Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-credit-agricole-90x90.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
groupama_small.png
logo-cerfrance-bfc-accueil.png
capeb-logo.png
logo banque populaire bourgogne franche-comté
logo-cm.jpg
logo-edf-site.jpg
ccj-logo-petit-1.jpg
ordre-des-experts-comptables-de-bourgogne-franche-comte.jpg
Région Bourgogne France-Comté
mercato de l'emploi yonne bourgogne
Lycée Saint-Joseph de la Salle
chambre des métiers et de l'artisanat
Caisse d'épargne Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Groupe La Poste
Chambre d'Agriculture de l'Yonne

Nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
banque_populaire_bfc-long.png
capeb-logo.png
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épagne Bourgogne Franche-Comté
cerfrance bfc
Communauté de Communes du Jovinien
Chambre d'Agriculture de l'Yonne
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
logo-cm.jpg
groupama_medium.png
logo-credit-agricole-90x90.jpg
région Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Ordre des experts comptables de Bourgogne Franche-Comté
20211006_lpg_logo_cmjn-616fec3863034.png
mercato de l'emploi yonne bourgogne
chambre des métiers et de l'artisanat

Warning: Creating default object from empty value in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/components/com_k2/views/itemlist/view.html.php on line 743

On ne change pas une formule gagnante, dit la maxime ! Un credo qui s’applique même dans le domaine artistique. La preuve nous en est donnée à l’Espace culturel de Gurgy. Jusqu’au 25 février, une douzaine d’artistes y ont déposé leurs œuvres sur des cimaises, entre réalisme et onirisme, tendresse et rêverie, esthétisme et beauté. Les « 4’ Arts », fameuse association auxerroise, démontre à tous ses admirateurs que la chose culturelle peut se décliner sous de multiples formes…avec réussite !

 

GURGY : Certes, les férus de l’art pictural sont en nombre comme à l’accoutumée ! Il y a des spécialistes de l’aquarelle. De l’acrylique, aussi. Des adeptes des pastels. Ceux qui ne dérogeront jamais à la sacro-sainte règle de ne travailler les toiles en les noircissant du fruit de leur inspiration qu’à partir de la peinture à l’huile ! Une sacrée palette d’artistes du sérail. Dont certaines et certains se sont fait déjà une belle notoriété dans le landerneau.

Michel VERAY, Marie-Françoise DURNERIN, Sylvie PINON, Annie BASSET ou encore, entre autres, Didier BOISSEAUX. Déjà connus et reconnus par leurs pairs ! Mais, ils ne sont pas les seuls. Tous possèdent ce dénominateur commun d’être des fidèles parmi les fidèles, membres de cette belle association locale, les « 4’Arts ».

Les quatre arts. Le beau patronyme, que voilà ! On se croirait presque à la célébration des jeunes diplômés ingénieurs de la fameuse école de Cluny, l’école nationale supérieure des Arts et Métiers, les « Gadz’ Arts » ! Mais, là, s’arrête la comparaison ! Même si nos valeureux adhérents de la structure associative auxerroise en connaissent un rayon sur la mise en avant de la pratique artistique à l’imaginaire fécond.

Les quatre arts ? Oui, bien sûr, il y a la peinture. Mais, aussi dans la déclinaison présente jusqu’au 25 février à l’Espace culturel, cher à Jean-Luc LIVERNEAUX, édile du cru et fervent supporter des milieux artistiques, la photographie, la sculpture et la mosaïque.

 

 

 

Le bonheur jubilatoire de douze artistes au meilleur de leur forme

 

C’est précisément l’univers de Marc SEBERT que les visiteurs retrouveront durant cette immersion dans le monde si particulier et poétique de la mosaïque. La photographe proposant son travail n’est autre que Liliane PECHENOT. Une « vieille » connaissance dont nous suivons toujours les travaux et l’actualité avec grand intérêt, tant la jeune femme fait parler son talent au détour de ses clichés, finement ciselés. Quant à la sculptrice, Valérie FAGEOT, elle a quitté le milieu de la presse où elle exerçait jadis ses inspirations professionnelles pour ne se consacrer uniquement à celles de l’art et au travail du bronze. Elles dévoilent des œuvres aux lignes épurées tout en joliesse.

