La gratuité totale du stationnement a vécu : Jean-Philippe BAILLY renvoie les voitures ventouses vers la mobilité…

« L’idée du stationnement gratuit total jusqu’au 31 août était séduisante sur le papier. Mais, elle aura tourné court à cause de l’incivilité de certains résidents auxerrois qui ont confondu la place de stationnement en garage perpétuel ! Jean-Philippe BAILLY a pris de soin de mettre un terme au dispositif pour instaurer d’ici peu un système jouant sur la durée…et les rotations ! ». « L’idée du stationnement gratuit total jusqu’au 31 août était séduisante sur le papier. Mais, elle aura tourné court à cause de l’incivilité de certains résidents auxerrois qui ont confondu la place de stationnement en garage perpétuel ! Jean-Philippe BAILLY a pris de soin de mettre un terme au dispositif pour instaurer d’ici peu un système jouant sur la durée…et les rotations ! ». Crédit photos : Thierry BRET.

C’est le revers de la médaille pour un geste qui se voulait au départ généreux et solidaire afin de permettre aux uns et aux autres d’accéder plus facilement au cœur de ville. La gratuité totale du stationnement jusqu’au 31 août intègre déjà l’histoire ancienne. L’adjoint d’Auxerre en charge du Commerce Jean-Philippe BAILLY a décidé jeudi soir de mettre un terme définitif à cette expérience qui aura eu l’heur de propulser les voitures ventouses sur le devant de la scène…en version négative !

AUXERRE : Circulez, y a rien à voir ! D’ici peu, les fameuses voitures « ventouses » qui monopolisaient une majeure partie des places de stationnement du centre-ville dès potron-minet jusqu’à la tombée de la nuit devront regagner prestement le trafic. Sous peine de passer sous les fourches caudines de la police municipale !

Ce qui semblait une idée altruiste et généreuse au départ s’est très vite transformée en une cacophonie innommable pour celles et ceux qui cherchaient vainement à stationner leurs véhicules dans les rues et sur les parkings de l’hyper-centre au fil de la journée.

Présentes du matin au soir, voire du soir au matin, ces voitures ventouses ont eu raison de la patience de l’adjoint en charge du Commerce, Jean-Philippe BAILLY, qui a pris la sage décision d’interrompre ce processus néfaste pour l’activité commerciale. Les clients potentiels ne pouvant garer leur automobile au plus près des boutiques.

En concertation avec différents collectifs de commerçants, l’élu auxerrois a décidé de clore ce chapitre de la gratuité totale du stationnement pour le remplacer par un autre procédé qui jouera davantage sur la temporalité. Le but étant d’encourager les rotations de véhicules.

Parallèlement, Jean-Philippe BAILLY s’est appuyé sur un constat justifiant ce choix : l’amélioration de la situation sanitaire et la diminution constante du nombre d’habitants demeurant chez eux durant la journée.

 

 

Les collectifs de commerçants avaient saisi la municipalité il y a vingt-quatre heures par une lettre parfaitement circonstanciée.

Précisons qu’en son temps, l’ancien adjoint au maire aux Transports, Denis MARTIN, s’était fendu de la même initiative le 19 mai dernier en alertant l’édile d’Auxerre Guy FEREZ sur les nuisances que pouvaient occasionnées ce phénomène de l’immobilité constante des véhicules.

A l’époque où il était un élu d’Auxerre, celui-ci avait diligenté une étude sur le stationnement dans le cadre du Plan de déplacement urbain. L’analyse faite de cet audit démontrait alors qu’une place de stationnement payant accueillait sept voitures successives dans la journée. La même place, gratuite, n’en accueillait qu’une. Soit, pour mille places de stationnement payant, sept mille voitures accueillies contre mille en cas de gratuité.

Mais, au-delà de cette réelle problématique du stationnement, c’est sans doute l’attractivité du centre-ville, son plan de circulation, les cheminements piétons et l’accès aux cycles qu’il serait judicieux de réexaminer en profondeur pour apporter davantage de fluidité dans les rues de la capitale de l’Yonne.  

 

 

 

Articles

Bannière droite accueil