Tonnerre n’est pas l’épicentre de la « Diagonale du vide », cette zone blanche où plus rien ne pousse en matière d’initiatives économiques et culturelles, telle qu’on peut parfois encore l’imaginer dans les cénacles parisiens. La présence de deux ténors de la politique hexagonale, François BAYROU et Edouard PHILIPPE, l’aura tout bonnement démontré. Le temps d’un meeting de soutien aux députés sortants, Michèle CROUZET et André VILLIERS où la ville de l’Yonne aura focalisé les intérêts !

 

TONNERRE : « 20 minutes », « Le Figaro », « TF1 », « BFM TV »…une nuée de journalistes, bloc-notes à la main, appareils photographiques en bandoulière, caméras de poche au poing, investissent par une entrée secondaire et dans la précipitation le cadre majestueux de l’Hôtel-Dieu.

Rompant ainsi avec la quiétude onirique de l’endroit qui renferme les dépouilles de quelques sommités de la période capétienne, du temps de Louis XIV, dont le marquis de Louvois.

La vaste salle, dite des « malades » - la vocation hospitalière de ce site patrimonial chargé d’histoire se remémore à nous – bruisse de paroles désordonnées d’un public nombreux et festif – près de 400 personnes présentes selon les organisateurs -, de raclements de chaises continus que l’on déplace afin d’être au plus près de l’estrade, où d’ici quelques minutes débutera le grand meeting de soutien aux deux candidats de la majorité présidentielle encore en lice pour le second tour des législatives.

Un show grandeur nature, orchestré dans un décorum exceptionnel, qui aura été monté de toute pièce en un laps de temps record à la dernière minute ou presque – Richard FERRAND, président du Palais Bourbon y a apporté aussi sa touche personnelle - afin de convaincre celles et ceux des électeurs des deux députés sortants (peut-être les autres, aussi !), placés en ballottage plus ou moins favorables au soir du 12 juin, de l’impérative nécessité de se mobiliser et de voter. Utile, il va de soi !

 

 

Un plateau d’intervenants de premier choix…

 

L’utilité de ce scrutin, justement, aura été incontestablement le fil d’Ariane de cette très longue soirée de monologues très explicites envers les candidats (trop longue au vu de l’inconfort des sièges et surtout de la très mauvaise qualité auditive fournie par la sonorisation, mal calibrée pour couvrir de manière convenable une salle à l’acoustique faite d’échos).

Pourtant, le casting était de premier choix. L’ancien Premier ministre d’Emmanuel MACRON, Edouard PHILIPPE, légèrement hâlé, portant beau et très souriant, à la poignée de main franche, qui s’attardera longtemps auprès de Guy ROUX, l’emblématique entraîneur de l’AJ Auxerre, assis parmi les premières rangées et dont il saluera les qualités intrinsèques de meneur d’homme puisque l’ayant testé lorsque le coach de l’Yonne apportera son expérience unique auprès d’une équipe de football composé d’élus et de parlementaires.

 

 

 

Des citations inspirées de Paul CLAUDEL et de VAUBAN... 

 

Un Edouard PHILIPPE très en verve, micro en main, orateur né et qui aura su insuffler un véritable supplément d’âme à cette rencontre, parfois un peu soporifique, grâce à des formules littéraires empruntées aux plus grands noms de nos talents épistolaires (Paul CLAUDEL) ou se référant à une lecture de VAUBAN faite à LOUVOIS sur la « liberté d’esprit et le besoin d’enracinement pour être utile à son pays ». Un écrit qui pourrait presque s’adapter à André VILLIERS, complètera-t-il avec humour !

Si l’utilité de ce vote était l’un des premiers axiomes explicatifs justifiant la présence du maire du Havre en terre de l’Yonne (« parce que la majorité présidentielle doit rester solide et cohérente devait-il rappeler), un autre mot prit ensuite tout son relief sous la magnifique toiture de l’Hôtel-Dieu, évoquant une coque de bateau renversée à l’instar du superbe château de Sully-sur-Loire. Le terme, enracinement !

 

 

« C’est précisément la vocation première du parti « Horizons » qui a pour objectifs d’élargir et d’enraciner la majorité présidentielle, souligna le responsable national de cette formation, un parti qui a fait sien de dépasser les clivages politiques, puisant son héritage intellectuel parmi les valeurs de la gauche, du centre et de la droite ».

