Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-puissaye-forterre.png
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo13q-1.jpg
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg

Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-puissaye-forterre.png
logo13q-1.jpg
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg

Conviés aux travaux du premier Congrès de Bourgogne Franche-Comté, après la fusion régionale effective au 01er janvier, plus de cent-vingt agents d’assurance à l’estampille du réseau professionnel AGEA se sont immergés parmi les nombreuses thématiques ayant trait à leur actualité. Le Palais des Congrès de Beaune a été honoré de la présence de Patrick EVRARD, président d’AGEA France. Il a été accueilli par la présidente du comité de région Caroline DEBOUVRY…

BEAUNE (Côte d’Or) : Depuis le 01er janvier, la représentativité de la fédération nationale des syndicats d’agents généraux d’assurance (AGEA) en Bourgogne Franche-Comté ne s’effectue que sur la base de l’unicité. La fusion entre les deux comités régionaux qui existaient jusqu’alors aura permis de recomposer les lignes décisionnelles de cette structure où sont adhérents une large majorité de professionnels de cette filière économique.

La présidence de cet organisme puissant qui procédait à son premier Congrès régional, nouvelle formule, depuis sa restructuration, est revenue à l’ancienne responsable du comité régional franc-comtois, Caroline DEBOUVRY, élue pour un mandat de trois ans. Cette désignation aura permis à Jean-Luc LAROCHE, ex-président de l’entité bourguignonne de bifurquer légèrement vers un autre mandat : celui de correspondant régional de l’UNAPL (Union nationale des professions libérales).

Un jeu de chaise musicale qui n’aura créé aucun ostracisme dans l’approche factuelle de la nouvelle gouvernance d’AGEA sur notre territoire.

Présente tant au niveau national qu’européen, la fédération des syndicats d’agents généraux d’assurance défend les intérêts de ses affiliés (plus de 65 % des professionnels de la filière assurance) avec détermination et rigueur. Se regroupant autour de quinze syndicats de sociétés, l’entité s’appuie en matière de territorialité sur le travail de douze chambres régionales. Leurs missions sont les suivantes : accompagner les agents généraux tout au long de leur parcours professionnel autour de trois missions principales qui sont le rôle politique visant à la défense de ses adhérents, la communication et le lobbying, et le conseil.

milieu articles

Redéfinir le métier d’agent général…

Etrennant son mandat lors de ce premier congrès régional à dimension élargie, Caroline DEBOUVRY aura eu le privilège d’accueillir le président national de la fédération, le Rouennais Patrick EVRARD, qui avait effectué le déplacement depuis la Seine-Maritime, pour l’ouverture de ce rendez-vous beaunois. Il n’était pas le seul, parmi les personnalités du milieu de l’assurance, à s’être déplacé : Christian REYDET, président du syndicat d’agents généraux du groupe ALLIANZ Mag3, se signalait par sa présence.

Ensemble, ils purent faire montre de convergence en parfaite osmose sur la manière à appréhender l’avenir de la filière. Leurs propos ont évoqué le rôle incontournable tenu les agents généraux, véritables métronomes de la profession. Comme devait le déclarer Patrick EVRARD : « le réseau d’agents généraux demeure le réseau professionnel le plus puissant en France… ».  

  

La RGPD et l’assurance emprunteur engendrent des réflexions…

Puis, une table ronde où s’exprima le sénateur Martial BOURQUIN permit de revenir sur la loi de libéralisation de l’assurance emprunteur. Appliqué depuis un an, ce texte a ainsi été largement explicité par le sénateur du Doubs. La revitalisation des cœurs de ville fut également abordée.

L’ancien édile d’Audaincourt précisa que « les projets d’extension des grandes surfaces devraient être étudiées au regard des emplois détruits à l’avenir ». Et de conclure, à ce propos, qu’il était favorable à appeler une fiscalité spéciale dans les centres villes.

Avant que ne soit paraphé le partenariat mené avec APESA (une association qui prête assistance aux chefs d’entreprise en difficulté), le public de Beaune eut tout le loisir de pouvoir s’imbriquer parmi les arcanes parfois nébuleux de la RGPD (règlementation générale des protections des données).

Jérôme SPERONI, juriste mandat et intermédiation au sein d’AGEA, exposa des cas concrets aux côtés des experts de la société d’audit informatique DESCIS et du cabinet d’avocats ISAAC.

