Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
gan.jpg
logo-edf-site.jpg

Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
gan.jpg
logo-edf-site.jpg

Le nombre de fermes et de surfaces biologiques enregistre une hausse dans l’Yonne

« Soutenir et accompagner les professionnels céréaliers et ceux de l’élevage à se convertir vers le biologique intègrent les missions de la Chambre d’agriculture de l’Yonne ». « Soutenir et accompagner les professionnels céréaliers et ceux de l’élevage à se convertir vers le biologique intègrent les missions de la Chambre d’agriculture de l’Yonne ».

L’agriculture biologique poursuit sa croissance sur le territoire septentrional de Bourgogne Franche-Comté. Au dernier recensement, le nombre de fermes et domaines qualifiés de bio s’élève à 269 établissements dont une quarantaine en renouvellements notifiés. A l’échelle du territoire, cette typicité de l’agriculture de plus en plus tendance représente 4,6 % de la SAU, soit 8,1 % des exploitations agricoles…

AUXERRE : Plus de 20 380 hectares de terres agricoles du département de l’Yonne sont aujourd’hui exploités de manière biologique selon les ultimes statistiques dévoilées par la Chambre d’agriculture. En partenariat avec le GABY (Groupement des agriculteurs biologiques de l’Yonne), l’organisme consulaire présentait au début de l’été un état des lieux précis de la situation lors d’une conférence ouverte aux professionnels sur ce thème.

Filière économique en développement, l’agriculture biologique représente à l’heure actuelle près de 4 000 conversions. C’est-à-dire une forte propension pour les agriculteurs traditionnels à basculer vers ce domaine d’activité beaucoup plus dans l’air du temps au niveau des consommateurs et permettant la diversité des professionnels.

Des moyens humains déployés par la chambre consulaire

Selon Claude BOURSIER, vice-président de la Chambre d’agriculture de l’Yonne, la tendance ne devrait pas s’infléchir au cours de ces prochains mois. Surtout que la chambre consulaire assure un accompagnement des professionnels désireux franchir le pas.

«  Celles et ceux qui optent en faveur d’un changement de système, celles et ceux qui se convertissent ainsi que celles et ceux qui éprouvent le besoin de suivis technico-économiques peuvent bénéficier de l’intervention de la cellule spéciale dédiée à cet effet…».

Stratégiquement, la Chambre de l’Yonne a même déployé des moyens humains importants et adaptés aux attentes des agriculteurs, tant au niveau de l’élevage que des grandes cultures céréalières. Depuis quelques saisons, l’agriculture biologique a connu un net regain d’intérêt sur notre territoire avec le soutien de BIOBOURGOGNE, partenaire inconditionnel de cette mutation progressive.

Président du Groupement des agriculteurs biologiques de l’Yonne, Philippe CAMBURET apporte lui aussi ses explications sur cet engouement qui n’a rien d’un épiphénomène : «  nous soutenons depuis toujours les projets de conversion d'exploitations dites conventionnelles vers l'agriculture biologique. Les chefs d'exploitation qui décident de faire ce choix sont souvent installés depuis une bonne partie de leur carrière et ils ont acquis une certaine expérience… ».

Réussir l’adéquation entre la production et la demande

Aujourd'hui lorsqu'un agriculteur s'installe, il peut avoir la chance de le faire sur une exploitation biologique, et de bénéficier des conseils et des savoir-faire du cédant. Ce sera ainsi dans le cas d'une transmission d’une exploitation cédée dans le cadre familial par exemple. En outre, nombreux sont celles et ceux qui choisissent une formule dépendant moins du foncier et du capital des exploitations classiques, comme le maraîchage débouchant sur de la vente directe.

L'adéquation entre production et demande de la clientèle se fait plus naturellement que pour des ateliers plus spécialisés comme l'élevage de bovins allaitant. Là, ce fragile équilibre repose sur la solidité d'une filière. Certes, elle est souvent remise en question à ses débuts, mais elle montre toutes ses qualités lorsqu'elle sait s'affranchir des difficultés d'organisation inhérentes aux exigences de l'agriculture biologique. Plusieurs témoignages sur les dispositifs à l’installation et l’élevage biologique devaient conclure cette rencontre professionnelle.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Dernière modification le dimanche, 27 août 2017 19:16

Laissez un commentaire

Bannière droite accueil