Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-puissaye-forterre.png
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo13q-1.jpg
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg

Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-puissaye-forterre.png
logo13q-1.jpg
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg

Avec des taux de réussite tutoyant les sommets (85 %), le Pôle de formation des industries technologiques de la Nièvre et de l’Yonne, accueilli au sein de la Maison de l’Entreprise à Auxerre, a décerné ses récompenses lors d’une animation protocolaire où la fierté de l’appartenance à ces métiers a été mise en exergue par les récipiendaires. In fine, c’est un total de 104 diplômés qui a pu briguer cette année les précieux sésames. Bien calés dans leurs besaces, ceux-ci leur ouvrent grandes les portes vers la réussite professionnelle…

AUXERRE : La fierté, en cas de succès, elle se partage entre le jeune diplômé et le maître de stage qui lui inculque les fondements prioritaires de sa future profession. Elle était d’ailleurs très palpable à l’annonce des résultats de la promotion 2018 du Pôle Formation des industries technologiques Nièvre Yonne, en présence de nombreux chefs d’entreprises, d’enseignants et de représentants familiaux.

Responsable du « Business Unit » (la formation initiale), Edita KOZAR orchestra en qualité de maîtresse de cérémonie la déclinaison auxerroise de cette remise de récompenses, très suivie. La même animation eut lieu dès le lendemain dans les locaux du Pôle de formation à Sens. Celle qui concernait le public nivernais venant se greffer en sus à ce triple évènementiel.

Avec un panel de 104 lauréats sur 122 prétendants, le cru 2018 est de belle facture. Si on analyse le seul territoire de l’Yonne, le Pôle Formation fait flamboyer ses objectifs vers la performance, avec un total de 47 jeunes diplômés sur cinquante-et-une possibilités !

milieu articles

Cumuler les diplômes, c’est possible !

Qu’il s’agisse de CAP, Bac pro ou BTS, les espérances de réussite sont au rendez-vous. Quelques exemples le démontrent dans cette succession de satisfecit. Cent pour cent des apprentis préparant le baccalauréat professionnel en chaudronnerie industrielle ont ainsi décroché leur précieux examen. Idem pour les alternants qui préparaient le bac pro maintenance des équipements industriels. Quant aux détenteurs du bac pro de technicien d’usinage, ils n’ont rien à envier à leurs camarades : les résultats sont d’une veine identique, c’est le carton plein !

Et la liste de s’égrener au fil d’une cérémonie conviviale où tour à tour, candidats et enseignants des diverses disciplines techniques se congratulaient.

L’un des enseignements majeurs de cette cérémonie met en exergue l’opportunité faite aux apprentis de pouvoir accumuler les diplômes. Le cas du jeune Maxime TEIXERA illustre dans l’absolu cette possibilité. Le jeune homme vient d’obtenir son BTS : il avait déjà glané par le passé, son CAP et son baccalauréat au sein du centre de formation des industries technologiques d’Auxerre.

La montée en puissance de la filière BTS se confirme par ailleurs par son taux de réussite, avec 93 % d’obtention.

 

Pas de couleur jaune pour les agriculteurs qui feront part de leur profonde amertume ce jeudi 13 décembre aux alentours du chef-lieu du département de l’Yonne. Mais, la présence, nécessairement visibles de convois de tracteurs et de feux de détresse qui clignoteront sans discontinuer pour rappeler aux pouvoirs publics que la situation économique demeure très précaire pour les « oubliés » de cette filière professionnelle…

AUXERRE : Manque de communication, absence de concertation. La coupe est pleine pour les représentants de deux syndicats du monde agricole, la FDSEA (Fédération départementale des syndicats d’exploitants agricoles) et les Jeunes Agriculteurs. Ils en appellent à l’opinion publique pour rentrer dans la danse des revendications et espérer faire réagir, ils le souhaitent, les pouvoirs publics, attentifs à leurs revendications.

Ce jeudi 13 décembre, la colère « verte », celle du monde agricole, fera entendre sa voix partout dans l’Yonne. En convois, les tracteurs convergeront vers Auxerre. Les feux de détresse occulteront le paysage.

Malmenés par le gouvernement, les filières agricoles attendent désormais autre chose que de simples sornettes. Un rendez-vous est d’ores et déjà posé à la Direction départementale des territoires en vue d’une rencontre avec les représentants de l’Etat.

