Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-puissaye-forterre.png
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo13q-1.jpg
banque_populaire_bfc.png
logo-cm.jpg
logo-edf-site.jpg

Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
banque_populaire_bfc.png
logo-puissaye-forterre.png
logo13q-1.jpg
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg
logo-cm.jpg

Ancien rédacteur en chef de la revue des « Trois Mondes », Yannick LE CAM a choisi de poser ses valises à Appoigny après une expérience scripturale riche et envoûtante. Dans un havre de paix et de quiétude qu’il désire partager avec le plus grand nombre. Féru de psychologie des profondeurs et de développement de soi, il n’en est pas moins un acteur de la vie économique locale. La splendide demeure, datant de deux siècles, dont il s'occupe depuis décembre 2018, accueille des hôtes venus du monde entier. Conquis par les lieux, ils sont en quête de sérénité et du repos salvateur de leur âme, charmés par un environnement propice à la méditation et au bien-être personnel…

APPOIGNY : L’Yonne coule nonchalante à quelques cinquante mètres de là. Juste derrière une ligne de frondaison, composée d’arbres majestueux. La verdure titille le regard de toute part. Renforçant ce sentiment d’intimité profonde et d’osmose parfaite avec la nature et la richesse de ces pierres séculaires qui confèrent à l’ensemble un calme opulent et le silence parfait.

Le Puits d’Athie (sage en grec) se savoure avec une délectation exquise. Cette bâtisse de caractère date du XVIIIème siècle et fut un petit monastère. L’édifice constitue les anciennes dépendances du Château de Régennes. Il propose depuis près de vingt ans une demi-douzaine de chambres d’hôtes de très belle facture. Mais, le nouveau gardien des lieux entrevoit déjà une suite logique à l’exploitation commerciale de cet édifice lumineux et subtilement décoré. L’aménagement de pièces supplémentaires. Elles optimiseront l’accueil de touristes, en provenance de destinations parfois lointaines (Etats-Unis, Québec, Scandinavie…).

milieu articles

Découvrir le monde des rêves et la marche consciente…

Amateur d’art, Yannick LE CAM avait envie d’autre chose. Lui qui aime sonder l’âme humaine. Aidé d’un ami, avec lequel il collabore en symbiose depuis près de quarante ans, il a décidé de s’accorder un break. S’ouvrant de nouvelles opportunités intellectuelles via l’exploitation de la SARL Le Vieux Logis qui porte la destinée économique de ce lieu au charme fou.

D’ailleurs, parmi ses projets, il joindra l’utile à l’agréable dans sa vision stratégique pour développer dès cette année cet édifice comme il se doit. L’accueil d’hôtes optant pour une retraite personnelle, et bénéficiant d’un coaching intuitif, s’inscrit dans ses objectifs.

Ces immersions au détour de la conscience intérieure, baptisées des « retraites de ressourcement », permettront de recevoir un public soucieux d'explorer en profondeur le rêve, la marche consciente, l’éthique relationnelle et le sens des valeurs.

Tout un programme concocté sur trois jours où les pensionnaires du Puits d’Athie qu’ils soient seniors, entrepreneurs ou membres de la gent féminine se déconnecteront de leur environnement. En quête d’un Graal qui n’a pas de prix : celui de son bien-être intérieur…

Le Puits d'Athie

1 Rue de l'Abreuvoir 

89380 APPOIGNY

Contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Tel : 03.73.53.97.50.

Fraîchement émoulues de leurs formations de danse, de musique et de cirque, trois jeunes artistes féminines joignent leurs énergies pour donner une représentation très prometteuse de leurs arts respectifs au Théâtre d’Auxerre. Cela se déroulera le dimanche 31 mars à 16 h 30. « A la lueur de leurs mains » s’identifie à une véritable création collective. Mais pas seulement : un projet d’école transdisciplinaire, rassemblant d’autres artistes en devenir, devrait voir le jour en parallèle des représentations scéniques…   

AUXERRE : Rachel DAVERGNE (percussions), Marguerite DEHORS (violon) et Camille DESSEAUVES (clarinette)  parachèvent une formation de haut niveau à l’École supérieure de musique de Bourgogne Franche-Comté.

Ensemble, les jeunes femmes ont imaginé un conte musical, circassien et dansé qui emmène le public sous la surface des choses. Dans une hypothétique ville souterraine où l’on ne voit que ses mains. Là, tout serait à réinventer à la lumière de cet « outil », essentiel à l’artiste.

Pour filer cette belle métaphore de l’acte de création initiée en 2017, les trois musiciennes convient d’autres jeunes artistes. Se mêlent à elles, deux danseurs issus du Conservatoire à rayonnement régional de Dijon ainsi que deux circassiens.

La trame musicale de cette aventure se tisse d’abord à partir du répertoire pour percussions, clarinette et violon. Elle repose aussi sur une création originale conçue en collaboration avec Laurent DEHORS, clarinettiste, saxophoniste, et figure de la scène jazz française. Ce « transfuge » de la scène musicale, plein de gourmandise, connaît fort bien l’art de faire dialoguer les expressions au-delà des chapelles.

Quant aux pépites glanées au cours du processus de création, l’équipe se fait fort de les rapporter aux yeux et aux oreilles, avant même le jour J, grâce à des rencontres qui lèveront un coin du voile sur ce processus aussi ambitieux que généreux.

Claire CLEMENT

« A la lueur de leurs mains » spectacle joué par le Trio Cousu Main

Musique, cirque et danse

Le dimanche 31 mars à 16 heures.

