marc BESANCENEZ, parti depuis sous d’autres cieux pour prendre la direction d’un nouvel établissement d’enseignement privé à Reims, François-Xavier WILLIG s’est voulu rassurant dès l’entame de sa prise de parole : « les étudiants des trois sections BTS se retrouveront en présentiel ! ».

Un ouf de soulagement pour les familles qui assistaient à ce cérémonial convivial de prise de contact.

 

 

Innovation avec le BTS Management opération de la sécurité….

 

Directrice de l’enseignement supérieur au sein du groupe scolaire catholique, Céline MARTI prit soin de présenter l’équipe pédagogique dont quelques-uns de ses représentants participaient à cette soirée informelle.

Professeur de lettres (elle enseigne en parallèle de la direction de l’établissement), Céline MARTI évoqua le charisme lassalien et la philosophie inculquée dans cet établissement, fondé par des frères il y a trois siècles.

« Le jeune est au centre du projet pédagogique, devait-elle expliquer, les équipes sont à son service pour construire son futur en lui transmettant des valeurs humanistes… ».

Trois sections BTS accueillent en cette rentrée une centaine d’étudiants. Pour mémoire, celui du commerce international et celui des métiers du notariat avec un partenariat mis en place depuis longtemps avec la Chambre départementale des notaires. La nouveauté provient du BTS M.O.S., pour Management opérationnel de la sécurité. Ce dernier cursus s’inscrit dans le prolongement du bac pro spécifique pour s’initier aux métiers de cette filière.

 

Thierry BRET

 

 

 

Les gymnases auxerrois ont la cote en cette période de rentrée. L’un, flambant neuf vient d’être inauguré en grandes pompes par les autorités officielles au collège Albert-Camus. L’autre, celui de l’ancien collège Bienvenu-Martin, s’est substitué à AUXERREXPO en accueillant en partie le centre de vaccination qui y était fonctionnel depuis mars…

 

AUXERRE : Assurer 900 injections par jour : tel est l’objectif des équipes sanitaires qui viennent de prendre possession depuis le début de la semaine du complexe sportif auxerrois. Un endroit idéalement situé, offrant une rampe d’accès pour les personnes à mobilité réduite désireuses de recevoir leurs doubles doses de PFIZER, avec des zones de parking alentour.

Depuis le 01er septembre, le gymnase de l’ancien collège Bienvenu-Martin s’est donc reconverti en un espace d’accueil opérationnel, permettant d’accompagner la population devant recevoir les injections.

 

 

240 000 vaccinations déjà réalisées dans l’Yonne…

 

Avec ce déménagement, réparti tant vers ce gymnase que le centre hospitalier d’Auxerre qui peut assurer 450 injections par jour, le parc des expositions peut reprendre le cours de son existence, mis entre parenthèses depuis le 07 mars dernier. Les locaux exploités par le groupe Centre France étaient devenus l’un des principaux centres de vaccination du département avec 64 719 injections réalisées depuis son ouverture. Le transfert du matériel et des équipes s’est déroulé le 31 août.

A date, 240 000 vaccinations ont eu lieu dans l’Yonne. Un chiffre qui traduit la mobilisation des citoyens en phase avec cette vaste campagne. Et, cela devrait perdurer manifestement parmi les six centres principaux opérationnels sur l’Auxerrois.

Jeudi en milieu d’après-midi, le préfet de l’Yonne Henri PREVOST s’est rendu sur place pour visiter le nouveau site d’accueil. Il était accompagné du député de la circonscription, Guillaume LARRIVE, du président de l’Agglo de l’Auxerrois et maire d’Auxerre, Crescent MARAULT, de son directeur de cabinet, Yves LASMARTRES, du docteur Maryline SAINT-ANTONIN en charge de la Santé sur l’Auxerrois, ou encore de Marion AOUSTIN-ROTH, directrice du cabinet de la préfecture. On notait également la présence du colonel Jérôme COSTE, directeur du SDIS 89.

 

 

Etre vacciné : le seul moyen de retrouver une vie normale…

 

La petite délégation prit soin de découvrir à son rythme l’aménagement sanitaire du site où s’activèrent les équipes médicales au contact de quelques patients en attente du précieux antidote.

Le gymnase de l’ex-collège Bienvenu-Martin accueillera pour un long moment ces séances vaccinales qui visent à obtenir l’immunité du plus grand nombre face à la pandémie du coronavirus.

D’ailleurs, si des efforts doivent toujours se concentrer sur une frange de la population non vaccinées (les personnes âgées de plus de 80 ans ou les plus jeunes), les troisièmes doses de PFIZER ont débuté ce jeudi.

Parallèlement, plusieurs opérations de sensibilisation se développent depuis samedi dans les centres commerciaux de la place ; ce qui correspond à la stratégie de l’aller vers comme devait l’expliquer le représentant de l’Etat.

La vaccination va encore progresser. Dès la semaine prochaine, elle sera proposée dans les collèges et les lycées.

 

 

Le préfet ne manquera pas de saluer la réussite de ce partenariat décliné à l’échelle de l’Yonne avec les services de l’ARS (Agence régionale de Santé), le Département, le SDIS 89, les collectivités territoriales à l’instar de la Ville d’Auxerre. Un partenariat qui s’avère très efficace pour Crescent MARAULT.

Henri PREVOST profita d’un point presse pour remercier le travail intense fourni par les médecins, les infirmiers, les personnels de santé, les sapeurs-pompiers et les personnels administratifs.

D’ici une dizaine de jours, de nouvelles réunions feront plancher les différents acteurs engagés dans cette mission sociétale de grande envergure. Ils affineront la stratégie de vaccination, permettant de n’oublier personne…

 

Thierry BRET

 

Articles

Bannière droite accueil