Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-credit-agricole-90x90.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
groupama_small.png
logo-cerfrance-bfc-accueil.png
capeb-logo.png
logo banque populaire bourgogne franche-comté
logo-cm.jpg
logo-edf-site.jpg
ccj-logo-petit-1.jpg
ordre-des-experts-comptables-de-bourgogne-franche-comte.jpg
Région Bourgogne France-Comté
mercato de l'emploi yonne bourgogne
Lycée Saint-Joseph de la Salle
chambre des métiers et de l'artisanat
Caisse d'épargne Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Groupe La Poste
Chambre d'Agriculture de l'Yonne

Nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
banque_populaire_bfc-long.png
capeb-logo.png
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épagne Bourgogne Franche-Comté
cerfrance bfc
Communauté de Communes du Jovinien
Chambre d'Agriculture de l'Yonne
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
logo-cm.jpg
groupama_medium.png
logo-credit-agricole-90x90.jpg
région Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Ordre des experts comptables de Bourgogne Franche-Comté
20211006_lpg_logo_cmjn-616fec3863034.png
mercato de l'emploi yonne bourgogne
chambre des métiers et de l'artisanat

Warning: Creating default object from empty value in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/components/com_k2/views/itemlist/view.html.php on line 743

Entre deux verres de rosé-pamplemousse et une trempette bien méritée dans la fraîcheur relative de la « Grande Bleue », la nouvelle est tombée au cœur de la touffeur estivale. Sans crier gare, de manière presque imperceptible pour le commun des mortels, trop préoccupés à s’adonner aux joies de l’hédonisme et au plaisir du farniente sur la plage. En provenance de nos voisins d’outre-Rhin, elle disait ceci en substance : l’Allemagne renonce à l’avenir à la commande de nouveaux trains fonctionnant à l’hydrogène !

Une véritable onde de choc que cette information, à première vue. Une incompréhension à la lecture des manchettes de la presse hexagonale qui s’en faisait l’écho par quelques entrefilets dès le lendemain. Comment cela était-il possible alors que l’on nous vante à toutes les sauces ici-bas les bienfaits émérites de cette technologie avant-gardiste, renouvelable et propre énergétiquement !?

 

 

Un coût d’exploitation trop onéreux à l’usage

 

Et ce, depuis des lustres, ne serait-ce que sur notre seul territoire de Bourgogne Franche-Comté qui en accueille l’un des éléments moteur (sans jeu de mot !) dans la région de Belfort avec la société ALSTOM, encouragée par les institutionnels et politiques du terroir.

Dans les faits, ce n’est nullement l’inventive technologie ayant fait ses preuves qui est remise en cause par le ministère des Transports de Basse-Saxe, devant s’exprimer face à la presse fin juillet sur le sujet. Si le côté technique ne fait pas défaut, à quoi alors imputer cette surprenante volte-face de l’une des compagnies ferroviaires régionales germaniques qui fut pourtant la première à avoir adopté l’hydrogène comme source d’alimentation de ses trains ?

Je vous le donne en mille : la réponse ne tient qu’en un seul mot, son coût ! Une raison plutôt malvenue en pareille circonstance et en période de crise économique alors que les prix des billets du transport ferroviaire grevant le budget des voyageurs ne cessent de s’envoler en version astronomique depuis longtemps.

 

 

Une flotte électrique à batteries au lithium six fois moins coûteuse mais...

 

A ce titre, l’Allemagne n’est pas la seule à avoir manifesté son désintérêt devant cette technologie pourtant qualifiée de si prometteuse au niveau du développement durable mais trop onéreuse au niveau de son exploitation. En France, on n’est pas en reste puisque du côté de Montpellier, dans l’Hérault, décision fut prise l’an dernier par la métropole de geler une commande de 51 bus à hydrogène et de la privilégier par une flotte électrique à batteries, six fois moins coûteuse. D’autant qu’en bout de course, et cela n’est précisé par personne que les surplus budgétaires de fonctionnement seraient immanquablement répercutés auprès des usagers de ces lignes lors de l’achat de leur titre de transport...On imagine aisément la note plutôt salée à la sortie !

