Plus une minute à perdre pour assurer la conservation de l’emblématique édifice architectural, richesse du patrimoine culturel de la capitale de l’Yonne ! L’état de déliquescence avancée s’observe de part et d’autre du bâtiment séculaire rongé par l’humidité et le gel. Quant au toit du cloître, il est en piteux état avec ses bâches plastifiées qui cachent la misère : d’énormes trous où ruisselle en abondance la pluie. Un crève-cœur pour le maire-président Crescent MARAULT qui a intégré la réfection du site dans le cadre de son Projet de Territoire à dix ans. Chantier de réhabilitation à l’appui…

 

AUXERRE : Les choses sont claires comme cette eau de pluie qui détruit sournoisement les pierres de l’édifice depuis des lustres. Avant de parler de restauration de l’endroit, voire de son aménagement spécifique pour y optimiser le tourisme d’affaires et l’afflux massif de visiteurs à l’horizon 2027, l’essentiel parmi les priorités de ces travaux qui devraient débuter au cours du premier trimestre de l’année prochaine se situent bien ailleurs : c’est-à-dire la conservation de l’Abbaye Saint-Germain !

Il y aurait presque péril en la demeure à en écouter en filigrane les exégètes de l’édifice médiéval qui ont accompagné de leurs commentaires techniques, avisés et précis la visite du préfet de Région Fabien SUDRY, lundi en fin de matinée.

Un déplacement capital pour bien considérer l’ampleur des futurs travaux (surtout financiers !) auquel s’associaient le préfet de l’Yonne, Henri PREVOST (en visite la semaine dernière à Sens à la cathédrale elle-même en rénovation) et Crescent MARAULT, maire-président de l’Auxerrois.

 

 

Une Cité des arts et de la parole qui pourrait rester muette en cas d’absence de travaux…

 

Il est vrai que la nouvelle « Cité des Arts et de la Parole », au-delà de sa façade culturelle newlook qu’apprécie bon nombre d’Auxerroises et d’Auxerrois, a grand besoin d’un sérieux lifting pour retrouver enfin de sa superbe !

Une petite visite effectuée en catimini sous les toits du bâtiment principal laisse rêveur, dans la version cauchemardesque. Etat de délabrement garanti, revêtements au sol déplorable et une hasardeuse implantation d’une chaudière de plusieurs tonnes en hauteur qui laissent très perplexe !

Que dire de ces tôles et bâches en plastique qui enlaidissent les toits de ce majestueux édifice, chargé d’histoire et recelant des trésors uniques en France, posées çà et là au fil des ans pour tenter de résoudre la problématique principale, à savoir l’infiltration de l’eau !

 

 

Un projet global évalué à environ 35 millions d’euros…

 

Des rustines appliquées sur une jambe de bois qui font qu’à l’heure actuelle l’abbaye à défaut d’être la cité de la parole telle qu’elle devrait être dans sa flamboyance pourrait rester muette pour l’éternité à terme si l’on n’y remédie pas !

Crescent MARAULT, pour sa part, a décidé de relever le défi de ce chantier à la dimension pharaonique, au vu de l’importance des travaux. Il se dit affligé devant la dégradation du site. Et encore, il n’a peut-être pas tout vu !

Inscrivant ce projet de réhabilitation d’envergure (le chantier devrait courir sur cinq ans avec une demi-douzaine de tranches selon une enveloppe globale d’environ 35 millions d’euros), il a fait appel à la préfecture de Région et à son représentant, Fabien SUDRY, dans la perspective d’obtenir de louables subventions même si la Ville en mettra de sa poche, évidemment.

Les enveloppes européennes seront les bienvenues aussi pour mettre du beurre dans les épinards de ce très coûteux projet.

Rien que la réfection du cloître devrait générer le besoin d’un million d’euros. Douze millions seraient nécessaires à la phase de réhabilitation à proprement parlé. Un budget de 22 millions serait assuré pour les différentes phases d’aménagement du site.

