Le drapeau de l’Azerbaïdjan flottait dans le ciel icaunais jadis. Comme ici, lors d’un concert donné dans les jardins de la Maison Jules-Roy à Vézelay, en 2012. Au temps où le vin minéral de Chablis aurait pu se marier avec les notes iodées du caviar !  Pendant ce temps-là, le politologue Pascal PERRINEAU était l’invité vedette des vingtièmes Entretiens d’Auxerre où il a donné une autre lecture de la considération du Président de la République envers les élus de proximité…

 

TRIBUNE:

 

Lundi

 

Y aura-t-il assez de béton pour Noël… ? La Pologne va débuter le mois prochain la construction d’un mur de 180 km, à la frontière la séparant de la Biélorussie, pour se prémunir des milliers de migrants massés là par un coup de force diplomatique du régime totalitaire d’Alexandre LOUKACHENKO. Un mur qui n’est pas sans rappeler celui édifié entre les Etats-Unis et le Mexique, sous le mandat de Donald TRUMP. Et autant de cathédrales de béton vis-à-vis desquelles la citation de Lao TSEU prend tout son sens : « l’Homme n’est pas fait pour construire des murs, mais pour construire des ponts »…

 

Mardi 

 

La Gaumont a annoncé ce jour que les parents d’Alexia DAVAL, tuée il y a quatre ans par son mari Jonathann, condamné depuis à 25 ans de réclusion criminelle, lui avaient vendu les droits du livre qu’ils ont fait paraître fin octobre, retraçant la vie et le drame de leur fille. Avec à la clé, une série en six îpisodes qui devrait sans nul doute connaître le succès escompté. L’affaire avait en son temps tenu la France entière en haleine, faisant naître parfois comme un sentiment de malaise au regard de la présence très médiatique des parents de la victime. Que ce soit dans la presse écrite ou sur les plateaux télé. Le contexte mercantile apparu avec ce contrat ne peut qu’amplifier le malaise. On dit que les plus grandes douleurs sont muettes, faut-il pour autant qu’elles aient un prix… ?

 

 

Mercredi 

 

Un an après une guerre meurtrière, les armes ont de nouveau retenti dans l'enclave du Haut-Karabakh, séparant l’Arménie et son voisin azéri, faisant craindre une reprise des hostilités. Ex-république du bloc soviétique, l’Azerbaïdjan a souhaité se donner des airs de démocratie en polissant notamment son image auprès des pays européens, que ce soit par le biais du sport ou de la chanson, avec l’organisation du concours de l’Eurovision. Jetant même pendant un temps, il y a une dizaine d’années, son dévolu sur notre département. Le maire de Gandja, deuxième ville la plus importante du pays et fleuron de l’économie viticole azérie, avait même envisagé à ce titre, un jumelage avec la commune de Chablis. Une proposition restée lettre morte, la morale est sauve, mais dommage pour la célèbre appellation qui, vin minéral par excellence s’accorde fort bien selon les connaisseurs, aux notes iodées du caviar !

 

Jeudi

 

Il est originaire d’Afrique Noire, la trentaine, en quête d’une nouvelle vie, d’un avenir pour y déposer ses rêves… Après deux ans passés dans un camp de migrants en Grèce, il est arrivé en France, avec un document l’autorisant à rester trois mois sur le sol national et l’espoir d’y trouver un travail pour y demeurer plus longtemps. Il y aurait aujourd’hui selon les restaurateurs, plus de 125 000 postes vacants dans la profession, faute de candidats. Rencontré un soir chez un couple d’amies, lui se dit prêt à tenter sa chance et n’en déplaise aux populistes de tous bords, ne donne en aucune manière l’impression de vouloir « voler » le travail d’un Français de souche. L’histoire d’un homme, l’histoire d’une vie, qui se conjugue au singulier, loin des fantasmes nés de froides statistiques…

 

Vendredi

 

Une histoire dont les Inconnus auraient pu s’inspirer pour leur sketch culte des « chasseurs » : près de Reims, un domaine privé de plus de 300 ha propose pour 600 euros par jour, de chasser cerfs, sangliers, daims et autres mouflons. Si la pratique est légale, elle soulève l’indignation de beaucoup, hostiles à l’idée de voir abattus dans une enceinte fermée des animaux sauvages. L’histoire ne dit pas si la « gallinette cendrée » fait ou non partie du tableau de chasse !

