Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
gan.jpg
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png

Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
gan.jpg
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png

Le directeur de la filiale française de ce leader mondial dans la fabrication et la commercialisation de machines et systèmes de nettoyage par ultrasons, Rudy BADEY, a rencontré une cinquantaine d’industriels et artisans lors d’un déplacement qualifié d’instructif effectué à Sens. Invité par la structure associative « défiSON », le dirigeant a pu expliquer, exemples à l’appui, les caractéristiques vertueuses de ce procédé à la conquête de la planète industrielle. Même si, a contrario de l’Europe et de l’Amérique du Nord, la France accuse une nouvelle fois un retard important dans l’application de ce dispositif…

SENS : Bientôt implanté en Allemagne, TIERRA TECH, groupe international rayonnant sur le Vieux continent depuis son unité de production espagnole et en Amérique du Nord via son antenne mexicaine, conçoit et développe des machines de nettoyage par ultrasons, adaptées aux besoins spécifiques de chaque secteur industriel.

L’entreprise, leader en ce domaine, intervient aussi bien auprès de structures positionnées dans l’industrie de la pêche que les milieux agricoles, les arts graphiques et les sociétés d’imprimerie, l’industrie minière, le secteur électronique ou naval, le textile ou l’aéronautique, l’alimentaire ou encore la filière métallurgique. Grâce à l’emploi des techniques utilisées, les bénéficiaires réduisent ainsi leurs coûts de nettoyage et améliorent la compétitivité, tout en obtenant des finitions de haute qualité dans le traitement de pièces et de surfaces.

Un marché exponentiel dans toute l’Europe sauf en France…

Décapage, décalaminage, dégraissage, décolletage sont devenus désormais des termes techniques qui prennent ici toute leur dimension. Profitant de l’énorme marché européen, TIERRA TECH commercialise ses machines de différentes capacités vers le Portugal ou l’Italie tandis que la France montre davantage de réticence face à ce processus de nettoyage par ultrasons.

« Souvent, explique le directeur de la filiale hexagonale, nos contacts en France s’imaginent que l’on préconise de petites machines. Or, ce n’est pas toujours le cas ! ».

Visuels à l’appui, au cours de son exposé, le dirigeant laisse défiler des diapositives saisissantes de cuves de très grande taille, certaines pouvant accueillir jusqu’à 24 000 litres de solution de traitement.

Il y a peu, TIERRA TECH a installé une cuve de 12 000 litres destinée à équiper une société sous-traitante pour AREVA. La fabrication de machines permet aussi de moduler la démarche technique, en y conférant les aspects du sur mesure répondant aux réelles attentes d’un partenaire industriel.

Deux contacts aboutis avec des sociétés industrielles de l’Yonne…

La société aux origines ibériques conçoit également ses propres produits lessiviels, indispensables à l’emploi des ultrasons. Ceux-ci sont les plus alcalins possibles. Car, dans sa quête d’optimiser les bienfaits du développement durable, l’ingénierie de TIERRA TECH propose des solutions alternatives afin de réduire, voire d’éradiquer les produits nocifs.

Pouvant ôter la corrosion dans les moindres recoins, le nettoyage par ultrasons suppose en revanche une plus forte consommation électrique du fait du temps de chauffage des bains qui peuvent monter en température de 40 ° à 75 °. Mais, une fois stabilisé, la consommation énergétique demeure tout à fait correcte.

TIERRA TECH possède parmi ses références au portefeuille clientèle, le groupe allemand SIEMENS. Pour eux, l’entreprise de nettoyage a automatisé certaines machines et développé des produits lessiviels spécifiques.

A l’issue de cette conférence, fort utile pour en savoir davantage sur les pratiques des ultrasons dans le secteur industriel, deux entreprises adhérentes au concept économique de « défiSON » ont accepté de travailler avec la filiale française basée à Mérignac (Gironde). Elles devraient en tester très prochainement les effets sur leur site de production.

https://www.tierratech.com/FR/home

En s’implantant chez notre voisin d’Outre-Rhin, le leader français dans les ingrédients et auxiliaires technologiques au cœur de la filière blé, farine et pain souhaite proposer des services novateurs, notamment la création d’un fournil d’essais franco-allemand. Mais, l’ouverture de cette dixième filiale à l’international permettra aussi au groupe piloté par Jean-Philippe GIRARD, PDG et créateur de l’entreprise, et Benoît HUVET, directeur général délégué de favoriser les liens de proximité avec sa clientèle et ses prospects allemands en vue d’y développer des relations pérennes…

