Dégustateur hors pair, exégète mondialement reconnu, ce passionné de vins, grand amateur de Chablis, honorera de sa présence en qualité de président du jury, le célèbre concours de dégustation, placé sous l’égide du BIVB, le Bureau interprofessionnel des Vins de Bourgogne. Une manifestation qui se déroulera dans la matinée du samedi 19 janvier…

CHABLIS : Le trente-troisième Concours des Vins de Chablis bénéficiera de la participation d’une illustre sommité qui promène sa silhouette dans le milieu de la critique viticole internationale : le Britannique Tim ATKIN, le « Master of Wine » confirmé après plus de trente années d’expériences.

Critique mettant sa plume d’esthète et son appréciation méticuleuse au service de nombreuses revues incontournables de la presse vineuse (« Harpers », « Decanter », « The World of Fine Wine », « Gourmet Traveller Wine » ou encore « The Drink Business »), Tim ATKIN aura le plaisir de présider le jury de dégustateurs professionnels lors de cette manifestation, toujours très attendue des fins connaisseurs de nectars aux robes colorées.

milieu articles

Ayant obtenu par le passé une trentaine de distinctions honorifiques pour la qualité de ses reportages rédactionnels et ses photographies raffinées, l’épicurien voue une passion sans borne aux vins de Chablis.

Aux côtés des membres de ce jury 2019, Tim AKTIN aura l’opportunité de déguster les meilleures productions vineuses proposées selon la répartition suivante : petit chablis 2017, chablis 2017, chablis Premier cru 2017 et chablis Grand cru 2016.

Le verdict et l’annonce des résultats de ce trente-troisième rendez-vous seront connus au terme d’un déjeuner, réunissant experts et jurés.

Plusieurs dignitaires vietnamiens de la région de DA NANG dont le maire de cette ville, la troisième de ce pays du sud-est asiatique, et le directeur général du tourisme et des affaires étrangères, profiteront d’un court séjour dans le Sénonais pour visiter le port de GRON. Ce voyage, préparé en amont par le dirigeant de LOGIYONNE, Didier MERCEY (ce dernier vit aujourd’hui dans le pays du matin calme), a pour objectif de valoriser la ville de Sens et le département de l’Yonne auprès des autorités vietnamiennes…

SENS : Il y a peu, Didier MERCEY, dynamique chef d’entreprise icaunais, à la tête de LOGI YONNE, la structure exploitante de la zone portuaire de GRON, a conclu un agrément avec ses partenaires de la province vietnamienne de DA NANG, mettant en exergue la ville de Sens et le territoire de l’Yonne.

Le fondement de ce partenariat est simple. L’idée est de créer une synergie touristique et économique entre le département septentrional de la Bourgogne Franche-Comté et la province de ce pays de l’Asie du Sud-Est.

Première résultante de ce nouvel agrément : le montage d’un circuit touristique auprès des partenaires du Vietnam, incluant Paris, Sens et l’Yonne.

Deuxième aspect positif dans cette évolution des relations internationales avec le Vietnam : la présence, sur recommandations de Didier MERCEY, d’une délégation de douze personnalités issues du sérail politique, institutionnel et économique de ce pays en Bourgogne du Nord le 01er décembre.

milieu articles

Une visite des principales curiosités de Sens…

Le groupe se rendra à Sens ce jour-là. Accueillie par la Ville de Sens, la délégation profitera de cette immersion sénonaise pour y découvrir la cathédrale Saint-Etienne, berceau de la royauté française, le marché couvert ainsi que le musée.

Auparavant, les ressortissants vietnamiens se feront expliquer le processus fonctionnel du port du GRON en matinée. La délégation quittera Sens en milieu d’après-midi pour regagner Paris.

Mais, le maire-adjoint de DA NANG et deux chefs d’entreprises s’accorderont une nuit supplémentaire à Sens où ils dormiront. La délégation vietnamienne, au grand complet, se retrouvera dès lundi 03 décembre à Paris où l’ambassadeur du Vietnam en France et le secrétaire d’Etat en charge des relations européennes et des affaires étrangères, Jean-Baptiste LEMOYNE, se retrouveront pour signer un accord de partenariat.

