Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
gan.jpg
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png

Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
gan.jpg
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png

Une quarantaine de jeunes filles se sont disputées âprement les épreuves sélectives imposées dans le cadre du MOF de leur spécialité afin de glaner les accessits nécessaires leur permettant, peut-être, d’être retenues pour les finales nationales. Reconnu pour sa pratique de l’excellence en son sein, le CIFA de l’Yonne, centre de formation interprofessionnel par l’apprentissage à Auxerre, était le théâtre de cette manifestation combinant créativité, imaginaire et dextérité qui aura vu, trois jours durant, la fine fleur de ces futures professionnelles très aguerries de la corporation s’affronter lors d’épreuves complexes et techniques…

AUXERRE : Bénéficiant des infrastructures idéales à la pratique de leur art, la quarantaine de jeunes filles inscrites sur la grille de départ de cette sélection régionale des MOF n’aura guère eu le temps d’apprécier tous les avantages conceptuels de ce lieu. Très rythmées, leurs épreuves, réparties sur un calendrier de trois jours, ne leur en auront pas laissé le temps.

Exercice concret de modelage, séance épilatoire, test de maquillage constituèrent le fondement essentiel de ce concours qui, selon les avis unanimes des membres du jury de cette sélection 2018, flirtait avec le très haut niveau. Même les oraux, ayant pour thème les cours théoriques inhérents à l’exercice de ce métier du bien-être et des arts de vivre, étaient d’excellents augures.

Les jeunes candidates rivalisaient de créativité artistique pour embellir leurs mannequins s’étant prêté au jeu de ces séances très appréciables par la qualité du rendu.

La découverte des métiers de l’artisanat sous le prisme de l’excellence…

Faisant montre de beaucoup de motivation, les jeunes filles ont fait incontestablement honneur au site qui les accueillait, un complexe où sont prônées quotidiennement les valeurs de l’excellence, du civisme et du savoir-être.

Comme devait le préciser le président Michel TONNELIER qui insista, lors de sa prise de parole officielle en présence des personnalités du jury, composé de MOF et d’experts au niveau des disciplines professionnelles jugées, « ce genre de concours demeure un excellent vecteur promotionnel et de communication auprès des jeunes qui seraient interpellés par la découverte de la filière artisanale… ».

Accueillant aujourd’hui plus de mille apprentis, le CIFA de l’Yonne qui possède même un agrément officiel lui permettant d’atteindre les mille deux cents places, un objectif avoué à brève échéance, dispense des cours théoriques et pratiques sur la connaissance et la maîtrise d’un certain nombre de métiers : la mécanique automobile, l’esthétisme, la coiffure, la vente, le commerce, les métiers de bouche…

Il est vrai que ce site ne pouvait qu’enchanter les représentants du jury de cette sélection régionale. Le CIFA dispose de sérieux atouts, à commencer, comme l’expliqua son directeur, Marcel FONTBONNE, par un salon de coiffure hors norme et unique en France qui a été conçu sous la tutelle partenariale du géant de la profession, le groupe L’OREAL.

De nouvelles évolutions attendues au CIFA de l’Yonne…

Que dire de la salle d’esthétisme où eurent lieu les épreuves, vaste et modulable, favorisant l’exercice optimal de ce métier. Quant au fameux concept novateur, le CLIC STORE, élaboré grâce à la saine coopération mise en place avec la société de communication événementielle IDXPROD, il est proprement révolutionnaire en France à l’heure actuelle dans le milieu de l’apprentissage. Ce concept très intuitif et digitalisé, optimisant les approches liées à la vente et à la distribution, devrait par ailleurs connaître de nouvelles évolutions très prochainement…

Enfin, l’un des partenaires historiques des MOF, le Crédit agricole Champagne Bourgogne dont l’un des représentants était présent, rappela la nécessité d’encourager et de soutenir de telles initiatives pédagogiques performantes et indispensables pour promouvoir les nobles filières de l’artisanat auprès des jeunes générations…

