Heureuse d’être là, la sénatrice de l’Yonne ? Non seulement, la parlementaire ne se privera pas de souhaiter un très joyeux anniversaire à la structure associative auxerroise qui célébrait ses vingt d’années d’existence. Mais, en outre, elle évoquera ce « chemin de fierté » qu’empruntent ses responsables dans leur quête à accompagner les travailleurs handicapés et les chômeurs de longue durée vers l’emploi…

 

AUXERRE : Le chiffre est éloquent. Il traduit le degré d’implication de ce public si particulier qui fréquente au quotidien les locaux de SITAPHY. Des personnes mobilisées dans le seul et unique but de pouvoir rebondir tôt ou tard sur le marché de l’emploi.

Chaque année – c’est une  pondération - 70 % des personnes embauchées dans les ateliers de l’organisme bénéficient d’une solution positive de sortie avant le terme de leur parcours de formation. Une grande satisfaction pour Jean-Pierre THIBAULT, président et meneur d’hommes de ce projet ; une véritable fierté, voire une raison d’être, pour celles et ceux qui ont toujours cru en la pertinence de ce concept extraordinaire.

Le principe de SITAPHY – l’entité revendique haut et fort les valeurs du « made in solidarité en France » - est de proposer à chacun de ses acteurs, handicapés ou demandeurs d’emploi de longue durée, un contrat de douze mois. Un accord entre les deux parties qui est synonyme d’immersion dans les ateliers très opérationnels de la structure, localisée à Auxerre.

Là, cornaquées par un chargé d’accompagnement, ces personnes reprendront confiance en elles, en mettant en lumière leurs capacités professionnelles. L’objectif est double, en vérité. D’une part, aplanir leurs difficultés personnelles. D’autre part, les aider à se projeter vers l’avenir et à rechercher un emploi, voire une formation qualifiante, en vue d’un futur meilleur et en phase avec leurs potentialités.

 

 

Le travail, l’une des choses primordiales favorisant l’épanouissement…

 

Un mode de fonctionnement qui sied à merveille aux attentes de la sénatrice Dominique VERIEN, présente lors de cette commémoration placée sous le sceau de la convivialité, lorsqu’elle a découvert le bilan opérationnel de l’association.

« Je suis vraiment très heureuse d’être ici, confia-t-elle lors de sa prise de parole, je constate en effet que toutes les entreprises qui évoluent dans le domaine de l’insertion sur notre territoire (et elles sont nombreuses) permettent en fait à chacun de retrouver la fierté de l’autonomie… ».

Une autonomie qui n’a pas de prix pour s’extraire de la nasse du chômage et de l’immobilisme. Puis, philosophant sur les vertus du travail, gage d’indépendance et de liberté, la présidente de l’UDI 89 rappela que le facteur travail représentait l’une des choses essentielles à l’épanouissement de l’humain.

 

 

« Sauf que, devait-elle ajouter, certains ont besoin d’un peu plus d’accompagnement que d’autres, c’est-à-dire toutes ces personnes éloignées du monde professionnel… ».

Quant à la confiance, la sénatrice qui n’en manque pas lors de ses interventions dans l’hémicycle du Palais du Luxembourg souligna que c’était la base de la construction sociétale.

« Il faut des initiatives comme celles prises par SITAPHY pour que justement chacun puisse retrouver ce chemin de la confiance, ce chemin de la fierté qui mène à se réinsérer dans la vie active… ».

Convaincue par la raison d’être de la structure, la sénatrice ? Oui, à 100 % !

 

Thierry BRET

 

 

Faute d’un accord de coalition avec les autres formations classées « ultra droite », quelles sont les chances pour le parti « Reconquête ! » de décrocher des sièges aux prochaines législatives, après la défaite d’Éric ZEMMOUR aux présidentielles ? Ils seront au total 550 candidats à se présenter sur la ligne de départ, issus pour certains des Républicains et du Rassemblement National. Mais, aussi de la société civile, à l’image des trois engagés en course dans l’Yonne…

 

AUXERRE : Marie DUMOULIN le confesse tout naturellement : « Mon expérience politique est très limitée… ». Pas de quoi freiner la jeune femme de 33 ans aux attaches icaunaises qui se présente sous les couleurs de « Reconquête ! » dans la deuxième circonscription de l’Yonne.