 

 

C’est une véritable invitation au voyage vers la ville d’Auxerre que propose le professionnel de l’image avec la réalisation de ce court-métrage. Et surtout, pour celles et ceux qui l’ont déjà visionné, l’occasion de pouvoir découvrir deux des complexes hôteliers du chef-lieu du département bourguignon : l’IBIS Centre et le tout récent, IBIS Budget, qui est fonctionnel depuis le mois de juin. Le professionnel auxerrois a pu ainsi honorer avec sa touche et sa sensibilité personnelles cette commande de film, à la suite d'une sollicitation par le propriétaire des établissements hôteliers, Alain GEHIN.

AUXERRE : Derrière cette réalisation cinématographique originale, il y a surtout le signe fort d’un encouragement à la création audiovisuelle sur la région de l’Auxerrois. Un soutien qui n’est malheureusement pas à l’apanage de la réalité quotidienne.

Travaillant en parfaite symbiose avec le réalisateur de ce court-métrage, bel outil de communication sur les atouts touristiques de la ville et les potentialités offertes par la présence hôtelière du groupe IBIS, Alain GEHIN, propriétaire des deux hôtels IBIS de la rive droite d’Auxerre, était parti sur ce projet avec des idées bien précises. Instigateur du concept, il s’est rapproché du vidéaste Pascal DELAGNEAU, un spécialiste du court-métrage d’entreprise mais aussi de productions audiovisuelles relatant les évènements de la sphère culturelle et artistique.

L’objectif de ce challenge visuel, faisant la part belle à la créativité et à l’esthétisme de l’image, s’inscrivait dans une pure démarche de valorisation de la ville d’Auxerre, vue sous le prisme d’une qualité optimale de l’accueil offerte par ces deux établissements hôteliers.

Le synopsis a mis l’accent sur les opportunités offertes par les hôtels, judicieusement positionnés aux abords de l’Yonne. Mais, à travers ce documentaire, le cinéaste accentuera le trait sur la joliesse du cadre de vie présenté par la ville, sa renommée imputable à la valeur sportive et le poids d’une AJ Auxerre toujours aussi prégnante (l’un des fers de lance des préférences dans les passions qui animent Alain GEHIN depuis longtemps) et le volet festif et convivial de la ville, à travers ses animations régulières.

Une collaboration complice et fructueuse…

« Le chef d’entreprise m’a ensuite entièrement fait confiance pour la mise en scène, confie Pascal DELAGNEAU, ce fut une collaboration sympathique, vécue avec réellement de plaisir aux côtés de ses équipes, des acteurs et des figurants… ».

Techniquement, le réalisateur n’a pas hésité pour la conception de certaines prises de vue à recourir à l’emploi d’un drone. « L’idée conceptuelle sera de suivre tout naturellement le fil de l’eau, la proximité de l’Yonne, comme arcane principal et fil conducteur de ce film, précise le créateur audiovisuel.

Le résultat est proprement réussi. Les images aériennes qui permettent une vision globale insolite de l’infrastructure et de cette partie de la ville émanent de la dextérité vigilante de Pierre-Alexandre DARDOISE, gérant de la société DRONE PAD. Ce passage du court-métrage devait se faire dans les règles de l’art sécuritaire (avec l’aval de la Ville), la présence d’un ensoleillement légitime pour optimiser le rendu de l’image et sa qualité de perception, mais également sans vent qui aurait pu déstabiliser le petit appareil.

« Toutes les courtes scènes du film reflètent de ces petits moments de vie empruntés au quotidien, explique Pascal DELAGNEAU, en fait, je voulais une construction simple mais aussi très efficace… ».

