Comme  de coutume, à chaque déplacement d’une personnalité ministérielle prévu dans l’Yonne, le programme de la journée s’avère plutôt serré côté timing pour le représentant du gouvernement. Elle n’aura donc pas une minute à perdre, la Secrétaire d’Etat en charge de la Ruralité, Dominique FAURE. Une plongée lors de l’assemblée générale des Maires Ruraux, le matin à Auxerre, avant de poursuivre le tantôt par une exposition culturelle, suivie d’une rencontre concoctée autour de l’économie sociale et solidaire…

 

AUXERRE: Elle ne possèdera guère de temps pour s’entretenir sur l’objet de sa visite avec les représentants de la presse, la Secrétaire d’Etat en charge de la Ruralité !

Il suffit de parcourir dans le détail le programme de sa visite officielle qu’elle accorde ce lundi 14 novembre en journée à notre territoire pour bien comprendre que « la montre » sera une alliée de circonstance lui permettant de bien respecter le déroulé de cette immersion en terre icaunaise avant de regagner la capitale.   

Poursuivant son tour de l’Hexagone, plutôt côté ruralité, qu’elle a entrepris depuis sa prise de fonction à ce poste, Dominique FAURE se posera donc quelques heures dans le département le plus septentrional de Bourgogne Franche-Comté – et d’évidence le plus proche de Paris – afin d’y approfondir son évaluation de l’agenda rural.

Une visite qui débutera en fin de matinée par les travaux de l’assemblée générale de l’Association des Maires Ruraux de l’Yonne – cela se déroulera dans l’amphithéâtre du « 89 » à Auxerre - une structure présidée par le maire de Rosoy Dominique CHAPPUIT. L’idéal en somme pour prêcher la bonne parole de la ruralité et de son évolution auprès des élus du terroir !

 

 

Deux temps forts à Gurgy et à Rosoy pour la Secrétaire d’Etat…

 

L’après-midi se décomposera en deux temps. Primo, la ministre se rendra dans le fief de Jean-Luc LIVERNEAUX, dans la commune où il exerce la fonction d’édile depuis les dernières municipales : c’est-à-dire Gurgy. Une localité connue et reconnue pour sa dimension culturelle et l’attractivité touristique qui y en découle. C’est précisément dans l’espace dédié qui accueille les manifestations artistiques que Dominique FAURE découvrira la nouvelle exposition « Paysage ». Elle n’aura malheureusement pas le temps de flâner un peu sur les bords de l’Yonne si bucoliques…

Aux alentours de 15h30, le cortège ministériel devra être arrivé un peu plus haut dans le département, à Rosoy, où Dominique CHAPPUIT l’accueillera afin de lui faire découvrir le site de l’école primaire qui dispose d’une classe d’élèves en situation de handicap. Un établissement qui s’est également ouvert à la pratique du « coworking » et au garage solidaire.

Le tout se terminera par un échange nourri autour de l’ESS, l’économie sociale et solidaire, avec les acteurs d’une structure associative locale qui en appliquent les préceptes dans leur quotidien.

 Au passage, Dominique FAURE recevra de précieuses informations sur l’histoire de la commune. Une manière de parfaire ses connaissances de cette ruralité dont elle défend les intérêts via ce maroquin ministériel…

 

Thierry BRET

 

 

 

 

Villevallier est l'une des « capitales » icaunaises du ski nautique, à la belle saison. Mais pas que. S'y dresse depuis de longues années, « Le Pavillon Bleu », un hôtel-restaurant désormais sans hôtel ! Dans les années 50, l'établissement fut même étoilé au Michelin. Le chef PRIAD et sa brigade y proposaient des escargots de Bourgogne, des andouillettes grillées et le poulet au chablis. Pour réserver : il fallait demander le « 72 » par Saint-Julien-du-Sault. En 1993, l'établissement ne possède plus d’étoile mais il y est toujours référencé avec sa vingtaine de chambres...


