Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-puissaye-forterre.png
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo13q-1.jpg
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg

Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-puissaye-forterre.png
logo13q-1.jpg
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg

Les institutionnels soutiennent les projets innovants des entreprises régionales avec 21 millions d’euros à la clé…

« Le président de la Chambre de Commerce et d’Industrie de l’Yonne Alain PEREZ (au centre) a invité lors d’une réunion d’information les entrepreneurs à découvrir le panel d’incitations financières à l’innovation déroulé par les institutionnels de Bourgogne Franche-Comté. Parmi ces possibilités attrayantes : le PIA 3, le programme d’investissement d’avenir, troisième génération, qui sous la forme de subvention ou d’avance récupérable à taux zéro, peut donner un sérieux coup de boutoir aux PME bénéficiaires… ». « Le président de la Chambre de Commerce et d’Industrie de l’Yonne Alain PEREZ (au centre) a invité lors d’une réunion d’information les entrepreneurs à découvrir le panel d’incitations financières à l’innovation déroulé par les institutionnels de Bourgogne Franche-Comté. Parmi ces possibilités attrayantes : le PIA 3, le programme d’investissement d’avenir, troisième génération, qui sous la forme de subvention ou d’avance récupérable à taux zéro, peut donner un sérieux coup de boutoir aux PME bénéficiaires… ». Crédit photo : Thierry BRET.

Le PIA (Programme d’investissement d’avenir), dispositif d’incitation entrepreneuriale à l’innovation, est mis en exergue en Bourgogne Franche-Comté par BPI France et la Caisse des Dépôts. Les contenus de la troisième mouture, applicable en 2018, viennent d’être dévoilés à une soixantaine de chefs d’entreprise réunis par la Chambre de Commerce et d’Industrie de l’Yonne à l’invitation de son président Alain PEREZ. Les dossiers de candidature peuvent d’ores et déjà être déposés…

AUXERRE : L’organisation administrative française ne doit en aucun cas pénaliser l’initiative à l’économie. En guise de préambule à ce rendez-vous explicatif concocté autour des dispositifs d’investissement, le président de la chambre consulaire de l’Yonne s’est montré plutôt déterminé dans ses propos liminaires.

Pour lui, le financement des entreprises représente un élément vital à la pérennité et à la croissance d’une activité économique. Et cet accompagnement intervient dès le montage financier à l’origine d’un projet jusqu’à sa propension à se développer grâce à de l’ingénierie et de l’innovation.

« C’est la mission principale de la Chambre de Commerce et d’Industrie, martelait-il avec insistance, le renfort de nos équipes dédiés au service industrie l’atteste incontestablement avec le travail effectué par son responsable, Olivier BOURDON, et ses six collaborateurs… ».

Les bienfaits attendus par le PIA dans l’environnement économique local…

Ce prologue aux échanges qui allaient suivre tombait à pic pour rappeler la dimension structurelle de la CCI vis-à-vis des porteurs de projet et de ceux qui les font croître. Si détecter les pépites à l’export intègre également le champ de compétences de l’organisme, l’innovation individuelle représente un autre socle incontournable mis en valeur avec la création des pépinières d’entreprise. Commentant la thématique du jour qui sera ensuite abordée par Pierre-Etienne GIRARDOT, chargé de mission économie et innovation auprès de la préfecture de région, Alain PEREZ salua ce troisième programme d’investissement d’avenir comme une très belle opportunité.

« Il s’agira de soutenir les initiatives de développement de ces entreprises régionales que nous encourageons à progresser grâce à des appels à projets. Ce sera un plus incontestable pour rattraper les retards existants vis-à-vis des PME allemandes et italiennes en matière d’export. Juste une indication pour mieux comprendre ces priorités : les sociétés d’Outre-Rhin sont trois fois plus présentes à l’international que les structures de l’Hexagone. Celles de l’Italie le sont deux fois plus ! ».

Enfin, l’ultime argument qui trouve grâce aux yeux du président de la CCI de l’Yonne avec cet apport bénéficiaire du PIA : l’adaptation de la qualification de la main d’œuvre. « Nos entreprises souffrent du manque de ressources qualifiées. Or, aujourd’hui, je suis sidéré de constater l’importance des écarts qui perdurent entre le niveau des offres et des demandes d’emploi vis-à-vis des cursus. Je crois qu’il est essentiel de reprendre le problème à l’origine et de faire en sorte que l’Education nationale oriente davantage les jeunes générations vers les filières de l’industrie, porteuses d’emploi. Une vraie révolution intellectuelle s’impose… ».

Redéfinissant pour conclure le rôle primordial joué par les pépinières qui facilitent l’environnement humain et logistique de toute nouvelle entreprise qui se crée, Alain PEREZ céda la parole à Pierre-Etienne GIRARDOT qui explicita les axes essentiels de ce fameux programme d’investissement.