Dans la catégorie « meilleure campagne de publicité de l’année 2017 conçue par un organisme public », la région Bourgogne Franche-Comté a su tirer les marrons du feu à son profit en obtenant une récompense nationale, se classant sur la troisième marche d’un podium pourtant très relevé. Les organisateurs des Trophées de la Communication ont salué ainsi la qualité et les aspects insolites de cette campagne déclinée à la puissance quatre par les partenaires départementaux de Bourgogne, Côte d’Or Tourisme, Destination Saône et Loire, Nièvre Tourisme et Yonne Tourisme…Recevant chaque année huit cents dossiers de candidature répartis sur une trentaine de catégories, ces Trophées concoctés par WEXCOM avait déjà honoré notre territoire la saison dernière avec la délivrance du premier prix pour la création du magazine, « Designed by Bourgogne »…

CANNES : Elaborée avec beaucoup de clin d’œil humoristiques faisant référence de manière subtile aux œuvres mémorables du septième art, la campagne publicitaire, vantant les richesses patrimoniales de Bourgogne Franche-Comté, a su convaincre le jury national des Trophées de la Communication, édition 2017, qui ont profité d’une remise de prix, organisée dans la capitale européenne du cinéma à Cannes, de manière positive.

Conçue par l’agence de communication « SIGNE DES TEMPS », cette campagne a fait mouche dans les esprits des spécialistes qui ont ainsi apprécié les outils créés à cette occasion pour promouvoir l’art roman, la passion de la navigation fluviale, les traditions de l’authenticité du Morvan ou encore l’omniprésence de la viticulture.

Circulant abondamment, et ce depuis plusieurs mois sur les réseaux sociaux et sur le multimédia, affiches et vidéos ont surpris par leurs références parodiques au cinéma, à l’instar de leurs appellations : « Pretty Romane », « Le seigneur des canaux », « Vin mille lieux sur les terres » ou encore le délicieux « Autant en emporte le Morvan » !

Une approche décalée des richesses de la région qui a plu au public…

Cette reconnaissance nationale arrive à point nommé, selon le président de Bourgogne Franche-Comté Tourisme, Loïc NIEPCERON, traduisant ainsi la complémentarité collaborative entre la région, et les départements ayant contribué au succès de cette opération. Ensemble, ces cinq partenaires ont décidé de travailler sur le contenu dynamique d’une nouvelle stratégie de communication, déclinée dans le cadre d’un collectif marketing partagé. Ce programme d’actions, désigné sous la marque « Designed by Bourgogne », a été activé afin de valoriser et de renforcer l’image et la compétitivité de la destination Bourgogne à travers la France.

Il s’agira, concrètement, d’attirer davantage de clientèles franciliennes et lyonnaises sur notre territoire, en particulier lors de courts séjours. La stratégie s’appuiera sur une politique de communication digitale et l’optimisation des réseaux sociaux. Grâce à ces évolutions, déjà testées, la page Facebook Bourgogne Tourisme a déjà dépassé le cap des 100 000 visites en 2017. Quant aux campagnes digitales connexes, elles affichent de très bons résultats, prouvant ainsi que la stratégie s’avère payante.

L’année dernière, au printemps, l’habillage d’un hall de la gare de Lyon à Paris durant une quinzaine de jours avait largement été aperçu par les personnes empruntant le réseau ferroviaire ou le métro. Le mobilier urbain de Lyon avait lui aussi accueilli cette campagne. A l’automne, des clips vidéo d’une vingtaine de secondes durant six semaines avaient inondé les bandes annonces des séances cinématographiques proposées dans la capitale et dans la grande métropole de la région Auvergne Rhône Alpes.