 

Samedi

 

Portée disparue depuis plus de 15 jours pour avoir accusé d’agression sexuelle un haut dignitaire du parti communiste au pouvoir, la championne de tennis, Peng SHUAI, semble avoir été escamotée par le régime chinois. Un pays où les victimes comptent moins que l’honorabilité de leurs agresseurs… Dans sa cellule, Harvey WEINSTEIN réfléchit à demander l’asile politique en Chine !

 

 

Dimanche

 

Plus de 600 élus locaux dont onze Icaunais, ont lancé un appel dans le JDD en soutien à la réélection d’Emmanuel Macron en 2022, saluant un « quinquennat favorable aux territoires et aux communes ». Pas certain qu’ils partagent les propos du politologue Pascal PERRINEAU, évoquant la veille dans le cadre des Entretiens d’Auxerre, l’intervention du Président au Congrès National des Maires de France : « d’une réelle agressivité vis-à-vis des maires et je me suis dit qu’il avait perdu tout sens de la raison ! Plutôt que de réconcilier, préférant attiser les clivages avec une forme de mépris vis-à-vis des corps intermédiaires que sont ces Hommes et ces Femmes, essentiels à la tenue de la République, on l’a vu au moment des gilets jaunes et du grand débat national. Sans les maires, la République s’effondrait… ». Comme quoi le regard peut être à multiples facettes, mais n’est-ce pas là le symbole même de la démocratie ?

 

Dominique BERNERD

 

 

 

Insatiable Colette BECHET ! A 87 ans, la « châtelaine » du Donjon de Cravant se lance un nouveau défi à l’approche des fêtes de Noël. Une corde supplémentaire qu’elle a décidé d’ajouter à la harpe harmonieuse de son éclectisme artistique. Lui faisant endosser le rôle de conteuse pour les tout-petits. En s’appuyant sur l’œuvre onirique d’Hubert DEVILLERS…

 

CRAVANT : Telle une grande cuvée élevée patiemment en fût de chêne, elle se bonifie avec le nombre des années, la sémillante propriétaire du célèbre Donjon ! On l’a connaissait styliste et couturière, créatrice d’évènements culturels, muse source d’inspiration des troubadours en goguette qui épanchent leur soif d’imaginaire lors de leur passage en terre icaunaise, là voici qui nous revient en conteuse. Avec la période de l’Avent, époque bénie des dieux pour les plus petits, voire les plus grands ayant conservé au fond de leur âme, une part d’enfance, et ce scintillement empli d’espérance dans le regard.

A 87 ans, Colette BECHET se met en scène ! Pour honorer un cycle de lecture où les animaux prennent la parole (mieux que les hommes car pleine de sagesse !), où l’on croise des mousquetaires de l’espace prêts à en découdre pour faire régner la vertu en éliminant les vices, où le monde des fées se présente à nous pour mieux enthousiasmer les auditeurs, où un étang possède tout un tas de secret. Avant que le Père Noël ne rende visite aux enfants, avec les cadeaux dans sa hotte !

Entre poésie et imaginaire débridé, mâtinées de rêveries et de bienveillance, ces lectures procurent un bien fou car elles placent les écoutants hors du temps. Ces écrits sont l’œuvre d’un littéraire reconnu : Hubert DEVILLERS. Romancier, auteur de livres et de contes pour enfants, l’artiste a profité d’une rencontre qui ne doit rien au hasard pour concevoir ce cycle de lecture permettant de transporter les bambins dans une autre dimension où le masque de protection et les gestes barrières n’envahissent pas leur univers. La magie de Noël existe toujours. Colette BECHET et Hubert DEVILLERS l’a font perdurer pour notre plus grand plaisir…

 

 

En savoir plus :

Cycle de lecture de contes de Noël

Tous les mercredis de novembre et de décembre à 11h et un samedi sur deux. Pour les 6-10 ans. Durée 60 minutes environ. Les inscrits repartent avec un exemplaire du conte du jour. Sur réservations uniquement. 

Tarif 8 euros par enfant. 

6 euros à partir de quatre. 

2 euros par parent. 

