Ravis d’être des influenceurs lors des législatives : Farah ZIANI et Daniel DELVERT assument leurs appels au vote blanc…

 « Ils sont ravis d’avoir endossés le rôle d’influenceurs entre les deux tours des législatives sur la première circonscription de l’Yonne ! Farah ZIANI et Daniel DELVERT revendiquent pleinement leurs choix : leur refus de cautionner les candidatures de Daniel GRENON (RN) et de Florence LOURY (NUPES) le 19 juin dernier ». « Ils sont ravis d’avoir endossés le rôle d’influenceurs entre les deux tours des législatives sur la première circonscription de l’Yonne ! Farah ZIANI et Daniel DELVERT revendiquent pleinement leurs choix : leur refus de cautionner les candidatures de Daniel GRENON (RN) et de Florence LOURY (NUPES) le 19 juin dernier ». Crédit Photo : Thierry BRET

Les fins observateurs de la chose politique n’auront pas manqué de les apercevoir, au soir du second tour des législatives, salle des pas perdus à l’hôtel de la préfecture. L’un et l’autre sont en pleine discussion. Ils affichent un visage décontracté. Le verre à la main, ils scrutent l’écran, placé à l’autre extrémité de la pièce. Les résultats des trois circonscriptions de l’Yonne s’y affichent de manière très régulière. Minute après minute, les scores obtenus par les candidats se dévoilent. Farah ZIANI et Daniel DELVERT – ils revendiquent leur appartenance au Centre droit- analysent la situation…

 

AUXERRE : Ils le disent et le martèlent encore et encore auprès de qui veut les entendre : ces deux-là restent et resteront au Centre droit ! Même s’ils se sentent actuellement orphelins.

« Tous les partis du Centre perdent leurs électeurs donc a fortiori leurs élus ! C’est leur existence en propre qui est menacée… ». Une quasi-certitude, en effet !

Conseillère d’opposition à la Ville d’Auxerre, Farah ZIANI disserte avec Daniel DELVERT, féru de la chose publique. Leurs constats convergent dans la même direction.

« Le Centre possède tellement de chapelles différentes ! Entre UDI, Nouveau Centre, Parti Radical, MoDem, Horizons, il y en a pléthore ! Nous devons sûrement en oublier ! ».

De là à se remémorer avec une ironie souriante, l’une des références livresques de feu l’ancien Président de la République Valéry GISCARD D’ESTAING dont un de ses ouvrages, « Deux Français sur trois », était une invitation ouverte à rejoindre le Centre, il n’y a qu’un pas !

Soutiens de Maud NAVARRE – cette dernière s’est faite plutôt discrète durant le processus des législatives -, Farah ZIANI et Daniel DELVERT partagent le plus souvent des opinions identiques. Entre les deux tours de scrutin, ils ont appelé à voter blanc. En leur âme et conscience. Ils s’en expliquent et ne le regrettent pas…

« Les électeurs en 2022 sont des citoyens avec des opinions toutes personnelles et depuis des années, très motivées. Il n’est pas certain qu’il faille essayer de diriger leurs votes avec des consignes particulières. Il est même possible d’observer qu’à trop vouloir essayer de leur indiquer ce qui serait « le bon choix », on peut provoquer des réactions inverses… ».

Leurs positions, elles ont été connues de tous, à force de moult messages relayés via les réseaux sociaux. « D’ailleurs, rétorquent-ils en chœur, nous n’avons pas été les seuls ! ».

 

Les votes blancs sur l’Yonne : une analyse pertinente…

 

Il est vrai que la première circonscription de l’Yonne, pour le second tour, donne 9,76 % de votes blancs auxquels il convient d’y ajouter 2,78 % de votes nuls. Si l’on complète ces chiffres, il apparaît qu’au niveau national, les votes blancs s’établissent à 5,6 % et les nuls à 2 % au soir du 19 juin. Lors du premier tour de cette joute électorale guère enthousiasmante, sur la première circonscription icaunaise, les votes blancs représentaient 1,45 % des suffrages quant aux votes nuls, ils s’élevaient à 0,52 %.

Conséquence : les taux de votes blancs et nuls de la première circonscription sont bien supérieurs à ceux des deux autres circonscriptions de l’Yonne qui sont respectivement de 6,51 % (la deuxième) et de 5,87 % (la troisième).