S’inspirant souvent de cette impression de voyage et de balades impromptues, le réalisateur a laissé libre cours à son imaginaire pour produire le meilleur de lui-même. On le constate de facto dans la première partie de cet opus, avec la touriste qui rejoint l’hôtel à pied depuis la gare sur une note musicale de bonne tenue « On the road for holidays » de Vincent TELLIER.  Autre séquence significative : le jeune couple qui emprunte la fameuse passerelle surplombant la rivière et gagne sa chambre…

milieu articles

La présence de figurants de poids dont l’inusable Guy ROUX…

La diffusion de l’« Ode à la joie », hymne musical devenu le symbole de l’Europe, la vision furtive de Guy ROUX, en figurant populaire ou l’évocation de Chablis assurent une part d’intérêt croissante à ce travail de longue haleine. Pascal DELAGNEAU a pris soin de le fignoler avec minutie. Caméra au poing, il a aussi sublimé le jeune mannequin qui avait œuvré pour l’association Cœur de Ville de Sens, dans une approche candide, et pleine de fraîcheur.

L’illustration de l’IBIS Budget s’est forgée sur la présence d’un jeune couple d’amoureux, originaire de Toulouse, en goguette le temps d’un week-end dans la capitale de l’Yonne. « Nous avons souhaité que ces jeunes gens expriment une joie de vivre, aussi bien dans leur chambre que dans notre ville d'Auxerre, argumente le réalisateur, monté avec des séquences festives, dont le festival CATALPA ou « Fleurs de vigne », Nelly et Thibaut ont joué le jeu dans une parfaite allégresse, et ça se voit ! ».

Recherchant en permanence le maximum de sincérité de ses acteurs et figurants dont Guy ROUX qui n’est plus à un film près (le charismatique ancien entraîneur de l’AJA a prêté sa silhouette à plus d’une vingtaine de réalisations), Pascal DELAGNEAU a voulu rendre crédible chaque scène de son film. Ce fut une expérience inouïe où il y aurait à raconter sur chaque moment et personne immortalisée par l’objectif de la caméra. « C’est l’humain qui a été mis en valeur, et pas les murs ou le mobilier, plaisante-t-il.

Le choix de la musique de Vincent TELLIER est prédominant. « C’est notre quatrième collaboration : elle a été très inspirante lors du montage ».

Celui-ci a été effectué à la maison ! Comme aime le préciser le cinéaste alors que la tendance actuelle, et même parfois pour de grandes marques, est de se servir sur le net pour récupérer des images libres de droits ! Un film à découvrir sur les réseaux sociaux et dans l’univers audiovisuel des établissements hôteliers, référence suivante : https://www.youtube.com/watch?v=sibJJZOxy3A   

La remise des prix du label régional « Villes et villages fleuris » s’est déroulée ce samedi 17 novembre dans une ambiance conviviale. Nombreuses sont les villes et les villages, implantés aux quatre coins de la Bourgogne, qui ont obtenu ces précieux accessits. Ils représentent un atout non négligeable pour ces localités qui optimisent ainsi leur image au niveau de la pratique du tourisme vert et environnemental…

DIJON (Côte d’Or) : Président de la commission régionale de fleurissement, Jean RAVISE, à la tête du jury de ce concours annuel, s’est dit très satisfait de la qualité de cette édition 2018.

Aux côtés des jurés, représentants de communes fleuries, professionnels paysagistes et pépiniéristes, acteurs éclairés du tourisme et même quelques bénévoles, passionnés d’horticulture, il a pu remettre les nombreuses récompenses tant attendues par les élus des communes engagées.

Parmi ce vaste palmarès qui sera égrené au fil de la cérémonie officielle, notons quelques particularismes de bon aloi. Notamment pour la commune qui a été proposée au jury national pour l’obtention de la quatrième fleur : Nevers.

Autre ville de poids qui devait recevoir le plébiscite de ce jury : Chalon-sur-Saône. L’agglomération de Saône-et-Loire accède cette année à la quatrième fleur.  

Le jury régional a aussi salué les initiatives de plusieurs communes qui obtiennent la première fleur. C’est le cas d’Aiserey (Côte d’Or), Baudrières (Saône-et-Loire), Châtenay (Saône-et-Loire), Flagey-les-Auxonne (Côte d’Or), Francheville (Côte d’Or), Gurgy (Yonne), Quarré-les-Tombes (Yonne) et Rogny-les-Sept-Ecluses (Yonne).

