Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-credit-agricole-90x90.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
groupama_small.png
logo-cerfrance-bfc-accueil.png
capeb-logo.png
logo banque populaire bourgogne franche-comté
logo-cm.jpg
logo-edf-site.jpg
ccj-logo-petit-1.jpg
110 Bourgogne
Région Bourgogne France-Comté
Criquet Magazine
Lycée Saint-Joseph de la Salle
mercato de l'emploi yonne bourgogne
Caisse d'épargne Bourgogne Franche-Comté
chambre des métiers et de l'artisanat
Groupe La Poste
Chambre d'Agriculture de l'Yonne

Nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
banque_populaire_bfc-long.png
capeb-logo.png
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épagne Bourgogne Franche-Comté
cerfrance bfc
Communauté de Communes du Jovinien
Chambre d'Agriculture de l'Yonne
Criquet magazine
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
logo-cm.jpg
groupama_medium.png
logo-credit-agricole-90x90.jpg
région Bourgogne Franche-Comté
20211006_lpg_logo_cmjn-616fec3863034.png
mercato de l'emploi yonne bourgogne
chambre des métiers et de l'artisanat
logo-110-bourgogne-ok.png

Des moyens hors norme sont déployés pendant les Jeux de Paris : la France a su relever le défi sécuritaire (2/2)

« La France obtiendra-t-elle des médailles pour l’organisation sécuritaire de ces Jeux d’été qui vont mobiliser des milliers de représentants des forces de l’ordre ? En tout cas, tout le monde est sur les dents pour faire face au risque terroriste, en alerte ultra rouge, entre les risques d’attentats et les cyber-attaques sur le sol de l’Hexagone durant cette période… ». « La France obtiendra-t-elle des médailles pour l’organisation sécuritaire de ces Jeux d’été qui vont mobiliser des milliers de représentants des forces de l’ordre ? En tout cas, tout le monde est sur les dents pour faire face au risque terroriste, en alerte ultra rouge, entre les risques d’attentats et les cyber-attaques sur le sol de l’Hexagone durant cette période… ». Crédit Photo : Thierry BRET.

Le risque d’attentat est important depuis le massacre de Moscou par des terroristes islamistes. L’Occident est sur ses gardes. La France qui accueille les Jeux Olympiques d’été à Paris est  en éveil et se prépare à cette grande manifestation. Plus de 110 000 représentants des forces de l’ordre, privées et publiques, participeront à la sécurisation de ces Jeux. Des moyens sans précédent dans l’histoire de l’organisation de la manifestation…

 

TRIBUNE: On doit, hélas, ajouter au risque de terrorisme et au risque social, le risque sanitaire. Si le ramassage des poubelles ne peut pas se faire, la pollution peut instiller son venin nauséabond à Paris et dans les grandes villes concernées par les J.O. Sans oublier l’invasion des surmulots (les rats pour les néophytes de l’écologie !). La dépollution de la Seine, quant à elle, semble mal partie. Les fortes pluies du premier trimestre ont fortement pollué le fleuve parisien. Certains athlètes menacent de refuser les compétitions se déroulant dans la Seine. Une embellie est possible : Emmanuel MACRON et Anne HIDALGO ont promis de se baigner à Paris d’ici au 26 juillet. Aux journalistes qui demandaient à notre Président quand et où il allait se baigner, il a répondu : « je ne vous le dirai pas, vous risqueriez de venir avec des photographes ! ».

Le risque sanitaire fera l’objet d’un constat mais apparemment aucune autre rivière ou fleuve ne semble concernée. Pour le risque social, les négociations vont bon train : on peut donc espérer pour les salariés et craindre pour l’économie, des embellies pour leur pouvoir d’achat. Le fameux « ça coûtera ce que ça coûtera » risque d’être remis au goût du jour. Attention, toutefois au patronat et aux actionnaires qui verront d’un mauvais œil toute augmentation de salaire.

 

Un plan B, un plan C ou pas de plan tout court ?

 

En premier lieu, le plan Vigipirate a été rehaussé au niveau «urgence-attentat». Devant le Sénat, le ministre de l’Intérieur, Gérald DARMANIN a notamment expliqué qu’un million d’enquêtes de sécurité seront menées d’ici au début des Jeux. Il a avancé les chiffres retenus pour la jauge de la cérémonie d’ouverture, prévue de 19h30 à 23 heures, le 26 juillet : 104 000 personnes pour les places payantes des quais bas de la Seine, 220 000 pour les quais hauts – soit moitié moins que le public initialement prévu (600 000 spectateurs), rapidement apparu surdimensionné pour assurer sécurité et fluidité des festivités. Le Président Emmanuel MACRON a récemment indiqué qu’il y avait un plan B et un plan C pour la cérémonie. Le patron des Jeux, Tony ESTANGUET avait précédemment révélé qu’il n’existait aucun autre plan que celui prévu initialement ! 