VILLEVALLIER : Oui, mais ça, c'était avant pour cet établissement connu et reconnu par la clientèle locale. Las. Bien décrépi, il ferma ses portes voici environ trois ans. Il ne doit sa réouverture récente qu'à un jeune couple entreprenant.

La façade est toujours un brin défraichie. Mais le panneau ouvert encourage à en pousser la porte ! La salle aux tons blancs et bleus - forcément ! - a retrouvé quelques salutaires couleurs.

 

 

D’impeccables œufs en meurette comme il se doit !

 

Au déjeuner, il existe une formule à 14,90 euros (plat et dessert) et ce midi-là, le bœuf bourguignon de la table voisine dégageait un joli fumet.

Je choisis alors la courte carte, désireux de commencer par les œufs en meurette. La sauce est « nappante », un rien acide comme il se doit, mais il manque quelques croûtons aillés, en lieu et place de simples rondelles de pain. Les œufs sont bons et impeccablement cuits.

 

 

Ah, ces frites croustillantes et moelleuses d’anthologie !

 

Le chef étant un ancien boucher local - du magasin « Intermarché » voisin je crois -, je choisis ensuite un plat classique de la cuisine française, désormais un rien has-been, le steak-frites !

Hélas ce jour-là, point d'estragon et pas de sauce béarnaise pourtant annoncée sur le  menu. La bavette arrive impeccablement saignante, avec une salade verte bien assaisonnée et des frites maison d'anthologie, taillées façon pommes pont-neuf. Elles sont croustillantes et moelleuses à souhait ; elles sont délicieuses et appréciées aussi, comme elles le méritent, par la table voisine.

« Associé communément aux frites, le bifteck leur transmet son lustre national. La frite est nostalgique et patriote comme le bifteck. La frite est le signe alimentaire de la francité (Roland BARTHES, « Mythologies », publié en 1957).

 

 

 

Nul besoin de crème chantilly sur une excellente mousse au chocolat faite maison !

 

En dessert, la mousse au chocolat – elle est faite maison – possède une belle texture, ne nécessitant pas de la surmonter d'un brin de crème chantilly industrielle, car elle se suffit largement à elle-même, étant très bonne.

« Le Pavillon Bleu » est l'unique commerce du village. Autour, pour se restaurer, il y a encore le « Four à Chaux » à Armeau mais qui va fermer bientôt cause de la retraite de son propriétaire. A Villecien, le dernier service de l'auberge villageoise remonte à .... ?

 

 

En 2023, la terrasse accueillera les convives…

 

Aussi, l'on ne peut qu'encourager nos néo-restaurateurs à perdurer à Villevallier. Quelques petits réglages sont inhérents à tout début dans la vie professionnelle, quoi de plus normal !

Vous qui passez par-là, via la D 606, sachez-la quitter avant l'impitoyable radar pour venir vous y attabler !

Pour la terrasse, il va cependant falloir attendre 2023 ! Alors, à bientôt au « Pavillon Bleu », le bien-nommé.

 

 


En savoir plus :

 

Les - : le menu/carte à 31,50 euros semblerait plus approprié à 28 euros.

Les + : le service est aimable et souriant. Bravo pour ces superbes frites, vraiment ! Elles font honneur à la jeune maison…

 

 

Contact :

 

Le Pavillon Bleu

31 Rue de la République

89330 VILLEVALLIER

Tel : 03.86.80.00.80.

Ouvert du mardi au dimanche midi ainsi que les vendredis et samedis en soirée.

 

Gauthier PAJONA


 

 

 

 

 

 

 

 

La table où il accueille le public au terme du dernier spectacle de ces « Misters Class de l’Humour » présente l’un des ouvrages de l’acteur et humoriste. Un opus d’une centaine de pages, publié en 2017, où sont couchées ses « pensées ». Ses meilleurs jeux de mots y côtoient sa propre vision du monde. Avec talent et émotion. Selon lui, « le dictionnaire est une balançoire dans le jardin de l’imaginaire… ». Un imaginaire que l’on sait fertile et débordant d’énergie…

 

CHATEL-CENSOIR : Sur scène, micro à la main, aux côtés du premier élu de la localité Olivier MAGUET, discutant avec le public lors de la réception amicale ou prenant la pose le temps d’une séance photo impromptue après la signature d’une dédicace du recueil dont il assure la promotion, SMAIN se démène comme un beau diable dans la salle des fêtes.