 

 

 

Le Pack Famille se constitue d’un compte. Il est agrémenté d’une carte bancaire pour équiper chacune des composantes du foyer. Avec cerise sur le gâteau, la présence d’un interlocuteur unique, en la personne d’un conseiller qualifié qui assure le continuum professionnel d’une relation privilégiée à la clientèle. C’est le nouveau canevas simple et pratique que la Banque Populaire Bourgogne Franche-Comté met à la disposition des familles depuis la mi-octobre. Un forfait bancaire novateur dont elle est la seule à en maîtriser les vertus opérationnelles avec son homologue de la région Sud de la France et à mettre en exergue avec succès sur l’un de ses nombreux points de vente…

AUXERRE : Combinant le meilleur de l’humain et du digital, la nouvelle prestation conçue par la Banque Populaire Bourgogne Franche-Comté concerne le bien-être fonctionnel de la cellule familiale. A l’identique de grands prestataires de contenus et de services qui intègrent ces entités de personnes dans leur stratégie de développement, l’établissement bancaire régional commercialise depuis peu la toute première offre existante sur le marché qui équipe les parents comme les enfants. Selon le barème forfaitaire d’une cotisation mensuelle unique qui est évaluée à 12,90 euros !

Baptisé sobrement « Pack Famille », le produit, opérationnel depuis le mois d’octobre, s’adresse à tous les couples (mariés, pacsés, concubins), avec ou sans progéniture.

Directeur régional adjoint officiant sur le territoire de l’Yonne, Mickaël BOUTEILLER définit les contours de cette offre inédite dans le paysage de la bancarisation.

« Souvent précurseur, la Banque Populaire Bourgogne Franche-Comté sert de pilote au lancement de ce dispositif qui allie les valeurs humaines à la praticité et à la performance technologiques. Sa genèse partait d’un simple postulat : nous adapter du mieux possible aux attentes de la clientèle. Mais, en positionnant le conseiller au centre de cette relation puisqu’il en demeure le pivot traditionnel… ».

Dans l’absolu, tous les services classiques déclinés par l’établissement sont ainsi intégrés dans cette offre novatrice.

« Parents et enfants disposent de ces prestations numériques tels que le paiement mobile avec Paylib, Apple Pay ou Samsung Pay, ajoute le cadre bancaire, les clients peuvent consulter leurs comptes, réaliser des opérations depuis un smartphone ou un ordinateur, piloter leur carte de crédit (activation, désactivation, modification des plafonds de retraits et de paiements, profiter de relevés dématérialisés, voire actionner leur coffre-fort numérique) ».

Autant de cartes bancaires que de membres de la famille

Cette adaptation optimale aux modes consuméristes et à l’évolution de la famille, devenue protéiforme au fil des années, s’apprécie avec la gestion des cartes bancaires. L’indispensable instrument de paiement sert toujours de référent pédagogique envers les plus jeunes, et ce dès l’âge de 12 ans, avec un montant de retrait a minima validé par le noyau parental.

Grâce à ce pack, chacune des entités du ménage dispose de son compte bancaire (jusqu’à trois comptes identifiés pour les deux parents sous la forme de deux comptes individuels et un compte-joint) ; alors que chaque enfant possède le sien, quel que soit sa tranche d’âge comprise entre 12 et 28 ans.

Le client possède autant de cartes bancaires qu’il dispose de comptes (un maximum de quatre pour les parents). Les enfants, mineurs et majeurs, gagnent en autonomie fonctionnelle avec leur propre instrument de retrait, mais sous le contrôle parental.

milieu articles

Quant à la présence d’un seul interlocuteur professionnel dans cet environnement, elle s’explique par la volonté d’asseoir la stabilité offerte autour d’une relation humaine privilégiée.

« Par ce biais, argumente Mickaël BOUTEILLER, nous souhaitons optimiser la relation à l’autre. En renforçant les liens tout en les simplifiant… ».

Bref, une méthodologie qui s’apparente à une politique de décentralisation palpable, mettant en exergue le bien-fondé de la proximité et de l’écoute. Une stratégie qui est encouragée dans les faits par le directeur général de l’établissement, Bruno DUCHENE.

