La question a le mérite d’être posée. Sera-ce un pari risqué pour le secteur de l’automobile en proie à de profondes mutations ? Ou une réelle opportunité de créer un marché à fort potentiel de développement ? C’est tout l’enjeu en termes de réponses du premier grand évènementiel concocté en présence physique le 10 septembre dans l’Yonne. Avec trois des protagonistes de la Maison de l’Entreprise pour son pilotage : le MEDEF, l’UIMM et GISAéro…

AUXERRE : C’est l’évidence même ! Et les explicatifs liminaires formulés par le délégué général de la Maison de l’Entreprise Claude VAUCOULOUX ne peuvent qu’étayer cette première information de poids destinée à rassurer les acteurs de l’univers économique.

L’évènement consacré à l’avenir de la mobilité électrique prévu le 10 septembre à Auxerre sera de manière incontestable le rendez-vous phare de la rentrée automnale.

Un moment fort qui sera placé de surcroit sous l’égide de la protection environnementale et surtout de la réduction de la consommation énergétique, sujet majeur pour beaucoup d’entre nous après les stigmates laissés par la crise sanitaire de la COVID-19.

Alors, au-delà du véritable enjeu sociétal inhérent à cette thématique mobilisatrice, la Maison de l’Entreprise ne pouvait laisser de côté une telle opportunité d’aborder tôt ou tard sous la forme d’un colloque cet item si fédérateur.

 

 

 

On en aura déjà eu un aperçu au cours de la conférence de presse organisée cette semaine afin de présenter les diverses facettes du futur projet.

Réunis dans l’une des salles de l’institution entrepreneuriale, différents acteurs de la mobilité électrique (et non des moindres) se prêtaient au jeu sans trop regarder la pendule de la prise de parole en public leur permettant d’expliquer leur présence.

Concessionnaires automobiles au nombre de neuf (un signe très positif), représentants de l’Agence Economique Régionale (AER) qui dialoguèrent avec leurs hôtes grâce à la magie de la visioconférence depuis Dijon, personnalités du Syndicat départemental d’énergies de l’Yonne (SDEY), d’EDF ou d’ENEDIS purent tour-à-tour apporter de l’eau à ce moulin très instructif de l’intelligence collective mise au service des milieux économiques.

 

 

La présence d’un dirigeant du groupe VALEO, Michel FORISSIER…

 

Dans les faits, ce colloque était initialement programmé en date du 02 avril. On connaît la suite : il fut annulé et reporté à la rentrée pour cause de propagation importante du coronavirus. Qu’importe !

Aujourd’hui, les interrogations restent nombreuses autour des réelles potentialités offertes par la mobilité électrique. Elle représente l’une des pistes de la transition écologique suivie par la Région Bourgogne Franche-Comté qui, par le prisme de son agence économique (AER), développe des aides en faveur de son essor.

Au sein de la Maison de l’Entreprise, les deux chevilles ouvrières du projet, Jean-Marc DENIS, en charge du développement industriel et de l'innovation et la responsable de la communication, Florence POULAIN, travaillent de concert depuis plusieurs semaines sur l’articulation de cet évènement.

 

 

Ils ont répertorié les thèmes qui porteront à débats et commentaires lors de différentes tables rondes : le coût de la mobilité électrique pour une entreprise, la place de l’hydrogène considéré par une multitude d’exégètes comme le carburant propre de demain ou encore le retour d’expériences vécu par plusieurs entrepreneurs et institutionnels interpellés par cette thématique.

Le jour J, l’évènement bénéficiera d’un sérieux coup de pouce médiatique avec la venue de Michel FORISSIER, l’une des têtes pensantes du groupe VALEO.

Universitaires, chercheurs, représentants nationaux des marques et distributeurs automobiles s’ajouteront à la liste déjà très longue de personnalités devant intervenir ce 10 septembre qu’il convient de biffer sur les agendas s’il l’on est un professionnel.

En savoir plus :

Conférence sur la mobilité électrique à la Maison de l’Entreprise à Auxerre

6 Route de Monéteau

Le 10 septembre 2020

Sur inscription uniquement sur www.mobilite-electrique-yonne.org

Gratuit

 

 

Alors que l’univers footballistique peine à sortir la tête hors de l’eau après la délicate période de confinement, l’une des fédérations nationale européennes qui aurait dû briller à l’Euro 2020 a reçu une nouvelle lui donnant un peu de baume au cœur. Le soutien inconditionnel de l’un de ses sponsors pour la prochaine saison qui s’amorce…

BRUXELLES (Belgique): Chez nos voisins belges, le football même s’il n’a pas encore repris ses droits sur la pelouse du fait de la présence persistante du coronavirus, reste dans tous les esprits. Y compris ceux de ses sponsors !