DIJON (Côte d’Or) : Porté sur les fonts baptismaux en 1989 (bientôt trente ans), le groupe EUROGERM n’en finit pas de conquérir de nouvelles parts de marché à l’international. Côté sur le marché Euronext de Paris, la structure dont le siège social est localisée en territoire de Bourgogne (Dijon) vient de créer sa nouvelle entité en Allemagne ce mercredi 15 mai. Sa dixième filiale étrangère. Située à Francfort, dans l’une des places fondamentales de l’économie européenne, cette société, baptisée « EUROGERM GmbH » optimisera la croissance du groupe dans les pays germanophones.

Présent depuis plusieurs décennies en Allemagne, Autriche et Suisse, le concepteur-producteur de correcteurs de meunerie, des améliorants de panification et des ingrédients servant à améliorer la régularité et à valoriser la qualité des produits de la filière blé, farine et pain renforce ainsi sa dynamique. L’objectif étant d’accroître ses parts de marché sur cette zone géographique.

L’Allemagne et les pays satellites représentant des cibles commerciales très importantes pour l’entreprise, la nouvelle filiale aura pour vocation de rayonner très largement vers ces territoires depuis Francfort sur le Main, plaque tournante non négligeable. L’entité sera dirigée par Grégoire FAIVRE D’ARCIER, qui était précédemment responsable commercial de la zone méridionale de l’Allemagne.

Après sa récente implantation en Italie, le groupe EUROGERM continue sur sa lancée qui s’avère très positive : son développement sur l’ensemble des territoires du continent européen…et de la planète. L’entreprise bourguignonne occupe des positions importantes en matière de présence physique aux Etats-Unis, au Mexique, au Brésil mais aussi au Maroc ou au…Sénégal.

En 2016, le groupe réalisait près de 95 millions d’euros de chiffre d’affaires et tutoyait le cap des 310 collaborateurs.

Localité attrayante de l’Ombrie, région italienne touristique située au beau milieu de la Botte transalpine, ALVIANO pourrait peut-être unir sa destinée avec celle de la FORTERRE, DRUYES Les Belles Fontaines, très appréciée par bon nombre de visiteurs néerlandais et britanniques à chaque période estivale. Une petite délégation italienne, composée d’élus et d’institutionnels, a pu découvrir ces jours-ci les charmes patrimoniaux et historiques de cette bourgade qui dispose de sérieux atouts…

DRUYES LES BELLES FONTAINES : La grotte de Saint-Romain, le lavoir, l’église, l’imposant château de la comtesse Mahaut de Courtenay, le plan d’eau et sa guinguette…autant de clichés digne de belles cartes postales qui n’ont aujourd’hui plus de secrets pour l’édile de la commune d’ALVIANO, Giovanni CIRARDO, et ses représentants officiels.

A l’invitation du maire de la localité de FORTERRE, Jean-Michel RIGAUD, ces quatre élus italiens, accompagnés de leurs épouses, ont eu tout le loisir de faire leurs premiers pas dans l’agglomération amie qui pourrait peut-être nouer des liens pérennes d’ici quelques mois sous la forme d’un véritable jumelage.

Pour l’heure, il ne s’agissait que d’une prise de contact initiale, en agréable compagnie. Mais, la réflexion est en phase de mûrir pour les participants de ce rendez-vous.

Une étape touristique incontournable dans l’Yonne…

Il est vrai que la Puisaye FORTERRE bénéficie d’une cote de sympathie en forte progression parmi les localités italiennes puisque Bléneau, Champignelles ou encore, plus récemment, Saint-Sauveur en Puisaye ont opté pour un rapprochement nourri de projets avec leurs homologues transalpines. Qu’ils soient éducatifs, linguistiques, sportifs, culturels ou économiques.

L’émergence d’un partenariat européen trottait dans la tête de Jean-Michel RIGAUD depuis plusieurs mois. Cela conférerait une autre dimension en termes d’image et de notoriété à la localité distante d’une quarantaine de kilomètres d’Auxerre, mais très fréquentée par les touristes dès les beaux jours revenus.

