Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-credit-agricole-90x90.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
groupama_small.png
logo-cerfrance-bfc-accueil.png
capeb-logo.png
logo banque populaire bourgogne franche-comté
logo-cm.jpg
logo-edf-site.jpg
ccj-logo-petit-1.jpg
ordre-des-experts-comptables-de-bourgogne-franche-comte.jpg
Région Bourgogne France-Comté
mercato de l'emploi yonne bourgogne
Lycée Saint-Joseph de la Salle
chambre des métiers et de l'artisanat
Caisse d'épargne Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Groupe La Poste
Chambre d'Agriculture de l'Yonne

Nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
banque_populaire_bfc-long.png
capeb-logo.png
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épagne Bourgogne Franche-Comté
cerfrance bfc
Communauté de Communes du Jovinien
Chambre d'Agriculture de l'Yonne
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
logo-cm.jpg
groupama_medium.png
logo-credit-agricole-90x90.jpg
région Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Ordre des experts comptables de Bourgogne Franche-Comté
20211006_lpg_logo_cmjn-616fec3863034.png
mercato de l'emploi yonne bourgogne
chambre des métiers et de l'artisanat

Warning: Creating default object from empty value in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/components/com_k2/views/itemlist/view.html.php on line 743

P.I.G.S. (littéralement, « porcs » en anglais) est un acronyme utilisé pour la première fois en 2008 par quelques journalistes britanniques et américains, spécialisés en finances ou en économie, pour désigner quatre pays de l'Union européenne : Portugal, Italie, Grèce et Espagne (Spain) en version anglaise. Ce que peu de « citoyens » savent, c’est qu’elle répondrait en réalité au désir des grands centres d’affaires anglo-saxons de dévier l’attention tout au long des années 2009 et 2010 sur la situation financière et fiscale, plutôt délicate du Royaume-Uni et des Etats-Unis.

 

TRIBUNE : En effet, déclenchée aux Etats-Unis en 2007-2008, la crise des « subprimes » trouve son origine dans un excès d'endettement des particuliers américains. Du fait de l'interdépendance économique et financière entre les pays, elle s'est rapidement propagée au monde entier…

La crise de 1929 et la grande dépression sont là pour nous rappeler que ce n’est pas la première fois que nous vivons un monde de « cochon », sous influence outre-Atlantique.

Nos amis européens du Sud, vexés ont dû ravaler leurs « échines » et ne pas faire leurs têtes de cochons, car trop dépendants de dettes, ils allaient griller en BBQ sauce US, UK et EU…avec pour allume feu, leurs maisons de pailles.

A grand renfort de sacrifices et de remboursements, les P.I.G.S. ont malgré tout réussi à construire leurs maisons de terre, pendant que les loups vivaient leurs « BREXIT » sous un air de « TRUMPINETTE » !

Pendant que la Grèce, sous influence allemande, remboursait sa dette à l’Union européenne, les ports de Méditerranée passaient sous influence chinoise. L’Italie et l’Espagne sont devenues les cibles de la route de la soie. En décembre 2018, à la suite de la visite du président Xi JINPING au Portugal et de la signature d’un « Memorandum of Understanding » avec la Chine, le Portugal a officiellement rejoint le projet chinois.

De briques en briques, les P.I.G.S construisent à nouveau leurs maisons de pierres et les grands méchants loups, agressés par les B.R.I.C.S ont quitté les vertes prairies de l’Europe du Sud. La croissance du PIB en % du Portugal de l’Espagne et de l’Italie varie de 5,5 % à 6,7 %…En 2023, le Portugal prévoit un excédent public de 0,8 % de son PIB.

A fin 2022, la dette publique grecque qui avait atteint 206 % du PIB en 2020, est retombée à 170 %. Alors que l’Europe du Nord au Sud va mal, est-ce que les H.A.L.Ö.U.F ne vont-ils pas remplacer les P.I.G.S ?

