La botte secrète de Jean-Marc FURLAN pour dynamiser l’équipe de l’AJ Auxerre : son positivisme !

« Face à l’AS Nancy-Lorraine qui a enchaîné ses treize dernières rencontres sans concéder la moindre défaite, l’AJ Auxerre devra puiser au plus profond de son mental pour préserver l’essentiel : la victoire. Pour mobiliser ses troupes, le coach Jean-Marc FURLAN n’attend qu’une seule attitude de la part de ses joueurs : être positif… ». « Face à l’AS Nancy-Lorraine qui a enchaîné ses treize dernières rencontres sans concéder la moindre défaite, l’AJ Auxerre devra puiser au plus profond de son mental pour préserver l’essentiel : la victoire. Pour mobiliser ses troupes, le coach Jean-Marc FURLAN n’attend qu’une seule attitude de la part de ses joueurs : être positif… ». Crédit photo : Thierry BRET.

La trêve des confiseurs, ô combien salvatrice pour le mental et les organismes des joueurs, se profile à la vitesse grand V. Il ne reste que l’ultime rendez-vous de ce vendredi soir, face à l’offensive équipe de l’AS Nancy-Lorraine, avant de raccrocher définitivement les crampons pour clore l’exercice 2019. Nonobstant, le coach auxerrois n’a qu’un unique objectif en tête : donner l’impulsion nécessaire à ses protégés pour qu’ils repartent sur de bonnes bases positives aux premiers jours de l’An neuf…

AUXERRE : Le credo de Jean-Marc FURLAN pourrait se résumer en un seul mot : le positivisme ! L’entraîneur du club bourguignon qui a su porter le Stade Brestois vers l’accessit suprême la saison dernière ne sombre jamais dans la fatalité.

A contrario de 61 % de nos compatriotes qui se complaisent parmi les limbes récurrentes du pessimisme, lui, le coach de l’AJ Auxerre possède l’âme et le cuir bien rodé d’un gagnant. Et ce n’est pas qu’une impression qu’il dégage à chaque rendez-vous introspectif et sans langue de bois qu’il accorde avec la presse, avant un match.

Ce côté positif des choses, le professionnel ne souhaite qu’une chose : c’est le transmettre, voire l’inculquer durablement auprès de ses troupes. Ces gamins qui ont tout à gagner de l’expérience de ce « sage » qui répète séance après séance que l’offensive est la règle d’or absolue dans l’art de la pratique footballistique.

 

« Nous sommes dans le dur, loin de nos ambitions… »

 

Alors que cette dernière rencontre face à un cador de la Ligue 2 (autrefois la Ligue 1 avec un pensionnaire de luxe qui se nommait Michel PLATINI parmi ses milieux de terrain) se déroule à domicile ne l’émeut pas plus qu’à l’ordinaire. Jean-Marc FURLAN désire terminer sur une bonne note qui doit impérativement se convertir en engrangeant les trois points précieux de la victoire.

S’il regarde dans le rétroviseur, c’est-à-dire la phase aller de ce championnat âpre et si difficile, l’ancien joueur de Bordeaux ne peut se satisfaire d’un tel état des lieux. L’AJA pointe à la quatorzième place, avec un débours de vingt points sur le leader, les Bretons du FC Lorient. Donc, pas de quoi pavoiser.

Le constat de ce personnage charismatique est lucide : « nous sommes dans le dur à l’heure actuelle, loin de nos ambitions…On rêve tous d’être plus haut dans le classement… ».

Néanmoins, le moral rejaillit vers le beau fixe. Le coach, et c’est essentiel, possède la confiance de la présidence (Francis GRAILLE), bénéficie d’une ambiance tonique et agréable dans le vestiaire. Ce qui est plutôt encourageant pour la suite des évènements.

Quant au travail fourni lors des séances d’entraînement, il est intense, afin de porter ses fruits sur une période de longue haleine : il ne pourra se répercuter qu’à l’issue de quelques semaines.

« Du moment que nous soyons au top entre les mois de mars et mai, et nous aurons sauvé notre saison… ».

 

Les matches retour : la même compétition avec des objectifs similaires…

 

Rappelant que le football est une discipline qui s’appréhende comme systémique plutôt qu’analytique, Jean-Marc FURLAN sait que les efforts devront être redoublés en vue de la seconde partie du championnat qui ne reprendra qu’aux premiers jours de janvier.

« Ce n’est pas une autre compétition qui démarre : c’est bien la même qui va se poursuivre avec nos forces et nos faiblesses. Nous travaillons toujours à la réussite du même projet commun, avec l’ensemble des acteurs qui composent ce club… ».

Le retour aux affaires sportives s’effectuera en douceur à l’abbé Deschamps. Dès le lundi 30 décembre. Deux rencontres amicales dont une face aux voisins d’Orléans remettront les joueurs dans le sens de la marche après les excès autorisés pendant Noël.

Très proche de ses sportifs, Jean-Marc FURLAN envisage l’avenir avec une relative sérénité. Même si à Auxerre, il aura vécu pour la première fois en l’espace de vingt-cinq ans de coaching quatre matches où l’équipe n’aura pu terminer à onze au coup de sifflet final sur le terrain !

« Il faut toujours faire face aux circonstances défavorables qui entravent le poids d’une rencontre, commente-t-il un brin philosophe, c’est cette imprévisibilité du jeu qui garantit le succès populaire du football… ».

A l’heure des grandes résolutions que chacun souhaite prendre au cours des douze prochains mois, le coach n’entrevoit qu’une seule alternative pour recréer une dynamique de vainqueur : conserver ce positivisme qu’il possède en lui pour mieux le distiller auprès de ses joueurs. Afin de les faire grandir et surtout de rehausser le niveau du groupe. C’est tout le bien que l’on peut lui souhaiter à l’aune de la nouvelle année…

 

 

 

Articles

Bannière droite accueil