« L’idéal, confie le maire d’Auxerre en contemplant le désastre imputable aux effets de l’érosion et de la pluie qui s’affichent sur les murs humides de l’église de l’abbaye, il nous faudrait obtenir 40 % de subventions des autres partenaires… ».

A terme, précisera-t-il en substance, l’abbaye Saint-Germain rénovée pourrait accueillir de 50 000 à 150 000 visiteurs d’ici une dizaine d’année, recevoir des séminaires et des colloques, devenir une place forte artistique et culturelle, s’ouvrir vers les quais de l’Yonne, être dotée d’un restaurant et de jardins.

Devenant ainsi le phare de l’attractivité touristique que la ville recherche tant pour attirer et capter l’intérêt des visiteurs venant de plus en plus loin…

 

Thierry BRET

 

 

 

 

Le quartier Saint-Siméon à Auxerre dispose d’une nouvelle infrastructure. Un édifice inauguré il y a peu par le maire-président Crescent MARAULT et son adjointe en charge de la culture, Céline BAHR. La médiathèque salue la mémoire de l’emblématique écrivaine de l’Yonne, COLETTE. Logique que le directeur de la maison éponyme à Saint-Sauveur-en-Puisaye Frédéric MAGET et son président Jean-François BREGY soit associés à cet évènement.

 

AUXERRE : Durant le confinement, la bibliothèque de quartier Saint-Siméon, située dans les hauts de la ZAC d'Auxerre, est fermée. Consignes sanitaires oblige, les activités ont été transférées dans les locaux de la bibliothèque Jacques Lacarrière, quartier du Pont.

Dans un premier temps, les livres ont été mis en quarantaine. Ce fut une très grosse opération logistique. Soit 18 000 ouvrages référencés, avant d’être déménagés par les agents de la ville qui sont mis à pied d'œuvre pour réaliser cette mission titanesque.

A l'heure actuelle, c'est un prévisionnel de 4 000 ouvrages environ qui entrent chaque année sur les trois sites des bibliothèques de la ville d'Auxerre.

En juin 2021, la médiathèque Saint-Siméon intègre des locaux rénovés, plus spacieux (317,55 m2) et modernes. Elle se situe toujours dans le groupe scolaire Saint-Siméon, mais dans un tout autre bâtiment, baptisé « Colette », avec une entrée indépendante et accessible aux personnes à mobilité réduite.

Du coup, ces transferts et déménagements successifs ont fait l'objet d'une réouverture de l'annexe de la bibliothèque municipale d'Auxerre à Saint-Siméon. Cette bibliothèque revêt une nouvelle appellation : la médiathèque Colette.

 

 

Se cultiver et s’instruire dans un lieu de cohésion sociale…

 

« Les enjeux innovants de cette nouvelle médiathèque Colette, confie Carine RUIZ, la responsable des trois bibliothèques d'Auxerre, sont de proposer un espace culturel avec du mobilier complètement renouvelé dans l'idée de faire de ce lieu, un endroit accueillant où les gens viennent emprunter des livres mais pas uniquement... ».

L'objectif principal, c'est de faire du livre, un objet familier, de faire de ces lieux des espaces familiers où les gens se sentent parfaitement apaisé, propices à se cultiver ou bien s'instruire.

C'est un lieu où l'on a envie de rester, de faire des activités puisque les médiathèques ont un rôle social très important. Elles proposent diverses activités dont à l’avenir le concept d’atelier numérique, facilitant la prise en main de l'outil informatique.

La médiathèque ludo-éducative se destine aux plus jeunes des enfants. Elle suscite de l'éveil et de l'intérêt. Le public peut se développer dans l'auto-formation comme l'apprentissage d'une langue ou réviser son code de la route, suivre des méthodes de développements personnels ou pédagogiques liés aux programmes scolaires, visionner des génériques, des films, se plonger en immersion dans plusieurs univers de savoirs (cinéma, littérature, théâtre, arts, etc...).

Autres enjeux importants : la médiathèque peut aussi proposer des spectacles ou organiser des rencontres avec des auteurs dans une nouvelle salle relookée, conviviale et animée avec soins. Cet espace reçoit différents groupes scolaires de la ville ainsi qu'un accueil pour le jeune public avec les parents s’ils le souhaitent.