 

 

H (Hongrie) sanctionnée par l’Europe pour l’empêcher de prendre la présidence européenne.

A (Allemagne) qui en 2023 est la grande économie développée la moins performante du monde.

L (Luxembourg) ou l'impact de la guerre en Ukraine exacerbe les pressions inflationnistes, ainsi que les pénuries de main d’œuvre.

Ö (Österreich) pour reprendre le « Spain » que les Britanniques n’ont pas pu traduire en français et où le taux de chômage ne cesse d’augmenter depuis 2011.

U (UK) qui ne cesse de s’enterrer dans son BREXIT.

F (France) qui avec plus de 130 milliards de déficit est en voie de dépasser la Grèce…

PIGS ou HALÖUF ?

Comme le citait Lionnel LABOSSE, on ne sait pas si c’est du « lard » ou du « Halouf » ! En tous cas la « BOSSE », les Français la porte bien et nos chefs d’entreprises bourguignons exportateurs sont tous lourdement concernés…

 

Didier MERCEY

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Député LFI de la dixième circonscription parisienne, fils de réfugiés chiliens, Rodrigo ARENAS est membre à l’Assemblée nationale de la Commission des Affaires culturelles et de l’Education. Il fut aussi avant cela, co-président de la FCPE, première fédération de parents d’élèves. Dès le début de l’attaque du Hamas contre Israël, il s’est démarqué d’autres collègues députés Insoumis, en dénonçant dans un courrier interne, «les crimes abominables commis par les combattants et les terroristes du Hamas». Une mise au point confirmée par sa présence avec « SOS Racisme », le surlendemain de l’attaque contre Israël, à la marche organisée à Paris, pour dire « non au terrorisme » en défenseur de l’école de la République et d’une paix sous couvert de l’ONU entre Israël et les Palestiniens…

 

INTERVIEW : Par-delà les discours de circonstance pour dénoncer ce qui vient d’arriver à Arras, quelle est votre position sur l’assassinat, une fois encore, d’un professeur dont le seul crime était de faire son métier ?

Je vais laisser la démagogie aux démagogues. En fait, il y a plusieurs choses qui rentrent en ligne de compte, l’école ne peut pas tout et cela, il faut l’accepter. Ce terroriste, on peut l’appeler comme ça au vu de ce qui s’est passé à Arras, est arrivé en France tout jeune et il est passé par cet établissement. A un moment donné, on voit bien comment influent l’environnement, la cellule familiale, les fréquentations… Quand vous avez un enfant qui rentre dans une déviance, on voit bien que l’école n’est pas capable de traiter ça, cela va au-delà de ses compétences…

Comment justement, parvenir à « rattraper » un potentiel terroriste ?

C’est ce vieux débat qu’il y eut entre Jean-Paul SARTRE et Albert CAMUS, où le premier disait dès 1973 que le terrorisme était la seule arme des opprimés. Ils se sont affrontés à ce sujet, mais SARTRE a travaillé sur le sujet avec un philosophe juif, pour parvenir sept ans après à reconnaître qu’il s’était trompé. Tout cela est un long chemin et si même SARTRE met du temps pour le parcourir, imaginez un enfant ou un jeune ! Il faut accepter de donner du temps pour cela, le problème étant que l’éducation, ce n’est pas « Twitter » : ce n’est pas un réseau social…

 

Comme après chaque attentat, le risque de récupération politique est grand…

A un moment donné, j’appelle mes collègues à arrêter de surfer sur l’opinion et de faire peur aux gens. On a en France un service de police digne de ce nom, des services de renseignement aussi, en revanche, on voit bien, comme avec les fichés « S », que les effectifs ne sont pas en nombre. Mais, cela ne veut pas dire qu’ils sont inefficaces…

 

 

Civils israéliens assassinés d’un côté, populations palestiniennes bombardées de l’autre : comment vous situez-vous ?