Entre le figuratif ou le semi-abstrait, des voyages au flanc de montagne ou sur les canaux de la Cité des Doges, la belle Sérénissime (Venise), des natures mortes presque plus vivantes que la réalité et des marines par temps de grand vent : on se laisse bercer de douces visions du bonheur de voir ces douze artistes en pleine maîtrise de leurs capacités. Un clin d’œil jubilatoire à Sabine CHAPRON et à ses acryliques non dénuées de truculents personnages emplis d’humour.

Que Jean-Luc LIVERNEAUX se rassure : la saison culturelle à Gurgy est déjà sur de bons rails !

Exposition Les 4’Arts à l’Espace culturel de Gurgy

Jusqu’au 25 février 2024

Les mercredis, samedis et dimanches de 14h à 18 h.

 

Thierry BRET

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Le dessin figurant sur le panneau brandi à bout de bras par le député de la troisième circonscription de l’Yonne est des plus explicites ! On y voit un symbole d’interdiction faisant référence à la fameuse signalétique routière, agrémenté d’un pylône rappelant une éolienne. Contre les projets de ce type, prévus dans la partie septentrionale de notre territoire, Julien ODOUL est vent debout face à ces futures installations. Une hérésie, selon le parlementaire, préjudiciable à la valeur du foncier et de l’attractivité…

 

VILLENEUVE-SUR-YONNE : Quel serait l’impact sur l’attractivité du nord de l’Yonne si des projets locaux d’implantation d’éoliennes venaient à voir le jour ? Pour le député Rassemblement national de l’Yonne, Julien ODOUL, la réponse est évidente : « ce serait non négligeable sur l’effondrement de la valeur du foncier de 30 %, sans omettre la pollution visuelle des paysages et l’atteinte à la biodiversité… ».

Présent le 03 février dernier lors d’une réunion publique d’information, organisée à Villeneuve-sur-Yonne par l’association « Villes et Villages en Campagne », le parlementaire icaunais a dénoncé comme il en a l’habitude « l’hypocrisie de la Région Bourgogne Franche-Comté ».

« D’un côté, la Région soutient l’installation des éoliennes et de l’autre elle subventionne la protection des oiseaux et des chauves-souris qui sont massacrés par ces funestes machines, souligne le président régional du groupe RN.

Dans le cas présent, comme cela fut évoqué par le président de l’association « Villes et Villages en Campagne », Philippe JACQUELIN, ce sont les localités de Villeneuve-la-Guyard, Sergines, Pailly et La Celle-Saint-Cyr et leurs voisinages qui pourraient être recouverts des fameux mâts à l’avenir.

« Honte à ces charlatans du vent, s’insurge Julien ODOUL, en visant les promoteurs qui s’activent pour recouvrir le territoire d’éoliennes.

 

 

Au passage, le parlementaire tacle l’édile de La Celle-Saint-Cyr : « la maire soutient honteusement le principe de dissémination des éoliennes dans la ruralité… ».

Mais, que disent les statistiques à ce sujet, sur ces implantations d’éoliennes dans l’Hexagone ? Le numéro cinq du RN apporte des chiffres. « Selon un sondage officiel, produit par OPINION WAYS et datant de 2022, 61 % de nos compatriotes sont favorables à un moratoire sur l’éolien… ».

Que dire alors de la consultation réalisée dans l’Aillantais au printemps 2023 où 93 % de la population rejetaient en bloc toute idée de projets éoliens !

Partisan de référendums locaux afin que la volonté démocratique des habitants des zones concernées par ces implantations soit prise en compte, Julien ODOUL compte intervenir auprès des services de l’Etat et des municipalités pour empêcher, dit-il le « mitage et le bétonnage du territoire ».