Ainsi, ce 23 juin, la fédération nationale s’est vue confirmer l’engagement de huit années effectives d’un partenariat mené par l’un des fleurons de l’automobile, BMW.  

Le constructeur allemand via sa filiale belge et luxembourgeoise (BMW Group Belux) a choisi de poursuivre ce soutien de quatre années supplémentaires tout en étendant ce partenariat à l’équipe féminine. Cette dernière participera aux éliminatoires de la Coupe d’Europe 2022 et à ceux de la Coupe du Monde 2023.

L’enseigne automobile apporte sa contribution aux équipes nationales du royaume depuis 2012. Cette année-là, les Diables Rouges n’occupaient qu’une modeste 41ème place au classement FIFA. Depuis, ils trustent la première position du classement mondial depuis 92 semaines !

 

L’espoir de reprise du championnat était mince, en vérité. Il ne tenait qu’à un fil. Si mince que celui-ci s’est rompu irrémédiablement après l’annonce faite par le Premier ministre Edouard PHILIPPE, mardi après-midi, de mettre un terme aux compétitions professionnelles des sports collectifs. Ainsi la Ligue 2 s’arrête nette, en si bon chemin. Permettant à l’AJ Auxerre de clore ce chapitre au goût d’inachevé en milieu de tableau…

AUXERRE : La décision n’a certes pas dû être si facile à entériner. Mais, la présidente de la Ligue de football professionnel (LFP), Nathalie BOY de LA TOUR, s’appuyant sur les avis de son conseil d’administration, a tranché. En son âme et conscience.

Surtout après les annonces officielles présentées par le Premier ministre Edouard PHILIPPE le 28 avril : les choses sont devenues plus limpides et sans ambages auprès des instances nationales du football professionnel. 

La LFP a donc validé la fin sine die des championnats de l’Hexagone (Ligue 1, Ligue 2, National, Division 1 féminine) et de prendre en compte au niveau des résultats l’état des lieux affiché au soir de la vingt-huitième journée de championnat.

Conséquence : le FC Lorient conclut en vainqueur la saison 2019/2020. Une saison qui demeurera à jamais tronquée et amputée d’une dizaine de journées de compétition. Les nordistes du Racing Club de Lens accompagneront les « Merlus » en Ligue 1.

Du côté du club fanion de Bourgogne Franche-Comté (l’AJA), les protégés de Jean-Marc FURLAN se positionnent en milieu de tableau à la onzième place. Avec 34 points pris au compteur. Un résultat honorable à une virgule près puisque l’objectif initial fixé par le président Francis GRAILLE était de se retrouver parmi les dix premiers au classement général à l’issue de l’épreuve.

Les dirigeants de l’AJA prennent donc acte de la décision de la Ligue de football professionnel placée sous le sceau de la sagesse. La priorité étant d’endiguer la propagation du coronavirus. « Un combat qui doit être mené à l’unisson, rappelle-t-on au club.

 

 

Une seule certitude pour l’avenir : l’AJA retrouvera Amiens et Toulouse…

 

Dans un communiqué, les dirigeants du club icaunais remercient l’ensemble des acteurs de cette saison (joueurs professionnels, les jeunes du centre de formation, les membres du staff technique, les salariés) pour les nombreuses opérations solidaires privées et publiques qui ont été menées durant cette crise sanitaire sans précédent. Des actions amenées à perdurer autant que nécessaire selon la physionomie du contexte.

Quant à l’avenir, il demeure encore flou pour les dirigeants du club auxerrois. Pour l’heure, bien malin qui peut prévoir de quoi sera fait demain. Aucune date de reprise n’a été arrêtée par la LFP. Les aficionados du sport le plus populaire de la planète devront encore s’armer de patience avant de retrouver le chemin qui les conduira dans cet antre si magique que l’on nomme un stade…

Une seule certitude, toutefois, relégués de l’élite, Amiens et Toulouse seront opposés la saison prochaine à l’AJ Auxerre.

 

En ces temps de vaches maigres culturelles, confinement et mesures de protection oblige, les artistes tentent d’innover dans leur forme représentative pour continuer à exister et à s’adapter du mieux possible au contexte. C’est le cas de TOUK-TOUK Compagnie qui propose de petits récitals de quinze minutes devant les façades de bâtiment. Un concept novateur qui commence à trouver sa place dans le paysage…

BLENEAU : Et pourquoi pas un petit récital qui n’a rien d’impromptu au pied de votre immeuble, à deux pas de votre résidence personnelle ou devant les fenêtres d’un EHPAD ?

L’idée de conceptualiser des mini-spectacles de quinze minutes commence à faire florès dans le landerneau depuis que la compagnie artistique de Puisaye, TOUK-TOUK, a inscrit cette possibilité particulièrement judicieuse sur son programme d’activité. Un programme réduit à néant ou presque à cause des effets obligatoires liés au confinement.