En fait, à bientôt cinquante ans, je fais partie d’une génération qui a milité pour la paix entre Israël et la Palestine. J’ai été un fervent soutien du processus de paix signé en 1993. Cette époque, cette mémoire, ne représentent pas l’histoire pour les moins de vingt ans, il faut accepter aussi cette question de génération… Peut-on imaginer, que l’on vive en Israël, à Gaza ou dans les territoires occupés, pendant plusieurs générations, dans une situation où tous les jours il y a des morts, ce que cela peut produire ? Moi ce que je dis, c’est que l’issue ne peut être que pacifique et internationale. Mais pour faire la paix, il faut être deux et que chacun accepte des concessions. Le problème aujourd’hui est que l’on a un gouvernement israélien, par la voix de son premier ministre, qui ne veut pas faire la paix et en face, un groupe armé qui s’appelle le Hamas, qui à mon sens n’est pas une armée de libération nationale, mais issu des Frères musulmans, qui veut imposer un état islamique aux antipodes de mes valeurs. Et qui a les moyens financiers et militaires pour organiser ces attentats. Ce n’est pas une guerre, une guerre c’est contre une armée, pas contre une population désarmée… Nier aujourd’hui que cela soit lié à un processus historique sur plusieurs décennies, c’est être borgne. Il y a de la souffrance, des gens sont en train de crever, mais cette solution est une impasse politique, à la fois pour les Israéliens et les Palestiniens…

Quel peut-être le rôle de la France dans ce conflit ?

Je pense que nous avons un rôle à jouer, même si l’on est « tricard » au Liban et que la diplomatie française, avec Emmanuel MACRON, ait vu diminuer ses moyens. Mais par contre, nous avons les moyens de peser, dans le cadre de l’ONU, en soutenant son président, António GUTERRES. Il est là notre rôle, de soutenir ceux qui sont au-dessus de la mêlée et ont les moyens de faire une intervention menant à la paix, mais cela va prendre du temps. Je ne dis pas qu’il faut choisir un camp, car le seul camp, c’est celui de la paix. Mais force est de constater que la France dans tout ça, elle est absente…

 

Pour en revenir à l’école, diriez-vous qu’elle est aujourd’hui à deux vitesses ?

Vous avez aujourd’hui un gouvernement, parce que c’est son projet, qui abime l’école publique, son image et les moyens qu’elle a pour fonctionner, en privilégiant le privé, y compris les écoles hors contrat avec l’Etat. C’est pour cela que je parle même d’une école à « trois vitesses ». Jusqu’à présent, public ou privé, les enseignants étaient payés avec l’argent public. Aujourd’hui, ce n’est plus tout à fait ça, avec une partie de la population faisant sécession, ayant suffisamment de moyens pour le bâti, les profs, les contenus, etc., qui construisent une école à leur image où cultiver l’entre soi. Ils n’en ont rien à faire de la République ! Clairement, aujourd’hui, pour pouvoir sauver l’école, il faut lui réserver 100 % des fonds publics et je suis partisan de la suppression des subventions aux écoles privées puisque nous n’avons plus les moyens de les entretenir. On nous explique qu’il n’y a plus d’argent, mais par contre, on en aurait assez pour payer les écoles faisant une sélection d’entrée, là où le service public a obligation d’accueillir tout le monde mais sans les moyens de le faire. On ne peut plus continuer comme ça… 

 

L’école est-elle encore un ascenseur social à vos yeux ?