« Là, où sont mon cœur et mes racines » pour cette parisienne d’adoption où elle réside et travaille. Son engagement récent pour Éric ZEMMOUR est né explique-t-elle, de sa volonté de participer « à la renaissance de la droite depuis l’effondrement du parti des Républicains, la vraie droite, que seule « Reconquête ! » incarne aujourd’hui et créer une réelle alternative à ce face-à-face stérile entre les Marcheurs et le Rassemblement National… ».

 

Le retour à une vraie droite patriote dans le pays…

 

Même credo pour Laurence LOUIS-STOKOBER, à la conquête du siège de député de la troisième circonscription, dans le nord du département. Cette enseignante, résidente depuis une dizaine d’années sur le plateau du Gâtinais, appelle, elle aussi, au retour d’une « vraie droite patriote », avec pour fil conducteur « les valeurs liées au mérite », en réponse aux modifications qui s’opèrent à travers le pays, jugées « alarmantes, particulièrement dans l’Yonne à travers le développement de la précarité et de l’appauvrissement de la population, mais aussi de l’insécurité, avec des chiffres supérieurs à la moyenne nationale… ».

C’est à l’automne dernier que cette habituée de l’engagement associatif s’est lancée pour la première fois dans la sphère politique en sillonnant le département pour collecter des parrainages et contribuer à la présence du polémiste maurassien aux élections présidentielles.

 

 

Lutter contre le grand déclassement dans les territoires ruraux…

 

A la tête d’une entreprise de neuf salariés, de retour dans l’Yonne depuis une quinzaine d’années après une enfance vécue à Maillot, Paul TEQUI, 46 ans, tentera dans quelques semaines de ravir la première circonscription au député sortant, le Républicain Guillaume LARRIVÉ. Premier investissement politique pour lui aussi, plus habitué à l’engagement associatif, notamment sportif, pour s’être occupé de l’entraînement des plus jeunes au Rugby Club Auxerrois pendant sept ans.

Réfutant toute qualification d’extrême droite ou ultra droite, lui aussi se veut représentant de la « seule droite », en première ligne pour lutter contre ce qu’il qualifie de « grand déclassement de nos territoires ruraux… ».

Il évoque au passage l’une des théories favorites d’Éric ZEMMOUR qu’est le « grand remplacement » : « Je suis quelqu’un ancré dans le réel, je vois les difficultés. On ne peut nier aujourd’hui ce grand remplacement, 70 % des Français le reconnaissent, il n’y a que les politiciens qui ne veulent pas le voir… ».

Il est aussi attaché à l’écologie oui, mais « une écologie réelle, pas utopique. Ma femme a une voiture électrique, en milieu rural, c’est une catastrophe ! ».

Novices en politique, les trois néo-candidats n’en partagent pas moins une certitude, lorsqu’est évoqué un éventuel désistement en cas de défaite au soir du 12 juin prochain : « Nous serons présents au second tour ! ».

C’était justement ce que professait déjà un ancien prétendant au trône présidentiel qui avait pour nom Éric ZEMMOUR…

 

 

En savoir plus :

Les trois candidats de « Reconquête ! » Marie DUMOULIN, Paul TEQUI et Laurence LOUIS-STOKOBER auront pour suppléants dans cette course à la députation, respectivement, Vincent RÉGNIER, Dimitri RODOR et Mathieu LASNIER.

 

Dominique BERNERD

 

Point besoin d'un hectare de terre (10 000 m2) ou plus modestement d'un are (100 m2) pour planter quelques pieds de tomates chez soi. D'autant que c'est la période idoine de les cultiver même sur un balcon !

 

AUXERRE : Petit retour en arrière ! La tomate, ce beau légume-fruit, nous vient tout droit d’Amérique du Sud, plus précisément du Mexique et du Pérou. C'est Hernan CORTES, conquistador parti d'Espagne au XVIème siècle, qui contribua à sa rougeoyante découverte. Il la rapporta à la cour à son retour. Elle arriva peu après en Italie. En France, ce fut au début du siècle suivant.

D'abord considérée comme une plante d'ornement, il faudra attendre le milieu du XVIIIème siècle (avec peu à peu la naissance, puis l'essor des restaurants, caractéristique de l'époque) pour qu'elle gagne initialement les cuisines provençales,  par le biais des Italiens, puis peu à peu, celles d'autres régions.

Depuis lors, la tomate a été adoptée par les Français, au premier rang desquels les jardiniers des potagers, qui contribuèrent amplement à la faire connaître,  et savourer.