« Aujourd’hui, plutôt de travailler dans la concertation, le gouvernement contraint, interdit et taxe, précise d’un commun accord les organisateurs de cette contestation, nos gouvernants engendrent des distorsions de concurrence pour les agriculteurs français qui perdent leurs marchés ».

Mise en place brutalement, la transition écologique engendre des difficultés insurmontables pour les agriculteurs français.

Les adhérents des Jeunes Agriculteurs et de la FDSEA de l’Yonne s’interrogent sur l’avenir de la filière. Désireux d’être respectés et écoutés par les pouvoirs publics, ils dénoncent l’attitude de la grande distribution qui choisit d’acheter à l’étranger des produits moins chers, voire moins bons.

« Comment alors dégager un revenu, lorsque les conditions de production en France sont alourdies par des surcoûts sociaux et fiscaux, constatent-ils.

Une conférence de presse clôturera cette manifestation où sera évoquée la détresse des professionnels. Gageons que dès jeudi qu’ils soient écoutés, à défaut d’obtenir des réponses…

S’inspirant de principes technologiques utilisés pour les aspirateurs industriels, la gamme de poids lourd « IVECO 8X4 TRIDEM » se destine à la réalisation de terrassements par aspiration. Rares sont aujourd’hui les entreprises positionnées sur ce segment d’activité qui en possèdent un spécimen. Pourtant, l’apport de ce processus innovant est multiple pour ses utilisateurs. Procédé s’inscrivant dans la droite ligne du développement durable et de la sécurisation des chantiers, l’emploi de cette typologie de poids lourd fournit une palette d’avantages éclectiques dont bénéficie depuis le 06 décembre dernier la société « DRTP », structure entrepreneuriale de Saint-Florentin, qui vient de faire l’acquisition de son premier exemplaire…

SAINT-FLORENTIN : Préservation des réseaux enterrés existants, réduction significative de la durée des travaux, protection des racines, sources nourricières naturelles des végétaux…la liste des bénéfices offerts par l’emploi de ce véhicule IVECO hors norme est loin d’être exhaustive.

Depuis quelques jours, le personnel de l’entreprise DRTP (DUBOST Réseaux Travaux Publics) apprécie les multiples avantages de ce poids lourd, nouvelle génération, qui offre un particularisme étonnant : une fonction « aspirante ».

A l’aide d’un tuyau flexible de 250 mm de diamètre, les déblais sont ainsi aspirés avec une relative aisance par les opérateurs sur les chantiers, avant qu’ils ne se déposent directement dans la benne prévue à cet effet pour y être évacués.

Outre le gain de temps indiscutable pour l’entrepreneur, la sécurité s’en trouve considérablement optimisée : le personnel d’exécution n’ayant plus besoin de descendre dans la tranchée. Ce processus technique lui garantit de facto la propreté de ses chantiers !

milieu articles

Le premier véhicule, d’une plus longue série d’acquisitions…

Spécialiste des interventions visant à installer l’éclairage public, la pose de canalisations et de réseaux (électricité, gaz, eau potable, télécommunication,…), DRTP a trouvé avec l’achat de ce nouveau véhicule un précieux auxiliaire pour conforter la qualité de ses services et de ses prestations parmi son environnement professionnel.

Disposant d’une flotte de poids lourds, forte d’une trentaine de véhicules à l’estampille du constructeur IVECO, la PME de Saint-Florentin n’a pas hésité à investir une enveloppe budgétaire de 450 000 euros pour acquérir ce modèle unique en son genre.

Précurseur en la matière en Bourgogne Franche-Comté, et soucieux de la protection environnementale, son PDG Eric CHARTON a été séduit par les qualités techniques offertes par cet engin. Propulsant plus de 500 chevaux, le nouvel « IVECO 8x4 TRIDEM » ne devrait pas être le seul à rejoindre la panoplie de ces véhicules motorisés dans l’entreprise. Le dirigeant de DRTP envisage d’autres acquisitions à moyenne échéance pour doter les différentes agences que compte la structure en France. Plus précisément, dans l’Aisne, à proximité de Laon. Mais, aussi en terre champenoise, près d’Epernay et dans l’Ain, à Trévoux.