Du fait de l’inégalité scolaire et des inégalités sociales, on arrive in fine à ce que l’école française soit devenue, ce n’est pas moi qui le dit, mais les statistiques, la plus inégalitaire d’Europe. Ce rêve de méritocratie républicaine permettant quand on est mal né, de parvenir à l’élite de la nation par le biais de l’école, ce n’est plus vrai ! Le mythe sur lequel reposait l’école est interrogé par la réalité. On fait partie d’une génération qui croyait à l’ascenseur social, cela faisait notre culture commune. Aujourd’hui, plus personne n’y croit. Quand vous abimez le socle philosophique et idéologique sur lequel repose l’école et bien vous êtes en crise… On a trois ministres de l’Education nationale qui se sont succédés, qui viennent du privé et pas n’importe lequel, « Stanislas » pour l’un, « Ecole Alsacienne » pour les deux autres, les gamins « mal nés », ce n’est pas leur business ! Et d’ailleurs, il n’y a qu’à voir l’entourage d’Emmanuel MACRON pour s’en convaincre…

 

Propos recueillis par Dominique BERNERD

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Une poudrière. Prête à exploser. A s’enflammer et à se répandre incandescente à la moindre étincelle, bien au-delà des frontières des belligérants. Entraînant dans son sillage son lot funeste de milliers de morts et autant de blessés. D’innocentes victimes, confrontées au quotidien à la dure réalité de la guerre qui prend ses racines au tréfonds d’une haine sans nom, plusieurs fois séculaires…et inéluctable.

Entre les Palestiniens et les Israéliens, le torchon ne brûle pas d’hier. Le feu nourricier de cette vindicte farouche entretenu tel le « Buisson ardent » de Moïse, à la limite du supportable après les actes perpétrés le 07 octobre dernier sur le sol d’Israël, se consume depuis trop longtemps entre ces deux peuples.

Profond, irréductible, immuable, presque éternel. « Eternel », voilà un étrange mot que celui-ci quand on évoque cette terre dite « Sainte » qui a engendré deux des grandes religions monothéistes. A croire que Dieu, quel que ce soit les attaches spécifiques selon les rites et traditions où on le vénère en qualité de croyant, en aurait presque oublié de bénir ces lieux afin de mieux les préserver du pire…

 

Après une telle tuerie, le pardon est-il possible ?

 

Le pire est toujours à venir, dit-on. Sans doute, cela est-il vrai. Pour les 1 400 malheureuses victimes, la plupart vivant dans des havres de paix – ces kibboutz communautaires rappelant la grande période du « Flower Power » américain où tout n’était que « peace and love » dans un grand élan d’humanisme -, prises par la mort et son visage tragique et injuste au petit matin de ce samedi 07 octobre – le 11 septembre, désormais, de l’Etat hébreu -, combien de victimes corolaires seront écrasées par effet gigogne par les frappes aveugles de Tsahal qui a pour habitude de pratiquer la loi du Talion et son fameux adage plus que jamais d’actualité : « œil pour œil, dent pour dent » ? Cinq mille, sept mille, dix mille ? Plus encore ?

Des femmes, des enfants, des adolescents, des vieillards, des adultes. Tous anéantis par des milliers d’obus et de missiles balancés sans relâche, jour après jour, qui auront blanchi leur nuit de la lumière blafarde de mort.

Oui mais, voilà. Israël, état souverain et démocratique, est en droit de se défendre face aux agressions. Surtout quand celles-ci sont cruelles, inhumaines, barbares, d’un autre temps, inimaginables.

Bébés décapités, fœtus extraits des corps de leurs mères éventrées, personnes handicapées mutilées à vif, personnes âgées calcinées de leur vivant, parents exécutés froidement sous le regard de leurs enfants, viols à répétition, carnages à n’en plus finir dans les kibboutz …comment cela est-il pardonnable ? En acceptant, tel Jésus, de tendre la joue gauche après la joue droite s’il avait été giflé violemment ?