Changement de paradigme avec un PIA moins élitiste et plus accessible…

Le nouvel outil instauré par l’Etat a subi une sérieuse cure de jouvence dans son approche applicative par rapport aux précédentes variantes. Le PIA, défini en 2017, représente dans sa globalité un montant de 700 millions d’euros pour abonder les projets de la Bourgogne Franche-Comté. Ceux-ci sont multiples et éclectiques. Accompagnement des universités, développement de la recherche, de la santé, pôle nucléaire ou transfèrement des nouvelles technologies en entreprise : ce programme d’aides financières via appels à projets devrait s’avérer salutaire à moyen terme pour redynamiser notre territoire.

Avec la validation de la loi NOTRe au 01er janvier 2016 qui a restreint les compétences économiques de certaines structures institutionnelles et la création de la nouvelle configuration sectorielle des régions françaises, le PIA s’est davantage ouvert aux PME. D’où la constitution de cette enveloppe de 21 millions d’euros à distribuer sur notre contrée. 

« Tout cela se veut très réactif, confirme Pierre-Etienne GIRARDOT, avec des délais raccourcis entre la date de dépôt du dossier et la validation de son acceptation, soit un delta temporel de trois mois ! ».

Charge à BPI France et à la Caisse des Dépôts en qualité d’opérateurs de suivre le processus d’accompagnement une fois que le dossier sera enclenché.

 

Trois items auxquels peuvent prétendre les PME de moins de 250 salariés et les ETI de manière dérogatoire…

Officialisée depuis le 17 janvier, avec l’ouverture d’un site Internet dédié, la campagne informative auprès des entreprises susceptibles d’être intéressées aboutit au dépôt en ligne d’un dossier de candidature qui respecte l’appel à projets (pia3regionalise.bourgognefranchecomte.fr). Le dispositif sera valable sur une période de trois ans.

Le premier de ces projets se rapporte à l’innovation individuelle qu’elle soit d’ordre technologique ou pas. « Cela peut englober le développement de nouveaux produits et les processus de conception, voire de la sous-traitance. Sont admissibles les projets d’entreprise compris entre 200 000 euros et le million d’euros. Les aides, elles, peuvent s’obtenir dans une fourchette qui oscille entre 100 000 à 500 000 euros ».

Explication du représentant de la préfecture de région : « dans ce type de dossier, on ne finance que 50 % du projet d’innovation de l’entreprise… ».

Le second volet de ce programme se rapporte aux filières. Dans ce cadre spécifique, il concerne des structures ayant choisi de travailler sur des concepts communs mutualisés et désireuses de partager des infrastructures et leur savoir-faire. L’objet de ces futurs investissements se situe entre 500 000 euros et quatre millions d’euros.

Quant au troisième et ultime item, il a pour vocation l’adaptation à la qualification de la main d’œuvre. Les aides potentielles pouvant être obtenues peuvent s’élever de 500 000 euros jusqu’à deux millions d’euros.

Sur un plan pragmatique, le comité de sélection où se retrouvent l’ensemble des partenaires adossés à ce concept (BPI France, Etat, Région, Caisse des Dépôts) se réunira de manière régulière afin de délivrer son verdict. Les aides étant distribuées sous la forme de subvention ou sous la forme d’avance récupérable à taux zéro.

Plus d’argent à délivrer que de projets déposés sur le territoire…

On l’aura compris, ce dispositif n’a d’autre vocation que d’inciter le maximum d’entreprises de la région à déposer des dossiers de candidature. Avec un bémol rédhibitoire, cependant : ces structures se doivent d’être en bonne santé financière.

Nonobstant, le PIA ne représente pas la seule mesure intéressante à laquelle peuvent prétendre à ce jour les PME de Bourgogne Franche-Comté. Le programme d’investissement d’avenir national 3, proposé selon les principes d’un concours à l’innovation, assure des montants supérieurs au million d’euros. Des projets à 5 millions d’euros peuvent obtenir également l’accréditation du comité de sélection. Seule ombre au tableau de ce modèle très vertueux : chaque année, la totalité des aides ne trouve pas de destinataires. Faute de dossiers de candidature ! Un paradoxe qui pourrait être évité…

Pour être tout à fait complet, Pierre-Alain TRUAN, délégué innovation de BPI France, devait conclure cette session en évoquant les aides annexes mais importantes qui existent dans ce paysage d’incitation à l’innovation : PRESTA INNO (8 000 euros octroyés pour 70 % du coût de la prestation), concept destiné aux entreprises de moins de 250 personnes qui n’ont pas bénéficié d’aides à l’innovation depuis deux ans ou encore le Fonds régional pour l’innovation (FRI) qui s’adresse aussi bien aux entreprises qu’aux structures associatives.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Dernière modification le mardi, 13 février 2018 10:15

Laissez un commentaire

Bannière droite accueil