A 24 heures du sommet : l’incroyable défi de Yann JONDOT et Arnaud CHASSERY sur les pentes du Kilimandjaro !

« Les neiges du Kilimandjaro ne seront plus un mythe pour l’élu breton Yann JONDOT et le sportif de l’extrême Arnaud CHASSERY embarqués ensemble dans une folle aventure à la cause des personnes à mobilité réduite… ». « Les neiges du Kilimandjaro ne seront plus un mythe pour l’élu breton Yann JONDOT et le sportif de l’extrême Arnaud CHASSERY embarqués ensemble dans une folle aventure à la cause des personnes à mobilité réduite… ». Crédit : Bruno BLANZAT (France Bleu Auxerre)

L’un est paraplégique et a accumulé de nombreuses heures d’entraînement afin de mieux évacuer son stress le moment venu. L’autre n’a de cesse de multiplier les exploits aux quatre coins de la planète, se surpassant à chaque challenge pour atteindre ses objectifs. Les deux forment un tandem de sportifs de l’extrême inattendu, prêts à se surpasser pour relever des paris que les plus audacieux n’oseraient tenter. Ils espèrent gravir le point culminant de l’Afrique ce mardi 24 octobre après cinq jours de tension absolue…et fort dans leur tête d’une aventure humaine inimaginable…

 

TANZANIE : Escalader en fauteuil roulant l’un des légendaires sommets de la planète ne ressemble pas à une sinécure pour l’élu breton, Yann JONDOT. Bien au contraire, ce courageux sportif, paraplégique depuis l’âge de ses 22 ans, se réjouit à l’idée de vaincre l’adversité et devenir un exemple pour des milliers de personnes vivant les mêmes difficultés que lui en matière d’accessibilité à la suite d’un handicap.

C’est précisément pour défendre les intérêts de ces personnes, dites à mobilité réduite, et qui attendent toujours les concrétisations vertueuses de la loi de 2015 (l’ouverture à l’accessibilité pour tous dans les lieux publics plus que jamais malmenés aujourd’hui) que Yann JONDOT a choisi de délaisser le temps d’une escapade insolite son mandat d’élu de la nation afin de faire preuve d’exemplarité.

En bon breton qu’il se doit, le maire de Langoëlan (Morbihan) a alors opté pour un pari fou : faire l’ascension du Kilimandjaro, mythique montagne de 5 895 mètres, dont les versants encore enneigés se partagent entre le Kenya et la Tanzanie. 

Le soutien d’Arnaud CHASSERY et d’Isabelle CHEMIN, sportifs accomplis…

Muni d’une « joëlette » pour ses déplacements à flanc de montagne, l’élu breton ne s’est pas lancé dans ce périple à risque sans prendre un minimum de précautions, et surtout de précieux renseignements. S’informant auprès de la population tanzanienne sur le « caractère spécifique » que pouvait lui réserver la plus haute montagne africaine, Yann a bénéficié de renseignements importants fournis par Déo, premier sportif paraplégique local à avoir rallié le sommet dès 2013.

Nonobstant ses craintes, il a également sollicité l’aide de deux sportifs à la notoriété reconnue dans le sérail de l’impossible : Isabelle CHEMIN, une habituée de la Tanzanie qui accompagne avec constante régularité des sportifs handicapés dans leurs exploits montagnards. Son association, « chemindesens », créée à Grasse où réside la jeune femme, lui sert de relais pour la déclinaison de ces actes héroïques mûrement réfléchis.

Deuxième atout de poids pour le Breton : la présence à ses côtés de l’Icaunais, Arnaud CHASSERY, habitué des défis improbables comme la traversée à la nage de la Manche à maintes reprises ou du détroit de Gibraltar, séparant l’Europe de l’Afrique. Un rendez-vous capital pour le jeune homme de Chamvres qui avait ensuite poussé le bouchon plus loin encore, aux côtés de son ami, Philippe CROIZON, en reliant les cinq continents par la voie maritime et en conditions délicates…

A 1 595 mètres du toit de l’Afrique !

Profitant de ces deux partenaires ultra qualitatifs et de son équipe d’accompagnateurs dévouée à cette noble cause, Yann JONDOT est arrivé dimanche 22 octobre au soir à 4 000 mètres d'altitude du sommet. Il sera temps ensuite de s’acclimater aux conditions ambiantes et d’éviter à tout prix le mal aigu des montagnes, impitoyable ennemi de l'alpiniste. Ce lundi 23 octobre : le deuxième camp de base se fera à 4 700 mètres d'altitude. Avant de basculer dès le lendemain vers le Nirvana en tutoyant les étoiles et toucher, peut-être, les éternelles neiges du Kilimandjaro, glorifiées autrefois par le chanteur Pascal DANEL…

Articles

Bannière droite accueil