Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
gan.jpg
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png

Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
gan.jpg
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png

ADRIEN MARCO TRIO : un air de « primavera » souffle depuis le sud de l’Italie…

 « Loin de ses bases arrière, le groupe de l’Yonne ADRIEN MARCO TRIO débute dès ce mardi 24 avril et ce jusqu’au 21 mai sa première tournée au sud de l’Italie, pays cher dans le cœur du prodige guitariste, Adrien MARCO. Une étape supplémentaire pour l’évolution du groupe qui se doit de vivre son apprentissage européen au contact des amateurs de jazz mais également des mélomanes toute génération confondue... ». « Loin de ses bases arrière, le groupe de l’Yonne ADRIEN MARCO TRIO débute dès ce mardi 24 avril et ce jusqu’au 21 mai sa première tournée au sud de l’Italie, pays cher dans le cœur du prodige guitariste, Adrien MARCO. Une étape supplémentaire pour l’évolution du groupe qui se doit de vivre son apprentissage européen au contact des amateurs de jazz mais également des mélomanes toute génération confondue... ». Crédits Photos : Thierry BRET, Julie VICART et Lise RITTER.

Chantre de la scène musicale régionale à la typicité identitaire empruntée aux virtuoses du jazz manouche et aux performances scéniques hyper léchées, le groupe originaire de l’Yonne entame une série d’une vingtaine de récitals au sud de la péninsule italienne dès mardi. Naples, Lecce, Salerne mais aussi Taormina, haut lieu du tourisme et célèbre carte postale à la référence sicilienne, accueilleront cette première tournée printanière vécue au sud de la botte transalpine. Une série de concerts ambitieux qui permettent au groupe de s’accorder une parenthèse à l’international avant de se plonger totalement dans les festivals de l’été…

AUXERRE : La formation Icaunaise aura le loisir de découvrir le chaud public italien, grand amateur de jazz et de bel canto, lors de cette tournée qui lui permettra de sillonner le grand sud de la péninsule et son île emblématique, aux parfums emplis de mystère, la Sicile.

Taormina où se posera le groupe sur plusieurs dates n’est-elle pas cette cité céleste où tant de touristes du monde entier aime flâner en humant les senteurs de la kyrielle d’arbres et de fleurs, qui parsèment ce paysage nourri par les dieux ?

Déjà une double expérience en Allemagne…

Eprouveront-ils le besoin de se balader sur les rivages de la Méditerranée pour se ressourcer avant chaque session, en tout cas, les musiciens de la formation, Adrien MARCO (guitare solo), Adrien RIBAT (guitare rythmique) et Maxime IVACHTCHENKO (contrebassiste) ne pouvaient espérer mieux en matière d’ambiance et de climat pour faire connaissance avec ces fervents spectateurs transalpins, avides de nouvelles sensations musicales. Palerme n’est pas si éloignée de leur itinéraire et possède un festival de jazz international qui a su largement dépasser les frontières siciliennes depuis des lustres.

Le trio ne vivra d’ailleurs pas sa première expérience à l’étranger. Déjà en 2016, dans le cadre du festival international de jazz de Worms, ville allemande jumelle d’Auxerre, les musiciens avaient pu paraître à l’affiche de ce rendez-vous apprécié Outre-Rhin. L’an passé, cette préférence pour les immersions en territoire germanique avait abouti à une autre série de récitals déclinés, cette fois-ci, à Mayence.

Cette fois-ci, ayant opté pour les expériences aux effluves méridionales et un public sans aucun doute plus réceptif à faire connaître ses émotions, ce côté latin que bon nombre de groupes aiment aborder sur scène, le combo profitera de cette vingtaine de dates pour donner le coup d’envoi aux nombreuses manifestations estivales qui pointent déjà le bout de leur nez.

Que le public bourguignon se rassure, le groupe sera bien de la partie pour l’antépénultième édition de Garçon la Note sur l’Auxerrois cet été, un rendez-vous que nous souhaiteraient manquer sous aucun prétexte ces instrumentistes de talent et à la finesse musicale.

De larges extraits de leurs deux premiers albums…

On peut supposer que le set proposé au public italien sera articulé autour des principaux extraits des deux albums que la formation a déjà enregistrée. Si « Clins d’œil », publié en 2013, possédait toutes les caractéristiques brillantes de l’hommage sans retenu au père du jazz manouche, Django REINHARDT, le second opus, paru trois années plus tard, incite comme son appellation l’indique aux « Voyages ». Intérieur, exotiques, musicaux, poétiques, et jubilatoires tant la maestria des trois compères a pris une dimension esthétique de toute beauté.

Le groupe n’hésitant pas à explorer d’autres univers que les siens : le bel canto à l’italienne (sans doute la source d’inspiration de ce futur séjour dans la Botte), le rock’n’roll des vrais puristes des années cinquante avec un morceau emprunté au répertoire de Buddy HOLLY, et encore plus surprenant une flamboyante reprise d’un standard de la soul, le sirupeux « Chérish » qui propulsa à la fin des Seventies KOOL and the GANG vers les sommets. On notera aussi pour les aficionados du détail et de la précision l’excellent « Robe Noire », composé par le groupe.

Mais avant de les retrouver en studio pour un nouvel opus et de les apprécier sur les scènes françaises de cette période estivale, ADRIEN MARCO TRIO se devait de bonifier son appréciable talent en terre inconnue. Cette tournée Sud-italienne devrait en appeler d’autres pour ces prodiges de la nouvelle génération musicale française…

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Bannière droite accueil