Le label d’Or de la FFF émeut la capitaine de l’entente AJA/Stade Auxerrois : Binta DIAKITE rayonne de bonheur

« Footballeuse internationale ivoirienne, Binta DIAKITE évolue au poste de milieu de terrain au sein de l’équipe féminine fruit de l’entente entre le Stade Auxerrois et l’AJ Auxerre qui s’est vue décerner le « Label Or » de la FFF. Elle en est la capitaine. Ce label est synonyme de grande fierté…». « Footballeuse internationale ivoirienne, Binta DIAKITE évolue au poste de milieu de terrain au sein de l’équipe féminine fruit de l’entente entre le Stade Auxerrois et l’AJ Auxerre qui s’est vue décerner le « Label Or » de la FFF. Elle en est la capitaine. Ce label est synonyme de grande fierté…». Crédit Photo : Merouan MOKADDEM.

Le cadre enchanteur de l’abbaye Saint-Germain a accueilli la cérémonie de remise du « Label Or école de football féminine ». Une première vécue dans le département de l'Yonne ! La Fédération Française de Football a décerné cette haute marque de mérite à l’entente Stade Auxerrois/AJ Auxerre afin de récompenser la pertinence d'un travail de partenariat de grande qualité. Il est le fruit d’une coopération existante depuis quatre ans entre ces deux clubs pour l’essor des équipes féminines.

 

AUXERRE : Le label Or a été remis par le président du District de football Bourgogne Franche-Comté Christophe CAILLIET aux responsables de l'AJA et du Stade Auxerrois. Il salue les efforts accomplis dans les domaines éducatifs, sportifs, associatifs et de l'encadrement.

Une  cérémonie suivie par le président-maire de l’Agglomération de l’Auxerrois Crescent MARAULT, le député Guillaume LARRIVE, ainsi que du vice-président du Conseil départemental Christophe BONNEFOND.

Si ce précieux label rayonne dès à présent au sein de cette association marquant le rapprochement entre ces deux clubs phares du sport auxerrois, il cristallise et fait briller la joie intense de l’internationale ivoirienne, la jeune capitaine de l'équipe régionale R1, Binta DIAKITE.

Née le 07 mai 1988, cette dernière évolue au poste de milieu de terrain. Elle a participé avec l'équipe de Côte d'Ivoire à la Coupe du monde féminine 2015.

Son parcours dans le cadre des compétitions officielles nationales et internationales est le suivant : de 2003 à 2012, elle évolue au sein du club de Juventus Yopougon, puis durant deux années à l’Alliance Niamakoro de Bamako, avant un passage entre 2015 et 2018 au ASF Medenine et pour la saison 2018-2019 en Biélorussie au FK Minsk. Elle a rejoint l’Yonne en 2019.

 

« Cette distinction me touche vraiment… »…

 

Comment avez-vous ressentie cette remise de distinction en ce lieu qui fut, rappelons-le, la première grande université européenne de prestige à l'époque carolingienne et au Moyen-Age ?

 

Je suis vraiment très contente de l'organisation d'un événement comme celui-ci. C'est incroyable pour nous d’être mise en avant. Pour montrer tous les efforts que nous avons dus accomplir pour en arriver à ce stade de reconnaissance absolue.  En tant que joueuse féminine, ça me touche vraiment. Je n’ai pas les mots tellement je suis émue ! Je suis très contente !

 

Pouvez-vous nous expliquer les différentes catégories qui composent le football féminin ?

 

Les catégories commencent par les U6, U11, U15 et U18. Puis, il y a la R1 et la R2 pour ce qui concerne les équipes régionales. Ensuite, c’est l’élite avec la D1 et la D2. Division à laquelle on aspire d’ici quelques années.

Actuellement, dans notre poule, nous sommes placés à la quatrième position. Le groupe se compose de douze équipes. Ces dernières sont très diversifiées au plan géographique en région Bourgogne Franche-Comté. Cela va de Dijon à Vesoul, à Lons-le-Saunier, dans  le département du Jura, pour n’en citer que quelques-unes…

 

Comment se déroule l'organisation des entraînements ?

 

On se retrouve pratiquement toute la semaine. Après le match qui a lieu le dimanche, nous avons des séances de balnéothérapie en début de semaine. La balnéothérapie se déroule au cœur de l'infrastructure sportive de l'AJA.

Maintenant, nous n'avons plus d'entraînement le mardi. Ce jour est consacré désormais au repos des joueuses. Le mercredi et le jeudi, on pratique des séances matins et soirs. C’est le même programme le vendredi.

 

Propos recueillis par Merouan MOKADDEM

 

Articles

Bannière droite accueil