Il virevolte comme un courant d’air, félicitant au passage son « poulain » l’excellent comédien qui incarne le personnage totalement décalé et hors sol de l’aristocrate fauché (Amaury de GONZAGUE) – il vient de livrer une prestation humoristique de très belle facture arrachant les rires d’une salle comble conquise par l’artiste -, et invitant les gens à le rencontrer au terme de ce rendez-vous dominical qui clôture la seconde édition de ces « Misters Class de l’Humour », portés par l’association TRIODARTS.

Entre l’Yonne et SMAIN, c’est devenu une belle histoire d’un amour passionnel.

On se souvient de sa double représentation d’avant COVID donnée chez les troubadours de la poésie de Puisaye, Andrée et Gérard-André, qui l’avaient accueilli dans leur antre de La Closerie à Etais-la-Sauvin. On se remémore tout le travail effectué par une Nadia FENNIRI, en cheffe d’orchestre talentueuse à la baguette de l’association culturelle TRIODARTS qui a nourri ce futur projet collaboratif avec le comédien et humoriste et ce public de néophytes, désireux de s’essayer lui aussi à la pantomime et au rire, devenant le temps d’un stage fructueux en atelier – les Misters Class – beaucoup plus que de simples humoristes en herbe.

 

 

Entre l’Yonne et l’humoriste, une belle histoire d’amour…

 

Durant trois jours de stage et quatre ateliers à suivre avec leurs professeurs, ces férus de rire et de calembours potaches se sont perfectionnés à leur manière sur scène, afin de mieux resplendir dans la lumière. Ce fut le cas lors de la restitution le samedi soir.

Quant à SMAIN, parrain de la judicieuse initiative, il s’est dit ravi de cette opportunité de retrouver le public. « On a passé trois jours merveilleux avec tous ces jeunes, confia-t-il aux spectateurs, il n’y a pas qu’à Paris qu’il y a du talent, il y en a aussi en zone rurale… ».

Puis, il eut un mot agréable pour TRIODARTS, source originelle de ce concept artistique novateur et terriblement efficace.

« J’espère que le concept va se perpétuer dans les années à venir, devait-il souligner, avec pourquoi pas l’organisation d’un premier festival d’humour accueilli ici à Châtel-Censoir ? ».

Avant de conclure sa prise de parole par des souvenirs personnels le renvoyant à sa tendre jeunesse lorsqu’il fréquentait en 1966 le centre de loisirs d’Arcy-sur-Cure, près du lac Sauvin où il donna ses premiers sketches !

Entre l’Yonne et SMAIN, c’est bien de l’amour, avons-nous dit, le vrai !

 

Thierry BRET

 

 

C’est dans le cadre magnifique de l’Abbaye Saint-Germain à Auxerre que différentes compagnies artistiques de l’Yonne ont été invitées par le Conseil départemental, en partenariat avec ARTIS. Artistes, administrateurs et gérants de lieux artistiques étaient conviés de la 4ème journée professionnelle « En Bonnes Compagnies ». Un constat : lors de la dernière édition en février 2020, une soixantaine de compagnies étaient alors référencées sur notre territoire. Elles sont près d’une centaine aujourd’hui…

 

AUXERRE : La journée s’est voulue conviviale. Et riche en informations ! Après les prises de parole d’Hervé CAMBOU, directeur du Pôle jeunesse Culture et Sport du Département, d’Isabelle FROMENT-MEURICE, vice-présidente du Conseil départemental en charge de la promotion touristique et culturelle et de Sébastien LARDET, conseiller territorial pour le développement culturel au sein de la DRAC Bourgogne-Franche-Comté, le thème de la journée fut abordé par les participants. Une thématique portant sur le spectacle « in situ, une forme de diffusion résiliente ». Pour en parler, une conférence-débat était organisée avec cinq intervenants, adeptes de la pratique.