Une infrastructure qui aide au développement de la grande cause nationale voulue par la présidence de la République jusqu’à l’été 2022 : la lecture et son apprentissage. Enfin, signalons que le complexe offre aussi la possibilité de pouvoir emprunter CD et DVD.

 

Mérouan MOKADDEM

 

 

Elle est « tout feu, tout flamme » l’incandescente Silvana VUCIC ! L’artiste polymorphe nous revient au zénith de sa forme, en cette période bénie des dieux et de féérie, avec les festivités de la Noël, pour illuminer la scène de ses exploits. Un spectacle de danse avec le feu où accompagnée de ses deux comparses, Olivier et Laurent, la « brûlante » artiste illumine la nuit de figures oniriques et sensuelles…

 

AUXERRE : « Light my fire » clamait à la face du monde le bondissant et imprévisible Jim MORRISON, apôtre des DOORS, en 1967 ! Ce feu brûlant qui lui coulait dans les veines a su faire des émules de génération en génération à travers le monde. Incontestablement, l’égérie de la culture hybride et décalée de l’Yonne, la fantasque et troublante artiste d’origine serbe Silvana VUCIC, se consume des mêmes envies que l’éternel Roi Lézard californien. Dont on a commémoré dans une indifférence quasi générale (surtout en France alors que l’auteur de « The End » est inhumé au Père Lachaise depuis juillet 1971 le cinquantième anniversaire de sa disparition).

Ce feu rédempteur et purificateur, si mystérieux et tellement fascinant, la « Belle » tente de le dompter avec aisance et après beaucoup de travail depuis plusieurs semaines. Pas toute seule et avec précaution, certes. Aux côtés d’Olivier et de Laurent. Formant ainsi un trio atypique et inattendu, baptisé les CATS’FIRE. « Les Chats du feu » ?!

 

 

Une touche-à-tout de génie qui ose se mettre à nue…

 

L’avant-première de ce spectacle enflammé a eu lieu à Charbuy il y a peu. Vibrant, captivant, enivrant. L’ensorceleuse Silvana se transcende intérieurement avec sa grâce et par sa gestuelle sous les sonorités de la musique lénifiante, faisant rêver les spectateurs aux yeux écarquillés. De la magie, sans aucun doute. Noire, peut-être, à l’identique des tenues sombres portées par ces trois esthètes de l’art absolu qui n’hésitent pas à cracher le feu et à jongler avec l’incandescence ?

Eclectique jusqu’au bout des ongles, Silvana VUCIC accumule les talents. L’imaginaire est débridé. Les idées fourmillent dans un esprit qui tourne bien rond celui-là, à la différence du regretté MORRISON !

Photographie, plasticienne, peinture (y compris sur le corps car la jeune femme aime se « mettre à nue » même dans l’interprétation de ses œuvres), dessins, compositions, explorations multi-sensorielles composent cet incroyable patchwork de créativité qui fait de cette auxerroise d’adoption une artiste libre et complète. Tout ce qu’elle touche se mue en or côté inventivité !

Alors, travailler sur un projet où elle deviendrait la muse du feu sacré originel qui a su façonner l’humanité depuis la nuit des temps ne lui fait pas peur.

 

 

La recherche d’une créativité encore plus aboutie…

 

Sous la tutelle de l’association CREASIS & Cie, voilà que naît ce trio à l’appellation animalière qui fait penser au ronronnement du feu dans la cheminée ! Un doux feulement sur le papier mais très expressif dès sa représentation scénique. L’exercice est complémentaire. Chacun muni de ses accessoires offre sa technicité, sa fluidité harmonieuse à l’ensemble. Le plaisir est bien là, palpable, entre ce trio à l’esthétique parachevée. Preuve d’une grande complicité ouvrant sur l’amitié.

Et puis, par-dessus tout, il y a ce symbole de la puissance domptée, en apparence. Ce feu qui crée une atmosphère hypnotique, presque surnaturelle, faisant de Silvana VUCIC cette grande prêtresse toute de noir vêtue qui se livre là à un étrange rituel. Entre arts martiaux et jonglerie, immersion dans la période moyenâgeuse et univers circassien. Un melting-pot finement orchestré.