Deux agences de communication nationale, WE LIKE TRAVEL et MEDIAVEILLE, partenaires de SIGNE DES TEMPS, avaient été sélectionnées pour contribuer à la réussite de ce plan de communication de bon aloi. Un plan significatif qui aura finalement été plébiscité au niveau national…

Insolite, le concept, encore peu usité en Bourgogne Franche-Comté, s’inscrit parmi une tendance modale actuelle qui recense aujourd’hui de plus en plus de disciples auprès de la génération estudiantine. Entre amis, en famille, en solo mais également au sein d’une équipe issue d’une entreprise, le « CRAZY RACE FESTIVAL », premier du nom dans l’Yonne, pourrait réunir jusqu’à 4 000 participants au cours du premier week-end de septembre à Auxerre. Conçue par la jeune structure professionnelle « RUN IN THE WOLRD », la manifestation présentera une agréable manière de concilier ambiance musicale de bon ton avec une série de concerts et quatre épreuves physiques selon les principes attrayants de parcours d’obstacles à franchir, tout en étant aspergé de jets de substances colorées qui apporteront une dose de fun supplémentaire à cet incroyable évènement…

AUXERRE : Des difficultés physiques à résoudre sous la forme représentative d’obstacles en partie aquatique cimenteront deux des quatre circuits initiés par les organisateurs de la « CRAZY RACE FESTIVAL » à l’automne prochain dans l’Yonne. Haute en couleur et forte en énergie à déployer pour se soumettre à ce parcours du combattant d’une nouvelle ère, cette compétition inédite fera halte du 07 au 09 septembre sur un périmètre suffisamment important pour accueillir un concentré d’activités en un même et unique site.

Un concept aux origines américaines…

Imaginé à Phoenix en Arizona dès 2012, le concept de ces « CRAZY RACE », que l’on peut traduire littéralement par « courses folles », ne s’apparente pas à quelque chose vécue à l’ordinaire. Etre aspergé de produits colorés au départ de l’épreuve ou lors d’un passage crucial sur le parcours sélectif confère ce côté particulièrement déjanté que recherchent les férus de cette nouvelle catégorie de courses, pas encore officialisées comme épreuve olympique. Dommage, au vu des clichés originaux pouvant être réalisés sur le podium lors des cérémonies protocolaires !

Accessibles à tous, à partir de 16 ans, ces quatre compétitions offriront des profils différents selon ses aptitudes à pouvoir affronter le kilométrage (la « Mud Race » grand public) où choisiront de concourir des participants ragaillardis par la distance (13 kilomètres) et la qualité des obstacles (une trentaine à surmonter). Même les personnes invalides auront la possibilité de s’exercer à ces nouvelles techniques en s’inscrivant à la « Color Race », distante de sept kilomètres mais pleine de joie avec ces jets de coloris multiples qui auréoleront tel un curieux arc-en-ciel les compétiteurs en maculant leurs t-shirt et leurs visages.

Concoctés à base de fécule de pommes de terre, les produits colorés servant de trame cocasse à cette célébration de l’art de vivre et du bien-être dans sa tête et dans son corps ne présentent naturellement aucune toxicité pour les concurrents.

Quant à la présence d’artistes, elle apportera une connotation culturelle et ludique à cet évènement. Notamment avant chaque départ de courses.

Formations musicales du cru, une vingtaine de groupes ont été sélectionnés par la structure organisatrice afin de présenter une palette éclectique de morceaux, oscillant entre rock’n’roll, variété, hip-hop, etc. Pour couronner le tout, dans une ambiance de grand-messe conçue à l’air libre, une « pasta party géante » proposera dès la soirée inaugurale le vendredi 07 septembre le plein d’énergie nécessaire à tous les participants et les suiveurs.

Une agence de communication événementielle opérationnelle dans l’Yonne

Porteur de ce projet de taille, Frédéric BATHREAU, jeune entrepreneur de 21 ans natif d’Auxerre, sportif très affûté (licencié au club d'athlétisme de l’US Toucy Charbuy où il a collectionné les titres de gloire), a décidé tout bonnement de joindre l’utile à l’agréable en se recentrant de manière professionnelle sur sa passion immodérée du sport. Même s’il poursuit en parallèle des études de gestion par correspondance auprès du CNED.

