Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-credit-agricole-90x90.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
groupama_small.png
logo-cerfrance-bfc-accueil.png
capeb-logo.png
logo banque populaire bourgogne franche-comté
logo-cm.jpg
logo-edf-site.jpg
ccj-logo-petit-1.jpg
ordre-des-experts-comptables-de-bourgogne-franche-comte.jpg
Région Bourgogne France-Comté
mercato de l'emploi yonne bourgogne
Lycée Saint-Joseph de la Salle
chambre des métiers et de l'artisanat
Caisse d'épargne Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Groupe La Poste
Chambre d'Agriculture de l'Yonne

Nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
banque_populaire_bfc-long.png
capeb-logo.png
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épagne Bourgogne Franche-Comté
cerfrance bfc
Communauté de Communes du Jovinien
Chambre d'Agriculture de l'Yonne
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
logo-cm.jpg
groupama_medium.png
logo-credit-agricole-90x90.jpg
région Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Ordre des experts comptables de Bourgogne Franche-Comté
20211006_lpg_logo_cmjn-616fec3863034.png
mercato de l'emploi yonne bourgogne
chambre des métiers et de l'artisanat

La préfecture livre un premier bilan des violences urbaines : après le chaos, le retour au calme s’amorce dans l’Yonne...

« Bus calcinés, centre d’action social détruit, poubelles brûlées, automobiles sinistrées…la préfecture de l’Yonne procède à un premier bilan des quatre nuits de violences urbaines constatées dans les villes du département. Côté humain, on déplore cinq blessés parmi les forces de l’ordre. Une dizaine d’interpellations ont été assurées par les policiers… ». « Bus calcinés, centre d’action social détruit, poubelles brûlées, automobiles sinistrées…la préfecture de l’Yonne procède à un premier bilan des quatre nuits de violences urbaines constatées dans les villes du département. Côté humain, on déplore cinq blessés parmi les forces de l’ordre. Une dizaine d’interpellations ont été assurées par les policiers… ». Crédit Photos : D.R.

L’impensable. Comme une traînée de poudre qui s’est étendue à la plupart des villes de notre département. Quatre nuits de violences, de haine et de dégradations, juste pour le plaisir de tout détruire et de nuire à autrui. C’est-à-dire aux citoyens que nous sommes tous. Avec ses conséquences humaines, établies par la préfecture de l’Yonne qui en trace déjà un premier bilan : cinq blessés parmi les forces de l’ordre dont un policier municipal et une dizaine d’interpellations, parmi les fauteurs de troubles. Sera-ce suffisant, enfin, pour ramener le calme dans l’Yonne ?

 

AUXERRE : Moins d’une dizaine de feux de poubelles ont été constatés au cours de ces dernières heures par les services préfectoraux de l’Yonne. Après trois nuits marquées par des violences et dégradations, parfois extrêmes, observées dans plusieurs villes de notre territoire, le retour au calme semble s’amorcer, au vu du bilan de la nuit dernière, celle de samedi à dimanche. Un calme en apparence, annonciateur d’une nouvelle poussée de fièvre ces jours prochains ? Peut-être ou peut-être pas.

Côté bilan, on déplore déjà cinq blessés parmi les forces de l’ordre qui sont intervenues sur les différents lieux de ces incidents. Du côté des fauteurs de troubles, une dizaine d’interpellations ont été procédées : remettront-elles un peu de plomb dans les têtes de ces jeunes écervelés qui ont pris un malin plaisir à tout casser pour le seul plaisir de détruire ?

 

A l’heure des premiers bilans, c’est déjà édifiant…

 

Le bilan global est édifiant. La préfecture a fait les comptes en ce jour dominical : une quinzaine de commerces saccagés à Auxerre, Migennes, Sens, Saint-Florentin avec la destruction du magasin de bricolage « WELDOM ». A Sens, dans le quartier des Champs-Plaisants, c’est le centre d’action social qui est parti en fumée à la suite d’un incendie. Une structure, estimée à 3 millions d’euros de budget à sa construction, selon les premiers commentaires.

Quant aux commissariats de police et aux brigades de gendarmerie, ils n’auront pas été épargnés par cette jeunesse hostile à l’ordre public qui n’a pas hésité à lancer des engins d’artifice sur les bâtiments, aussi bien à Joigny, qu’à Migennes, à Tonnerre ou à Sens.

Les particuliers, eux, ont eu à subir la destruction d’une vingtaine de véhicules personnels qui étaient stationnés au mauvais endroit. Les carcasses calcinées de deux bus traduisent le degré de violence de ces émeutes sans pareil, vécues dans le département depuis des lustres. Soixante-quinze feux de poubelles auront nécessité les sorties des sapeurs-pompiers du SDIS 89.

 

 

 

Les représentants de l’Etat se mobilisent sur le terrain…

 

Mobilisé dès les premiers mouvements de foule, le préfet de l’Yonne Pascal JAN s’est rendu, aux côtés de Paul-Antoine de CARVILLE, le maire de Sens, dans le quartier des Champs-Plaisants afin de témoigner de sa reconnaissance aux policiers nationaux et municipaux ainsi qu’aux sapeurs-pompiers qui ont fait face avec courage et pugnacité à un niveau de violence de forte intensité.

En parallèle, Pauline GIRARDOT, secrétaire générale de la préfecture a pu échanger avec les commerçants auxerrois du quartier Rive droite – elle était accompagnée de Crescent MARAULT, l’édile d’Auxerre – qui ont subi de sérieux dégâts dans leurs boutiques.

Un déplacement qu’elle poursuivra à Saint-Florentin, sur les lieux du sinistre du magasin « WELDOM » en compagnie du maire Yves DELOT, puis à Migennes aux côtés de François BOUCHER pour constater les dégâts subis par les commerçants du centre-ville et la municipalité. A chaque fois, elle réitèrera ses remerciements aux soldats du feu et aux représentants des forces de l’ordre, engagés dans des conditions particulièrement difficiles sur le terrain.

Signalons, pour être tout à fait complet sur ce dossier, que Rachid KACI, sous-préfet de Sens et Naïma RAMALINGOM, sous-préfète d’Avallon, se sont rendus respectivement à la brigade de gendarmerie de Joigny et à celle de Tonnerre en soutien aux élus respectifs et aux forces de l’ordre ayant subi ces attaques.

Il ne reste plus qu’à croiser les doigts pour les choses s’améliorent en cette fin de week-end et que le calme reprenne enfin ses droits…

 

Thierry BRET

 

 

Articles

Bannière droite accueil