 

 

Des recettes goûteuses mettant en valeur la tomate…

 

Voici quelques exemples de plats, non exhaustifs comme de bien entendu, juste histoire de rendre hommage à ses centaines de variétés.

Une bonne salade de tomates, c’est excellent ! Il n'y a encore pas si longtemps,  elle n'avait pas forcément besoin d'être acoquinée avec miss Mozzarella !

On peut également citer des œufs brouillés à la tomate, des tomates à la provençale, une bonne tarte à la tomate, la sauce tomate…histoire d'accompagner quelques pâtes, le rougaïl-tomate (clin d'œil à l'hémisphère Sud), en gratin avec courgettes et pommes de terre,  en ratatouille...

Sans oublier, LE plat représentatif de notre belle de l’été : j'ai nommé les tomates farcies, un mets savoureux aux moult recettes.

 

 

Eviter de la manger hors saison : ce n’est plus de la tomate !

 

Ce légume-fruit correspond à une saison, de juillet à septembre environ. Sauf que, sans vergogne aucune, la grande distribution en commercialise toute l'année. Ce sont des trucs sans goût, sans odeur, venus d'on ne sait trop où (les Pays-Bas notamment). Mais, ne nous y trompons pas : la vraie tomate n'est pas celle-ci ! Elle n'a de tomate que le nom, ce qui est déjà  beaucoup trop d'ailleurs.

Nos marchés Icaunais comptent nombre de pépiniéristes ou de maraîchers les vendant par pieds. « Rose de Berne », « Cœur de bœuf », noire de Crimée, olivettes, Marmande, Marianne ou autres sauront ravir votre palais. Car rien de tel qu'une tomate de pleine terre, gorgée de soleil estival (enfin normalement !) pour en savourer le goût. Ces quelques plants de tomates embellissent toute surface potagère. Et quel sain régal ! Bon appétit et allez l'AJA !

 

 

En savoir plus :

 

La tomate a forcément droit de citation dans ce site culinaire, simple, précis et bien fait. Des recettes cuisinées de mère de famille, à l'intention de  tous, tout simplement. On y voyage aussi. Certes, nous y sommes  loin de « Top Chef » ! Cela n'a rien de très bobo non plus !  Point de photos artistiques, ni de 3D ! Se nourrir, juste, bien et bon.  Son nom : « Les Recettes de cuisine de Pascale » (au féminin). Via le net. Un site qui corrobore la maxime suivante : « On ne peut pas faire de cuisine, si l'on n'aime pas les gens ».

 

Gauthier PAJONA

 

 

 

Et encore une douche froide pour la région Bourgogne Franche-Comté ! Un de ces jets d’eau bien glacial, au sens figuré du terme, qui vous tombe dessus, de la tête aux pieds, quand il n’est pas projeté dans la face : ça calme !

Oups, le réveil du petit matin n’en sera que meilleur afin de reprendre ses esprits et passer enfin à autre chose. Car celles et ceux des observateurs de la sphère politique qui s’attendaient à de notables surprises à l’énoncé de la liste gouvernementale, déclamée par le secrétaire général de l’Elysée, en cette fin d’après-midi de vendredi, en auront été pour leurs frais. Surtout pour les prétendants politiques de notre contrée !

Certains croisaient encore les doigts de façon à conjurer le sort. D’autres espéraient en secret toucher enfin le Graal sur un malentendu à la Jean-Claude DUSSE (« Les Bronzés ») ! Quelques-uns ne se faisaient plus d’illusions quant à leur

avenir tricolore : résultat des courses, pas l’ombre d’un représentant politique de Bourgogne Franche-Comté n’est finalement admis dans le cénacle suprême de la République, à savoir le gouvernement. Un revers lourd de conséquence pour le

rayonnement public de notre territoire…  

 

Une « Bourguignon » n’en cache pas nécessairement un autre !

 

Ironie du sort, lié à ce funeste contexte géographique, il y a bel et bien une Brigitte BOURGUIGNON (sic) au poste de ministre de la Santé – cela ne s’invente pas – qui pourrait prêter à sourire et à nous dérider un peu. Non pas, au niveau des compétences de la personne. Mais, bien au niveau de son patronyme. C’est le seul fil d’Ariane direct avec notre région, désormais orpheline de tout représentant gouvernemental pour ce nouveau mandat.