Un combat en faveur de la protection de l’environnement et du cadre de vie qui ne fait que commencer, visiblement…

 

Thierry BRET

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Ne serait-il pas un tantinet philosophe, le nouveau président de la JCE d’Auxerre, cette institution à l’estampille « Jeune Chambre Economique », créatrice d’incubateurs de talent ? Lors de la passation des pouvoirs avec son prédécesseur, Maud DUSSOL, Yannick ROBIERE plantera le décor dès les premières minutes de son intervention. « Les énergies du passé rencontrent les promesses de l’avenir » ! Tout un programme qui en dit déjà long sur le caractère pugnace de ce président qui veut relever les défis se présentant à lui…

 

AUXERRE : Qui ne tente rien, n’a rien ! Une antienne que beaucoup d’entre nous ne cessent de répéter à longueur de journée. Façon méthode Coué, histoire de se nourrir de motivations profondes ! Sauf qu’il serait bon d’ajouter une autre phrase à cette formule magique de l’esprit : « qui ne tente rien, n’apporte rien ! ».

C’est en préambule les propos liminaires et salvateurs tenus par un jeune trentenaire dynamique et posé, maîtrisant à la perfection l’art de la litote lors de son passage à la tribune d’ « Aux R Lab » où se déroulait la cérémonie de passation des pouvoirs de la JCE, Yannick ROBIERE !

Durant cinq minutes, le garçon a exposé de quoi serait fait son mandat 2024, après avoir succédé à l’ancienne responsable de la structure associative, Maud DUSSOL.   

« Si nous sommes ici, c’est parce que nous avons décidé de tenter et d’apporter quelque chose, renchérit l’orateur, un peu gêné par la lumière d’un projecteur mal réglé lui éclairant les yeux, la Jeune Chambre Economique est une institution qui œuvre depuis des décennies, tant à l’international qu’au niveau local. Elle forme des leaders et des citoyens engagés, qui veulent être responsables… ».

 

 

 

Les membres de la JCE ? Des optimistes exigeants et qui le revendiquent !

 

 

En l’espace de quelques mots, le jeune homme, élégamment vêtu, clarifie la position sociale de ce mouvement citoyen au service de la population, des entreprises et des collectivités. « Nous sommes les héritiers d’une longue tradition de l’excellence, d’engagements et de services. Nous avons tant besoin de rayonner auprès de la jeunesse et de les forger à devenir des incubateurs citoyens… ».

Mais qui sont-ils donc, ces jeunes femmes et jeunes hommes, cadres, dirigeants d’entreprises (si, si, déjà à leurs âges cela existe !) aux valeurs si vertueuses ? Yannick ROBIERE en donne la réponse : « Nous sommes des optimistes exigeants qui veulent améliorer l’avenir. Nous sommes un phare d’espoir et un réseau global qui transcende les frontières, les cultures et les différences… ».

Parmi les items qui trouvent grâce à leurs yeux, le développement durable, la paix, les services divers et variés à apporter à la communauté. Quant à la prospérité, elle est un droit pour tous, martèle le jeune intervenant, face à une salle comble, composée d’élus et de représentants des sphères économiques et institutionnelles.

 

 

Il faut élever plus encore nos ambitions !

 

« La JCE est une force de propositions et d’actions au service de l’intérêt général, souligne Yannick ROBIERE, nous sommes la preuve vivante que notre engagement et notre passion peuvent transformer ici même à Auxerre, notre ville et notre région ».

Pour 2024, le schéma est clair : « il faut élever encore plus nos ambitions ! ». Un président confiant et passionné qui gère idéalement bien son temps de parole. « Nous sommes comme des athlètes olympiques et nous visons l’excellence dans nos actions ! ».