Rare village du département de l’Yonne à bénéficier du label « Cité de caractère » et celui de « Station verte », DRUYES possède de nombreux atours à commencer par le majestueux château moyenâgeux qui surplombe la partie inférieure de la localité. Des labels indispensables à l’essor économique de la commune qui a enregistré depuis une croissance de 40 % de sa fréquentation touristique ce qui a induit une hausse de 20 % sur le chiffre d’affaires des établissements commerciaux implantés in situ. Quant aux projets d’aménagement en faveur de l’éclosion du tourisme, principale richesse économique de ce bourg, ils ne manquent pas. Une aire de service dédiée aux camping-cars est aujourd’hui opérationnelle. Des aménagements spécifiques seront aussi apportés aux aires de stationnement pour accéder plus facilement aux points névralgiques de la localité.

Respecter les différentes étapes du processus…

Ayant noué des liens étroits avec des localités slovaques et espagnoles, ALVIANO, forte de ses mille cinq cent habitants, intègre un parc naturel dont la capitale économique et administrative est Terni, située à une cinquantaine de kilomètres de là. Si le vin et l’huile d’olive, d’excellente qualité, constituent les forces maîtresses de la commune, les productions agricoles rappellent que ce village champêtre possède de nombreux points communs avec la bourgade bourguignonne, à commencer par sa ruralité.

De l’avis de Giovanni CIRARDO, favorable à ce futur jumelage, « l’Italie et la France sont cousines et doivent intensifier leurs liens dans l’esprit de la construction européenne… ».

Dans les faits, il faudra attendre que le conseil municipal transalpin valide ce projet en lui accordant un avis favorable afin de poursuivre la démarche menant à un mariage officiel entre les deux localités. De son côté, Jean-Michel RIGAUD promet d’organiser plusieurs réunions explicatives avec ses administrés afin de leur expliquer l’importance d’une telle décision. Ensuite, la création d’un comité de jumelage deviendra effective. Avant de pouvoir initier les premiers échanges avec la commune sœur. Un projet qui pourrait être entériné définitivement courant 2019…

Illustrant « Le Joli Mois de l’Europe », une action déclinée parmi plusieurs établissements scolaires de Bourgogne Franche-Comté, une délégation du Pays Basque espagnol a été accueillie par les membres de l’équipe pédagogique du lycée professionnel d’Auxerre ce vendredi 04 mai. Profitant de la présence en les murs du député européen, Edouard MARTIN (Parti socialiste), le proviseur Capucine VIGEL a esquissé les contours d’un probable rapprochement devant conduire à l’institutionnalisation d’un jumelage. Une démarche où sera associée par ailleurs la Maison des Jumelages, de la Francophonie et des Echanges internationaux de la ville, ce qui justifiait ainsi la présence de son chargé de la communication, Prudence ADJANOHOUN…

AUXERRE : Le lycée professionnel des métiers de l’hôtellerie et de la restauration ainsi que de la filière du secteur sanitaire et social de l’Yonne est plus que jamais à l’heure européenne en ce mois de mai. Labellisé établissement ambassadeur de l’Europe, déclinant à la lettre les principes vertueux du programme « Erasmus + », le complexe vient de franchir une étape supplémentaire à sa construction continentale. Dans l’intérêt de ses élèves et de ses enseignants.

La visite d’une délégation ibérique, représentant un groupe scolaire du pays basque l’a encore une fois attestée. Le lycée Vauban souhaite s’enraciner davantage dans cette démarche de rapprochement avec d’autres savoirs européens. Deux enseignants espagnols ont pu ainsi s’immerger au sein de ce site qui nourrit une vraie appétence à l’égard de ces échanges fructueux, tant au niveau pédagogique que culturel et amicaux.

Un déjeuner pris en commun, en présence du député européen Edouard MARTIN, aura facilité les débats sur ces velléités salvatrices à propager les liens indéfectibles entre les peuples.

Des projets soutenus par la Maison des Jumelages, de la Francophonie et des Echanges internationaux d’Auxerre…

Responsable de la communication au sein de la Maison des Jumelages, de la Francophonie et des Echanges internationaux d’Auxerre, Prudence ADJANOHOUN put constater avec satisfaction que les perspectives de cette rencontre n’étaient pas vaines et pourraient déboucher très prochainement sur la concrétisation d’un jumelage officiel entre les deux établissements. Une initiative pleinement encouragée par l’organisme associatif auxerrois, présidé par Marité CATHERIN, qui défend les valeurs intrinsèques de ces relations internationales à ne jamais occulter auprès des jeunes générations.

