Elle est bien bonne, celle-là ! Plutôt que de s’armer de patience encore quelques semaines pour profiter des premières oranges de l’Europe du Sud au moment de la Noël, on les importe directement depuis l’Océanie. Soit 17 000 kilomètres de voyage pour des fruits à l’empreinte carbone très marquée. Alors que la COP 26 stagne dans ses prises de décisions pour sauver la planète : on croit rêver !  

 

BILLET 

Lundi

 

L’on connaissait les oranges d’Espagne, du Maroc, voire d’Afrique du Sud : il faudra désormais compter avec celles d’Australie… Apparues cette semaine sur les étals d’une grande surface auxerroise, après avoir parcouru plus de 17 000 km ! L’empreinte carbone d’un tel voyage n’est pas anodine, mais l’on peut s’interroger aussi sur le fait que ces fruits venus des antipodes ne soient pas vendus plus chers pour autant. Laissant soupçonner des coûts de production ridiculement bas et des salaires qui ne le sont pas moins. Consommer des oranges australiennes faute de savoir attendre l’arrivée de leurs consœurs marocaines ou espagnoles est décidemment une idée absurde. Un peu comme si la France se mettait en tête de vouloir vendre des sous-marins à l’Australie !

 

Mardi 

 

Il y a 51 ans, disparaissait le Général de GAULLE. Lui qui dans son testament refusait toute récupération politique de sa mort, a du se retourner une fois de plus dans sa tombe, à voir tous ceux venus jusqu’à Colombey-les-Deux-Eglises se recueillir devant sa dernière demeure. Un pèlerinage traditionnel à la dimension mythologique, qui prend cette année un caractère obligatoire, élection présidentielle oblige ! « Ils sont venus, ils sont tous là… » aurait chanté Charles AZNAVOUR, « y’a même Django le fils maudit… » héritier ou héritière d’un parti qui en son temps, avait été soupçonné de vouloir attenter à sa vie. Toutes et tous sont passés par le vestiaire, espérant revêtir l’uniforme du Général, mais peine perdue, il ne restait que du XL, rien à leur taille !

 

Mercredi 

 

Après six mois passés dans la Station Spatiale internationale, Thomas PESQUET est revenu sur Terre. Courageux, sympathique, humble, sportif accompli, pédagogue, communiquant, disponible avec les médias, musicien à ses heures, l’homme témoigne d’un charisme sans pareil qui fait de lui le fils ou le gendre idéal ! L’histoire est trop belle, il faut bien lui inventer quelques défauts… Il paraitrait que sur ses bulletins scolaires, le petit Thomas était décrit comme étant souvent dans la lune et n’ayant pas les pieds sur terre !

 

Jeudi

 

Les cérémonies du 11 novembre ont marqué cette année une dimension particulière, avec l’hommage rendu au dernier compagnon de la Libération, Hubert GERMAIN, décédé le 12 octobre dernier. Parmi les personnalités présentes, les maires des cinq communes décorées de l’Ordre, dont celui de Grenoble, Eric PIOLLE, reconnaissable entre tous par le fait d’arborer une chemise ouverte, sans cravate. Une particularité vestimentaire partagée par l’édile auxerrois, Crescent MARAULT, lui aussi allergique en toutes circonstances au port de cette pièce identitaire, symbole pour les uns de respect ou d’hommage et pour les autres, de conformisme ridicule, au dress code démodé. A chaque période de l’Histoire ses résistants ! 

 

 

Vendredi

 

N’en déplaise à PREVERT, les feuilles mortes ne se ramassent plus à la pelle ! L’automne revenu, qu’il est doux le chant des souffleuses et autres aspirateurs se succédant sur nos trottoirs pour en faire disparaître la moindre charmille fanée. Qu’il pleuve ou qu’il vente, leurs décibels résonnent par les rues, imitant à la perfection l’écho d’une tronçonneuse ou d’un bolide de course, pour le plus grand plaisir des riverains ! Ne pourrait-on envisager de remplacer un jour le moteur thermique de ces engins du diable par une alimentation électrique sur batterie ? Au moins pour le confort et les oreilles de ceux qui les utilisent au quotidien...