La première étape se concrétisera en mars avec la réunion de l’écosystème qui gravite autour de la Jeune Chambre. Une sorte de brainstorming à la puissance dix qui ne sera pas forcément très facile à appréhender, dixit Yannick ROBIERE, « mais cela en vaudra vraiment la peine ! Aucun d’entre nous n’est plus intelligent que l’ensemble d’entre nous ».

Puis, le nouveau président énoncera quelques idées de thématiques qui seront abordées ce jour-là, à l’instar de la formation, de l’emploi, la santé, l’attractivité du territoire, etc.

Quant aux partenariats avec le tissu associatif, ils seront privilégiés par la structure auxerroise au cours de l’année. Via les valeurs de la francophonie. Mais, aussi en stimulant la synergie existante autour des talents et des passions.

« Ensemble, insiste Yannick ROBIERE, nous pouvons relever les défis les plus ardus et transformer les obstacles en opportunités… ».

Des mots qui réchauffent les âmes et qui sont employés à bon escient par le nouveau responsable qui sait pertinemment que face à lui se dressent d’innombrables défis.

Mais, aussi des perches tendues. « Saisissons-les ! Soyons les artisans du changement pour que cette année soit inoubliable… ». On en demandait pas tant ! Mais, là, pas de soucis, on est preneurs devant tant d’enthousiasme et de volonté…

 

Thierry BRET

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Toute sa vie, Robert BADINTER a mené un long combat pour l’abolition de la peine de mort. Pour arriver à la loi qu’il défendra avec succès et promulguée le 9 octobre 1981. Explications…

 

TRIBUNE : Au XIXème siècle, de nombreux juristes, magistrats et intellectuels français s’engagent politiquement en réclamant l’abolition de la peine capitale. Ils la déclarent immorale, inefficace et une survivance de la loi primitive du Talion. Fidèles aux idées des Lumières et de la Révolution française, ils mettent en avant les principes de l’inviolabilité de la vie humaine et « l’irréparabilité » de la peine de mort. Ils comptent sur les progrès de la société pour y parvenir. Ils s’appuieront au siècle suivant sur les statistiques de la criminalité pour démontrer qu’elle n’est ni dissuasive, ni exemplaire, en particulier après son bannissement de l’espace public en 1939.

Louis-Michel Lepeletier de Saint-Fargeau, révolutionnaire, défend en 1791 l’abolition de la peine de mort. Même Robespierre ira un temps sur cette idée. Olympe de Gouges se présentera aussi comme une fervente défenseure de la peine capitale mais elle fut guillotinée par ledit Robespierre… En 1848, Lamartine, alors ministre des Affaires étrangères, signe des décrets pour l’abolition de l’esclavage et de la peine de mort.  Victor Schoelcher, célèbre pour l’abolition de l’esclavage, défendra aussi la fin de la guillotine. Victor Hugo considère la peine de mort comme étant un acte barbare et inhumain. Élu comme président sous la Troisième République en 1906, Armand Fallières, abolitionniste par conviction (il exècre la peine de mort) gracie systématiquement les condamnés à mort et met immédiatement à l’ordre du jour le débat sur l’abolition de la peine capitale. Notons encore le combat des abolitionnistes de la peine de mort : Aristide Briand, Jean Jaurès, Albert Camus… Et tant d’autres !

 

« Subir la mort plutôt que la donner… »…

 

Avec l’avènement de la République (509 av. J.-C.), on assiste de la part des gouvernants à une répugnance de plus en plus nette à l’égard des condamnations capitales, qui disparaissent par abrogation tacite.

Dans la religion chrétienne, le Christ invite ainsi les hommes à dépasser la vengeance et à casser la spirale de la violence. Et c’est concrètement que Jésus manifeste sa réprobation à l’égard de la conception ancienne de la pénalité, la loi du Talion (œil pour œil, dent pour dent).

L’héritage de la Bible est donc extrêmement complexe. Cela l’est d’autant plus à travers notre prisme : toute notre civilisation européenne est construite sur ses fondements, concomitamment avec la culture gréco-romaine. Saint-Augustin écrit en 408 : « Subir la mort plutôt que la donner ; corriger les impies, non les tuer !».

