L’homme aux mille vies disparaît : la recette du bonheur de Bernard TAPIE, un homme constamment jalousé…

 « Il nous a quittés à 78 ans terrassé finalement par ce cancer dont il combattait avec acharnement au quotidien les ravages. Etre polymorphe et unique en France, Bernard TAPIE quitte sa révérence. Un personnage que les jaloux d’hier regrettent déjà aujourd’hui… ». « Il nous a quittés à 78 ans terrassé finalement par ce cancer dont il combattait avec acharnement au quotidien les ravages. Etre polymorphe et unique en France, Bernard TAPIE quitte sa révérence. Un personnage que les jaloux d’hier regrettent déjà aujourd’hui… ». Crédit Photos : D.R.

Bernard TAPIE : une légende de la scène médiatique rejoint le ciel des héros des temps modernes. Décrié par les uns, encensé par les autres, le personnage a vécu à mille à l’heure. Inclassable, cet iconoclaste a toujours assumé ses choix et possédait un registre de talents peu commun. Tour à tour chanteur, comédien au théâtre, acteur de cinéma, homme d’affaires, député, ministre de la ville sous MITTERRAND, et enfin, humain en livrant son ultime combat : un cancer.

 

TRIBUNE: Remarquable à plus d’un titre ! Ceux-là mêmes qui chantent des louanges à son encontre aujourd’hui faisaient aussi partie de ceux qui le dézinguaient dans les médias. Très peu ont bougé pour dénoncer les contradictions d’un pouvoir qui l’indemnise dans l’affaire du Crédit Lyonnais, lors de l’arbitrage de Christine LAGARDE (alors ministre des Finances) puis ensuite lui demande de rembourser les fonds. Christine LAGARDE sera jugée « coupable de négligence » !

Vous savez, une sorte de « rappel à l’ordre » pour avoir dépensé quelques centaines de millions aux frais de la République. Au début de ses ennuis judiciaires, Bernard TAPIE, alors député, debout dans l’hémicycle de l’Assemblée, encaisse sa levée d’immunité parlementaire.

Seul, Jack LANG, près de lui, le prendra par l’épaule en gage de soutient. Trop de députés étaient  heureux de faire enfin tomber l’homme de tous les succès. Quand il était ministre, certains de ses collègues disaient aux journalistes qu’ils étaient gênés de s’asseoir à ses côtés. Il n’a jamais deviné les manipulations de François MITTERRAND à son encontre. On soupçonne le président de l’avoir mis en avant pour écarter Michel ROCARD…

Par contre, Bernard TAPIE avait un sens politique instinctif : c’est le seul qui a osé affronter Jean-Marie LE PEN lors d’un face à face télévisé. En coulisse, on racontait aussi qu’il aurait rencontré le patron du Front National pour éliminer, politiquement, le patron de Marseille, Jean-Luc  GAUDIN, leur ennemi commun…

De nombreux bruits de couloirs, de fuites savamment orchestrées jalonnent la carrière de cet homme charismatique et qui savait entraîner les autres dans ses aventures.

 

 

Un unique combat contre la jalousie des hommes…

 

La presse nous raconte en large et en travers ses histoires, « ses mille vies », comme tous se plaisent à le raconter. Un fils d’ouvrier qui a bénéficié d’une bonne structure familiale et qui a sans doute nourrit la force de son caractère. Des parents aimants, c’est aussi la réussite de l’homme en devenir. N’en déplaise aux féministes, LGBT et autres complotistes !

Si ses débuts dans la chanson furent un échec, plus tard, il montrera ses capacités d’acteur au théâtre (« Vol au-dessus d’un nid de coucou »), au cinéma avec Claude LELOUCH ou encore dans un célèbre feuilleton télévisé, « Commissaire Valence ». Alain DUHAMEL raconte qu’au théâtre, dès que TAPIE arrivait sur la scène, les spectateurs se levaient et l’acclamaient par une salve interminable d’applaudissements. Des cars entiers venaient à Paris pour l’applaudir au théâtre.

Que n’a-t-on pas raconté sur l’homme d’affaires qu’il incarnait. Il a repris de nombreuses entreprises au bord de la faillite. Son fils aime souligner que sur mille emplois, si 300 étaient supprimés, c’est 700 qui étaient sauvés ! ADIDAS, un fleuron qui allait de pair avec l’Olympique de Marseille. Guy ROUX se souvient qu’un soir, il avait débarqué à l’aéroport d’Auxerre et était venu rencontrer Eric CANTONA pour lui expliquer que s’il était né à Marseille, il devait jouer à l’OM. En outre, il aurait toujours un franc de plus que la meilleure rémunération qu’on pouvait lui proposer…

Avec l’OM, TAPIE offrait la première Coupe d’Europe des clubs à la France et avec la Vie Claire, il engageait Bernard HINAULT et Greg LEMOND pour gagner des Tours de France…

Quand il deviendra ministre, on exigera qu’il quitte le monde des affaires : il se sépare alors d’ADIDAS et quitte la présidence de l’OM : un vrai crève-cœur ! 