D’autres devaient recevoir la bénédiction des professionnels en se voyant accorder une fleur supplémentaire, qui encourageait leur velléité d’embellissement de leur lieu de vie. Citons les communes d’Arc-sur-Tille (Côte d’Or), Branges (Saône-et-Loire), Chaumont-le-Bois (Côte d’Or), Prémeaux-Prissey (Côte d’Or), Avallon (Yonne), Saint-Julien-du-Sault (Yonne) et Savigny-les-Beaune (Côte d’Or).

milieu articles

Le jury et ses coups de cœur…

Plusieurs prix spéciaux ont été délivrés. Dans la catégorie des « Petits jardiniers » qui mettent sous le feu des projecteurs le travail des enfants, l’école maternelle Paul Bert de Migennes (Yonne) a pu se distinguer. A l’instar de l’école publique Les Acacias de Saint-Usuge en Saône-et-Loire ou de l’accueil de loisirs de Pouilly-en-Auxois (Côte d’Or).

Enfin, signalons que le jury a apporté un soin particulier pour créditer de son coup de cœur spécial les communes de Châtenay (Saône-et-Loire), Chaumont-le-Bois (Côte d’Or), Ruages (Nièvre) et Saint-Julien-du-Sault (Yonne).

Le palmarès complet de cette édition 2018 :

Quatre fleurs

Beaune (Côte-d’Or) - 21 661

Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire) - 45 390

Châtenoy-le-Royal (Saône-et-Loire) - 6 229

Mâcon (Saône-et-Loire) - 33 236

Paray-le-Monial (Saône-et-Loire) - 9 201

Quetigny (Côte-d’Or) - 9 651

Sens (Yonne) - 25 784

Trois fleurs

Appoigny (Yonne) - 3 154

Autun (Saône-et-Loire) - 13 635

Avallon (Yonne) - 6 807

Chablis (Yonne) - 2 300

Charnay-lès-Mâcon (Saône-et-Loire) - 7 018

Charolles (Saône-et-Loire) - 2 758

Chenôve (Côte-d’Or) - 13 962

Clamecy (Nièvre) - 3 867

Cosne-Cours-sur-Loire (Nièvre) - 10 388

Crêches-sur-Saône (Saône-et-Loire) - 2 952

Darois (Côte-d’Or) - 466

Fontaine-lès-Dijon (Côte-d’Or) - 8 881

Gueugnon (Saône-et-Loire) - 7 184

Joigny (Yonne) - 9 580

La Charité-sur-Loire (Nièvre) - 4 966

La Clayette (Saône-et-Loire) - 1 706

Le Creusot (Saône-et-Loire) - 21 887

Longvic (Côte-d’Or) - 8 981

Louhans (Saône-et-Loire) - 6 354

Lucenay-lès-Aix (Nièvre) - 987

Migennes (Yonne) - 7 085

Missery (Côte-d’Or) - 102

Monéteau (Yonne) - 3 993

Montagny-lès-Beaune (Côte-d’Or) - 669

Montbard (Côte-d’Or) - 5 331

Montceau-les-Mines (Saône-et-Loire) - 18 772

Nevers (Nièvre) - 34 228

Nuits-Saint-Georges (Côte-d’Or) - 5 552

Paron (Yonne) - 4 866

Poiseul-la-Grange (Côte-d’Or) - 58

Prémery (Nièvre) - 1 868

Saint-Apollinaire (Côte-d’Or) - 7 302

Saint-Georges-sur-Baulche (Yonne) - 3 277

Saint-Honoré-les-Bains (Nièvre) - 756

Saint-Julien-du-Sault (Yonne) - 2 402

Sancé (Saône-et-Loire) - 1 932

Savigny-lès-Beaune (Côte-d’Or) - 1 315

Sermages (Nièvre) - 193

Talant (Côte-d’Or) - 11 439

Venarey-les-Laumes (Côte-d’Or) - 2 901

Vignoles (Côte-d’Or) - 865

Villebougis (Yonne) - 625

 