Il convertit cette option en ouvrant une EURL dès 2016, avant de la transformer juridiquement en SARL. Durant cette période, sa structure, « RUN IN THE WORLD » (courir dans le monde) prend ses marques en…Afrique !

Au Gabon, où le garçon apporte déjà sa plus-value ingénieuse à la conception du semi-marathon de Libreville. Puis, au Sénégal, pour le même type d’intervention à Dakar.

Mais, le marché africain n’est pas le seul, et c’est bien légitime, qui l’attire. Frédéric concentre alors ses activités sur la propre création d’événementiels populaires à l’instar de cette « CRAZY RACE FESTIVAL » dont il peaufine avec l’aide de partenaires extérieurs les rouages pratico-pratiques et conceptuels (l’agence de communication icaunaise COMMUNIK & VOUS).

Côté sponsors, la jeune entité reçoit les soutiens de quelques partenaires déjà inconditionnels à l’idée de ce concept novateur : BIG MAT GOURMAND, JEANNIN Automobiles, DOMANYS, V&B et aussi RABASKA OUTDOOR, une société indépendante de distribution d’articles de sport haut de gamme qui installera prochainement sa première vitrine commerciale dans l’Yonne aux Bréandes à Perrigny courant juillet.

Opéré d’une double hernie discale en 2015, Frédéric BATHREAU revoit alors ses objectifs sportifs personnes à la baisse. Mais pas ceux des autres qu’il adore accompagner grâce à ces manifestations sorties de son imaginaire.

« Ce projet va faire d’Auxerre la référence au plan national sur un grand quart nord-est, précise le jeune homme, demain, ce concept se déclinera dans d’autres régions de l’hexagone. Plusieurs contacts sont déjà en cours de négociation pour créer un maillage unique autour de cette thématique… ».

Un budget important et des opportunités à l'emploi…

Si le coût d’inscription à ces épreuves induit un débours par coureur de 27 à 79 euros selon la catégorie et les diverses offres packagées existantes dans le modèle économique, RUN IN THE WORLD n’a pas hésité à recourir aux attraits bénéfiques du sponsoring pour développer son business plan opérationnel. Cerise sur le gâteau, une « Mud Race » spécifique aux entrepreneurs sera organisée durant ces trois journées. Avec un vrai challenge mis en jeu à la clé.

Au plan démonstratif, un village entreprises accueillera sous la forme de stands toutes les entités ayant coopéré au projet.

Mais, c’est aussi au niveau de l’emploi que ce concept pour le moins inattendu portera ses fruits. Une cinquantaine de postes ponctuels seront ainsi présentés à des volontaires désireux assurer la partie logistique et technique de cet événement.

RUN IN THE WORLD recrute, en effet, quatre chefs de projet et du personnel devant gérer le ravitaillement, la remise des dossards, la signalétique et d’autres tâches du même acabit. Les étudiants mais aussi les demandeurs d’emploi sont donc les bienvenus.

Quant aux inscriptions, elles se boucleront de manière définitive au 02 septembre. Enfin, pour asseoir sa communication territoriale, Frédéric BATHREAU assurera des permanences physiques dans la galerie marchande des CLAIRIONS à Auxerre en juin, afin de promouvoir du mieux possible le premier rendez-vous de ce concept révolutionnaire à vivre cet été dans l’Yonne…

A quelques heures de la confrontation intéressante de ce vendredi 13 avril qui opposera à domicile les protégés de l’entraîneur franco-uruguayen au sixième de ce championnat de Ligue 2, Clermont Foot, le coach des couleurs bourguignonnes a invité son onze de départ à trouver très vite le bon équilibre sur le terrain pour pouvoir dérouler son jeu offensif, parfois en manque d’inspiration.

AUXERRE : Constatant avec impuissance les aléas musculaires de certains de ses joueurs et les problèmes inflammatoires vécus par quelques autres de ces éléments, Pablo CORREA s’est prêté lors de la traditionnelle conférence de presse d’avant match à une analyse technique à la veille de ce rendez-vous qui s’apparente déjà comme une belle affiche pour les aficionados du ballon rond.