 

 

 

Féline, sauvageonne, indomptable (« Angélique marquise des Anges » pour les plus anciens ayant des références cinématographiques !), Silvana VUCIC endosse tous les qualificatifs, au vu de sa brillante prestation. L’artiste s’ouvre à une créativité encore plus aboutie, faisant éclore ses envies à fleur de derme, entre sensibilité et intuition. L’émotivité est présente.  

La performance ne fait que débuter. Ce soir à Bazarnes, si les conditions météorologiques le permettent car le feu, c’est bien connu, n’aime ni la pluie ni le vent. Un peu plus tard à Auxerre, à la mi-décembre.

Ailleurs sans doute dès que ce spectacle bluffant à bien des égards et insolite franchira les frontières de l’Yonne. Une représentation lumineuse qui devrait se propager comme une trainée de poudre à l’échelle régionale, voire nationale, du fait du charisme de son artiste « incendiaire » et éclairée…

 

Thierry BRET

 

 

 

 

Chaque année, la Chambre de Métiers et de l’Artisanat organise le Prix départemental des Métiers d’Art où concourent en alternance trois catégories : métiers de la tradition, de la restauration/conservation et de la création contemporaine. Ils étaient cinq professionnels affiliés à cette dernière catégorie à participer. C’est Vincent MARINESSE, joaillier-sertisseur à Auxerre, qui a décroché la palme pour un pendentif d’or et d’argent ayant nécessité pas moins de 90 heures de travail et figurant un livre ouvert aux pages amovibles.

 

AUXERRE : A l’heure des récompenses, le nouveau président de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat, Jean-Pierre RICHARD confie un regret : « j’aurais aimé être Jacques Martin à l’école des fans et récompenser tout le monde ! ». Ce concours annuel est d’importance, car s’il permet de distinguer un artisan d’art en particulier, c’est à travers lui, toutes ces femmes et ces hommes de passion, imaginant et créant des pièces d’exception qui sont ainsi mis en lumière.

Outre Vincent MARINESSE, étaient en lice cette année, Marion GAGNEPAIN, vannière, pour un vase en osier tressé, Rudy BAUCHET, fabricant de mobilier et d’objets en béton pour une lampe en béton et bois, Lucile BERAUD, maroquinière, pour la création d’un sac à main et Charlotte BLANZY, créatrice de bijoux en cuir et plumes, résine et végétaux, pour une parure bracelet et boucles d’oreilles. Autant d’œuvres uniques, à l’originalité indéniable, « difficiles à départager car toutes de grande qualité et ayant nécessité un grand savoir-faire » reconnaît le président de la chambre consulaire.

 

 

Un profil d’architecte designer qui a bifurqué dans la joaillerie…

 

De l’aveu même de l’intéressé, le rythme ternaire le poursuit depuis le début de sa scolarité. Un chiffre 3 qui porte chance semble-t-il puisqu’il aura fallu à Vincent MARINESSE attendre sa troisième participation au concours pour se voir ainsi récompensé. Après un Bac en arts appliqués, il s’est découvert une passion pour la joaillerie, et après un Brevet des métiers d’art en apprentissage à Lyon, suivi d’un CAP sertisseur en haute joaillerie, a achevé son cursus à Paris, diplômé de la Haute Ecole de Joaillerie. Beau parcours, pour quelqu’un qui se destinait à l’origine à être architecte designer ! Une profession dont il conserve encore quelques traits de vocabulaire, lorsqu’il évoque le fait de « construire un bijou », enthousiaste à chaque nouvelle création, par l’idée « d’avoir réalisé quelque chose de durable dans le temps, que l’on se transmettra au fil des générations… ». Heureux d’avoir pu échanger avec les candidats et de « s’imprégner d’autres métiers, de leur passion commune… ».  