 

 

Mais, in fine, à quoi servent ces chiffres ?

 

« A bien comprendre en le démontrant que la première circonscription a voté davantage blanc car les candidats ne faisaient pas recette de manière unanime, expliquent les deux interlocuteurs du jour. Ici, on parle des candidats, de leur profil, pas des partis politiques sous lesquels ils se présentaient. Ni Daniel GRENON, ni Florence LOURY, voilà le sens exact de ces votes blancs ! Et relisez nos prises de positions, vous pourrez vérifier que cela a été en grande partie la motivation de notre décision… ».

Conclusion évidente pour le tandem centriste de droite : « Peut-être que nos publications, nos déclarations faites auprès de nos réseaux relationnels ont eu un certain poids dans la balance le jour J. Certains de la justesse de notre position avant comme après les votes, si nous avons été des influenceurs, alors nous en sommes ravis ! Nous vous rappelons que notre engagement politique au Centre Droit existe pour créer des tendances… ».

Toutefois, à la sortie des courses, et au terme de ce scrutin engendrant son lot de  suspense, Florence LOURY sera battue de plusieurs centaines de voix face au représentant du Rassemblement National, l’imprévisible Daniel GRENON. Fustigeant les « irresponsables » qui ont appelé au vote blanc, brisant ainsi le front républicain, la candidate de la NUPES aura piqué une froide colère sur le parvis de la préfecture, soutenue par ses partisans défaits. Un résultat final qui satisfait pour autant Farah ZIANI et Daniel DELVERT ?

 

« Notre vote blanc : ce n’est pas le rejet de partis, mais bel et bien des candidats »…

 

« Faut-il vous rappeler, soulignent ensemble les deux interviewés, que pour les présidentielles, celles de 2017 comme celles de 2022, nous nous sommes clairement opposés à la candidate RN, Marine LE PEN ? Donc, ce vote blanc sur la première circonscription est davantage qu’un simple rejet de partis politiques, ni RN, ni NUPES, mais bel et bien, un refus de donner sa voix à Daniel GRENON ou à Florence LOURY. Ne pas voter Daniel GRENON, c’est clair : c’est à cause de son appartenance au RN et pour l’extrême faiblesse de sa campagne. Ne pas voter pour Florence LOURY correspond à ses positions successives prises avec son binôme habituel qu’elle forme avec Denis ROYCOURT. Tous les deux se présentent partout et à chaque élection : aux municipales à Auxerre, puis aux départementales, puis aux sénatoriales et maintenant aux législatives !

Nous avons donc le droit de douter de leurs convictions, de leur intérêt à l’élection où ils se présentent comme candidats. Nous pensons plutôt qu’il s’agit d’une tactique pour se faire connaître et collecter ainsi des voix en vue des prochaines municipales où ils chercheront probablement à diriger une liste. Encore en duo ? Dans quel ordre cette fois ? On recommence mais inversera-t-on l’ordre à la fin ? ».

On sent que les acrimonies sont nombreuses envers le duo d’Auxerre Ecologie Solidarités. Des reproches qui sont liés à « l’activisme presqu’obsessif à vouloir attaquer le maire d’Auxerre en organisant des concerts de casseroles, en introduisant des micros et de la sonorisation pour troubler les séances du Conseil municipal, voire de crier à la démission de l’édile dès que possible…».

« Les électeurs ne sont pas aveugles, expliquent Farah ZIANI et Daniel DELVERT, le duo LOURY/ROYCOURT, battu aux municipales, s’entraîne inlassablement en appliquant à la lettre la devise de Pierre de Coubertin pour les Jeux Olympiques, à savoir que le « plus important n’est pas de gagner mais de participer ». Ils oublient sans doute que la démocratie et le vote ne sont pas de ce registre-là ! ».

Cette réponse du berger à la bergère après les sous-entendus de la candidate écologiste qui ne cautionnait pas celles et ceux qui avaient appelé à voter blanc – en substance contre elle et le front républicain – augure de sacrées passes d’armes pour les futures municipales qui s’amorcent d’ici quatre ans du côté de l’opposition au maire sortant !

Il sera très difficile, pour ainsi dire improbable, de pouvoir recoller les morceaux entre les diverses composantes de l’opposition et de présenter une liste unie pour s’attaquer au bilan de Crescent MARAULT…

 

Thierry BRET

 

 

 

Articles

Bannière droite accueil