Le confinement se surveille aussi en vision aérienne : un drone de la gendarmerie effectue des contrôles à Toucy…

« Mobilisation en cette matinée du 28 mars pour une quinzaine de gendarmes dans les rues de Toucy. S’ils entendent faire respecter la loi en conservant leur marque de fabrique (être une force humaine au service des Icaunais), les militaires placés sous le commandement du colonel de groupement de gendarmerie Rénald BOISMOREAU n’excluent pas de requérir à la vision aérienne par drone interposé dans leurs missions… ». « Mobilisation en cette matinée du 28 mars pour une quinzaine de gendarmes dans les rues de Toucy. S’ils entendent faire respecter la loi en conservant leur marque de fabrique (être une force humaine au service des Icaunais), les militaires placés sous le commandement du colonel de groupement de gendarmerie Rénald BOISMOREAU n’excluent pas de requérir à la vision aérienne par drone interposé dans leurs missions… ». Crédit photo : Gendarmerie de l’Yonne.

Les forces de la gendarmerie nationale ont déployé une quinzaine de leurs hommes en matinée de ce samedi 28 mars à Toucy pour y effectuer une opération de contrôle, appuyée par la vision aérienne. Un drone a survolé la ville de Puisaye afin de s’assurer du respect des mesures de confinement…

TOUCY : Ambiance feutrée dans les rues de la localité de Puisaye, ce samedi matin. Pas âme qui vive ou presque autour de la grande place et de ses rues adjacentes où, en temps normal, artisans et commerçants animent bruyamment le quartier en vendant leurs produits à l’occasion du traditionnel marché.

Comme chaque jour, depuis la proclamation officielle du président de la République le 17 mars dernier, les habitants de Toucy restent chez eux afin d’y respecter les mesures de confinement.

Pourtant, une poignée d’hommes, une quinzaine de représentants de la gendarmerie nationale, étaient déployés ce samedi dans le cœur de ville. Sous un joli soleil printanier, les militaires mobilisés sur le terrain veillaient à l’application des règles strictes de ce confinement nécessaire à la limitation de la propagation du coronavirus.

A l’instar de leurs autres collègues, plus de 150 hommes, qui évoluent tous les jours sur les routes, dans les villages et villes de notre département.

Commandant de groupement de la gendarmerie de l’Yonne, le colonel Rénald BOISMOREAU était lui aussi aux avant-postes de cette opération où fut utilisée pour la première fois dans l’Yonne la vision aérienne, à l’aide d’un drone. L’appareil permettait d’assurer le contrôle systématique des véhicules et passants à travers l’agglomération depuis les airs.

« Enfreindre la règle coûte 135 euros, rappelle l’officier de gendarmerie, or, si la plupart des habitants voient plutôt d’un bon œil ce type d’action, qui vise à protéger le collectif, ceux qui ne disposent pas d’attestation ou qui ne peuvent pas justifier de leur sortie apparaissent plutôt amers… ».

D’autant qu’avec l’amorce du retour d’un chaleureux soleil, la tentation pourrait être grande de baguenauder innocemment dans les rues agréables de la cité.

 

 

 

Mais, le colonel BOISMOREAU le précise : « l’objectif de notre présence est de rappeler que les règles de confinement s’appliquent tous les jours de la semaine, y compris (et peut-être même surtout) le week-end… ».

D’ailleurs, en cas d’actes récidivistes, la sanction serait alourdie, pouvant être portée à 1 500 euros et se transformer derechef en délit, en cas de nouvelle réitération.

Pourtant, quelques-uns n’ont pas encore compris de l’enjeu de la situation, selon le colonel de la gendarmerie.

« Pour endiguer le virus, il faut rester chez soi : c’est une règle de base pour  soi, pour les membres de sa famille et pour tous les autres… ».

Soucieux de faire respecter les gestes barrières, les gendarmes appliquent donc des procédures strictes qui limitent tout contact. Si l’heure n’est plus à la pédagogie, l’écoute et la qualité des relations humaines demeurent cependant très perceptibles dans leurs démarches…

 

 

Articles

Bannière droite accueil