L’Eglise restera longtemps ambiguë. Saint-Augustin approuve les charges de juge et de bourreau, conforme à cette autre parole : « Il faut rendre à César, ce qui est à César… ».

 

 

L’homme est capable de s’amender et de s’améliorer…

 

Robert BADINTER est l’héritier du combat de tous ceux qui ont voulu faire triompher la vie sur la mort. Il apprend, avec surprise, par les médias que François MITTERRAND, alors candidat pour les élections présidentielles de 1981, défendra l’abolition de la peine de mort. Acte d’autant plus courageux, qu’à cette époque, les français sont majoritairement pour la peine capitale (63 % lors d’un sondage).

 La peine de mort, un sujet très clivant. Même s'il a augmenté à partir des années 2010, le chiffre des personnes se disant favorables à la peine capitale tourne toujours depuis autour des 50 %, quand il ne descend pas plus bas. Mais, il ne renoue pas, du moins pour le moment, avec les plus de 60 % connus dans les années 1980 et auparavant.

Robert BADINTER a toujours mis en avant ses convictions humanistes, sans en faire une revendication de politique partisane. Il n’a jamais proposé son exigence dans un cadre socialisant. La récupération politique est cependant prégnante : socialistes et autres courants LGBT font florès !

Il croyait en l’homme et qu’il fallait reconnaître sa capacité à s’amender et à s’améliorer. Figure du siècle et grand humaniste, BADINTER a défendu toute sa vie ses idéaux, avec constance et éloquence. Il a fait reconnaître le droit à une nouvelle épistémè, en faisant entrer dans les prétoires, le seul véritable procureur : la civilisation…

Laissons-lui le dernier mot : « Ceux qui croient à la valeur dissuasive de la peine de mort méconnaissent la vérité humaine. La passion criminelle n'est pas plus arrêtée par la peur de la mort que d'autres passions ne le sont, qui celles-là, sont nobles. La justice française ne peut plus être une justice qui tue… ».

 

Paul GUILLON

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Tradition quand tu nous tiens ! Mais, celle-là se veut noble et emplie d’agréables souvenirs. Fleurant bon le terroir et le vignoble. L’esprit de ces fêtes d’antan ravive les cœurs au détour de ces villages, posés çà et là sur les collines. Ici à Jussy, on a vécu la fameuse fête du saint patron de la vigne avec simplicité et sérénité. Comme si le temps s’était arrêté là, suspendu, et loin de ce monde fou et turbulent…

 

Lundi 

A quelques mois des élections européennes, « y’avait l’feu dans les cours de fermes » et le pompier ATTAL s’en est pas mal sorti, perdant toutefois en chemin un peu de son « âme écologique » si tant est qu’il en ait une… Par-delà les mesures « de bon sens » annoncées dans une ferme de Haute-Garonne, restera une image de « Premier ministre aux champs », sans doute concoctée avec soin par ses conseillers, saucissonnant avec entrain, un verre de rouge à la main, dans son costume d’énarque, devant une assistance sous le charme, avec en toile de fond une stabule. Quelle bonne idée, cette botte de paille improvisée en bureau de campagne pour y déposer ses fiches ! Déjà que l’on soupçonnait l’ancien porte-parole de l’Elysée d’être devenu le porte-voix d’Emmanuel MACRON, le voici d’un coup revêtu du costume « d’homme de paille » !

 

Mardi 

Rachida DATI est rattrapée par la « diplomatie du caviar ». Celle qui fut un temps, vice-présidente de l’association des « Amis de l’Azerbaïdjan », est critiquée depuis longtemps déjà, pour sa proximité avec le pouvoir dictatorial d’Ilham ALIYEV, omettant au passage de déclarer au Parlement européen, comme la loi l’y oblige, plusieurs voyages dans le pays en qualité d’invitée. Pour avoir croisé un jour d’octobre 2012 dans un palace de Bakou, la maire du 7ème arrondissement de Paris semblait bien y avoir son rond de serviette… Une présence due sans aucun doute, au seul attrait prémonitoire pour l’art azerbaidjanais et sa figure de proue, le grand poète Saiyid Imad ad Din, préfigurant le poste qu’elle occuperait un jour, rue de Valois, en sa qualité de ministre de la Culture !