 

 

La jalousie : mal endémique de nos sociétés...

 

Quand un aristo achète un meuble « Boulle », on dit : « voilà un homme de goût », si c’est TAPIE, on s’exclame : « c’est un arriviste ! ». En guise de consolation, si à l’époque l’aristocrate n’avait plus les moyens de s’offrir un tel luxe, TAPIE si !

Tout cela pour dire que la jalousie sera permanente à l’encontre de l’homme d’affaires. La jalousie de ses réussites dans le business, réussites dans les  sports, dans le spectacle… Quand ses collègues payent quelques millions pour des campagnes publicitaires, lui Bernard TAPIE se fait payer pour animer des émissions de télévision pour parler de quoi et de qui ? De lui bien sûr ! Certains ont jalousé le foyer heureux qu’il forme avec son épouse et ses enfants. Chaque soir, quand il était en prison,  avec sa femme, ils avaient convenu d’une heure de rendez-vous, pour être virtuellement ensemble. Quel beau témoignage d’amour…

Il nous fait  remarquer que les freins au bonheur sont en nous.  Il a brisé toutes ces barrières qui obstruent le passage à l’accession au bonheur. Chaque défaut possède sa qualité et inversement, nous le savons. Trop souvent on les oppose.

Pourtant, il ne s’agit pas d’antagonisme ou d’antonyme. Par exemple, lorsque nous identifions l’orgueil, le pendant positif, c’est l’humilité. Orgueil et humilité sont sur le même axe. Le curseur se déplace vers le bas (orgueil). Il faut travailler sur soi pour le faire remonter vers le haut : l’humilité. Orgueil et humilité n’ont pas la même vibration pour le corps et l’esprit : deux extrémités que certains appellent le principe de « polarité ». A l’opposé de la jalousie, nous avons la générosité et le désintéressement.  Pour approfondir on peut lire le « Kybalion ». Très ancien texte emprunté à la sagesse égyptienne (pour les connaisseurs, liée à Hermès Trismégiste).  

« Pour détruire une mauvaise période de vibrations, mettez en activité le principe de polarité  et concentrez votre pensée sur le pôle opposé de celui que vous voulez annihiler. Tuez l’indésirable en modifiant sa polarité ». Le Kybalion. Livre écrit par « trois initiés » et téléchargeable gratuitement.

TAPIE n’a jamais été un jaloux. Mais une victime de ce sentiment qui pourra peut-être le conduire à déclencher son cancer.

 

La jalousie c’est plus de l’amour propre que de l’amour…

 

La jalousie nous fragilise corps et âme. La jalousie est encore appelée « petite fenêtre » au Moyen-âge. Une petite fenêtre qui permet de regarder sans être vu. On regarde qui ou quoi ? Ce que l’on imagine ! Une ouverture qui permet de mélanger la haine, l’agressivité avec des pulsions de mort ! En conséquence, elle tue l’amour par manque d’amour ! Ce n’est plus une fenêtre mais une meurtrière…

Dans des textes communs aux traditions judaïques et chrétiennes, Dieu choisit Abraham pour conduire son peuple et il bénit Isaac en chassant Ismaël et sa mère. Ismaël engendrera le peuple musulman. Le conflit israélo-arabe, une guerre liée à la jalousie ?

A qui appartient la Palestine, auquel des deux fils d’Abraham, Isaac ou Ismaël ? A méditer…Puisque Dieu préfère le présent d’Abel à celui de Caïn : la jalousie de Caïn pousse au meurtre du frère…

L’antisémitisme est poussé aussi par le sentiment de jalousie qui se relèvera après le génocide de 1945. On envie la force des juifs, leur courage, leurs réussites, intellectuelles, financières, artistiques… Freud, Marx, Rothschild, Mendelssohn, Kosma… Heureusement Einstein a déclaré : « tout est relatif »…

La jalousie, concernant le peuple élu peut-elle nous conduire à la Shoa ? Je ne sais pas, c’est juste une intuition…

Le Coran dans la troisième Hadith nous  dit : « Méfiez-vous de la jalousie (Al hassad en arabe,) car elle consume les bonnes œuvres, comme le feu consume le bois ».

Le prophète interdit la jalousie et prévient : « chaque personne qui a un bienfait aura un jaloux ». Le prophète invite à nettoyer son cœur de la médisance et de la jalousie.

Par ses combats et sa mort, Bernard ouvre une voix à la réflexion et à la méditation sur les routes possibles vers le bonheur, sur ses freins et ses boosters. Dans une ultime interview sur CNEWS, il devait déclarer : « Les gens m’aiment, alors la vie est belle » ! 

Alors bravo l’artiste. Tu t’es éteint et  tu as rejoint le ciel au milieu de ceux que tu aimais, serein et paisible. Ultime provocation où ton dernier clin d’œil, tu as fait que l’histoire se passe à Paris, rue des Saints Pères…

 

Jean-Paul ALLOU

 

 

 

Articles

Bannière droite accueil