Deux fleurs

Arc-sur-Tille (Côte-d’Or) - 2 617

Arnay-le-Duc (Côte-d’Or) - 1 482

Auxonne (Côte-d’Or) - 7 743

Beaulieu (Nièvre) - 168

Berzé-la-Ville (Saône-et-Loire) - 657

Bèze (Côte-d’Or) - 722

Billey (Côte-d’Or) - 248

Bléneau (Yonne) - 1 352

Bourbon-Lancy (Saône-et-Loire) - 5 054

Branges (Saône-et-Loire) - 2 378

Chagny (Saône-et-Loire) - 5 668

Chardonnay (Saône-et-Loire) - 200

Château-Chinon Ville (Nièvre) - 2 071

Châteauneuf (Côte-d’Or) - 88

Châtillon-sur-Seine (Côte-d’Or) - 5 385

Chaumont-le-Bois (Côte-d’Or) - 82

Cheny (Yonne) - 2 485

Chevannes (Yonne) - 2 192

Chevigny-Saint-Sauveur (Côte-d’Or) - 11 574

Cressy-sur-Somme (Saône-et-Loire) - 190

Darcey (Côte-d’Or) - 336

Decize (Nièvre) - 5 623

Deux Rivières (Yonne) - 1 258

Digoin (Saône-et-Loire) - 7 908

Escamps (Yonne) - 893

Faverolles-lès-Lucey (Côte-d’Or) - 33

Fourchambault (Nièvre) - 4 291

Frontenaud (Saône-et-Loire) - 743

Gron (Yonne) - 1 233

Guérigny (Nièvre) - 2 482

Imphy (Nièvre) - 3 452

Is-sur-Tille (Côte-d’Or) - 4 424

Issy-l’Évêque (Saône-et-Loire) - 758

Lacanche (Côte-d’Or) - 571

Lavau (Yonne) - 475

Levernois (Côte-d’Or) - 306

Luzy (Nièvre) - 1 981

Marcellois (Côte-d’Or) - 49

Marcigny (Saône-et-Loire) - 1 809

Marcilly-sur-Tille (Côte-d’Or) - 1 663

Mirebeau-sur-Bèze (Côte-d’Or) - 2 093

Poisson (Saône-et-Loire) - 568

Pougues-les-Eaux (Nièvre) - 2 422

Pouilly-en-Auxois (Côte-d’Or) - 1 457

Prémeaux-Prissey (Côte-d’Or) - 409

Préty (Saône-et-Loire) - 548

Prissé (Saône-et-Loire) - 2 018

Quincerot (Yonne) - 56

Roilly (Côte-d’Or) - 46

Ruages (Nièvre) - 100

Sagy (Saône-et-Loire) - 1 245

Saint-Clément (Yonne) - 2 795

Saint-Denis-lès-Sens (Yonne) - 768

Saint-Marcel (Saône-et-Loire) - 5 979

Saint-Privé (Yonne) - 554

Saint-Seine (Nièvre) - 209

Saint-Vallier (Saône-et-Loire) - 8 734

Santenay (Côte-d’Or) - 856

Saulieu (Côte-d’Or) - 2 473

Sauvigny-le-Bois (Yonne) - 721

Semur-en-Auxois (Côte-d’Or) - 4 124

Serley (Saône-et-Loire) - 603

Tancon (Saône-et-Loire) - 555

Tonnerre (Yonne) - 4 736

Toucy (Yonne) - 2 732

Tournus (Saône-et-Loire) - 5 663

Trouhaut (Côte-d’Or) - 111

Velogny (Côte-d’Or) - 35

Vendenesse-sur-Arroux (Saône-et-Loire) - 574

Villaines-les-Prévôtes (Côte-d’Or) - 139

Villeneuve-l’Archevêque (Yonne) - 1 162

 