Sur une lancée très prometteuse, le club auvergnat, en effet, engrange depuis plusieurs journées les succès, lui permettant ainsi de posséder un capital de 52 points non négligeables au compteur. A quatre petits points seulement de la dernière marche du podium, cette fameuse troisième place qui donne l’opportunité de rêver encore de division supérieure en étant barragiste.

Pour l’heure, les Clermontois ont un objectif à réaliser : ne pas perdre de point au stade de l’Abbé Deschamps ; et s’y possible en gagner le maximum. L’équipe du Puy de Dôme possède de sérieux arguments à faire valoir. Un avis que partage le coach Icaunais qui estime que cette formation occupe une place légitime au classement après trente-deux journées de compétition effrénée.

Question que chacun se pose : comment Pablo CORREA et ses troupes aborderont-elles ce challenge devant leur public ? Après l’excellente série orchestrée au cours du mois de janvier, le club auxerrois est entré dans un cercle plus délicat côté confiance, alternant le bon comme le moins bon, sans réelle régularité.

De réelles ambitions pour retrouver la Ligue 1…

« Nous ne sommes pas capables à l’heure actuelle de casser ce rythme, observe l’entraîneur de l’AJA, il nous faut trouver dans la performance quelque chose de régulier qui n’entame pas notre capital confiance ».

Très ennuyé de voir que parfois son équipe type perd le fil au cours de certaines rencontres (Quevilly Rouen, Gazélec Ajaccio), Pablo CORREA insiste auprès de son environnement pour tenter de trouver des solutions heureuses. Notamment sur le couloir droit où plusieurs options ont été testées.

Mais, précise-t-il avec combativité, « face à des blessures, cela ne sert à rien de pleurer, ni de focaliser uniquement sur les inconvénients. Nous devons être capables de trouver un équilibre profitable à tous ».

L’engagement pour deux saisons supplémentaires de Romain PHILIPOTTEAUX représente en revanche fortement positif pour le staff et les dirigeants du club. L’auteur du fameux triplé a décidé de prolonger cette semaine : une décision qui ne surprend pas son entraîneur.

« Cela prouve que le joueur a compris que les dirigeants se destinaient à un autre challenge pour ce club, commente Pablo CORREA, celui de l’accession à la Ligue 1, de toute évidence. L’idée est de profiter des qualités intrinsèques de ces joueurs pour postuler à la montée. L’AJ Auxerre ne peut pas se cantonner dans le milieu de tableau. En nous armant davantage, nous travaillons tous en ce sens aux côtés du président pour que les énergies soient présentes dans l’atteinte de cet objectif. La présence d’un tel élément (Romain PHILIPOTTEAUX) dans notre schéma tactique devient donc indispensable pour nous permettre d’accéder à nos ambitions… ».

En aparté de ce rendez-vous avec les médias, le coach a pu donner son avis sur la décision arbitrale légitime sur le fameux penalty qui aura tenu en haleine les suiveurs du quart de finale de la Champion’s League, opposant la Juventus de Turin au Réal Madrid, à la dernière minute du temps réglementaire…

Structure originaire du Finistère, ce spécialiste des réseaux collaboratifs de la location d’avions privés a profité de sa présence à l’aéroport d’Auxerre Branches dans le cadre d’une manifestation concoctée auprès des dirigeants d’entreprise par la Chambre de Commerce et d’Industrie de l’Yonne pour informer sur ses activités. Et le potentiel optimal pouvant exister de mettre en relation, tout en les mutualisant, les besoins des propriétaires d’avions, des compagnies aériennes, de pilotes professionnels et d’entreprises dans l’intérêt de chacun…

AUXERRE : A l’instar du tourisme qui en serait aussi spécifique, l’aviation d’affaire connaît une recrudescence d’intérêt de la part des milieux autorisés. Même si le territoire de l’Yonne se situe encore dans une proportion éloignée de ce qui peut exister dans les grandes métropoles, le volume de propositions concrètes autour de ce thème pourrait peut-être se développer d’une manière très exponentielle dans les prochaines années.