Créateur de valeur auprès des territoires de l’Yonne et de ses résidents, l’office public de l’habitat DOMANYS a dévoilé la configuration détaillée de son plan stratégique de patrimoine, mis en exergue au cours de ces futures deux années. Devant un parterre d’entrepreneurs du bâtiment et de représentants institutionnels, et en présence du président du Conseil départemental Patrick GENDRAUD, le premier bailleur social du département bourguignon a, par le biais de sa directrice générale, Karine LASCOLS, évoqué le vaste programme de constructions, réhabilitations et rénovations, prévu dans cet intervalle temporel. Des chantiers qui représenteront une manne providentielle pour les artisans du bâtiment…

AUXERRE : Répondre aux besoins des Icaunais et des territoires en matière de logement et de services associés : telle est l’ambition vertueuse de la deuxième entreprise de services de l’Yonne.

Face aux artisans de la filière du bâtiment, très attentif à la présentation du jour, la directrice générale de l’organisme, Karine LASCOLS, évoqua le rôle stratégique de DOMANYS dans l’univers du logement social, aujourd’hui en grande mutation.

Acteur territorial de proximité, DOMANYS possède de sérieuses ambitions. Celles de tenir le rôle d’un partenaire social de confiance, soucieux des enjeux environnementaux, sociétaux et économiques.

Dans ce domaine, l’organisme demeure un pourvoyeur incontestable d’emplois, accueillant près de deux cents collaborateurs parmi ses quatre vitrines réparties équitablement sur le territoire départemental.

Chantre de l’habitat « responsable », DOMANYS a donc expliqué avec moult détails le copieux programme de développement de projets, qui compose l’ossature factuelle du Plan stratégique de patrimoine (PSP).

Premier bailleur social à avoir pu bénéficier de la certification « Qualibail » en Bourgogne Franche-Comté (un label de référence national reconnu au niveau de la qualité des services), DOMANYS ne lésine pas sur les projets de constructions, de réhabilitations et de rénovations sur le double exercice 2019/2020. L’un de ses dirigeants, Wilfrid BELLEVILLE, aura eu tout le loisir, slides à l’appui, de décortiquer les lignes directrices et les applications de ces multiples chantiers qui permettront in fine de proposer des logements de qualité à loyer modéré aux familles à revenus modestes.

milieu articles

Agir en faveur de l’amélioration et la qualité résidentielle…

Révisé de façon régulière, le Plan stratégique de patrimoine a été enclenché dès 2016 dans l’Yonne. Il court jusqu’en 2024. Nécessitant une enveloppe globale de 130 millions d’euros, il concerne la réhabilitation de 1 635 logements existants, privilégie l’édification de 270 logements neufs, mais aussi la démolition de 321 édifices, jugés vétustes.

Le volet de la construction représente une articulation majeure de son champ applicatif. Après une longue période d’incertitude, inhérente aux réalités de la conjoncture économique, la construction connaît une phase de regain positive. Ses dossiers s’instruisent en amont avec le concours de partenaires essentiels dans la réécriture des programmes de l’habitat, à l’instar de l’Association des paralysés de France ou des services techniques du SDIS (Service départemental d’incendie et de secours).  

Pléthore de projets constructifs se rattachent à notre territoire. Trente logements, imaginés en conception réalisation, devraient être réalisés d’ici le terme de 2019 pour une enveloppe de 3,5 millions d’euros à Auxerre. Citons pêle-mêle, le projet de résidence sociale COALIA, avec sa trentaine de logements (4,3 millions d’euros) livrés d’ici 2020, toujours dans le chef-lieu du département.

Parmi les exemples des futures réalisations en périphérie ou dans d’autres villes de l’Yonne, citons la conception de dix logements, sous la forme de maisons individuelles à Charbuy (fin 2019 pour 1,3 million d’euros d’investissement), la réalisation de trois logements (valeur de 438 000 euros) à Saint-Moré, six habitats individuels à Saint-Florentin (enveloppe de 876 000 euros), vingt-et-un logements construits à Chevannes, avec le particularisme d’y adjoindre des services à la personne pour 3 millions d’euros ou encore à Migennes, l’acquisition amélioration de onze logements (valeur à 1,6 million d’euros).Soit un total de 111 logements qui occasionnent plus de 15,2 millions de travaux.

