Environnement : le Rassemblement national dit stop à « l’idéologie hors sol » des écologistes

« Favoriser les circuits courts en privilégiant le localisme plutôt que le mondialisme est l’un des axes de réflexion porté par le leader du Rassemblement national de Bourgogne Franche-Comté Julien ODOUL. Ce dernier fustige le catastrophisme sans égard, à la limite de la caricature des écologistes de la Région… ». « Favoriser les circuits courts en privilégiant le localisme plutôt que le mondialisme est l’un des axes de réflexion porté par le leader du Rassemblement national de Bourgogne Franche-Comté Julien ODOUL. Ce dernier fustige le catastrophisme sans égard, à la limite de la caricature des écologistes de la Région… ». Crédit Photo : D.R.

Les habitants de la région Bourgogne Franche-Comté n’ont quasiment pas de responsabilités dans les dérèglements climatiques qui nous affectent à l’heure actuelle. D’autant que notre contrée émet moins que les trois principaux sites sidérurgiques de l’Hexagone. Conspuant le catastrophisme alarmiste des écologistes, le président du groupe RN de Bourgogne Franche-Comté, Julien ODOUL, livre ses impressions dans cette tribune…

 

DIJON (Côte d’Or) : « Lors de l’Assemblée plénière du 17 décembre, les écologistes de la majorité au Conseil régional de Bourgogne Franche-Comté ont mis sur la table une « déclaration d’urgence climatique ».

En faisant preuve d’un catastrophisme sans égard, ces derniers préfèrent adopter les postures et les caricatures grossières, alors que le sujet de l’écologie suppose un débat raisonné et éloigné de toute forme de communication partisane et idéologique.

En effet, il est utile de rappeler que les habitants de la région Bourgogne Franche-Comté n’ont quasiment aucune responsabilité dans les dérèglements climatiques.

Dans sa note de synthèse du mois de novembre dernier, la collectivité régionale a mis en avant le fait que l’ensemble des activités sur son territoire avait généré de l’ordre de 22 millions de tonnes équivalent CO2 de gaz à effet de serre en 2018, tandis qu’à l’échelle mondiale, cela représentait 36 milliards de tonnes, soit 0,06 % des émissions au niveau global.

 

 

Changer le modèle économique, du mondialisme au localisme…

 

Plus concrètement, la Bourgogne Franche-Comté émet moins que les trois plus gros sites sidérurgiques français (c’est-à-dire les usines de SOLLAC Atlantique à Dunkerque, d’ARCELORMITTAL Méditerranée à Fos-sur-Mer et de SOLLAC Lorraine à Florange), qui ont conjointement rejeté 21,7 millions de tonnes équivalents CO2, ou moins encore que la seule centrale à charbon de Bełchatów en Pologne.

A rebours des déclarations hors-sol, les élus régionaux du Rassemblement National préfèrent opter pour une démarche responsable et enracinée dans le réel en souhaitant élaborer une action publique concrète et de bon sens.

La pollution « française » étant principalement liée aux importations et non à la consommation intérieure, c’est donc notre modèle économique qu’il faut changer en passant du mondialisme au localisme.

En d’autres termes, il serait beaucoup plus utile de généraliser le développement des circuits-courts sur l’ensemble du territoire régional afin de mieux manger tout en réduisant l’empreinte carbone de notre région. De même, l’implantation de 1 800 éoliennes à l’horizon 2050 torpille les ambitions vertes et vertueuses des écolos de salon car cela nécessitera d’arrimer cette fausse énergie renouvelable à des centrales à gaz ou à charbon ».

 

Julien ODOUL

 

Articles

Bannière droite accueil