Il s’agit de protéger de la meilleure façon une manifestation sportive de grande échelle : 10 500 athlètes olympiques et 4 350 athlètes paralympiques participant à 878 épreuves dans 54 sports. A cela, il faut ajouter 72 collectivités hôtes, plus de 40 000 bénévoles mobilisés, près de 13 millions de billets mis en vente. Un enjeu vital pour le prestige de la France, son économie et son rayonnement.

L'étalement géographique des Jeux constitue un premier défi pour leur sécurisation. Ils ne se dérouleront pas uniquement à Paris mais aussi en proche banlieue parisienne et en Île-de-France. Les villes de Bordeaux, Lille, Lyon, Nantes, Nice et Saint-Etienne, accueilleront des compétions dans leurs stades ainsi que Marseille qui recevra également des épreuves de voile. Les épreuves de surf seront délocalisés en Polynésie, à Tahiti.

 

 

Sécurisation des jeux : une  revue d’effectifs !

 

A moins de cent jours des Jeux olympiques, la sécurité privée se prépare afin de sécuriser l'évènement. Près de 12 000 agents ont déjà été embauchés mais les attentes de Paris 2024 se situent autour de 18 000 agents par jour, avec des pics à 22 000 attendus. L'accent est avant tout mis sur la formation. Il faut plus de trois mois pour former un agent de sécurité : le quota ne sera donc pas atteint.

Pour la force publique, 30 000 policiers et gendarmes mobilisés chaque jour. Le RAID, le GIGN et la BRI seront dans les starting-blocks  Avec un centre de commandement commun à toutes les forces de l’ordre : du jamais vu ! Ajoutons à cela, 120 agents en plus à la RATP pour sécuriser les transports, et à la SNCF 500 agents de plus recrutés.

Le chef d’état-major des armées parle désormais de 20 000 militaires probablement mobilisés. 2 185 militaires étrangers ont été demandés en renfort pour accompagner la France dans la démarche sécuritaire. La Pologne en tête avec sa brigade cynophile. Le Qatar, le Maroc (spécialisé dans le déminage) et l’Allemagne ont répondu également présent et mobilisent des soldats. Certains s’offusquent en déclarant que la France est incapable d’assurer seule la sécurité du pays. Rappelons que c’est monnaie courante et que la France accompagne souvent avec ses militaires des manifestations étrangères (en Angleterre par exemple, lors de la dernière Coupe du monde de rugby ou au Qatar pour la Coupe du monde de football).

 

Le parcours de la flamme très encadré…

 

Une centaine d’agents spécialisés pour sécuriser le parcours de la flamme en France sont déjà à pied d’œuvre depuis le 08 mai dernier depuis l’arrivée de la flamme à Marseille. Ce relais de la flamme olympique traversera une centaine de sites emblématiques, plus de 400 villes, cinq territoires ultramarins (mais pas la Nouvelle-Calédonie)…

De quoi rendre impérative la création d’une bulle de protection autour de la flamme et de ses porteurs et porteuses. Une centaine de policiers et de gendarmes participeront spécifiquement à la sécurité du parcours de la flamme. Parmi eux, des membres de l’unité d’élite de la gendarmerie, le GIGN (groupe d’intervention de la gendarmerie nationale) et une vingtaine de policiers et de gendarmes en civil.

Tout semble fin prêt, et une organisation millimétrée se dessine peu à peu. On doit souligner que les actions de sécurisation des sites sont bien structurées. Tout est clair et parfait, sur le papier ! Le risque zéro n’existe pas, et on se doit de souhaiter une belle réussite à ces Jeux de Paris, pour la France, pour les athlètes, et pour toute une jeunesse, qui viendra des quatre coins de la planète pour assister à des épreuves sportives, se divertir et partager des moments de joie. La joie du partage et de la victoire sont universelles, et doit faire abstraction de la couleur de la peau et de la religion.

Méditons cette pensée de Pierre de COUBERTIN que l’on peut appliquer dans de nombreux domaines de la vie : « Le sport va chercher la peur pour la dominer, la fatigue pour en triompher, la difficulté pour la vaincre ».

 

Jean-Paul ALLOU

 

Articles

Bannière droite accueil