Comment alors démocratiser de façon acceptable les transports collectifs (ferroviaire, bus…) et réduire le flux des véhicules « impropres » sur les routes de France et de Navarre (les thermiques évidemment !) si les tarifs appliqués pour les emprunter au quotidien deviennent ultra prohibitifs ? Un casse-tête chinois qui ne semble pas avoir été résolu pour l’heure par toute l’intelligentsia hexagonale qui fait des yeux de Chimène à l’hydrogène…

 

 

Une flotte diesel vétuste et polluante avec 4 millions de tonnes de CO2 rejetés

 

En Allemagne, le retour en grâce des trains électriques à batteries, fonctionnant au lithium (la belle affaire quant au niveau de son exploitation et des dégâts occasionnés à la planète pour l’extraire !) revient donc au goût du jour.

Ces trains sont plus compétitifs et permettront d’éliminer petit à petit les flottes de ces antiques rames diesel devenues trop poussives et polluantes au fil des ans.

Une flotte de trains à la vétusté éprouvée, circulant encore dans la plupart des pays de l’Union européenne et de ses régions rurales, afin de desservir de petites lignes qui aura rejeté dans l’atmosphère la bagatelle de plus de 4 millions de tonnes de CO2 ces dernières années !

Morale de l’histoire : la locomotion par hydrogène serait-elle déjà en manque d’oxygène pour pouvoir subsister !?

 

Thierry BRET

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

« Le criquet tient dans le creux de la main, mais on l’entend dans toute la prairie… ». Originaire du Sénégal, ce proverbe fleurant bon l’exotisme s’adapte à la perfection au fameux magazine dont sont friands chaque mois et ce, depuis dix-huit ans déjà, les habitants du Centre-Yonne et de la partie méridionale de notre territoire. Un « Criquet » qui, dans son édition de l’Auxerrois et de Puisaye-Forterre est aujourd’hui incarnée par la souriante Céline DURAND. Elle en a repris les rênes en janvier dernier, succédant ainsi à Thierry SMOLARSKI…

 

AUXERRE : Que du bonheur ! C’est ainsi que la jeune trentenaire à la tête de la société « A2C » qui exploite localement l’édition du middle Yonne de ce magazine gratuit, un support d’informations publicitaires issu de la franchise nationale – le titre est apparu en 1997 du côté de Nantes grâce à son fondateur Pierre LECHAT -, résume son expérience, vécue intensément depuis le mois de janvier. Un bonheur qu’elle partage à chaque retrouvaille mensuelle avec un lectorat de fidèles, férus de renseignements pratico-pratiques sur les actualités commerçantes et artisanales du secteur géographique dédié.

 

Un nombre de points de distribution très élevé : 700 !

 

A 35 ans, Céline DURAND s’est donc muée en une véritable cheffe d’entreprise. Elle qui avait vécu jusque-là travaillé avec le statut du salariat, dont elle avait finalement fait le tour avant de se lancer un nouveau défi, celui de la reprise de société. Une bonne étoile et le hasard devaient la placer en fin d’année dernière sur la route du pourtant inamovible Thierry SMOLARSKI, figure charismatique du média gratuit, connu et apprécié de tous, dans le landerneau, aujourd’hui à la retraite.

Avec à l’époque, plus de 900 points de distribution répartis sur une large frange de terre, implanté entre Aillant-sur-Tholon jusqu’aux confins du Tonnerrois, le sieur Thierry n’eut jamais une seconde à lui, ne serait-ce que pour respirer un instant !

Qu’elle se rassure, la « belle » Céline n’en aura plus que sept cents de ces points de distribution à alimenter dans le Centre Yonne dorénavant chaque mois afin de perpétuer le flambeau de ce magazine populaire que les Icaunais aiment lire tranquillement à la maison. Un maillage qui reste très important, tout de même !

     

Le renouveau des maquettes et des rubriques sous le prisme de la féminité…

 

Pas prise de tête du tout, avec « Le Criquet Magazine » ! Depuis ses origines, le support propose un contenu informatif ludique, parfois pédagogique, sur cette actualité dite de proximité. Celle des artisans et des commerces indépendants qui fleurissent çà et là au gré des campagnes mais aussi dans les zones urbaines. Celle des informations pratiques qui sont distillées au travers de sympathiques rubriques s’ouvrant vers le jardinage, la philatélie, la mode, les loisirs, la gastronomie, la culture, l’environnement. Les grilles de mots croisés et de sudoku y sont recherchées par ses lecteurs, histoire de se détendre. C’est un peu tout cela, ce magazine au curieux nom d’insecte !

Venant de la sphère commerciale et du marketing, Céline DURAND, bouillonnante d’idées, a souhaité impulser tout de suite après le rachat de ce produit au fort potentiel de développement une nouvelle formule. Histoire de casser quelque peu avec les codes référentiels déclinés jusque-là par Thierry SMOLARSKI. Des codes qui lui avaient pourtant si bien réussis.

