La stratégie "politicienne" de l’opposition l’indiffère : Arminda GUIBLAIN se concentre sur son plan de mandat

« Surprise par les « pinailleries » de ses adversaires, la première élue de Monéteau Arminda GUIBLAIN ne veut pas perdre de temps avec les crises existentielles et politiciennes de l’opposition. Mener son plan de mandat à bon port jusqu’en 2026 est son principal objectif… ». « Surprise par les « pinailleries » de ses adversaires, la première élue de Monéteau Arminda GUIBLAIN ne veut pas perdre de temps avec les crises existentielles et politiciennes de l’opposition. Mener son plan de mandat à bon port jusqu’en 2026 est son principal objectif… ». Crédit Photos : D.R.

Une seule idée lui taraude l’esprit à la première des élues. Mener à bien son plan de mandat. Plutôt ambitieux, il est déclinable dans l’intérêt de la commune et de sa population jusqu’en 2026. Alors les querelles futiles sur les états d’âme de l’opposition ne la perturbent guère. « Il y a des choses plus graves dans l’existence ! Je n’ai pas de temps à perdre en pinaillant sur ces dérives politiciennes… ». La réponse de la bergère au berger, d’une rare limpidité !    

 

MONETEAU : Une fois l’effet de surprise passé, la première des élues de la commune cherche toujours à comprendre la symbolique du message, adressé  par son opposition lors du conseil municipal de novembre.

Pour mémoire, les six représentants de la minorité s’étaient abstenus de suivre la séance en quittant derechef les lieux quelques minutes après l’ouverture des travaux. Un problème de sémantique inhérent au terme « municipalité » dont nous avions relaté longuement les faits dans ces colonnes.

Or, à ce jour, Arminda GUIBLAIN le confère humblement : elle n’a toujours pas compris la signification exacte de ce geste de mauvaise humeur, à ses yeux qualifié de « futile ».

D’autant qu’elle affirme pratiquer la règle de la totale transparence depuis qu’elle a succédé au poste de maire, occupé jusqu’alors par Robert BIDEAU.

Alors, la volte-face soudaine des élus de l’opposition la désole. Au nom de la démocratie et surtout de la mauvaise image que cet acte de pure politique politicienne renvoie vers les citoyens. Qui n’ont certes pas besoin de cela en cette période conjoncturelle si délicate, entre le rebond de la COVID et la hausse galopante des prix !

« Je m’interroge sur les positions tenues dès ma prise de fonction d’élue municipale par Patrick PICARD, leader de l’opposition. A l’époque, ce dernier clamait à qui voulait l’entendre que son action s’inscrirait dans l’opposition constructive. Or, aujourd’hui, force est de constater que j’attends toujours des actes… ».

 

"Rendre visite aux plus mal lotis qui ont des raisons de se plaindre"…

 

La conseillère départementale de l’Yonne qui forme un duo représentatif avec Magloire SIOPATHIS regarde droit devant elle. Balayant du revers de la main, les allégations de ses contradicteurs.   

« Je pense sincèrement que Patrick PICARD (il se présentait face à elle lors des dernières cantonales) n’a toujours pas digéré sa défaite, ajoute-t-elle, je comprends parfaitement que cela soit difficile à admettre et que cela puisse l’affecter mais il y a des choses nettement plus graves dans l’existence qu’une simple défaite électorale… ».

 

 

Une flèche décochée par l’édile qui commence à être excédée par ces « chicayas » stériles permanentes. Et de poursuivre sur la même veine : « Je ne comprends pas la mauvaise foi et la méchanceté, je n’ai pas de temps à accorder à ces vaines polémiques… ».

Et de conclure, « j’invite l’opposition à aller rendre visite aux plus mal lotis de notre société ! Eux, ils ont des raisons de se plaindre ! ».

 

 

Une boutade autour d’un livre destiné aux scolaires…

 

D’autant que selon elle, les élus de l’opposition ne se précipiteraient pas en ordre de bataille pour honorer de leur présence les travaux proposés lors des commissions. « Ils n’y assistent jamais, résume en une phrase lapidaire Madame le maire.

Arminda GUIBLAIN regarde la ligne bleue de l’horizon des Vosges ; c’est-à-dire la réalisation de son plan de mandat qui s’articule autour de plusieurs gros chantiers, expliquant une enveloppe budgétaire de plus de 16 millions d’euros.

La construction d’un nouveau groupe scolaire, assorti de son espace de restauration et une salle ouverte aux activités, justifient l’emploi d’une telle somme.

Puis, concluant sur une boutade, le maire de Monéteau rappelle qu’un ouvrage destiné à la sensibilisation des élèves des classes de CM2 sur le rôle et le fonctionnement de la commune a été distribué gracieusement à la rentrée.

Le livre, « A la découverte de la commune », évoque au fil des pages ce qu’est une municipalité, un conseil municipal, son mode opératoire et ses délibérations.  

« Les enfants âgés de 11 ans comprennent parfaitement de quoi il s’agit au terme de leur lecture… ». Le cadeau de Noël idéal à offrir aux élus de l’opposition ?

 

Thierry BRET

 

 

Articles

Bannière droite accueil