 

 

En savoir plus :

Mise en place conjointement par la Chambre de Métiers et de l’Artisanat, la ville d’Auxerre et la Communauté de l’Auxerrois, la boutique éphémère d'artisanat d'art revient au centre-ville d'Auxerre, rue Fécauderie, pour les fêtes de fin d'année. L’occasion de remplir sa hotte de cadeaux pour toute la famille. Seront présents en alternance :

Du 23 novembre au 12 décembre

  • Axes et Soirs, modiste à Les Clérimois
  • Corinne MORIANO, encadrement d’Art à Vermenton
  • Atelier tapissier de Laurence, tapissier décorateur à Saint-Bris le Vineux
  • Corinne DEANA, Céramique – modelage à Moulins sur Ouanne
  • Sophie GRIMARD, tourneur sur bois à Gaillac-Toulza
  • Perline Sam Origami, origami à Valravillon
  • B Couture Créative, Couturière à Irancy

Du 13 au 31 décembre

  • Charlie O’ Plumes, création de bijoux en cuir et plumes à Druyes les Belles Fontaines
  • Claire GROSJEAN, céramique à Auxerre
  • Disha, Styliste, modéliste à Escolives Sainte Camille*
  • Atelier MJS Déco, rénovation de meubles et d’objets à Saint-Bris le Vineux
  • Recycling Stuff Shop, créations en papier recyclé à Cudot
  • Manaia, création de bijoux en pierres naturelles à Augy


Par ailleurs, Jean-Pierre RICHARD a annoncé qu’à l’occasion des Journées Européennes des Métiers d’Art, une exposition regroupant une soixantaine d’artisans est prévue se tenir à l’Abbaye Saint-Germain les samedi 2 et dimanche 3 avril prochains.

 

Dominique BERNERD

 

 

 

Polymorphe la journaliste icaunaise Anne-Charlotte LAUGIER ? Assurément ! Non seulement sa plume acérée vient encore de faire mouche avec la publication du second opus qui narre les aventures désopilantes et décalées de son héroïne (sa fameuse « Pétasse »). Mais, en outre, elle débute dès ce soir une série de représentations théâtrales dans l’Yonne où le metteur en scène Michaël GONNET la transcende sous le feu des projecteurs…

 

AUXERRE : L’éclectisme est l’un des mots essentiels qui la caractérise. Le sens de l’adaptabilité et de la motivation, aussi. Loin de son contexte familier (la chronique aiguisée et féminine de l’actualité automobile qui lui a permis de faire ses gammes scripturales avec brio « Charlotte au volant »), la voilà qui monte sur les planches pour une série de spectacles où elle y incarne son  personnage fétiche : cette « Pétasse » se moquant comme d’une guigne des convenances et de la bien-pensance.

Truculente idée que de transposer là, les aventures épiques de cette ingénue dévergondée (on découvre toutes les facettes de ce personnage attachant au fil des pages de ces deux volumes – la seconde version écologique est parue il y a quelques semaine -) sur une scène.

Il aura fallu une simple rencontre pour qu’il y ait déclic : celle de l’autrice de ces lignes frivoles et décapantes avec un esthète du genre en la matière, Michaël GONNET. Que les férus de représentations théâtrales du cru connaissent bien car le garçon sévit positivement au sein de la sphère culturelle de l’Yonne depuis un bail, maintenant.

 

 

De cette entente cordiale et constructive est née ce « one-woman show » un peu particulier autour du ce personnage de roman insolite à travers des lectures façon morceaux choisis qui ne demande peut-être plus qu’à être projeté par caméra interposé sur grand écran. La générale, pour le département de l'Yonne, est donnée ce soir au château du Saulce à Escolives dans un parterre de spectateurs qui affiche complet. Mais que l'on se rassure d'autres dates pointent à l'horizon, notamment le 02 décembre à Joigny ! 

La suite de l’aventure se fera-telle au cinéma ? Anne-Charlotte LAUGIER qui a plus d’un tour dans sa besace, un enthousiasme monstre et des idées incandescentes qui lui fourmillent dans la tête, y réfléchit très certainement…

 

Thierry BRET

 

Page 1 sur 74

Articles

Bannière droite accueil