 

 

 

Une frénésie de violences belliqueuses aux quatre coins de la planète…

 

Vu de notre prisme cocardier de petit Français privilégié, vivant dans notre confort tranquille, de nos problématiques et tracasseries administratives et inflationnistes, et surtout la hantise de l’invasion des punaises de lit, le grand buzz de cet automne 2023, il est impossible de juger le contexte. D’en esquisser avec objectivité les tenants et les aboutissants…

Tout juste, faut-il garder la tête froide et suffisamment de discernement pour bien analyser les choses afin d’essayer d’y voir plus clair, de comprendre les enjeux des uns et des autres, et surtout de s’intéresser aux inévitables conséquences que cette nouvelle poussée de fièvre et de violences va engendrer dans l’Hexagone, ainsi que sur le Vieux Continent.

Pour ne pas dire, la planète toute entière qui n’avait pas besoin de cela dans une conjoncture sentant déjà le souffre du nucléaire et de la guerre ouverte aux portes de l’Europe, avec le conflit opposant Russes aux Ukrainiens. Quand ce ne sont pas les Chinois qui s’agitent avec frénésie du côté de Taïwan ou de la Corée du Nord qui s’amuse régulièrement à nous faire peur en balançant en veux-tu en voilà des missiles balistiques intercontinentaux à titre d’essais qui pourraient nous amener tout droit vers l’Apocalypse !

   

Des points de vue à géométrie variable…

Car, manifestement, ce conflit peut aussi s’exporter en France comme ailleurs dans le monde, au-delà de ses appréciations partisanes, selon que l’on soit pour un camp ou pour un autre, on l’aura bien vu ces jours derniers dans de nombreuses métropoles qui accueillent des manifestations, plus ou moins interdites. Un casse-tête de plus pour une administration parfois dépassée par les évènements…

Bien sûr, le Hamas n’est pas un «  mouvement de résistance » comme les autres - la fameuse citation conspuée même par son propre camp et prononcée à la légère par la députée de La France Insoumise Danièle OBONO qui aura perdu une occasion de se taire et a provoqué le courroux de Gérald DARMANIN qui l’attaque en justice ! – mais qui pratique avec délectation des actes de terrorisme, proches de la boucherie.

Quoi qu’en pense et quoi qu’en dise un Recep Tayyip ERDOGAN décapant et imprévisible, qui à sa grande habitude en sa qualité de président de la Turquie, souffle le chaud et le froid, entre Orient et Occident, entre OTAN dont il est membre actif avec le net soutien des Américains qui y ont déployé plusieurs bases militaires et « ami » indéfectible de la Russie du « grand démocrate » Vladimir POUTINE, entre Tel-Aviv dont il cherche les faveurs économiques et les marchés consuméristes afin d’y écouler ses produits, et le Hamas, dont il a reçu il y a peu dans son palais présidentiel à Ankara l’une des têtes pensantes de cette entité qui possède aussi sa branche politique. Un grand écart de pensée à géométrie variable, digne du détroit du Bosphore, ne trouvez-vous pas ?!

Au même titre que jadis, l’ETA ibérique ou l’IRA nord-irlandaise savaient jeter le trouble en représentativité conventionnelle et groupuscules armés de l’ombre, appliquant leur stratégie à grand renfort d’attentats et autres actions spectaculaires, laissant moult cadavres et familles en pleurs sur les lieux de leurs exactions.

Dans le genre, « faites ce que je dis mais ne faites pas ce que je fais », il y a mieux, en vérité !

 

 

Un conflit impitoyable sur fond de territorialité et de religiosité…

 

Reste, que la France qui a enregistré la perte de 35 de ses ressortissants après cette macabre matinée du 07 octobre, est aussi en première ligne de cette poussée de tension avec ce nombre d’otages si important, prélevés à leur liberté. Une dizaine de nos compatriotes, possédant parfois la double nationalité franco-israélienne, croupissent depuis trois semaines dans les geôles des kidnappeurs, terrés comme des taupes dans l’immense réseau de souterrains dont Gaza City est l’épicentre.

Cela explique le récent déplacement du Président de la République Emmanuel MACRON à Jérusalem et l’omniprésence de la ministre des Affaires étrangères, Catherine COLONNA, mobilisée sur le sujet.