Une fleur

Aiserey (Côte-d’Or) - 1 373

Alise-Sainte-Reine (Côte-d’Or) - 594

Arces-Dilo (Yonne) - 628

Authiou (Nièvre) - 41

Baudrières (Saône-et-Loire) - 946

Bazoches (Nièvre) - 174

Bonnencontre (Côte-d’Or) - 450

Buxy (Saône-et-Loire) - 2 101

Champcevrais (Yonne) - 321

Champforgeuil (Saône-et-Loire) - 2 449

Champvoux (Nièvre) - 310

Charmes (Côte-d’Or) - 138

Châtenay (Saône-et-Loire) - 160

Chauffailles (Saône-et-Loire) - 3 725

Chevroches (Nièvre) - 126

Chichery (Yonne) - 469

Chitry (Yonne) - 356

Combertault (Côte-d’Or) - 565

Corbigny (Nièvre) - 1 525

Courtivron (Côte-d’Or) - 172

Crain (Yonne) - 391

Crissey (Saône-et-Loire) - 2 500

Cuiseaux (Saône-et-Loire) - 1 870

Drée (Côte-d’Or) - 56

Etang-sur-Arroux (Saône-et-Loire) - 1 910

Flagey-lès-Auxonne (Côte-d’Or) - 201

Foncegrive (Côte-d’Or) - 135

Francheville (Côte-d’Or) - 267

Frénois (Côte-d’Or) - 86

Gergy (Saône-et-Loire) - 2 544

Germigny-sur-Loire (Nièvre) - 770

Gland (Yonne) - 35

Guipy (Nièvre) - 244

Gurgy (Yonne) - 1 744

Ladoix-Serrigny (Côte-d’Or) - 1 820

La Fermeté (Nièvre) - 697

La Machine (Nièvre) - 3 392

La Nocle-Maulaix (Nièvre) - 285

La Roche Vineuse (Saône-et-Loire) - 1 531

Le Breuil (Saône-et-Loire) - 3 570

Leynes (Saône-et-Loire) - 530

L’Isle-sur-Serein (Yonne) - 680

Magny-Cours (Nièvre) - 1 414

Marsannay-la-Côte (Côte-d’Or) - 5 192

Martailly-lès-Brançion (Saône-et-Loire) - 135

Marzy (Nièvre) - 3 661

Merceuil (Côte-d’Or) - 818

Messigny-et-Vantoux (Côte-d’Or) - 1 628

Minot (Côte-d’Or) - 189

Montagny-Près-Louhans (Saône-et-Loire) - 446

Montholon (Yonne) - 2 908

Moulins-Engilbert (Nièvre) - 1 478

Neuvy-sur-Loire (Nièvre) - 1 492

Nolay (Côte-d’Or) - 1477

Ormes (Saône-et-Loire) - 507

Perrecy-les-Forges (Saône-et-Loire) - 1 660

Perrigny (Yonne) - 1 285

Perrigny-lès-Dijon (Côte-d’Or) - 1 800

Quarré-les-Tombes (Yonne) - 650

Rix (Nièvre) - 155

Rogny-les-Sept-Ecluses (Yonne) - 712

Royer (Saône-et-Loire) - 131

Saint-Firmin (Nièvre) - 181

Saint-Florentin (Yonne) - 4 505

Saint-Léger-de-Fougeret (Nièvre) - 387

Saint-Martin-Belle-Roche (Saône-et-Loire) - 1 380

Saint-Martin-sur-Nohain (Nièvre) - 376

Saint-Péreuse (Nièvre) - 238

Saint-Symphorien-des-Bois (Saône-et-Loire) - 442

Sainte-Colombe-sur-Loing (Yonne) - 201

Selongey (Côte-d’Or) - 2 424

Senailly (Côte-d’Or) - 140

Sennecey-le-Grand (Saône-et-Loire) - 3 144

Sermoise-sur-Loire (Nièvre) - 1 566

Seurre (Côte-d’Or) - 2 408

Sevrey (Saône-et-Loire) - 1 282

Soirans (Côte-d’Or) - 471

Toulon-sur-Arroux (Saône-et-Loire) - 1 587

Tronsanges (Nièvre) - 393

Val-de-Mercy (Yonne) - 393

Vaudeurs (Yonne) - 488

Velars-sur-Ouche (Côte-d’Or) - 1 688

Vergisson (Saône-et-Loire) - 253

Villeneuve-sur-Yonne (Yonne) - 5 299

Villers-la-Faye (Côte-d’Or) - 405

Volesvres (Saône-et-Loire) - 613

Profitant de la clôture des 29èmes « Entretiens de Champignelles » pour s’y exprimer devant les élus, le président de la Communauté de communes, Jean-Philippe SAULNIER-ARRIGHI, a exhorté ces derniers à travailler en étroite osmose et de manière fédératrice dans l’intérêt de ce territoire. En s’appropriant ses diverses potentialités, tout en privilégiant le maintien de l’unité et du bien vivre ensemble…