Renseignement sur www.billetweb.com

  

 

Le calendrier :

 

Mercredi 24 novembre à 11h

Les fées de l’arbre enchanté

Samedi 27 novembre à 11h

Le secret de l’étang

Mercredi 1er décembre à 11h

Léonce, la petite guenon

Mercredi 8 décembre à 11h

Belle et la bête

Samedi 11 décembre à 11h

La visite du Père Noël

Mercredi 15 décembre à 11h

Trois canards à la mare

Mercredi 22 décembre à 11h

La visite du Père Noël

Mercredi 29 décembre à 11h

La pièce de Noël

 

Thierry BRET

 

Le souffle court, diminué par la présence obligatoire du masque sur le visage, ce n’est pas si simple de se mettre dans la peau d’un conducteur quand on ne possède pas le permis ! Une concentration maximale est requise afin d’éviter toutes les chausse-trappes que ne manque pas de distiller au détour d’une intersection l’un des programmes du simulateur de conduite. Deux de ces appareils ont servi de trame à la présentation du « Projet Mobilité », porté par la Mission locale de l’Avallonnais et du Tonnerrois…

 

AVALLON : Grande première pour les jeunes gens, âgés de 15 à 26 ans et non scolarisés du bassin méridional de l’Yonne. Celles et ceux qui ne possèdent pas encore le permis de conduire peuvent en effet bénéficier d’un coup de pouce fort agréable et judicieux à l’apprentissage de celui-ci, dans le cadre du projet « Mobilité ».

Un concept décliné, suite à un appel d’offres afin de se munir des fameux simulateurs, par l’Etat, la Sécurité Routière, l’agence nationale de la Cohésion des Territoires et le réseau des Missions Locales de Bourgogne Franche-Comté.

A date, 94 de ces organismes ayant pour vocation de maximiser toutes les aides et accompagnements pour faciliter l’insertion sociale des plus jeunes dans la vie active se sont engagés à proposer ce programme vertueux et numérique d’initiation au code et à la conduite en France.

Novatrice, la Mission Locale de l’Avallonnais et du Tonnerrois est la seule de notre territoire à avoir perçu pour l’heure cette dotation de deux appareils indispensables à cette vulgarisation.

 

 

Des tests ludiques des configurations proposées par le simulateur…

 

Loin de se substituer aux séances pédagogiques proposées par les auto-écoles (d’ailleurs deux établissements ont vu d’un très bon œil la prise d’initiative de l’Etat en faveur de cette première émancipation à la conduite), ces rendez-vous démonstratifs s’articulant sous divers angles (la conduite à la campagne, en zone urbaine, sur l’autoroute ou par conditions pluvieuses) mêlent à la fois les aspects ludiques de l’initiation (le plaisir de tenir pour la première fois un volant devant un écran qui propose un itinéraire à réaliser dans le respect du code de la route) et l’enseignement de la conduite à l’état pur.

Lundi en début d’après-midi, plusieurs de ces jeunes gens, intrigués par l’initiative et invités par la Mission Locale, se sont portés volontaires pour tester l’une des configurations de conduite de ce concept pouvant rappeler à bien des égards le principe d’un jeu vidéo.

 

 

Un parcours numérique à effectuer sans faute…

 

L’objectif étant de capitaliser le maximum de points bonus à chaque difficulté énoncée par le logiciel sur la totalité du parcours. A réaliser, évidemment, sans commettre de fautes inhérentes au code de la route et aux obstacles rencontrés virtuellement sur le circuit. Pas si simple, en vérité.

Après la démonstration assurée sur grand écran par la jeune Alexandra LEBLOND qui avait été choisie par les organisateurs pour servir de modèle à cette séance des plus suivies, ce fut le tour à ce jeune public de profiter de l’aubaine sous le regard intéressé de la sous-préfète d’arrondissement Cécile RACKETTE et de la première élue de la Ville, la conseillère régionale Jamilah HABSAOUI.

Au-delà de la perception liminaire à la conduite dont il faudra ensuite valider le processus habituel auprès d’une auto-école, ce système d’aide au permis répond à une autre vocation : sensibiliser la jeunesse à la mobilité. Un axiome nécessaire pour s’insérer dans la vie professionnelle.

Cela a été dit et redit à maintes reprises par les officiels lors de cette cérémonie de présentation : point de permis dans sa besace, pas de salut dans la vie active !

Des arguments que le public juvénile de ce jour aura sans doute eu le temps de méditer longuement durant la séance de tests.

 

Thierry BRET

 

 

Serait-ce sa période de chance, auquel cas il est invité à acquérir très vite un billet à la loterie nationale (!) ou le révélateur de la réussite insolente de son entreprise qui s’implique sur des sujets sociétaux essentiels (la sécurité routière, l’environnement…), en tout cas Christophe BERTRAND est incontestablement le patron de cette période automnale où il ramasse les distinctions honorifiques comme d’autres les feuilles mortes. A la pelle !

 

AVALLON : Le 12 novembre dernier, c’est à Paris que le dirigeant de la société spécialisée dans la conception de produits et supports de communication à base de plastique souple recevait l’une de ses deux récompenses en ce mois de novembre un peu particulier : le challenge argent du concours national, « Les Pros ont du talent ».