Aujourd’hui, des familles attristées – elles sont plus de 220 de toutes identités nationales confondues –  espèrent un retour au calme et une intervention « raisonnée » de Tsahal, l’armée de l’Etat hébreu, afin de préserver le sort des otages. Des enfants, des ados, des femmes, des vieux, des hommes. Des personnes ordinaires embarquées dans une opération extraordinaire…

La question est la suivante : que pèse véritablement la vie de 220 otages même aux origines planétaires différentes dans ce conflit ouvert et impitoyable de cruauté de part et d’autre, sur fond de territorialité et de religiosité qui remonte aux calendes grecques entre les Juifs et les Arabes ?

La réponse, candide, pourrait presque nous être suggérée par l’une des chansons d’Alain SOUCHON, « Et si le ciel était vide… ». Cela changerait peut-être la donne à tout cela, non ?

 

Thierry BRET

 

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

La tendance « nationaliste » gagne peu à peu la planète. Avec la tentation nourrit du populisme où le raisonnement se veut binaire et réducteur. Les questions posées le plus souvent sont les suivantes : pour ou contre l’euthanasie ? Pour ou contre les juifs ou les musulmans ? Pour ou contre l’immigration ? Les aides sociales, uniquement pour les nationaux ? Pour ou contre la peine de mort ? Des pseudos sondages fleurissent ainsi sur les réseaux sociaux et dans les médias. Le débat sur la peine de mort est même relancé : on peut noter qu’en France, la peine de mort est voulue par plus de 55 % de nos compatriotes et ne fait que progresser. Changement d’époque ?

 

TRIBUNE : Le plus illustratif concerne le débat sur le nucléaire. 70 % des Français penchent aujourd’hui pour l’énergie nucléaire : des jeunes, des adhérents à Europe Ecologie les Verts, au Parti Socialiste, à La France Insoumise ou au Parti communiste. Les plus acharnés qui se positionnent contre le nucléaire sont les dirigeants, cadres et députés de ces partis politiques. Même s’ils ne sont pas suivis par leur base, et loin s’en faut, l’extrême gauche a toujours considéré que le peuple doit être « éduqué ». On rejoint alors une autre forme de totalitarisme. Cette position exacerbe le fanatisme et une défense des idées sans réelle réflexion rationnelle. Ceux qui parlent du nucléaire, ou même des énergies renouvelables, les partisans comme les détracteurs parlent de ce qu’ils ne connaissent pas. Les physiciens nous apprennent par exemple qu’une énergie renouvelable, ça n’existe pas. Ce que nous appelons énergie est lié à une transformation, de l’eau, de la lumière, du pétrole en chaleur, combustible ou électricité. Bref, nos chers politiques, comme nous d’ailleurs, parlent de ce qu’ils ne connaissent pas…

 

Que reproche la civilisation « totalitaire » à la civilisation occidentale ?

 

Pour l’Occident, la « Charte des Droits de l’Homme » constitue la base des rapports entre les hommes et les peuples. Pour les pays totalitaires, ce concept n’a pas de sens profond et ne se rattache pas à leur culture. La Russie et la Chine ont connu des siècles d’asservissements impériaux, suivis par une dictature stalinienne et maoïste. Il a toujours été vain de vouloir imposer dans ces pays une démocratie à l’occidentale. Feu Hélène CARRERE-D’ENCAUSSE l’a souvent martelé ! 

Nous identifions du côté de l’humanisme occidental la volonté d’avoir toujours lutté contre le communisme et le totalitarisme sous toutes ces formes. La civilisation « totalitaire » est un fondement idéologique. Il repose sur trois points : le rejet de l’immigration – il peut parfois aller jusqu’à la xénophobie -, un projet autoritaire et une politique qui est antisystème. Celle qui est hostile aux partis politiques traditionnels.