Pas de veine, donc, pour la première contrée industrielle de l’Hexagone et l’une qui se dépeuple à la vitesse grand « V » au plan démographique. Comme se plaisent à le répéter bon nombre de politiques du sérail lors de leurs visites en entreprises. A l’heure où l’attractivité territoriale et ses leitmotivs de dynamique battent leur plein dans toutes les alcôves institutionnelles et économiques de notre pays, il est tout de même regrettable de ne pas avoir choisi un vrai (ou une vraie, aussi) capitaine d’industrie de la politique régionale, issu de la gauche, de la droite et du centre – bref tout ce qui compose à l’heure actuelle la Macronie dans toute sa splendeur -, possédant la dimension, voire l’ambition ministérielle.

 

 

La Côte d’Or ne fournit plus de ministres à l’Etat…

 

Pourtant, ces personnalités existent. Certaines ayant déjà tenu un rôle important par le passé dans le saint des saints de la politique hexagonale : la gouvernance au plus près de l’Elysée.

Ainsi, beaucoup pensaient que le maire de Dijon, l’ancien socialiste François REBSAMEN, converti à la cause LREM, serait dans les petits papiers de la nouvelle Première ministre, Elisabeth BORNE. A la tête de son propre mouvement, « Fédération Progressiste », l’ancien ministre du Travail, de l’époque François HOLLANDE, pouvait prétendre jouer un rôle stratégique à l’aune de ce deuxième quinquennat. Son nom était apparu à plusieurs reprises parmi les favoris des bookmakers de la politique française. En vain.

 

 

Autre ténor politique de la Côte d’Or : le sénateur François PATRIAT, un acteur de la vie publique très proche du locataire de l’Elysée. Les PME, le commerce, l’artisanat, voire l’agriculture et la pêche auront été ses items de prédilection lors de son passage en qualité de secrétaire d’Etat à l’époque de la cohabitation musclée devant rapprocher, bien malgré eux, Jacques CHIRAC à Lionel JOSPIN.

Très investi pour impulser la dynamique des comités de soutien à la candidature du ticket « Macron II » – il a effectué plusieurs fois le déplacement depuis Dijon jusqu’à Auxerre afin d’y rencontrer les aficionados de la cause présidentielle -, il n’a en revanche jamais laissé planer le doute sur ses intentions (aucunes) de ne pas reprendre un maroquin ministériel.

 

 

« La vie ne s’arrête pas à un poste au sein du gouvernement… »…

 

Quant au seul et unique représentant gouvernemental régional du précédent exercice, piloté par Edouard PHILIPPE, puis par Jean CASTEX, l’Icaunais Jean-Baptiste LEMOYNE, son bail n’a donc pas été renouvelé.

Lui qui avait vu au cours de ces cinq années de présence au cœur de la « Dream Team » de Matignon son portefeuille s’accroître tel un trader de la City ayant réalisé une OPA sur les Petites et Moyennes Entreprises après le départ forcé d’Alain GRISET.

Allait-il conserver son poste ? Le conforter en y ajoutant une nouvelle ligne de compétences à sa carte de visite ? Ou ne plus être intégré dans la partie ? Toutes les options étaient envisageables.

Rencontré il y a peu à Toucy, lors de l’inauguration de la permanence de l’un des prétendants à la députation dans la première circonscription de l’Yonne – Victor ALBRECHT -, Jean-Baptiste LEMOYNE était resté évasif sur le sujet. Se contentant de reconnaître avec humour que « la vie ne s’arrêtait pas à un poste de membre du gouvernement ».

Prémonitoire ? Sans aucun doute, mais il était beaucoup trop tôt pour en parler de manière convenue, selon le respect du sacro-saint principe de l’embargo informatif qui s’applique en France, au nom du protocole.

 

 

Même le patronyme de Guillaume LARRIVE, autre pointure de la politique régionale positionnée pourtant dans le camp adverse, celui des Républicains, avait circulé un tant soit peu sur les antennes des télévisions nationales pour figurer au sein de l’équipe gouvernementale.

« De la pure fiction, devait rappeler l’intéressé lors la conférence de presse de son lancement de campagne, un député ne répond pas aux ordres de l’Elysée ; il n’était donc pas question d’accepter ce qui aurait été une perte totale de légitimité…».

Des propos devant couper court à toutes les rumeurs et autres intox circulant çà et là, aux dires du parlementaire de l’Yonne.