Déjà 350 villes françaises accessibles à tout instant…

Ce n’est pas anodin si, au cours de la rencontre du club des « Positives Entreprises », initié au moment du brunch par la Chambre de Commerce et d’Industrie de l’Yonne, sont venus s’exprimer deux des représentants de la société bretonne, AIR AFFAIRES. Implantée à quelques encablures de Brest, à Guipavas, cette structure se définit telle une plate-forme de mise en réseau de propriétaires d’avions, de compagnies aériennes et de brokers, de pilotes professionnels et d’entreprises. Avec un seul et unique objectif : le partage et la mutualisation de l’ensemble de ces savoirs et expériences pour dynamiser l’attractivité économique d’un territoire et la projeter vers un vaste périmètre géographique qui englobe l’Europe toute entière.

Si à ce jour 350 villes de l’Hexagone sont accessibles par le truchement de ces vols d’affaires, ce sont plus de deux mille destinations européennes qui composent le catalogue factuel de cette structure initiatrice qui entend bien démocratiser le transport aérien auprès des corporatismes professionnels toutes filières confondues.

Conçue en 2015, grâce à l’inventivité débordante de ses trois concepteurs, Charles CABILIC, Michaël KERBOURCH et Ronan LE MOAL, l’entité entrepreneuriale s’est immédiatement attelée à désenclaver les territoires que ses services et prestations desservaient. Sur un simple principe basique d’abonnement, à l’aide d’une adhésion des plus traditionnelles au sein d’un club privé de 190 euros annuels, le mode opératoire de la structure peut alors s’appliquer pour les entreprises désireuses de profiter de ce service à la carte et personnalisé à l’extrême au niveau des déplacements des entrepreneurs ou de leurs cadres.

Un système comparable à « LINKEDIN », applicable à l’aviation…

Dégageant de la souplesse dans le fonctionnement, optimisant la flexibilité et le gain de temps, cette ingénieuse idée a fait gentiment son chemin depuis trois ans, permettant à l’entité brestoise d’accroître aujourd’hui son périmètre d’actions à l’ensemble de la France. Choix des horaires et des jours de vol à la carte, préservation de taxis, confort et services à bord (boissons, nourriture, presse…), AIR AFFAIRES ne s’apparente pas seulement à un moyen de transport où les coûts de déplacements sont parfaitement maîtrisés pour les dirigeants d’entreprises. C’est aussi une incontestable parade à la récurrente problématique des mouvements sociaux qui ne cessent de perturber le trafic aérien ou ferroviaire.

Les avantages sont aussi intéressants pour les pilotes professionnels qui, au-delà de vivre pleinement leur passion, peuvent augmenter leurs heures de vol, en étant indemnisés de leurs frais. Quant aux propriétaires des avions (CESSNA Conquest, Piper Méridien, Cirrus SR 22 ou autre Pilatus), ils rentabilisent tout comme les petites compagnies aériennes leurs appareils via le principe locatif auprès des entreprises adhérentes du club. Précisons, également, que plus de 1 500 avions privés ne comptabilisent que quelques heures de vol à l’année. Enfin, si 40 000 pilotes exercent en France dont 25 de professionnels aguerris, beaucoup sont concernés par un chômage très important.

Aujourd’hui, alors que le volume d’affaires est en plein essor avec déjà une vingtaine de PME dans sa besace clientèle, la structure emploie une demi-douzaine de salariés. D’autres embauches sont prévues avec notamment l’éloignement des destinations vers d’autres pays d’Europe, la Suisse, l’Angleterre, la Belgique ou l’Allemagne. Près de 120 aéronefs constituent à ce jour le potentiel d’avions en circulation proposé par la TPE finistérienne.

Page 1 sur 27
Bannière droite accueil