 

 

Une prise de risque assumée par la jeune dirigeante, sous le sceau de la féminité et de sa touche caractéristique, qu’il était nécessaire d’imposer à ce nouveau format de lecture.

« Ce renouveau des maquettes et de son contenu sont partis pour durer, confie la jeune femme avec un éclatant sourire. Cela plaît beaucoup aux lecteurs, anciens ou néophytes, souligne-t-elle, en présentant le numéro double estival (juillet/août), magazine qui annonce dans le menu la multitude d’évènements et de festivals de l’été… ».

 

 

Le Sénonais dans le viseur de la zone de chalandise d’ici 2024…

 

Se définissant comme une éditrice de proximité – la belle formule – notre « criquette » rêve tout haut à la mise en place de grands projets d’ici 2024. Notamment le positionnement du support dans le Sénonais, terre qui persiste encore à demeurer vierge à toute implantation de ce média gratuit pour le moment. Peut-être avant l’automne 2024, à l’instar de nouveaux recrutements pour optimiser l’essor de ce produit qui s’approche petit à petit de ses deux décennies de présence dans l’Yonne !

Quant à sa version numérique, elle prend progressivement son rythme de croisière avec plus de 250 visites chaque mois. Preuve que le digital s’adapte parfaitement aux besoins de la presse gratuite.

Autre excellente nouvelle (et de taille) pour la jeune entrepreneuse : la nette envolée de la pagination avec un magazine qui autrefois possédait une jauge de 24 pages et qui est aujourd’hui à une quarantaine de pages par numéro ! Preuve s’il en est que le marché publicitaire de proximité et rural conserve tous ses points d’ancrage et sa fidélité envers les gratuits.

En parallèle et sous couvert de la société « A2C » dont elle est la dirigeante, Céline DURAND qui n’a pas les deux pieds dans le même sabot a développé la vente d’objets publicitaires (goodies, banderoles, signalétiques, cartons invitation, adhésifs, etc.) qui lui assure des rentrées d’argent complémentaires. Un plus avec les offres d’emploi dont elle a hérité sur le site Internet !

Edité à 15 000 exemplaires mensuels, « Le Criquet Magazine » n’a pas de soucis à se faire pour l’avenir : pas de doute, il tient presque dans la main et on l’entend dans toute la prairie !

 

Thierry BRET

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

C’est un rendez-vous que les épicuriens et esthètes de la gastronomie française ne manqueront sous aucun prétexte. Une immersion de plusieurs minutes au cœur de ce groupe entrepreneurial de renommée universelle, fleuron des arts de la table de la Bourgogne Franche-Comté. TF1 diffuse ce dimanche à 18h20 dans « Sept à Huit » un reportage consacré au groupe Bernard LOISEAU, dont la pérennité est assumée aujourd’hui par ses deux filles, Blanche et Bérangère…

 

SAULIEU (Côte d’Or) : Entre deux reportages consacrés l’un au souvenir du charismatique leader de « QUEEN », Freddy MERCURY, et la violence urbaine qui se banalise à Marseille, cité endeuillée au quotidien par des assassinats crapuleux sur fond de trafic de stupéfiants, les aficionados de l’émission culte de TF1 (« Sept à Huit ») – présentée par Harry ROSELMACK depuis septembre 2010 -, se plongeront dans l’univers gourmand de l’un des temples de la gastronomie universelle, le groupe Bernard LOISEAU.

L’émission de ce dimanche 09 avril proposera à partir de 18h20 une immersion au sein de la société tenue jadis par Dominique et Bernard LOISEAU, le regretté chef qui nous a quittés il y a maintenant deux décennies dans de tragiques circonstances.

 

 

Un reportage qui ne doit rien au hasard, au-delà de l’hommage rendu à ce personnage mythique de la gastronomie hexagonale.

Car, parmi l’actualité du groupe LOISEAU, il y a l’ouverture le 21 avril prochain de « LOISEAU du Temps », un nouvel établissement sis dans la ville chère à Victor HUGO, Besançon.