A la tête d’une structure de 1 850 collaborateurs, ce dernier promeut l’enjeu sociétal tenu par son entreprise. En 2017, la banque a accordé plus de 3 milliards d’euros de crédit, toutes catégories confondues, confirmant ainsi son rôle moteur dans le financement de l’économie régionale.

Une centaine de collaborateurs formés à la découverte de ce pack famille

Animateur du réseau commercial sur le département de l’Yonne, Laurent COUDANT confirme que le nouveau concept a reçu un accueil très positif de la part des collaborateurs du groupe bancaire. Ces derniers éprouvent de la fierté d’être les pilotes de ce concept.

Les directeurs d’agence, à l’instar de leurs conseillers de clientèle, ont pu suivre eux-aussi des séances de formation judicieuses leur permettant une immersion approfondie du produit.

En parallèle, les professionnels, titulaires d’un compte pro (professions libérales, indépendants, artisans, agriculteurs, commerçants…), disposeront d’une offre spécifique, « Cristal Essentiel Pro ». Accessible dès 18 ans, ce pack permet les avantages d’un compte personnel de dépôt avec une kyrielle de prestations digitalisées et humaines à partir de 3,45 euros par mois.

Deux autres packs se grefferont à la gamme au cours de l’année 2019. Pour l’heure, leurs modalités ne sont pas encore connues…

 

Concocté en partenariat avec le Bottin Gourmand et le Crédit agricole Champagne Bourgogne, le concours des Talents Gourmands joue avec les nerfs des candidats. Ces derniers devront se disputer le titre suprême de l’édition 2018…au premier trimestre de l’année prochaine. A la suite du report, non imputable aux organisateurs de l’évènement. Dès lors, la pression psychologique est maintenue pour les finalistes régionaux qui sont répartis dans trois catégories : agriculteurs, artisans des métiers de bouche et restaurateurs.

DIJON (Côte d’Or) : Les futurs prétendants aux Talents Gourmands 2018 doivent encore s’armer d’un peu de patience avant de toucher le Graal. Les neuf finalistes du terroir de Bourgogne Franche-Comté devaient en découdre lors des finales âprement disputées le 19 novembre. Mais, le sort en a été autrement. Les organisateurs devant se résoudre à bouleverser leur agenda et à annuler sine die la manifestation prévue dans l’Aube.

Mais, cela n’est que partie remise. Comme devait le confirmer le service communication du Crédit agricole Champagne Bourgogne, via un communiqué de presse diffusé la semaine dernière.

Proposé dans de nombreux territoires de l’hexagone, ce challenge n’a d’autres objectifs que de valoriser et mettre à l’honneur les professionnels de la filière artisanale.

Ainsi, des centaines de candidats s’inscrivent en tentant leur chance et en comptant sur leur savoir-faire pour séduire le jury, composé de spécialistes. Rien que dans notre contrée : ce sont près de 40 agriculteurs/viticulteurs, mais aussi des artisans de métiers de bouche et des restaurateurs qui se sont référencés.

milieu articles

Des récompenses numéraires et de la publicité pour les lauréats…

Puis, la sélection s’est faite par terroir. Neuf finalistes ont donc été sélectionnés pour leurs aptitudes et qualités professionnelles, et leur capacité à travailler et à sublimer les produits régionaux. Parmi lesquels, trois agriculteurs/viticulteurs, trois artisans des métiers de bouche et trois restaurateurs.

Une fois la nouvelle date connue, le jury sera à pied d’œuvre pour départager ces valeureux concurrents. Les trois vainqueurs, issus de cette sélection régionale, recevront une récompense appréciable de la part du Crédit agricole Champagne Bourgogne.

L’établissement bancaire remettra aux lauréats une enveloppe de 3 000 euros et leur offrira des encarts publicitaires dans la presse régionale. Mais, un bonheur ne venant jamais seul, d’autres dotations, fournies par les différents partenaires liés au concept, viendront grossir le bas de laine des heureux vainqueurs de l’édition 2018. Les autres finalistes n’y perdront pas au change puisqu’ils repartiront avec une récompense de mille euros.

Parmi la liste des neuf finalistes, figurent trois entrepreneurs de l’Yonne : Alexandre RIVALLAIN, de la confiserie « Maison GRAMM’S » à Auxerre et Aymeric LUCZKIEWICZ, artisan à la tête de la SARL PYNEAU PRUNUTZ à Chablis (spécialité de gougères). Tous deux concourront dans la même catégorie : les artisans des métiers de bouche.