Grande salle du théâtre d’Auxerre.

 

La formation de l’Yonne sera l’une des attractions musicales du fameux festival  « EMERGENZA » au FLOW à Paris le 13 avril. Une excellente opportunité de pouvoir donner le meilleur de soi-même devant la fine fleur des observateurs et professionnels de ce rock indépendant qui ne demande qu’à émerger lors de ce quart de finale…

PARIS : Originaire de l’Yonne, le groupe de rock aux influences celtiques se produira sur la scène atypique du FLOW, un concept très branché des nuits parisiennes le 13 avril prochain.

Ce rendez-vous d’exception, vécu dans la capitale, et sur la Seine grâce à cet espace flottant si caractéristique, représentera une grande première pour le groupe. En effet, celui-ci pourra interpréter ses morceaux de prédilection dans une salle d’une capacité de six cents places !

C’est dans le cadre du fameux festival « EMERGENZA », considéré comme la plateforme universelle de la scène rock émergente que Seb, Pascal et Gauthier feront preuve de dextérité musicale face au public. De manière acoustique mais aussi plus électrique selon l’humeur du moment !

Le groupe espère se qualifier pour la demi-finale qui se déroulera dans la salle mythique du New Morning. La finale, quant à elle, se disputera au Bataclan. La formation avait réussi à passer le tour précédent le 02 février en assurant une excellente prestation dans le complexe du « O’Sullivan » à Paris.

AROZENN s’est constitué au tout début de l’année 2018, autour de trois instrumentistes fondus de rock : Seb (guitare et chant) et Pascal (basse et chœur). Gauthier (batterie) se joindra au duo pour cet évènement.

N’en doutons pas, les trois Icaunais donneront le meilleur d’eux-mêmes ce soir-là lors de ce set, sans aucun doute inoubliable, programmé à 19 heures. Les musiciens ont déjà joué sur différentes scènes régionales de Bourgogne Franche-Comté et participent régulièrement à la Fête de la Musique.

Pour encourager AROZENN :

Venir à Paris (lien vers la billetterie) :

https://www.placeminute.com/festival/2nd_step_emergenza_13_avril_19,1,29299.html?langue=fr   

Les préventes sont à 11 euros auprès du groupe.

Les sélections pour la demi-finale s'effectuant à mains levées.

Contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Un contact pour les suivre à Paris : le 06.80.62.38.26. ».

 

Avec Pierre GENISSON, c'est un soliste de stature internationale qui partage l'affiche de l'Orchestre Dijon Bourgogne le temps d'une soirée annonciatrice du printemps. Au programme, Mozart et Beethoven en leurs œuvres pour clarinette. A ne manquer sous aucun prétexte ce jeudi 14 mars au théâtre…

AUXERRE : Certains alignements de planètes ne trompent pas. Voici une dizaine d'années que Pierre GENISSON suscite l'admiration croissante de ses pairs, du public et de la presse au fil de prestations, d'enregistrements, de concours où il porte brillamment la réputation de l'école française des vents. Prisé par les plus grandes formations internationales, ce soliste de 32 ans qui partage sa vie entre la France et les États-Unis a titré en anglais son récent album « How I Met Mozart ».

Le récit d'une passion - dans un contexte de musique de chambre - qui lui a valu une nouvelle salve d'éloges, du « Sunday Times » qui l'a hautement distingué jusqu'à la revue « Classica » qui y a reconnu un « Choc ».

C'est dire si Pierre GENISSON se trouve en terre d'élection avec l'ouverture de « Don Giovanni » (1787) et le Concerto pour clarinette en la Majeur, K. 622 (1791).

Cette dernière pièce et unique concerto pour clarinette de Mozart est un pur enchantement, signe d'émancipation pour un instrument qui allait trouver quelques années plus tard chez Beethoven une place à part dans l'orchestre. Composée entre 1805 et 1808, sa sixième symphonie est un hymne à la paix et à la nature qui évoque de manière picturale le chant des oiseaux, la joie des fêtes paysannes, les promenades et les couleurs d’un ciel changeant…

C'est le souffle du printemps en somme qui circulera sous la direction du chef Gergely MADARAS, lui aussi jeune et talentueux trentenaire à la tête de l'Orchestre Dijon Bourgogne.

Claire CLEMENT

Le mois de mars sera prolifique et synonyme d’une actualité riche et intense au Théâtre d’Auxerre. Premier coup de projecteur, dès le 05 mars, avec le vernissage d’une exposition passionnante, consacrée aux arts graphiques…

AUXERRE : « Pendant des années, j’ai réalisé, grâce à l’aide de l’imprimeur Jean-Yves GRANDIDIER des macules (c’est-à-dire des surimpressions d’images différentes) à partir des affiches que je conçois avec Anette LENZ pour des théâtres.

Il me manquait quelque chose pour être totalement satisfait d’un certain nombre de ces images insensées.

Trop de personnes se posent, en les regardant, des questions sur le sens à leur donner. Les macules n’ont pas d’autre sens que celui de leurs formes.

Pour celles et ceux qui pensent, à tort ou à raison, qu’une affiche doit s’expliquer elle-même, j’offre la solution : des images qui font sens en n’en ayant aucun… ».

Vincent PERROTTET

Présentation du programme Insensées/ Re-Sensées

Du mardi 05 mars au vendredi 12 avril.

Au Théâtre d’Auxerre. 

Entrée libre.

Page 1 sur 27
Bannière droite accueil
Bannière footer