Vingt-deux millions d’euros engagés dans les programmes de réhabilitation

Ce sont près de 700 logements qui seront impactés par les travaux de réhabilitation dans le plan stratégique de patrimoine à deux ans. L’amélioration du cadre de vie mais aussi la transition énergétique par le prisme de la recherche de performances consuméristes constitueront le socle de ces chantiers, dispatchés aux quatre coins du territoire.

DOMANYS s’emploiera à réaliser cet objectif à Avallon (plusieurs programmes comprenant près de 150 logements, avec l’enlèvement de l’amiante, pour un équivalent de 3,9 millions d’euros), Chablis (52 logements réhabilités pour deux millions d’euros), Joigny (104 logements pour 3,6 millions d’euros). Plusieurs opérations seront menées à Migennes (165 logements pour environ une enveloppe financière de 5 millions d’euros), à Paron (30 logements pour un million d’euros).

S’ajoutent à cet inventaire à la Prévert les communes de Pont-sur-Yonne (64 logements pour 1,4 million d’euros), Saint-Julien du Sault, Sens, Toucy ou encore Villeneuve sur Yonne.

Quant aux gros travaux d’investissement (ils se rapportent à l’isolation, la couverture, la VRD), ils sont évalués à 5,6 millions d’euros pour l’exercice 2019 et à 3,8 millions d’euros l’année suivante. Enfin, a contrario, aucun programme de démolition n’est prévu avant 2021.

Soucieux de la qualité environnementale, les responsables de DOMANYS ont procédé à des rappels à l’ordre indispensables à la sécurisation des chantiers et au respect de la protection de la flore et de la faune sauvage. Des messages qui ont été assimilés par les artisans du cru, qui peuvent se préparer d’ores et déjà à candidater pour obtenir un ou plusieurs lots sur les futurs projets 2019/2020.

En un laps de temps restreint, l’organisme consulaire a collecté les avis de 800 chefs d’entreprise artisanale après avoir lancé une consultation à l’échelle de la Bourgogne. Connaître l’impact réel sur l’activité des artisans était nécessaire pour en mesurer les conséquences économiques…et les incidences collatérales

AUXERRE : Quatre jours ont été suffisants pour récupérer les commentaires de 800 entrepreneurs artisanaux implantés en Bourgogne. Les réponses ne laissent pas de place au doute. 51 % des entreprises interrogées enregistrent une baisse anormale de leur chiffre d’affaires. Cette baisse est comprise entre 10 % et 50 % du chiffre d’affaires pour la moitié de celles qui observent une diminution. 32 % des entreprises ont été gênées dans leurs déplacements professionnels. 25 % de ces sources ont eu à déplorer des difficultés d’approvisionnement. Enfin, autre enseignement significatif, hormis quelques cas très isolés, les entreprises n’ont pas subi de dégradations.

Chargés de la communication sur le territoire de l’Yonne, Isabelle DUMONT et Vincent DURAND, précisent par le biais d’un communiqué de presse que « les entreprises qui en ont fait la demande seront toutes recontactées par la Chambre de Métiers et de l’Artisanat. Elles bénéficieront d’une aide pour faire le point sur la situation de leur entreprise. La chambre consulaire se chargera de les diriger, si nécessaire, vers les dispositifs d’aides mis en place par le gouvernement, nos partenaires ou par la Chambre de Métiers et de l’Artisanat… ».

milieu articles

Echanges des consulaires avec Bruno LEMAIRE…

Les instances nationales des Chambres de Métiers et de l’Artisanat ont eu l’opportunité de pouvoir rencontrer le ministre de l’Economie, Bruno LEMAIRE, pour que des mesures soient prises afin de limiter les effets de cette crise sur la trésorerie fragilisée de nombreuses entreprises artisanales.

De plus, les Chambres de Métiers et de l’Artisanat ont mis en œuvre une procédure exceptionnelle pour que les entreprises, dont l’activité est gravement empêchée par des troubles à l’ordre public, puissent bénéficier de l’intervention du Fonds de calamités et catastrophes naturelles.

Page 1 sur 138
Bannière droite accueil