Un parti où « André VILLIERS apportera son propre dépassement », devait-il ajouter.

D’ailleurs, Guy ROUX qui a toujours eu du flair – surtout pour détecter les talents footballistiques de demain – gratifiera l’ancien chef du gouvernement d’une pirouette orale qui fera tilt parmi le public, en « souhaitant à Edouard PHILIPPE de s’installer à l’Elysée dès 2027 » ! Prémonitoire ?

 

 

« Désarmer ceux qui veulent nous défendre est un danger »…

 

Auparavant, et accueilli par Pascal HENRIAT (si, si, il était bien là !), François BAYROU s’est fendu d’un très long exposé (parfois difficilement compréhensible de tous du fait de la qualité affligeante de la sonorisation) sur la situation conjoncturelle. Un exercice où le président du MoDem fera part de son extrême inquiétude sur le contexte périlleux dans lequel se trouve la planète à commencer par les enjeux climatiques auxquels l’humanité doit faire face et le conflit meurtrier aux portes de l’Union européenne, opposant Russes et Ukrainiens. S’indignant aussi du choix politique de certains candidats (ceux de la NUPES ostensiblement visés par ses propos), de « vouloir désarmer ceux qui nous défendent – la police nationale – et sortir de l’OTAN, ce serait un danger inqualifiable ».

 

 

Manches d’une chemise blanche remontées au-delà des poignets, pédagogue dans l’âme lors de ses explications, le maire de Pau – il espère voir lui aussi son équipe qui évolue en Ligue 2 rejoindre l’AJA parmi l’élite ! – a clairement tiré la sonnette d’alarme afin que les souverainistes et l’extrême gauche ne prennent pas les rênes de l’Assemblée nationale. Appelant à donner au chef de l’Etat la majorité absolue.

Remerciant la députée de la troisième circonscription, Michèle CROUZET, pour son engagement sur le territoire septentrional de l’Yonne et lui renouvelant sa confiance, le président du MoDem prit ensuite le chemin de la sortie rapidement alors que l’ex-Premier ministre s’exprimait sur scène. En bon dernier arrivé à l’Hôtel-Dieu (aux alentours de 19h30), mais en tout premier à en être sorti, bien avant le terme des échanges ! Mais, « ensemble » tout de même un bon bout de temps durant ce meeting l’un à côté de l’autre sur l’estrade…

 

Thierry BRET

 

 

 

 

Il n’y a pas que les températures qui enregistrent des poussées de fièvre ! Le prix des carburants ne cesse de tutoyer les sommets depuis plusieurs jours en France. Malgré la ristourne d’une poignée de centimes d’euros, accordée par le gouvernement. Une aide qui se délite dans le schéma inflationniste actuel. A quand une réelle prise en main de la gouvernance sur ce dossier et la baisse tant attendue des taxes sur les carburants qui torpillent le pouvoir d’achat ?  

 

BILLET :

 

Lundi

 

C’était il y a 78 ans… A l’aube du 06 juin 1944, 156 000 soldats Alliés, Américains, Britanniques et Canadiens pour l'essentiel foulaient le sol de Normandie. Des gamins de vingt ans pour la plupart, dont près d’un millier allait périr à peine débarqués, lors de la première vague d’assaut sur Omaha Beach. Une plage restée dans l’histoire sous le nom de « Omaha la sanglante » où chaque année, ils sont encore quelques-uns, désormais nonagénaires, à venir se recueillir, ultimes témoins des combats qui s’y déroulèrent et du sang versé. Le regard de ce survivant semble figé par l’émotion et le souvenir… Avec juste envie de lui dire MERCI !

 

 

Mardi

 

Ils étaient des milliers à défiler dans les rues, à travers la France, pour alerter les pouvoirs publics et les citoyens sur la crise dans les hôpitaux, rythmée par une pénurie de personnel et des soins en berne pour les patients. Surmenés, sous-payés, en sous-effectif, soignantes et soignants ont souhaité faire entendre leur colère et leur désespoir, mais sans grand écho médiatique. Se souvient-on encore de cette époque pas si lointaine, où l’on se réunissait sur les balcons pour les applaudir et leur crier notre reconnaissance… ?