Quant à Jean-Raphaël PERSANO, restaurateur de la « Table du Martin Bel Air » à Saint-Martin du Tertre, il affrontera d’autres confrères dans la catégorie propre à sa filière professionnelle. A contrario, aucun candidat icaunais n’a été retenu dans la catégorie des agriculteurs…

 

Le sinistre ayant entièrement ravagé les infrastructures de la Maison Pascal CAFFET au mois d’octobre provoque des répercussions en cascade. Au-delà de ce que l’on pouvait imaginer. Parrain de la 4ème édition du traditionnel concours des Talents Gourmands, porté par le Crédit agricole Champagne Bourgogne, le champion du monde des desserts et Meilleur ouvrier de France de Troyes a dû jeter son tablier, provisoirement, dans l’optique de pouvoir soutenir l’évènementiel de manière optimale. Le report de la manifestation est devenu une priorité pour les organisateurs de cet encouragement aux valeurs sûres de l’artisanat.

DIJON (Côte d’Or) : Il faudra attendre le premier trimestre 2019 pour connaître enfin le verdict des Talents Gourmands,…édition 2018 !

Un incendie a totalement détruit les structures professionnelles dont le laboratoire technique, du parrain de la future manifestation, Pascal CAFFET. Et compte tenu du caractère délicat de la situation, le Crédit agricole Champagne Bourgogne a préféré décaler l’évènementiel à une date ultérieure.

milieu articles

Celle-ci n’est pas encore connue. Mais, selon la direction de la Communication de l’établissement bancaire, tout porte à croire que la remise des prix devrait être effective, et en présence de l’intéressé au milieu du premier trimestre 2019.

Entre-temps, Pascal CAFFET aura retrouvé le dynamisme dont il a le secret pour illuminer de sa présence cette manifestation très prisée des représentants des milieux économiques de la région.

 

Recensant plus de 400 000 abonnés particuliers et plus de 40 000 souscripteurs issus du monde de l’entreprenariat, l’application mobile créée  par l’établissement bancaire jouit d’une cote de popularité importante depuis le printemps. Un résultat qui ne surprend guère le directeur régional de la Banque Populaire Bourgogne Franche-Comté dans l’Yonne, Laurent GUEIT…

AUXERRE : Générant plus de 80 000 visites journalières, l’application « Cyber Plus » caracole dans le peloton de tête parmi les nombreuses références relatives aux applications bancaires utilisées par les consommateurs français.

Proposant un service de consultation et de gestion des comptes grâce à la téléphonie, les tablettes et les ordinateurs, la Banque Populaire, additionnée à son partenaire fusionnel la Caisse d’Epargne, accède ainsi à la seconde place de ce classement annuel publié par l’organisme d’études marketing et de sondages, Harris Interactive.

Selon les données statistiques de son baromètre, « Net Observer », l’entité de sondage constate une progression quantitative de l’application, comparativement avec les positions qu’elle occupait en 2017. Un accessit sur le podium qui sied fort bien à la stratégie de déploiement des supports numériques mise en exergue par Laurent GUEIT, directeur régional de l’établissement bancaire dans l’Yonne.

« Nous avons développé de nombreuses opportunités fonctionnelles en ligne, explique-t-il, une démarche visant à répondre aux besoins de la clientèle qui souhaite davantage d’interactivité et de rapidité dans le traitement des opérations… ».

Le lancement du paiement instantané (« Instant Payment ») corrobore cette volonté d’aller encore plus loin vers cette réactivité quasi immédiate voulue par l’utilisateur de comptes bancaires.

milieu articles

Vers un schéma de raccordement européen…

Précurseur, le réseau bancaire entend apporter d’autres plus-values technologiques à l’avenir. Sachant que de deux à cinq milliards d’euros de transactions seront réalisés au niveau des virements à l’horizon 2020.

« Depuis le 21 avril, le schéma de raccordement européen est devenu opérationnel afin d’optimiser les échanges entre les particuliers et les personnes morales, confie le dirigeant régional… ».

D’ailleurs, l’ensemble des réseaux bancaires y seront affiliés dès le premier semestre 2019.

Page 1 sur 11
Bannière droite accueil