Après sept mois de travaux, le groupe LOISEAU ouvrira cette nouvelle vitrine culinaire – une formule « bistrot » de chic et de charme situé dans le « Conservatoire » de la ville -, venant étoffer ainsi l’offre déjà existante, comprenant à Saulieu « Le Relais Bernard LOISEAU » avec ses deux hôtels, son spa et ses deux restaurants, à Beaune « LOISEAU des Vignes » et à Dijon « LOISEAU des Ducs ». Un cinquième établissement qui méritait bien un sacré coup de projecteur de la part de TF1, presque à l’heure du dîner…

 

Thierry BRET

 

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

A moins de cinq cents jours de l’évènement, la radio du service public, fidèle à sa déontologie, ne pouvait passer outre sur le traitement informatif de ce rendez-vous séculaire pour la France. A l’été 2024, Paris sera le centre du monde, l’Yonne, l’une des articulations de cette colonne vertébrale qui accueillera la flamme de l’olympisme. Durant les 18 mois qui nous séparent du coup d’envoi de ces Jeux, France Bleu Auxerre proposera une émission thématique spéciale (« 100 % Yonne 2024 ») comme elle sait si bien le faire. Invités à l’appui…

 

BRIENON-SUR-ARMANCON : Pour ouvrir le bal sonore de cette séquence initiale, diffusée entre 18 h et 19 h, dès ce mercredi, qui d’autres, hormis le Conseil départemental de l’Yonne, auraient pu s’exprimer sur le sujet ? Les esprits chafouins ne manqueront pas de glisser subrepticement le nom du Comité départemental Olympique et Sportif de l’Yonne (CDOS).

Bingo ! Son président, Patrice HENNEQUIN, était précisément l’un des invités constituant le premier quatuor de témoins, interrogé par la toujours pertinente et souriante Nathalie RIVAUD, lors de l’enregistrement de la prime émission à découvrir sur les ondes de France Bleu Auxerre, demain en début de soirée.

Aux côtés du président du Département, Patrick GENDRAUD – très à l’aise derrière un micro ! – et du vice-président en charge de ce dossier au sein de l’exécutif icaunais, François BOUCHER, le responsable du CDOS, à l’instar de son homologue du club d’archers, « La Sentinelle », purent expliquer avec moult détails les enjeux de ce programme « Yonne 2024 » qui verra dans l’absolu le passage de la flamme olympique sur notre territoire.

 

Un concept radio pour raconter une histoire servant à fédérer…

 

Né de la rencontre de François GIUSEPPI, nouveau responsable d’antenne de France Bleu Auxerre et de Philippe LALA – l’une des chevilles ouvrières de ce projet « Yonne 2024 » qui œuvre aux côtés du directeur général des services de l’institution départementale, Mathieu CHARTRON -, à l’issue de la soirée de présentation accueillie en novembre dernier au Domaine viticole de Jean-Marc BROCARD, ce concept radiophonique servira de rampe de lancement à une multitude d’initiatives et de manifestations afin de créer une dynamique départementale autour de ces Jeux.

Un projet, finement ciselé, qui a fait tilt dans l’imaginaire fertile de l’ancien journaliste de « RMC Sports », désormais, aux manettes et poisson pilote décisionnel du premier média radiophonique du département.

 

 

 

Raconter l’actualité du sport, sous le prisme des analyses et des témoignages, pour en constituer une histoire fédératrice avec un fil conducteur cohérent, s’applique déjà à celle qui émane depuis si longtemps de l’AJ Auxerre, emblématique structure footballistique que l’on ne présente plus.

Avec l’émission « 100 % AJA », doublement hebdomadaire les lundis et vendredis en soirée, France Bleu tient en haleine des centaines d’aficionados du club mythique de Bourgogne, friands de nouvelles fraîches et d’indiscrétions.

 

 

Etre un accompagnateur sociétal et de proximité pour France Bleu Auxerre…

 

L’émission « 100 % Yonne 2024 » est du même acabit dans sa construction. A ceci près qu’elle va ouvrir le spectre de la couverture informationnelle à l’ensemble des clubs sportifs du territoire, dont les disciplines concernées par l’olympisme.

Cela comprendra des portraits d’athlètes, potentiellement sélectionnés pour les Jeux parisiens, la présentation des clubs, mais aussi toutes les animations réalisées lors de ces dix-huit prochains mois sous l’égide de ces J.O. Qu’elles soient culturelles, associatives, pédagogiques, institutionnelles, économiques aussi puisque le curseur de l’information se déplacera vers les milieux entrepreneuriaux du cru, ceux qui soutiennent cette vaste opération de séduction voulue par le Conseil départemental qui en reste le maître d’œuvre.