 

Mercredi

 

Quelle bonne idée ! Si l’on en juge par cet horodateur installé dans le quartier de la Marine à Auxerre, la municipalité aurait-elle décidé d’offrir un ballon à tout automobiliste désireux d’y garer son carrosse ? Avec l’assurance, une fois repris le volant et en cas d’interpellation par la maréchaussée, de pouvoir « souffler » dans le ballon, au sens littéral du terme ! Voire en cas de résultat positif, y terminer la nuit...

 

 

 

Jeudi

 

Caramba ! Encore raté… Investi par le parti présidentiel pour représenter les Français de l’étranger, Manuel VALLS a été éliminé dès le premier tour des législatives. Un parachutage qui tourne à la débandade et un nouveau fiasco pour l’ancien Premier ministre, après l’échec de sa candidature aux municipales à Barcelone. Ou comment bâtir des châteaux en Espagne et… en France !

 

Vendredi

 

Le passage à la pompe est toujours aussi douloureux, avec cette semaine, un litre de gasoil à 2,03 € en moyenne, puis, 2,06 € avant d’atteindre 2,10 € aujourd’hui ! Un emballement aux causes multiformes, avec l’accélération du déconfinement en Chine, un effet spéculatif conséquence de l’embargo européen sur le pétrole russe, ou en prévision des vacances qui s’annoncent, un marché de la demande plus grand que l’offre proposée. N’eut été la ristourne gouvernementale mise en place le 01er avril dernier, le litre de gasoil serait aujourd’hui à 2,28 €… Le « poisson » a du mal à passer et laisse des arêtes dans le portefeuille !

 

Samedi

En 2021, elles furent en France 113 victimes de féminicide, à perdre la vie, tuées par leur conjoint, leur mari ou leur ex. Derrière les froides statistiques, des prénoms, des histoires, des vies… Elle se prénommait Angélique, maman de deux enfants, abattue par son ancien conjoint il y a tout juste un an aujourd’hui, à Monéteau. Sinistre anniversaire qui rappelle qu’en cinq ans, 765 victimes ont été comptabilisées dans l’Hexagone, soit plus d’une victime tous les trois jours. A ce jour, déjà 50 féminicides ont été enregistrés depuis le début de l’année, en une litanie funéraire sans fin et sans réel espoir que cela change un jour.

 

 

Dimanche

 

Dimanche soir en préfecture, même l’écran affichant les résultats des législatives pour la première circonscription semblait afficher les couleurs de la soirée, avec la victoire annoncée de la candidate écologiste Florence LOURY ! En « vert et contre tout » …

 

Dominique BERNERD

 

 

 

La soirée promet d’être blanche. Parce que le « dressing » code impose des tenues vestimentaires immaculées de tout coloris ? Ou parce que cet évènement qui en appelle d’autres par la suite, se prolongera jusqu’à tard dans la nuit du vendredi 24 juin, fleurant bon les températures estivales ? Les deux, en vérité ! Cette animation, première du genre, devrait voir converger la fine fleur des décideurs économiques de l’Yonne au domaine golfique de RONCEMAY…

 

AUXERRE : Heureuse initiative que celle-ci ! Alliant de manière judicieuse le business, la pratique d’une discipline sportive somme toute très plaisante déclinée au beau milieu d’un environnement naturel et la découverte de nouvelles rencontres relationnelles.

Le Trophée « Prestige & Patrimoine » accueillera d’ici peu, le 24 juin, au Domaine de RONCEMAY les entrepreneurs de l’Yonne (et d’ailleurs) désireux nouer des contacts conviviaux, en se référant à la fameuse maxime : « joindre l’utile à l’agréable ».

Porté par quatre entités professionnelles de l’Yonne, AKOR Immo, L’Atelier de l’Immo, J3G et SP Consulting Informatique, le concept, fruit d’une réflexion mûrie au fil de plusieurs semaines, s’articulera autour de l’activité golfique avec l’organisation d’un tournoi « Pro Am » auquel prendront part vingt-et-une équipes, la détente sous sa représentation artistique (Juliette MORAINE, quart de finaliste de « The Voice » et régionale de l’étape, Jérémy le magicien, le DJ John BARELL pour la partie dance floor …) et la gastronomie avec le maître des fourneaux de l’établissement, l’excellent Pascal GUELLEC qui sait sublimer ses recettes ! Mention particulière aussi pour Olivier LECLERC, et Hélène, de « Numéro 13 » qui ornementeront de leurs compositions florales les tables des convives !