 

Samedi

 

Milieu de terrain dans l’équipe féminine du PSG, Kheira HAMRAOUI a été agressée, son équipière, Aminata DIALLO, placée en garde à vue… Le club de la capitale une nouvelle fois dans la tourmente, après l’épisode tragi-comique du joueur parisien détroussé par un travesti croisé sur l’une des artères du Bois de Boulogne. Les filles sont en passe de jouer comme les garçons dans la « cour des grands », multipliant faits divers et révélations scandaleuses ! A quand une sextape avec de jeunes escort-boys à peine pubères ?

 

Dimanche

 

Dimanche 12 novembre 2096… La COP 101 vient de s’achever. Une édition marquée par le départ des derniers habitants du continent africain, ravagé par les flammes et des températures avoisinant les 60°… Ils rejoindront dans leur fuite, le milliard d’individus ayant quitté les zones côtières submergées par la mer, suite à la fonte totale de la banquise. L’infiltration de l’eau salée dans les nappes phréatiques ayant depuis longtemps annihilé la ressource en eau potable et supprimé toute agriculture. La fonte du permafrost a libéré depuis peu des gaz délétères et oblige la population européenne à porter un masque respiratoire pour tout déplacement extérieur… L’horloge de l’apocalypse va bientôt sonner mais les participants à la conférence se sont quittés rassurés, avec l’objectif de limiter le réchauffement climatique à 5°C à l’horizon 2150…

 

Dominique BERNERD

 

 

 

 

 

Le rayonnement de l’Auxerrois et de sa ville phare à l’international représente bien plus qu’une simple réalité. Quoi qu’on en dise, quoi qu’on en pense ! Le football et la viticulture, s’ils s’exportent très bien, au-delà nos frontières hexagonales, ne sont pas les seuls vecteurs d’attractivité et de communication qui ancrent chaque jour un peu plus la cité de Paul Bert vers l’universalisme. Culture, industrie, éducation, solidarité, tourisme…autant d’items qui seront abordés lors de la table ronde déclinée par la Maison des Jumelages, de la Francophonie et des Echanges internationaux le 30 novembre prochain.

 

AUXERRE : Voilà une projection intéressante. Un peu inhabituelle quand on évoque le nom de la capitale de l’Yonne. Quelle est en réalité la place qu’occupent Auxerre, et par un effet gigogne légitime celui de l’Auxerrois, sur la scène internationale ? Une question qui mérite d’être posée à l’heure de la mondialisation à outrance et de la prégnance des réseaux sociaux, source de grands espaces évasifs. Même si les frontières sont quelque peu mises à mal depuis une vingtaine de mois, date des prémices de la crise sanitaire.

Nonobstant, si elle attire son lot de touristes en provenance parfois des quatre coins de la planète (il n’est pas rare de voir arpenter dans la contrée des habitants originaires des antipodes), Auxerre n’est peut-être pas la ville qui fait la plus parler de l’Hexagone hors de nos murs. Sans doute !

Mais, de là à imaginer qu’elle ne pèse rien à l’échelle du globe ce serait mal connaître celles et ceux de ces structures associatives, de ces entreprises, de ces artistes, de ces chantres de la pédagogie et de la formation qui ne tentent pas, tant bien que mal, d’y parvenir !

 

Se nourrir des expériences de structures associations et institutionnelles…

 

Aussi, fort de ce postulat, la Maison des jumelages, de la francophonie et des échanges internationaux a souhaité se pencher sur cette réflexion pertinente. En toute logique au vue de ce que représente réellement la structure de par ses diverses activités. Rappelons, au passage, pour celles et ceux qui seraient encore dans l’ignorance que ladite maison de la francophonie auxerroise est la cellule représentative de ce qui se passe en région Bourgogne Franche-Comté. Il suffit pour s’en apercevoir d’apprécier le savoureux cocktail concocté lors de la nouvelle édition de sa fameuse « caravane » qui sillonne bon nombre de départements de notre territoire.