 

 

L’Occident à l’origine de tous les maux pour le totalitarisme

 

Vladimir POUTINE et tous ses alliés, ainsi que tous les partis d’extrême droite condamnent la permissivité qui corrompt l’Occident. Pour la civilisation « totalitaire », l’Occident a fait naître les désordres intérieurs (sociaux économiques…). Elle se base sur un ancien colonialisme, sur des mœurs jugées décadentes. Lesdites condamnations concernent la PMA, les courants LGBT, la violence des manifestations, l’éducation sexuelle dès la maternelle, le transgenre, une justice faible… Tout ce qui représente un progrès humain pour l’Occident !

On voit clairement qu’on ne peut plus opposer l’Occident, civilisation judéo-chrétienne à un Orient musulman ou hindou. Les voyages et médias ont permis l’interpénétration des cultures. Les oppositions se situent moins sur un terrain confessionnel ou théologique mais sur une manière de penser le monde et son approche politique.

La dichotomie civilisationnelle ne se situe plus entre un Orient lointain et mythique, et un Occident judéo-chrétien. L’affrontement devient idéologique.

En cela, Vladimir POUTINE montre bien, par ses actes et ses discours, son désaccord profond avec un Occident dont il refuse d’intégrer les valeurs.

« La démocratie est la dictature de l'ignorance. La justice de l'intelligence est la sagesse. Le sage n'est pas celui qui sait beaucoup de choses, mais celui qui voit leur juste mesure. » Platon.

 

Paul GUILLON

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Aïe, aïe, aïe : la députée de La France Insoumise de Paris 17 Danièle OBONO aurait mieux fait de tourner sept fois la langue dans sa bouche, ce jour-là ! Voire de s’abstenir de tout commentaire sur le sujet face au journaliste Jean-Jacques BOURDIN qui officie désormais sur les ondes de « Sud Radio » et qui sait pousser dans leurs ultimes retranchements ses interlocuteurs ! Qualifiant le Hamas de « mouvement de résistance » sans jamais en évoquer  les méthodes terroristes lui aura valu déclencher l’ire de bon nombre de ses collègues de LFI. Comme quoi, le silence est d’or, et il faut savoir l’entretenir !   

 

Lundi 

Répondant aux questions de la presse locale ce lundi, Éric CANTONA était un brin nostalgique en racontant la balade nocturne effectuée après son concert, dans les ruelles du centre-ville, qui le conduisit jusqu’au pied de la cathédrale, en ce lieu mythique qu’était le « Patro ». C’est en cette maison, au numéro 4 de la place, que fut créée l’AJA, comme le rappelle une plaque sur le mur. Ce fut là aussi, avant que ne soit construit le Centre de formation, que le gamin marseillais résida un an durant, à l’aube des années 80, sous la tutelle bienveillante de l’abbé BONNEFOY : « c’était la nuit, le portail était fermé, mais même si l’extérieur a été rénové, tout est resté en place, avec l’escalier qui monte à l’étage, à gauche. Je me souviens de la chambre de l'abbé, tout de suite en entrant, avec en face le salon où on regardait la télé, la cuisine sur la gauche, la salle où tous les matins, il nous préparait le petit-déjeuner, le lait, c’était du « Régilait » en poudre… Un sacré personnage, l’abbé ! ». Un personnage évoqué aussi la veille par Guy ROUX, racontant aux médias que l’abbé BONNEFOY faisait également office de cuisinier, n’hésitant pas pour cela, « à faire le tour du marché sur le coup de 13 heures, pour ramasser tous les restes… ». Sans doute l’origine du « Faut pas gâcher ! ».