 

 

 

 

Un rendez-vous entre le monde des affaires, le sport et la convivialité…

 

Plus qu’un énième tournoi de golf à répertorier sur un agenda, ce rendez-vous devrait s’inscrire dans le marbre à l’avenir et rendre ses lettres de noblesse aux relations publiques, totalement galvaudées depuis bientôt deux ans à la suite de la crise sanitaire.

Entre « speed meeting » pour mieux se connaître, compétition sportive en étant associé avec une vingtaine de joueurs de belle facture, issus du circuit professionnel hexagonal, démonstration initiatique sur le practice et soirée dansante jusqu’à l’aurore, l’évènement apporte une touche indéniable de nouveauté dans sa conception, avec l’objectif de faire mouche auprès de celles et de ceux de ces chefs d’entreprise qui aiment à se retrouver en mêlant les affaires à la cordialité.

Quant aux dotations, des prix seront remis au « birdy » et à « l’eagle », elles sont plutôt appréciables avec une enveloppe de dix mille euros à la clé pour récompenser les meilleurs du tournoi.

 

Thierry BRET

 

 

 

Sur l’estrade de l’Hôtel-Dieu de Tonnerre, à l’occasion de l’ultime grand meeting des partisans de la ligne politique présidentielle, l’ancien Premier ministre et maire du Havre a prononcé quelques mots de soutien et de sympathie…à l’intention de Guillaume LARRIVE. Le député LR a essuyé un revers surprenant au soir du premier tour des élections législatives…

 

TONNERRE : C’est sûr : ces deux-là se connaissent de longue date, purs produits de la politique hexagonale qui se sont côtoyés au sein de la même formation politique, Les Républicains.

Faisant une légère entorse à son discours de soutien envers les candidats du camp présidentiel qualifiés pour le second tour des législatives de ce dimanche 19 juin (Michèle CROUZET et André VILLIERS), le président d’Horizons, Edouard PHILIPPE a fait réagir l’assistance de cette rencontre publique, forte de 400 spectateurs, dès que le patronyme de Guillaume LARRIVE a été prononcé.

 

 

« Je regrette que Guillaume ne soit pas parmi nous ce soir, a ainsi précisé le maire du Havre, faisant face à deux acteurs clés de la droite républicaine du département de l’Yonne, Dominique VERIEN et Patrick GENDRAUD, assis sur l’estrade, car j’ai une profonde estime pour ce garçon avec qui je suis très « copain »… ».

Puis, reprenant, après un tonnerre d’applaudissements son propos en saluant le travail de l’ancien député de la première circonscription, Edouard PHILIPPE  a ajouté que « les échecs font partie aussi de la vie politique, qu’il faut savoir les surmonter… ».

Concluant de la manière suivante : « Guillaume LARRIVE, je le sais, se relèvera ! ».

 

Thierry BRET

 

 

La forme aux contours indistincts est de couleur blafarde. Serait-ce une âme en déshérence, cherchant le salut de la rédemption après son parcours terrestre ? Un ectoplasme revenu dont on ne sait où, qui viendrait hanter les vivants ? Ou bien l’éther qui rejoindrait son créateur dans la flamboyance d’un coucher de soleil ? L’œuvre ne peut que surprendre par son atmosphère mystérieuse et envoûtante qui en découle. Elle n’est pas la seule. Trente-deux autres huiles et pastels sont d’une veine similaire. Celle du surnaturel à fleur de « toiles », livrées à l’état brut…

 

GURGY: Citoyens, pétris de rationalisme, de choses trop terre-à-terre et cartésiens : passez votre chemin ! Ou alors, éradiquez de vos neurones englués de certitudes tout ce qui s’apparente à des faits où le pragmatisme est roi, et l’onirisme à proscrire !