Toujours est-il que le 30 novembre en début de soirée toute la lumière sera faite sur ce positionnement iconoclaste de la ville à l’échelle internationale. Accueillie dans l’amphithéâtre de la Fédération départementale du Bâtiment, la manifestation s’articulera en trois volets d’autant de tables rondes.

Le premier regard concernera le monde associatif où des entités aussi emblématiques que le Lions Club, Lune d’Afrique (on pense déjà au futur festival « Choco Vins ») ou l’AJ Auxerre viendront corréler de leurs interventions celle du comité de jumelages de Monéteau, organisme très actif dans les relations européennes.

 

 

Parler de l’international passe nécessairement par la lorgnette de la jeunesse. Qu’il s’agisse de l’IUT proposant ses filières pédagogiques pouvant conduire à la découverte d’une destination étrangère au lycée des métiers Vauban instigateur d’une relation privilégiée avec l’Espagne dans le cadre du programme Erasmus  sans omettre les Compagnons du Devoir, système éducatif qui incite à parcourir le monde pour en accumuler les expériences humaines, les témoignages seront riches et intenses.

A ce titre, Bourgogne Franche-Comté International sera également de ce rendez-vous : à la clé la connaissance des dispositifs permettant de travailler ou de s’investir dans des actions de solidarité ailleurs que dans l’Hexagone.

 

 

Les atouts économiques qui exportent le savoir-faire de l’Yonne…

 

Reste naturellement l’aspect de pure économie. Via l’industrie et le commerce, explicités par la CCI de l’Yonne. Via la filière viticole avec la jeune start-up VINO UP et son duo agréable de jeunes dirigeantes qui prodiguent conseils et expertises.

Via le tourisme avec l’agence de développement Yonne Tourisme qui travaille sur son nouveau schéma départemental pour 2022.

Via la Jeune Chambre Economique dont on ne présente plus les attraits pour ces jeunes incubateurs de leaders citoyens qui s’y manifestent. Via enfin le port de Gron et sa structure représentative, LOGI YONNE qui a su essaimer au Vietnam pour créer une filiale défendant les intérêts de la logistique tricolore.

Les ponts entre la France et l’Afrique, plutôt dynamiques dans l’Auxerrois, seront abordés par une consultante locale, esthète de la question, Ambre DELCROIX.

On parle aussi du groupe Saint-Joseph La Salle avec son fameux concours d’éloquence ouvert aux jeunes gens qui veulent s’exporter dans le monde. On évoque aussi la présence de SAUREA et son célèbre moteur solaire autonome, promus par le tandem de dirigeants Gilles et Isabelle GALLET-COTY…

Bref, tout ce qui a un attrait direct avec le monde et ses grandes latitudes se donne rendez-vous lors de cette soirée exceptionnelle où le Département, par le biais d’Isabelle FROMENT-MEURICE, vice-présidente en charge de la promotion touristique et culturelle et l’Agglomération avec l’un de ses porte-voix, son premier vice-président Christophe BONNEFOND, apporteront leurs visions.

Celle d’une ville d’Auxerre en recrudescence d’universalisme avec toutes les conséquences que cela induit…

 

 

En savoir plus :

L’Auxerrois à l’international

Tables rondes organisées par la Maison des Jumelages, de la Francophonie et des Echanges internationaux.

Mardi 30 novembre à 18 heures

Siège de la FFB 32 Rue de l’Ocrerie à Auxerre

Entrée gratuite

Renseignements :

Tel : 03.86.51.75.97.

Mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Site : https://jumelages-francophonie.com

   

Thierry BRET

 

Le chef du restaurant « Le Rive Gauche » à Joigny vient d’obtenir un nouvel accessit. En ajoutant à son escarcelle le prix de la Créativité lors du championnat du monde de la recette de l’œuf en meurette ce week-end au Château du Clos de Vougeot. Une épreuve que la toque lyonnaise Grégory CUILLERON a remportée. En présence d’un juré princier : SAS Albert II de Monaco !