 

 

Mardi

D’après une enquête de l’INSEE, les personnels de l’Education nationale sont deux fois plus exposés aux menaces et insultes dans l’exercice de leur métier, que n’importe quel autre secteur professionnel. L’assassinat de Dominique BERNARD à Arras récemment, mort pour avoir été professeur, souligne tragiquement ce combat quotidien contre l’obscurantisme et le fanatisme. Quel professeur d’histoire, de littérature, de géographie ou de sciences n’a pas été au moins une fois, confronté aux croyances véhiculées par les religions, quel que soit leur étendard ? Pauvre DARWIN, dont la théorie sur l’évolution peut parfois servir d’alibi aux plus fanatiques d’entre eux et se traduire par une condamnation à mort ! Ne leur déplaise, la lumière viendra toujours du « savoir »…

 

 

Mercredi   

En qualifiant au micro de « Sud Radio », le Hamas de « mouvement de résistance », sans l’associer à une organisation terroriste, c’est peu de dire que la députée LFI a fait le « buzz » ! Déclenchant un tollé jusque dans les rangs de La France Insoumise, au premier rang desquels ses collègues François RUFFIN et Alexis CORBIERE. Si l’élue de la 17e circonscription parisienne est revenue depuis sur ses propos, déclarant que cela n’était « ni une excuse, ni un soutien, ni une caution pour ses crimes de guerre abjects contre les civils israéliens », le mal était fait… Pauvre monde où règne en maître le « terrorisme médiatique » !

 

 

Jeudi 

Déjà que le prix des carburants risque de flamber dans les semaines à venir, conséquence de la situation au Moyen-Orient, l’Agence Internationale de l’Energie (AIE) alerte sur de possibles pénuries de diesel en Europe cet hiver. Nul doute que cela ne contribuera pas à voir repartir à la baisse le prix à la pompe du précieux produit carboné ! Notre bon ministre des Finances, Bruno LE MAIRE a beau brandir ses petits bras musclés, pas certain que l’inflation des produits alimentaires connaisse une pause, les coûts de transport desdits produits étant directement liés au prix de ce que l’on met dans les camions pour les y amener. Des camions roulant au diesel bien sûr !

 

Vendredi

Cette brasserie auxerroise l’affiche haut et fort et souhaite la bienvenue aux motards qui tous les week-ends, bénéficieront d’une remise de 10 % sur leur addition. De quoi provoquer la colère de certains… A quand une remise pour les randonneurs ? Pour les pêcheurs du dimanche ? Pour les chasseurs ? Pour les adorateurs du « demi-pression » ? Pas facile la publicité ciblée !

 

 

Samedi 

Avec Antoine DULERY, nul doute que le chablis a déniché un ambassadeur de choix ! Déjà président d’honneur de la Vente des vins de Nuits-Saint-Georges en 2013, invité d’honneur de la fête des crus à Juliénas en 2017, l’ancien pensionnaire du Cours Florent est un « bourguignon de cœur » et a su conquérir le public venu en nombre au baptême du millésime, ce samedi matin à Fyé. Le régalant d’anecdotes croustillantes, d’imitations et de citations, comme celle attribuée au regretté Michel SIMON dans le film « La fin du jour » : « En levant mon verre plein de vin couleur de feu, je pense en remerciant Dieu, qu’ils n’en ont pas en Angleterre… ». La messe était dite, les « Piliers chablisiens » pouvaient l’introniser !

 

  

Dimanche 

On ne compte plus ses diffusions le dimanche soir à la télé et pourtant le film culte de Gérard OURY, « Les Aventures de Rabbi Jacob » a encore fait un tabac, réunissant près de 4 millions de téléspectateurs. Le fait de programmer cette comédie prônant la tolérance et luttant contre tous les racismes n’est sans doute pas le fait du hasard en ces temps de haine et de guerre. S’il était une réplique de Louis de FUNES à retenir, hormis le célébrissime « ça alors, Salomon est juif ! », ce serait celle-ci, entendue dans le dernier plan du film : « Salomon, Slimane.... Slimane, Salomon.... Vous ne seriez pas un peu cousins ? ». Que rajouter de plus ?

 

Dominique BERNERD

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Articles

Bannière droite accueil