Directeur de la vie culturelle et sportive de la Ville d’Auxerre, Thierry CRETEUR évoqua les inquiétudes observées par les artistes, notamment celles se rapportant au mode actuel de diffusion, avant d’en explorer les nouvelles formes de communication. Il devait également parler du travail en cours concernant la restauration de l’abbaye et la volonté de la commune d’en faire un lieu où la parole sera à l’honneur, à l’image de la « Cité de la Voix » à Vézelay ou de la « Cité du Mot » à la Charité-sur-Loire.

 

Les spectacles « in situ » se déclinent partout en extérieur comme en intérieur…

 

Des ateliers répartis en quatre tables furent proposés ensuite. Ils étaient structurés par les animateurs de l’entité ARTIS. Avec des items dédiés au sujet du jour : le in situ, et son aspect « éco responsable ». Il fut abordé aussi durant ses propos l’aspect vecteur de créativité pour l’artiste selon ses différentes étapes particulières, comportant la création d’un projet in situ, son mode de diffusion et ses spécificités avec le public.

Au terme d’un passage de chacun dans les quatre ateliers, une restitution devait être faite. Le mot de la fin revint à Hervé CAMBOU qui se refusa à donner une définition exacte du spectacle « in situ ».

« Ces spectacles peuvent être joués finalement partout en extérieur comme en intérieur et pas seulement dans une boîte noire – un trait d’humour pour qualifier les théâtres conventionnels ! – devait-il conclure.

 

Maryline GANDON

 

Illustré par de magnifiques aquarelles du talentueux Roger HIRSCH, l’un de ses derniers opus, consacrés aux « Vins de l’Yonne », trônait en bonne position sur le stand de l’auteur de ce FESTILIVRES trente-et-unième du nom. Aux côtés de ses ouvrages, réalisés au gré de ses envies épistolaires sur les personnages clés de la Bourgogne ou d’ailleurs. A 88 ans, le quintuple ex-ministre et ancien édile d’Auxerre n’a rien perdu de sa verve ni de son empathie auprès du public. Un public qui lui rend bien,  d’ailleurs…

 

MONETEAU : Que serait Auxerre sans ses deux icônes de référence que sont Guy ROUX, pour le côté sportif des choses, et Jean-Pierre SOISSON, l’une des personnalités politiques marquantes que compte l’Hexagone depuis ses premiers pas dans le sérail de la sphère publique en…1967 !

La présence de ce personnage atypique – et toujours aussi sympathique envers son prochain – au 31ème salon du livre et de la bande dessinée concoctée par l’association ANICOM aura été remarquée ce dimanche, dans l’enceinte du SKENET’EAU.

Un Jean-Pierre SOISSON très amoureux de son territoire et de ses terroirs qui a consacré un ouvrage en 2020 à sa passion des vins de l’Yonne dont il fit assurément la promotion auprès de ses camarades parlementaires et gouvernementaux à chaque déplacement dans la capitale de l’Hexagone.

Un écrivain, féru d’histoire aussi, puisque sa plume a narré dans de somptueuses biographies les existences de Charles-Quint, Charles le Téméraire, la princesse de Bourgogne Marguerite ou encore de Jacques AMYOT.

L’ancien président du Conseil régional de Bourgogne possède une incontestable cote auprès d’un lectorat qui aime découvrir le fil de l’histoire à travers ses livres. Disponible et accessible, Jean-Pierre SOISSON a pu discuter longuement avec ses fidèles admirateurs, qui apprécient également l’homme de lettres dans sa quête épistolaire…

 

Thierry BRET

 

 

 

Page 1 sur 91

Articles

Bannière droite accueil