CHAMPIGNELLES : Politique de santé, développement économique, circuits de proximité, filière bois, tourisme, aménagement du territoire, culture, enfance et jeunesse…la liste des défis à relever afin d’optimiser le bien-être des 36 000 administrés qui résident en Puisaye-Forterre est exhaustive.

Sans procéder stricto sensu à un inventaire à la Prévert, le président de la Communauté de communes, Jean-Philippe SAULNIER-ARRIGHI, a choisi néanmoins de balayer large durant son exercice oratoire. Il s’est référé à de nombreux exemples, des priorités concrètes vers lesquelles les élus de ce territoire doivent s’engouffrer.

« La Puisaye-Forterre, nous la vivons et nous l’aimons tous : ce doit une être une passion ! ». Partageant son enthousiasme communicatif auprès de son auditoire, l’élu Les Républicains a réaffirmé sa volonté d’être un rassembleur.

« Notre territoire a été trop longtemps délaissé sans toujours saisir toutes les opportunités, concède-t-il, or, si nous voulons aujourd’hui faire venir des médecins, des entrepreneurs ou simplement conserver nos acteurs économiques, il nous faut investir ».

Etre dans une perpétuelle action

Puis, l’homme politique de renchérir : « certains répètent qu’il ne faut pas faire de dépense supplémentaire au risque d’augmenter la pression fiscale. Je suis d’accord avec cet argument. Pour autant, comment renforcer notre attractivité, celle-ci représente une condition non seulement nécessaire mais impérative, et assurer notre développement ? ».

Martelant que les ruraux avaient, eux-aussi, le droit de bénéficier de services et d’infrastructures de qualité, Jean-Philippe SAULNIER-ARRIGHI souhaite la présence d’un territoire fort et dynamique, suscitant la convergence d’intérêt d’éventuels investisseurs et partenaires économiques.

« L’aménagement du territoire et son équilibre nécessitent que chacun d’entre vous trouve dans les décisions de l’intercommunalité un vrai projet équitable. L’attractivité de notre communauté en dépend… ».

Expliquant que la création de richesse était fondamentale pour assurer un essor pérenne à ce territoire, l’élu Icaunais pointa ensuite du doigt le besoin d’être pourvu de services et d’infrastructures à la mesure des attentes des concitoyens et de leurs ambitions.

milieu articles

Le cap est fixé : il faut le tenir !

Au sein de l’intercommunalité, de grandes décisions ont déjà été prises à une large majorité après débat et concertation depuis dix-huit mois. Des décisions qui permettent aujourd’hui de construire cette collectivité de 36 000 habitants.

« C’est une échelle incomparable à celle, beaucoup plus modeste que nous connaissions précédemment, devait-il préciser.

Citant la parole du poète de CHAMFORT (« les raisonnables ont duré, les passionnés ont vécu »), Jean-Philippe SAULNIER-ARRIGHI a également salué le travail de Jacques GILET, fondateur et président actuel de l’association des Entretiens de Champignelles. Tout en émettant une suggestion.

« Je souhaite que la Communauté soit invitée à ces travaux et soit intégrée à la vie de cette structure. De par ses compétences, notre organisme est un acteur incontournable de la vie politique du territoire… ».

Espérant que chacun des élus puisse poursuivre l’œuvre de cette association dont l’unique objectif demeure leur formation, le président de Puisaye-Forterre a émis l’idée que des déplacements en France, comme ce fut le cas par le passé en Balagne, soient privilégiés à l’avenir. Se remémorant ainsi la qualité des échanges qu’il avait eus avec les élus corses.

 

Articles

Bannière droite accueil