Le 09 mai, le lycée Vauban, chantre de l’amitié européenne, accueillera un café polyglotte où la pratique linguistique de l’anglais, de l’allemand et de l’espagnol s’effectuera de manière conviviale autour d’un goûter servi l’après-midi. L’opération bénéficiera là-aussi du soutien des membres de la Maison des Jumelages, de la Francophonie et des Echanges internationaux d’Auxerre.

Planning foncièrement axé autour de l’Europe et de ses valeurs en ce mois de mai pour les pensionnaires du lycée auxerrois, qu’ils soient élèves, enseignants et encadrants. Après la visite accordée au Parlement de Strasbourg, fin avril, les 44 ambassadeurs européens des classes de terminale ASSP (service à la personne) et de première professionnelle option cuisine ont accueilli lors d’un échange constructif et pédagogique (voir notre article à ce sujet) la députée européenne, élue sur la circonscription Est de l’hexagone, représentante du Mouvement démocrate (MODEM), Nathalie GRIESBECK. Avant de recevoir dans leurs locaux, ce jeudi 04 mai, le député Edouard MARTIN (PS et ancien syndicaliste) et de vivre intensément à l’heure européenne…

AUXERRE : L’Union européenne est à l’honneur au sein de l’établissement pédagogique auxerrois. Alors que certains célèbrent les souvenirs embués de nostalgie de « Mai 68 », la direction de l’établissement a choisi de regarder vers l’avenir, en abordant la citoyenneté européenne et les programmes pédagogiques issus du concept Erasmus, sous ses diverses variantes.

Ainsi, de nombreuses manifestations émailleront le calendrier consacré à l’Europe et à ses institutions au cours de ces prochains jours.

Abondance de députés européens pour parler d’Europe…

Après l’évaluation du label « école ambassadrice » de l’Europe avec la venue de la députée européenne Nathalie GRIESBECK le vendredi 27 avril, ayant offert la possibilité à cette dernière de pouvoir échanger avec les élèves ambassadeurs et de visiter l’exposition conçue au centre de documentation de l’établissement, le lycée Vauban s’apprête à recevoir un autre député européen cette semaine, en la personne d’Edouard MARTIN. L’ancienne figure de proue du syndicalisme lorrain avait élu sous l’étiquette du Parti socialiste lors des dernières échéances européennes.

Son immersion, le 04 mai, dans le monde lycéen lui donnera l’occasion de discuter avec les ambassadeurs juniors sur son rôle et ses fonctions, et aborder ainsi les questions européennes traitées au Parlement de Strasbourg. La visite se ponctuera par un déjeuner avec la dizaine d’ambassadeurs seniors, enseignants et encadrants du groupe scolaire.

Le 07 mai, une douzaine de jeunes gens, délégués du lycée Vauban, prendront part à une simulation de séance du Parlement européen dans l’hémicycle du Conseil régional de Bourgogne Franche-Comté à Dijon.

La Maison des Jumelages et de la Francophonie entre dans le jeu…

Deux jours plus tard, le mercredi 09 mai, la Maison des Jumelages, de la Francophonie et des échanges internationaux, présidée par Marité CATHERIN, interviendra au restaurant pédagogique de l’établissement auxerrois dans le cadre d’une séance de café polyglotte, proposée avec le concours des assistants de langues (anglais, allemand et espagnol) du lycée.

Enfin, à partir du 14 mai, les saveurs gustatives européennes seront à découvrir dans le restaurant d’application de l’établissement ainsi qu’au self-service où les équipes de la restauration proposeront une semaine européenne autour du goût.

Mais, la conclusion de ce « Joli mois de l’Europe » se fera par une séance cinématographique le 18 mai après-midi avec la projection d’un long-métrage, « Sami Blood », film tourné en 2017, traitant de la xénophobie dans l’Europe des années 1930. La projection sera suivie d’un débat animé par Prudence ADJANOHOUN, responsable de la communication, au sein de la Maison des Jumelages, de la Francophonie et des échanges internationaux. Le respect de l’autre et le rapprochement entre les peuples devraient susciter de très nombreuses interrogations…

Page 1 sur 6
Bannière droite accueil