VOUGEOT (Côte d’Or) : Décidément, les esthètes de la gastronomie icaunaise ne manquent pas de créativité lorsqu’il s’agit de concocter l’incontournable recette bourguignonne. Un mets qui mêle habilement terroir et inventivité, jouant sur le complexe harmonieux des saveurs, des parfums et des textures. L’œuf sublimé dans toute sa magnificence, en vérité !

En 2020, lors de la précédente édition, le chef mauricien Franco BOWANEE (Château du Vault-de-Lugny) avait tutoyé les sommets en matière de créativité. Subjuguant avec succulence les membres du jury qui lui avaient octroyé cette distinction.

Ce week-end, dans l’antre des arts de vivre et de la gastronomie (le château du Clos de Vougeot), c’est une autre toque de l’Yonne qui a glané ce prix si caractéristique de l’originalité gastronomique : Jérôme JOUBERT.

 

 

Jérôme JOUBERT : un parcours effectué aux côtés des étoiles…

 

Un garçon que l’on ne présente plus dans le sérail puisqu’il est à la tête du restaurant « Le Rive Gauche » depuis plusieurs années. Pour mémoire, le professionnel a fait ses gammes à « L’Auberge du Père Bise » à Talloires, avant de poursuivre à Vonnas chez Georges BLANC, puis chez « Pierre » à Mâcon, avant de côtoyer les fourneaux de Stéphane DERBORD à Dijon et finalement chez Jean-Michel LORAIN à La Côte Saint-Jacques. Un vrai parcours effectué sous les étoiles !

Précisons que treize chefs s’affrontaient durant cette épreuve. C’est le chef lyonnais Grégory CUILLERON (restaurant Les Cinq Mains) qui a succédé à Bruno BRANGEA, dernier lauréat. Cette troisième compétition était placée sous le sceau de l’international avec la présence d’un candidat américain et un monégasque. Suffisant pour que SAS le Prince Albert II de Monaco, membre de la Confrérie des Chevaliers du Tastevin, prenne part à l’évaluation des recettes en intégrant le jury !

Enfin, le concours ouvert aux amateurs, le samedi, aura permis à un Bordelais, Mickaël THUREAU de s’inviter dans la cour des grands en gagnant ce trophée devant le Beaunois Arnaud GUILLON et une jeune dijonnaise, Anaïs DROUHIN.

 

 

En savoir plus :

 

La liste des chefs en compétition lors de ces championnats du monde :

Franco BOWANEE : Chef du Restaurant LE LOUIS XIII / Château de Vault-de-Lugny

Olivier CHARDIGNY : Chef du Restaurant L’ANCIENNE AUBERGE / Vonnas

Grégory CUILLERON : Chef du Restaurant LES 5 MAINS / Lyon

Chern Hwei GAN : Chef du Restaurant LE PARAPLUIE / Dijon

 Iza GUYOT : Chef du Restaurant LE COMPTOIR DE PAGNY / Pagny-le-Château

Mourad HADDOUCHE : Chef du Restaurant LOISEAU DES VIGNES / Beaune

 Jérôme JOUBERT : Chef du Restaurant LE RIVE GAUCHE / Joigny

Christophe QUEANT : Chef du Restaurant LE CARMIN / Beaune

Marcel RAVIN : Chef du Restaurant BLUE BAY RESTAURANT / Monaco

 Yves REBSAMEN : Chef du Restaurant CHEZ GUY / Gevrey-Chambertin

 Mathieu SCHERRER : Chef du Restaurant LE MURAT / Paris

 Issihaka SYLLA : Chef du Restaurant LE P'TIT CANON / Paris

Eric ZIEBOLD : Chef du Restaurant KINSHIP / Washington

 

Thierry BRET et Gauthier PAJONA

 

 

 

Voilà une sportive de notre terroir qui collectionne les médailles ! Dans une discipline qui a déjà souri par le passé aux couleurs icaunaises sur tous les plans d’eau du globe : le canoë-kayak ! Pour son ultime course dans la catégorie des moins de 23 ans, Eugénie DORANGE a obtenu le bronze. Composant avec sa coéquipière Laura RUIZ un bateau de choc pouvant rivaliser avec les meilleures mondiales…

 

AUXERRE : Son aventure au firmament du sport international n’est pas prête de se tarir au vu de ses potentialités physiques et mentales. Associée à la nivernaise Laura RUIZ, Eugénie DORANGE s’est une nouvelle fois distinguée sur une surface aquatique ce week-end, lors des championnats du monde, réunissant la fine fleur des spécialistes de la discipline chez les moins de 23 ans au Portugal.