Le voyage dans l’imaginaire concocté par LOL, alias Laurent NEVEU, n’est pas fait pour vous. Vous, qui seriez trop dans le concret, le matérialisme et pas assez dans la flânerie intellectuelle bercée de symboles...

Les huiles et pastels de l’artiste se dégustent avec beaucoup de recul. Aux confins de l’irrationnel qui ouvre grandes les portes de l’ésotérisme à tout crin, voire peut-être de l’occultisme pour celles et ceux qui ressentent réellement les choses. La vérité est ailleurs : mais, cela, on le savait déjà !

 

 

Le « naturel » d’un artiste qui se consacre au « surnaturel »…

 

Forcément, il y a du magnétisme dans les tableaux que soumet à la sagacité culturelle de ses admirateurs l’artiste, descendant d’une longue lignée d’esthètes et de touche-à-tout de génie, mâtinés de peintres, sculpteurs, céramistes et graveurs.

La famille NEVEU jouit d’une solide « aura » (voilà une vertu éternelle !) dans le landerneau de ces experts en expression picturale. Notamment, le regretté Marcel, géniteur de Laurent qui en est aujourd’hui son digne héritier testimonial.

LOL : voilà un garçon aux talents multiples, qui tutoie le surnaturel à chaque représentation artistique traduisant sa pensée extrême, et qui reste d’un naturel abordable, accessible, simple et humaniste.

Déçu de n’avoir pu honorer de sa présence l’Espace Culturel en 2021 pour cause de crise sanitaire – profitez du second tour des élections pour lui rendre une petite visite plus que de courtoisie ! -, il est revenu en ce printemps fécond pour la créativité, avec huiles, pastels, esquisses non encadrées.

Le style s’est affirmé depuis la dernière rencontre, sise au Donjon de Cravant chez l’excellente Colette BECHET, amie des arts et des lettres, elle-même équilibriste de l’existence qui aura connu de multiples vies !

Laurent a fait le choix de travailler les coloris, vifs, chatoyants à l’œil, incitant à la réflexion. Mettant en scène de curieuses silhouettes, des personnages troubles que l’on distingue à peine mais qui pourraient être les incarnations d’âmes défuntes, de fantômes d’aïeuls en repentance, de surprenantes figurines que Steven SPIELBERG aurait pu ajouter dans ses productions cinématographiques à grands effets sur le cosmos ou l’extra-territorialité de notre planète ! « E.T. » n’est peut-être pas si éloigné de nous…

 

 

La « griffe » de l’artiste que les amateurs d’art connaissent déjà…

 

Epicurien de l’âme, pas avare dans ses « propres effets spéciaux » sur les toiles qu’ils réalisent, LOL mérite aujourd’hui de passer un autre palier. Celui du mécénat. Celui de la protection industrielle et économique. Celui de la commande à la carte pour riches collectionneurs qui calfeutrent leurs œuvres à Gstaad, Paris, Londres ou Saint-Barth tout en épatant la galerie !

Les amateurs savent, eux, à quoi s’en tenir. La griffe du peintre, la « patte » de l’artiste, la signature du créatif, quiconque un tantinet féru de réalisations picturales insolites et iconoclastes peut déjà savourer les futures perspectives de cet artiste, qui dégage une fausse impression de dilettantisme, un peu à la Jacques HIGELIN – un maître interstellaire dans le genre, féru lui aussi d’ésotérisme !

LOL se découvre, s’apprécie, se délecte, s’admire à l’Espace Culturel, cher à Jean-Luc LIVERNEAUX, édile de la commune, qui ne manque pas d’une miette ces rencontres bénéfiques qu’il propose à ses administrés lors de ces multiples vernissages, ponctuant la saison culturelle.  

L’artiste décrochera ses toiles des cimaises à 18 heures en cette prochaine journée dominicale. Il n’y a donc pas de temps à perdre !

Ah, pardon, dans cette quatrième dimension picturale où il nous invite, le temps n’existe pas puisque l’éternité de l’au-delà est immuable…

 

 

En savoir plus :

 

LOL (Laurent NEVEU)

Exposition-vente

Jusqu’au 19 juin 2022

Espace Culturel de GURGY

De 14 h à 18 heures

En présence de l’artiste

Entrée libre.

 

Thierry BRET

 

 

Articles

Bannière droite accueil