Une auréole à mettre à l’actif des initiatives prises par l’entrepreneur au service du bien-être et de la sécurité routière de la quinzaine de collaborateurs, travaillant à ses côtés.

Cette fois-ci, c’est sur un tout autre registre, celui de la RSE et la protection en faveur de l’environnement que Christophe BERTRAND, décidément responsable économique très en verve, a obtenu un nouvel accessit.

 

 

L’exemplarité de l’entreprise en faveur de l’environnement…

 

Deux représentants de BPI France, Vincent LE GUENNEC et Charles-Alexandre DECITRE, lui ont offert en toute solennité le trophée Coq Vert Eclaireur, une distinction qui salue l’exemplarité des entreprises en matière de transition écologique. Un sujet bien dans l’air du temps.

SIMON & Cie agit depuis plus de quatre ans en faveur de la sauvegarde de la planète, via de multiples actions qui se concrétisent dans les faits et gestes au quotidien.

D’ailleurs, de l’aveu du dirigeant, « la RSE (Responsabilité Sociétale de l’Entreprise) fait figure de stratégie de tout premier plan au sein de la société avallonnaise… ».

Il reste encore une petite semaine à Christophe BERTRAND pour recevoir le gain d’un éventuel troisième prix ce mois-ci !

Car, comme le stipule l’adage : « jamais deux sans trois ». Et là, manifestement, la dynamique de la distinction semble être bien enclenchée dans cette entreprise qui ne cesse de nous surprendre…

 

Thierry BRET

 

 

Avec aisance le renouvellement de bail de la présidente de l’Union des Démocrates et des Indépendants de l’Yonne ! En l’absence de tout suspense, la sénatrice Dominique VERIEN retrouve son fauteuil présidentiel pour une nouvelle mandature de trois ans, après le verdict rendu lors de l’assemblée générale de la formation samedi 20 novembre…

 

MONETEAU : Les instances de l’UDI 89 ont été renouvelées au cours de ce week-end sans l’ombre d’une surprise. Si les conseillers départementaux et nationaux de la formation du centre droit ont été désignés à l’issue de leur présentation officielle, il en a été de même pour la cheffe de file icaunaise, Dominique VERIEN, se succédant à elle-même.

La sénatrice de l’Yonne, seule prétendante au rôle de porte-étendard de l’UDI sur notre territoire, a été réélue à l’unanimité, sans affronter une quelconque opposition. Le contraire eut été étonnant.

Rappelons que les conseillers départementaux de l’UDI agissent au niveau du choix de l’investiture dans le cadre des échéances municipales et départementales tandis que les conseillers nationaux du mouvement interviennent dans les prises de décision similaires, mais à l’échelle hexagonale.

 

 

Un ralliement au meilleur des candidats LR à la présidentielle…

 

En progression de plus de 15 %, les effectifs de l’UDI 89 traduisent cette appétence à vouloir se positionner pour ses nouveaux adhérents au cœur des valeurs véhiculées par l’ancienne UDF, chère au regretté président de la République Valéry GISCARD d’ESTAINGS, disparu le 02 décembre 2020.

Le week-end prochain, c’est à Aubervilliers en Seine-Saint-Denis que les instances nationales de l’UDI confirmeront leur soutien, en l’officialisant et en soutenant le meilleur des candidats des Républicains, choisi par leurs militants le 04 décembre.

Privant de facto la présence de Jean-Christophe LAGARDE, président national ou de tout autre membre des instances nationales, au premier tour des présidentielles. Un choix tactique afin d’éviter l’émiettement des voix et la multiplication des candidatures à droite et au centre droit.

En contrepartie de ce ralliement total aux LR, l’UDI souhaite jouer à l’avenir et lors des futures échéances électorales (on pense inévitablement aux législatives), un rôle de partenaire majeur ad hoc. C’est-à-dire sur un même pied égalitaire, il va de soi…

 

 

En savoir plus :

Parmi les personnalités politiques de l'UDI 89 réélues, citons 

Arminda GUIBLAIN, conseillère départementale de l'Yonne et maire de Monéteau (cette dernière n'a pas été réélue puisqu'elle est membre de droit des institutions),

Sébastien DOLOZILEK, adjoint à la ville d'Auxerre et délégué départementale de l'UDI 89,

Kévin LEGENDRE-BONIFACE, conseiller municipal de Saint-Sauveur-en-Puisaye et président de l'UDI Jeunes de l'Yonne.

 

Thierry BRET

 

 

 

 

Articles

Bannière droite accueil