Lors de la finale de l’épreuve C2 disputée sur deux cents mètres, et face à une opposition des plus relevées, les jeunes Tricolores n’ont jamais perdu pied malgré des concurrentes très accrocheuses.

In fine, les compétitrices bourguignonnes manquent pour 0,88 centième de secondes de toucher l’or au terme de cette course palpitante.

Leur embarcation ne sera devancée sur le fil que par le duo titré, les Hongroises Giada BRAGATO et Bianka NAGY, accompagné de leurs immédiates poursuivantes, les Moldaves Daniela COCIU et Maria OLARASU.

 

 

La troisième place sur le podium réchauffe le cœur de ces sportives de haut niveau qui n’auront manqué ni d’abnégation ni de pugnacité pour se faire violence sur le plan d’eau après la non-sélection de leur bateau à Tokyo.

Pour mémoire, le tandem, engagé en C2 500 mètres aux championnats d’Europe disputés en Pologne à Poznan le 27 juin, s’était contenté de la cinquième place au terme de la grande finale.

Avec cette médaille de bronze dans la poche, la pensionnaire de l’Olympic Canoë-Kayak d’Auxerre étoffe un peu plus son palmarès, fait d’un double titre de vice-championne du monde junior en C1 200 m et en C1 marathon, et d’un sacre aux Nationaux en 2016. Sans omettre une quarantaine de titres et succès obtenus dans une multitude de compétitions...

 

Thierry BRET

 

L’évènement devrait se dérouler dans l’Yonne courant 2022. A Auxerre ou à Chablis, d’après son organisateur, le président de l’antenne auxerroise de l’association Lune d’Afrique Dieusmonde TADE. Ce mariage subtil du chocolat et du vin, décliné à la sauce franco-africaine, possède en la mathématicienne ivoirienne et première femme agrégée de la discipline, Joséphine GUIDY WANDJA, sa meilleure ambassadrice universelle…

 

DAKAR (Sénégal) : Lune d’Afrique lance officiellement la campagne de communication de son futur évènementiel international, le Festival Choco Vins, depuis la capitale sénégalaise.

La première manifestation devant célébrer les noces subtiles entre le chocolat et le vin, côté gustatif, est prévue dans l’Yonne, courant 2022. Un évènement qui pourrait être accueilli sans doute à Auxerre, voire à Chablis où il pourrait y avoir une extension de l’animation. Pour l’heure, la date de l’opération gastronomique n’a pas encore été arrêtée.

 

 

 

 

Mais, pour son instigateur, le journaliste ivoirien Dieusmonde TADE, président de l’antenne auxerroise de Lune d’Afrique, les trois coups de ce futur projet ont été donnés à l’aéroport Blaise DIAGNE de Dakar où la marraine de la manifestation, présidente d’honneur de Lune d’Afrique et première femme agrégée en mathématiques, la professeur Joséphine GUIDY WANDJA (une sommité scientifique international) a été accueillie par la responsable de la délégation sénégalaise de Lune d’Afrique, Fatou NDOYE, à son arrivée. Les deux femmes ont pris soin d’échanger longuement sur la déclinaison de cet évènement qui se présentera sous la forme d’échanges internationaux entre les producteurs de cacao (Côte d’Ivoire, Ghana, Cameroun…) et de vins français.

 

 

Seraient prévus au programme des conférences, séances de dégustation, ateliers démonstratifs et autres rencontres à vocation commerciale. Des artistes de culture francophone devraient égayer cet évènement dont les contours se dessinent avec davantage de précision.

 

Thierry BRET

 

 

 

Page 1 sur 31

Articles

Bannière droite accueil