 

Qui pour défendre les intérêts de la région BFC auprès de Matignon ?

 

Nonobstant, cette absence criante de représentativité géographique au sein du gouvernement ne peut être que préjudiciable in fine pour la Bourgogne Franche-Comté. Pour sa visibilité. Pour la défense de ses atouts et de ses intérêts. Pour son rayonnement à l’international, aussi. Et surtout pour pouvoir porter dans la stratosphère politicienne le développement de ses infrastructures et autres projets conduisant au renforcement de son attractivité économique.

Une véritable scoumoune, en fait, alors que d’autres régions, voire départements de France (à l’instar de celui du Nord) arrivent à placer quatre de leurs personnalités politiques parmi l’équipe de choc qui a pour mission de prioriser et de dynamiser les dossiers au cours de ces cinq prochaines années. La douche froide, vous dis-je !

Thierry BRET

 

Précurseur, le Syndicat départemental d’Energies de l’Yonne ? Oui, assurément. Sur un registre de plus en plus vaste, par ailleurs. Celui qui concerne la transition énergétique, sa véritable raison d’être au quotidien. La signature d’une convention de partenariat avec l’Université de Bourgogne et la SATT SAYENS l’atteste : le SDEY souhaite booster sa politique de recherche et développement avec les laboratoires universitaires. Incitatif pour accueillir des start-up régionales…

 

VENOY : C’était l’un des évènements majeurs parmi cet évènement. Eclectique dans son approche, entre la présence d’exposants et une trentaine de stands, et un plateau de conférences d’une pertinence aigue sur le sujet – les réels enjeux de la transition énergétique -, le Salon de l’Innovation 2022, porté par le Syndicat départemental d’Energies de l’Yonne (SDEY) comprenait un autre temps fort, haut en symbole au plan des retombées économiques à venir : la signature d’une convention de partenariat – plutôt un protocole d’accord-cadre avec exactitude – portant sur la coopération scientifique et technique avec l’Université de Bourgogne et la SATT SAYENS (Société d’accélération du transfert des technologies).

Soucieux d’impulser une réflexion s’appuyant sur la recherche et le développement, la fameuse « R&D » qui stimule d’ordinaire les industriels, le SDEY a voulu se rapprocher de ce pôle universitaire régional, qui englobe parmi ses ramifications plusieurs laboratoires. Des outils où les neurones et les expériences carburent à bon escient sur le sujet de prédilection de l’organisme institutionnel.

 

 

 

Les véhicules autonomes, l’une des priorités de ce partenariat…

 

Le contenu de cet accord se veut pragmatique. Il s’agit pour ses signataires de définir un cadre de coopération, de concertation et d’échange d’informations mais aussi de promotion et de suivi d’activités. Celles-ci se rapportant à la recherche, la formation, l’expertise et le renseignement scientifique définis sur un certain nombre de thématiques.

Les items, dans les grandes lignes, sont au nombre de quatre : l’amélioration de l’autoconsommation collective des bâtiments – cela induit la production, le stockage et les batteries -, le stockage des énergies et la réinjection sur les réseaux, des actions de développement à relayer au niveau du territoire, et, dernier point, tout un volet de réflexions sur l’optimisation des véhicules autonomes. A l’instar de ceux qui devraient être usités sur la commune de Vézelay.

Une louable intention de la part du SDEY qui possède un deuxième objectif derrière la simple signature de ce protocole, permettant de faire converger les esprits et les actes. Le Syndicat départemental d’Energies de l’Yonne aimerait devenir le partenaire idoine de start-up régionales, désireuses de croître et de prospérer. Un lieu pour les accueillir est déjà tout trouvé : les locaux que possède le SDEY à Migennes. Le Syndicat d’Energies en business center au service de la transition énergétique ? Rien d’impossible, en somme !

 

 

En savoir plus :

 

La signature de cet accord-cadre de coopération scientifique et technique a été ratifiée par Catherine GUILLEMIN, présidente de la SATT SAYENS, Vincent THOMAS, président de l’Université de Bourgogne et Jean-Noël LOURY, président du SDEY.

SAYENS a accès aux compétences et innovations des 6 500 chercheurs, 4 000 doctorants issus des 140 laboratoires de recherche publique répartis sur les régions Bourgogne Franche-Comté et Grand-Est (Lorraine, Sud Champagne-Ardenne et Troyes).

 

Thierry BRET

 

Articles

Bannière droite accueil