Il y a quelques jours, le 22 avril devant l’EHPAD de Cosne-sur-Loire, la « Première suite pour violoncelle » de Jean-Sébastien Bach a été donnée en interprétation publique par l’instrumentiste Sylvain BERNERT.

Un prélude particulièrement apprécié par les résidents, derrière leurs fenêtres, qui est sans doute l’air le plus connu des suites pour violoncelle car maintes fois joués et entendus soit à la télévision, soit dans des productions cinématographiques.

D’ailleurs, le choix de ce morceau emprunté au répertoire du compositeur d’Outre-Rhin ne devait rien au hasard. Le musicien, fin pédagogue (il anime les cours de l’école de musique locale) et fondateur de la compagnie en 2010, l’a magnifié avec virtuosité car il évoque la liberté. Bref, une ode à l’évasion et aux rêves des espaces libres qui ne pouvait que titiller les oreilles des mélomanes les plus avertis, voire des béotiens !

Ce type d’exercice peut facilement se réitérer. C’est ce que précisent les responsables de la compagnie de Puisaye.

« Ces mini spectacles peuvent se mettre rapidement en place en un laps de temps très court, c’est-à-dire du jour au lendemain si les conditions météorologiques le permettent, précise Sophie, qui gère les réservations. Nous proposons volontairement et par solidarité des tarifs très bas avec facture pour les structures comme les EHPAD… ».

Interpréter les œuvres de Bach gracieusement devant les façades des habitations de retraités isolés âgés de plus de 60 ans est une éventualité réalisable sans aucune problématique. En effet, la Compagnie bénéficie des aides du GIE IMPA dans le cadre de son projet, « Rendez-vous chez vous ».

Pour des raisons évidentes de limitation des déplacements, l’opération artistique portée par TOUK-TOUK Cie se cantonne pour l’heure uniquement aux départements de l’Yonne, de la Nièvre et de la Côte d’Or.

 

En savoir plus :

Renseignements et réservations :

Sophie : 06.60.23.31.04.

Mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Site : https://www.ttcprod.fr//

 

 

 

Dès le début de la pandémie de coronavirus, il avait exprimé le désir d’apporter son soutien à la France et à la capitale de l’Yonne, devenu son terrain de jeu footballistique. L’industriel chinois, actionnaire majoritaire de l’AJA, a tenu parole. Le propriétaire d’ORG Packaging a décidé de faire un don de cent mille masques de protection aux soignants de l’Auxerrois. Un geste altruiste qui s’accompagne de la remise de vingt mille tests de dépistage et de trois mille vêtements protecteurs…

AUXERRE : C’est un geste fort que vient d’accomplir l’industriel chinois au profit des services sanitaires d’Auxerre et de son bassin. Un don de cent mille masques qui transiteront par le centre hospitalier de la ville. Un acte généreux et coopératif qui traduit la lutte planétaire menée depuis plusieurs semaines contre le COVID 19.

A la tête de la plus puissante entreprise d’emballage métallique dans l’ex-Empire du Milieu, James ZHOU a tenu à faire bloc aux côtés de ses amis Français dans ce combat sans merci livré contre la pandémie.

Alors que le contexte sociétal s’améliore quelque peu en Chine, le patron des trente unités de fabrication dont trois sont basées dans la province du Hubei a remis progressivement ses quatre mille employés au travail.

Précisons que les collaborateurs d’ORG Packaging avaient bénéficié des mesures de protection au commencement de l’épidémie. De ce fait, il n’y a eu aucun cas positif ni de suspicion de COVID 19 à déplorer au sein du groupe.

 

Protéger les acteurs de l’AJA et les habitants d’Auxerre…

 

En contact régulier avec le président de l’AJ Auxerre Francis GRAILLE, l’entrepreneur chinois apporte ainsi sa pierre à l’édifice de l’entraide internationale, conscient des difficultés que rencontre l’Hexagone à l’heure actuelle pour se procurer des masques de protection.

Même si plusieurs milliers de ces articles protecteurs indispensables aux soignants avaient déjà été remis au centre hospitalier d’Auxerre par le personnel de l’AJA, James ZHOU voulait en faire davantage. En apportant directement la contribution de son groupe industriel dans la balance.

D’ici quelques jours, le temps d’assurer leur acheminement vers l’Yonne, ces masques, tests de dépistage et autres vêtements seront livrés à Auxerre.

James ZHOU a fait savoir par communiqué de presse que « son entreprise assumerait en permanence sa responsabilité en faisant les efforts nécessaires pour protéger tous les salariés de l’AJA et les habitants de la ville d’Auxerre, en respectant les consignes de l’Etat, afin de gagner la guerre contre le COVID 19 ».

Un mécène généreux, qui le confirme au-delà de la parole, par ses actes…

 

 

Page 1 sur 19

Articles

Bannière droite accueil