Le Sénat par le petit bout de la lorgnette en compagnie de Dominique VERIEN…

« Travaillant sept jour sept mais s’octroyant encore du temps libre pour sa famille, la sénatrice de l’Yonne Dominique VERIEN explique lors d’un entretien les dessous de sa mission de parlementaire tant à Paris que dans son territoire de prédilection… ». « Travaillant sept jour sept mais s’octroyant encore du temps libre pour sa famille, la sénatrice de l’Yonne Dominique VERIEN explique lors d’un entretien les dessous de sa mission de parlementaire tant à Paris que dans son territoire de prédilection… ». Crédit photos : Thierry BRET.

Personnellement, j’avais appris lors de mes études, comment on vote une loi, et le rôle des sénateurs, des députés au Parlement. On entend souvent parler d’eux. Mais, moi ma question, c’était plutôt : « et leur quotidien, comment se passe-t-il ? ». Curieuse de nature, j’ai voulu en savoir davantage sur la vie d’un sénateur. Elue de l’Yonne, Dominique VERIEN, l’une des deux sénatrices de notre territoire, a accepté de répondre à mes questions.

INTERVIEW : Comment se déroule une semaine ordinaire d’une sénatrice ?

Elle se divise en deux parties : du vendredi au lundi dans l’Yonne et le reste du temps à Paris.

Et justement, comment se déroulent les trois journées parisiennes ?

Un sénateur va à la fois voter, contrôler et réfléchir. C’est pourquoi ces trois jours à Paris sont très intenses. Dès le mardi matin, à partir de 8h30, les 318 sénateurs participent à une réunion du groupe politique. Le mien en comprend cinquante-deux. Ce premier rendez-vous matinal permet de faire le bilan ; de poser les questions sur les différents projets de loi (textes proposés par le gouvernement) et des propositions de loi (textes proposés par les parlementaires). Ce qui représente une cinquantaine de textes adoptés sur les quatre-vingt-six proposés par an.

Ces textes sont ensuite examinés dans l’une des sept commissions en fonction du sujet abordé. Je fais partie de la commission « culture et éducation ». Ces réunions ont lieu le mercredi matin. Pour faire simple, un texte est proposé dans une commission dans laquelle on nomme un rapporteur. Ce dernier a environ un mois pour l’étudier à fond, faire des auditions, seul ou avec d’autres sénateurs qui s’intéressent également au sujet, etc…

Ce texte est ensuite représenté à la commission avec des suggestions de modifications : il sera exposé aux sénateurs dans l’hémicycle qui est un lieu de débat pour proposer des amendements à ces projets ou propositions de lois. En général, un sénateur va dans l’hémicycle pour défendre un sujet qu’il connait bien et va représenter sa commission.

Ces débats peuvent parfois durer jusqu’à 1h30 du matin. Quand les sénateurs ne vont pas dans l’hémicycle, ils travaillent sur d’autres sujets.

Ces journées semblent trépidantes…

Oui, elles s’enchainent selon les semaines avec des rendez-vous, déjeuners, des auditions. Les sénateurs ont aussi un rôle de contrôle qu’ils peuvent aborder de plusieurs manières : par des questions d’actualité au gouvernement orales (467 par an) ou écrites (5 405 par an). Mais, aussi par des commissions d’enquête afin de recueillir des éléments d’information précis et il est possible d’auditionner des ministres, des élus, des personnalités publiques… Pour faire le point sur les réformes en cours ou celles déjà votées et par des missions communes d’information avec des recherches approfondies sur plusieurs mois avec des rapports. Elles s’effectuent par le biais des commissions ou délégations.

 

 

Les délégations sont au nombre de cinq, vous êtes membre de la délégation aux Droits des Femmes. De quoi s’agit-il ?

J’ai participé activement au projet de loi renforçant la lutte contre les violences sexuelles et sexistes ainsi qu’au rapport spécifique des violences sexuelles sur mineur. Pour ce type de projet, je peux me déplacer dans toute la France comme pour ce dernier sujet au centre pénitentiaire de Joux-la-ville ou au rectorat de Lyon entre autres. L’idée est d’aller à la rencontre de personnes pouvant témoigner sur le sujet.

Quel est votre rôle dans l’Yonne ?

Dans le département, j’ai un rôle d’information, de facilitation et d’accompagnement. J’ai créé un guide regroupant les différentes aides à l’attention des communes pour qu’elles puissent les accompagner dans leur recherche de subvention. Les financements possibles, sur les différentes lois votées qui concernent l’administration et les élus intègrent aussi mes thèmes de discussion localement.

Facilitatrice, j’ai pour mission de mettre en contact les bons interlocuteurs et d’intervenir auprès des services de l’Etat afin d’appuyer les demandes faites par les communes qui peuvent être rejetées.

Je vais à la rencontre des acteurs du département : élus locaux, préfets, conseillers départementaux pour évoquer avec eux de sujets locaux comme par exemple l’organisation de six réunions vis-à-vis des élus pour échanger dans une optique « pratico-pratique » sur le projet de la loi sur l’engagement et la proximité.

Généralement, je suis de retour dans l’Yonne, le jeudi soir, vendredi samedi et lundi. C’est souvent l’occasion de continuer les rendez-vous avec les élus locaux, préfets, ou services de l’Etat ou toute personne pouvant me solliciter.  C’est également la rencontre avec les Icaunais(es) lors des différentes manifestations vécues sur le territoire : foire, inauguration, vernissage, mais aussi des visites dans des lycées, les échanges de vœux, les célébrations…

Travaillez-vous avec une assistance ?

Oui, deux attachés parlementaires m’aident à gérer mon quotidien bien chargé. L’un est à Paris, l’autre basé dans l’Yonne.

On peut suivre l’actualité de Dominique VERIEN en retrouvant son blog sur son site https://www.verien.fr/ , sur Twitter et sur Facebook.

Propos recueillis par Maryline GANDON

 

 

Articles

Bannière droite accueil