Une mise en bouche radiophonique assurée avant l’été, histoire de prendre ses repères vis-à-vis du futur évènement, qui se prolongera dès la rentrée de septembre, chaque mercredi en fin d’après-midi. Proposant du direct depuis ses studios auxerrois, mais également en immersion parmi la cohorte de clubs qui développent la pratique de nombreuses disciplines dans l’Yonne, l’émission sera incitative à la découverte d’activités physiques, telles qu’elles sont applicables dans les milieux scolaires, associatifs, auprès des seniors, voire en entreprises.

Une démarche éthique qui répond à la mission de service public incarnée par cet organe médiatique, de jouer un rôle d’accompagnateur sociétal et de proximité de son auditoire. Le plus important des radios de l’Yonne, du reste, en termes de fréquentation quotidienne

L’épilogue de ce projet ambitieux et novateur pour la direction de France Bleu Auxerre s’achèvera avec le passage à l’acte de l’ouverture de ces Jeux que Paris espérait obtenir depuis…1924.

 

En savoir plus :

« 100 % Yonne 2024 », une émission à retrouver sur les ondes de France Bleu Auxerre chaque mercredi de 18 h à 19 h.

 

Thierry BRET

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Heureuse initiative que celle-ci ! Elle concerne nos têtes blondes et se développe sur le versant méridional du territoire, accueilli chez « Radio Avallon ». Désormais, le secteur du périscolaire possède sa déclinaison radiophonique, vivement encouragée par la directrice d’antenne du média, l’infatigable Maria DA SILVA. Objectif : les enfants proposent selon leur propre sens analytique une relecture de l’actualité…

 

AVALLON : Le concept se nomme « Atelier Radio Junior » ! Un rendez-vous hebdomadaire qui s’est installé sur la grille de « Radio Avallon », tous les lundis – l’idéal pour bien entamer la nouvelle semaine ! – sur les temps périscolaires de la soirée. Volontaires pour vivre cette aventure radiophonique novatrice, les élèves participent à des ateliers d’initiation. Sous la férule de la journaliste et grande prêtresse de l’information locale, Maria DA SILVA qui les initie aux techniques particulières de ce média sonore, la radio étant l’un des plus prisés des Français.

Autant dire que l’émulation est bien présente chez ces jeunes pousses de l’information qui prennent part à ces ateliers reposant sur l’écoute collective du journal. Ceci induit moult échanges et explications, avec déjà du discernement !

Explication de texte fourni par Maria : « Les enfants doivent comprendre ce qu’est une émission radiophonique en repérant les différents sujets qui y sont traités, précise-t-elle, cela permet aux élèves de mieux comprendre la rédaction sur le choix des sujets et l'organisation de leur propre émission… ».

Pour se faire, à l’aide d’exercices concrets – tout cela est très sérieux au plan de la construction pédagogique -, les élèves doivent repérer des formules qui ont pour but de tenir en haleine l’auditeur (le buzz !) et de faire des transitions entre les sujets. La relève de Stéphane BERN ou de Julien COURBET est assuré, visiblement !

 

Des temps d’antenne et la construction technique d’un journal sonore…

 

Parmi les tâches à accomplir, la création d’un journal occupe les esprits. Avec la phase de montage, d’habillage, de choix de titres, de lancement, d’interviews, de brèves et de chroniques ! Bref, du sur mesure radiophonique adapté, jetant les bases saines des fondamentaux du journalisme, tout en recoupant les informations. Et comme ils doivent passer à l’antenne, ces jeunes néophytes travaillent aussi leurs intonations !

Ce sont les enfants eux-mêmes qui sélectionnent de façon collective à la manière d’une conférence de rédaction leurs sujets à traiter. Chacun se met dans la peau de son personnage. Un « Tintin » reporter en herbe !

Au terme de ces ateliers ludiques et éducatifs, les enfants intègrent le projet « Des sons animés », un concept porté par Radio Avallon. Il a pour objectif de proposer aux enfants des temps d’antenne radio afin de travailler l’éducation aux médias. Cela leur offre l’opportunité de devenir, le temps d’une saison, des animateurs de Radio Avallon en puissance. Et peut-être d’y prendre goût et de les inciter à choisir cette voie professionnelle ?

A l’aise, derrière le micro, prolixe et plutôt désinvolte, la nouvelle génération avallonnaise prend du plaisir à la découverte des richesses transmises par ces actualités qui font le monde.

Pour mieux l’appréhender, sans doute, et la bousculer avec son opinion et ses commentaires constructifs, sans pratiquer la politique de l’autruche dont bon nombre d’adultes d’aujourd’hui sont de fervents adeptes…

 

Thierry BRET

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Articles

Bannière droite accueil