 

 

Mercredi

So chic, so cute, so fashion ! Il est désormais possible à Dubaï de prendre son apéro avec de la glace vieille de plusieurs dizaines de milliers d’années, venue tout droit du…Groenland ! D’une pureté sans égal et la « plus propre de la planète » aux dires de son importateur, la start-up « Arctic Ice ». Peu importe les moyens mis en œuvre pour la faire arriver jusque-là, accentuant d’autant le réchauffement climatique. « Réchauffement »…? Rajoutez moins donc deux glaçons, c’est ma tournée !

 

Jeudi  

Loin des blocages de Rungis et des autoroutes parisiennes, chasse gardée de leurs confrères de la FNSEA, les sympathisants icaunais de la Confédération paysanne, marquée plus à gauche sur l’échiquier agricole, ont fait le choix d’un filtrage de la circulation sur le pont Paul-Bert à Auxerre pour y distribuer des tracts et faire part de positions les différenciant des autres syndicats, que ce soit au sujet des normes environnementales, « n’oublions pas qu’elles sont là avant tout pour protéger les citoyen.nes, les paysan.nes et la biodiversité » ou leur refus de voir les revenus complémentaires issus de la production d’énergie prendre le pas sur le reste, « nous refusons d’abandonner le combat pour un revenu digne issu de notre activité agricole elle-même… ».  Pour autant, était-il nécessaire de ressortir de la grange ce modeste tracteur à l’âge canonique, contre-pied sans doute aux « monstres » de 150 000 euros croisés sur les autoroutes et aux portes de Paris ? A trop forcer le trait, l’on prend le risque de tomber dans la caricature, affaiblissant d’autant le message !

 

 

Vendredi 

C’est le genre d’info qui fait du bien à l’âme et réchauffe les cœurs…Dans son édition de ce jour, « L’Yonne Républicaine » nous apprend qu’un quarteron de militaires du peloton de surveillance et d'intervention de la gendarmerie d'Auxerre, ont aidé une maman en détresse à mettre au monde son bébé au bord de la route, à quelques kilomètres de la maternité. Des « gamins » d’à peine plus de vingt ans qui par leur geste, nous rappellent qu’il fut une époque où les pandores étaient aussi surnommés « les anges gardiens de la route »…

 

Samedi  

C’est une Saint-Vincent à l’abri du temps, bien loin du faste lié aux vignobles plus « nobles » et plus « prestigieux » des cousins chablisiens… Jussy a fêté son saint patron en une cérémonie empreinte de simplicité mais au registre d’authenticité, souvenir de l’époque où le village vivait directement de la vigne et de cet esprit de solidarité qui cimentait la vie d’alors.

 

 

Dimanche  

Les ruelles sont désertes en ce dimanche matin de février à Vézelay, offrant au visiteur solitaire les clés d’une « Colline éternelle » à lui seul promise… Rue Saint-Pierre, la pente menant à la basilique se fait rude. Quand un panneau ornant la façade d’un hébergement siglé « « Gîte de France », semble éclairer la grisaille dominicale. Quelques mots pour rappeler que notre histoire s’est bâtie en ouvrant nos frontières, contre-pied salutaire à toutes les thèses privilégiant l’identité de « vraie France » ! Avec une pensée émue et nostalgique pour François CAVANNA et son « rital » de père, à tous ceux qui le précédèrent et à tous ceux qui lui succéderont. Vézelay ! Terre de paix, terre de tolérance, terre de lumière… 

 

Dominique BERNERD

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Articles

Bannière droite accueil