Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-credit-agricole-90x90.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
groupama_small.png
logo-cerfrance-bfc-accueil.png
capeb-logo.png
banque_populaire_bfc.png
logo-cm.jpg
logo-edf-site.jpg
ccj-logo-petit-1.jpg
ordre-des-experts-comptables-de-bourgogne-franche-comte.jpg
Région Bourgogne France-Comté
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épargne Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Groupe La Poste

Nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
banque_populaire_bfc.png
capeb-logo.png
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épagne Bourgogne Franche-Comté
cerfrance bfc
Communauté de Communes du Jovinien
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
logo-cm.jpg
groupama_medium.png
logo-credit-agricole-90x90.jpg
région Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Ordre des experts comptables de Bourgogne Franche-Comté
20211006_lpg_logo_cmjn-616fec3863034.png

Consommation : le gouvernement peut-il tabler sur une relance liée à la décollecte des livrets ?

« Pas si sûr que les Français se ruent sur leur épargne de précaution pour dépenser tous azimuts dans les commerces afin de relancer la consommation ! La confiance en l’avenir n’est pas au rendez-vous ! N’en déplaise au gouvernement qui pratique la méthode Coué ! ». « Pas si sûr que les Français se ruent sur leur épargne de précaution pour dépenser tous azimuts dans les commerces afin de relancer la consommation ! La confiance en l’avenir n’est pas au rendez-vous ! N’en déplaise au gouvernement qui pratique la méthode Coué ! ». Crédit Photo : D.R./PIXABAY.

Finalement, les Français vont-t-ils réellement céder à la tentation de casser leur tirelire et entamer ainsi le « trésor de la COVID » ? Vont-ils poursuivre l’effort d’épargne de précaution ? Le début d’année commence mal avec les soldes d’hiver qui affichent déjà une chute de 40 %. Cela en dit long sur l’état d’esprit de nos concitoyens ! L’épargne est cependant stabilisée. Le début 2022 est marqué par une très légère décollecte…

TRIBUNE : L’Elysée et le gouvernement espèrent la fin prochaine de l’épidémie. Les annonces spectaculaires fleurissent aux quatre coins du pouvoir ! On va voir ce qu’on va voir ! Le terme de la crise sanitaire est prévu vers le mois de juin. Ce sera le retour aux libertés de circuler, la disparition des confinements et autres contraintes…

Bref, le message est subliminal à lire : « vous pouvez profiter dès maintenant de vos réservations des vacances d’été, vous pouvez investir dans une nouvelle voiture (à condition de patienter plus de douze mois pour les véhicules neufs haut de gamme en rupture !), dans les équipements ménagers… ». Tous les experts  louchent sur les quelques centaines de milliards d’euros, propres à relancer l’économie et à augmenter le PIB.

N’oublions pas que « l’épargne COVID » est liée à une dimension psychologique évidente : la crainte de l’avenir. Pour que les Français se décident à vider leur bas de laine, il faut réunir plusieurs conditions : la fin certaine de la pandémie avec les vaccins qui portent l’espoir d’un retour à une vie normale (mais les variants font craindre de nouveaux reconfinements) ; la stabilité sociale avec la fin des grèves qui vont marquer les mois à venir jusqu’aux élections présidentielles ; la stabilité économique où trop d’incertitudes se profilent engendrant une situation d’endettement catastrophique.

Il est vrai que l’inflation galopante sur les produits de première nécessité (pain, pâtes, énergie, carburants…) grève de plus en plus le pouvoir d’achat des ménages. Nos dépendances industrielles et pharmaceutiques vis-à-vis de la Chine vont encore perdurer. Et ce pour longtemps !

 

La confiance : un argument à changer comme programme électoral…

 

Enfin, il y a la stabilité politique : elle ne pourra s’envisager qu’après les élections présidentielles et législatives, après la nomination du premier gouvernement et les premières mesures qui seront décidées. Reste l’international. De gros nuages noirs s’accumulent aux frontières orientales de l’Europe…

Pour consommer, il faut donc de la confiance. Le résultat est clair : il n’y a plus de confiance en les politiques de tout genre, dans les scientifiques du secteur de la santé et encore moins sur l’avenir. De toute façon, la confiance, facteur clef de succès d’une reprise par la consommation ne pourra se faire que progressivement. Pas avant le troisième trimestre 2022.

Il va falloir que notre président trouve un autre domaine électoral s’il veut assurer sa réélection ! Il peut toujours reporter les élections sine die s’il juge que la pandémie est trop forte, et que pour des raisons sanitaires, il ne faut pas risquer la santé des français… Pourquoi pas ?

 

 

Anecdote autour d’une vision imaginaire devenue réalité !

 

Un bon client, alors que j’étais encore son conseil patrimonial, me posa un jour cette question. « Et si vous aviez mon patrimoine (l’équivalent de deux millions d’euros à l’époque), vous me conseilleriez quoi ? ».

Comme il était amateur de « kir », je consentis à lui livrer ces quelques clefs, délivrés en 1984) : « Situons d’abord un contexte imaginaire : une crise économique forte associée à un environnement perturbé par de mauvaises conditions climatiques (sécheresse, tempêtes, ruptures d’électricité…), alors vendez votre portefeuille d’actions et alimenter vos livrets à hauteur de 10 à 15 % du patrimoine. On a tous en tête la carte « chance » du Monopoly : faites des travaux dans vos maisons ! ET n’oubliez pas l’acquisition d’une propriété avec la résidence, des dépendances, un étang pour le poisson, un verger, un potager, et éventuellement une basse-cour. De l’autosubsistance pour faire face à toutes les situations de crise… : on ne sait jamais ! ».

Aujourd’hui, j’ajouterais volontiers des panneaux solaires ! Bien sûr, nous sommes sûrement dans une stratégie imaginaire… elle n’est donc pas inimaginable ! « Ma philosophie ne m’a rien rapporté mais elle m’a beaucoup épargné » dixit Arthur SCHOPENHAUER…

 

Jean-Paul ALLOU

 

 

Articles

Bannière droite accueil