Satisfaite de sa présence en mars dernier sur cette manifestation professionnelle où elle devait engranger plus de quatre-vingts contacts positifs sur sa vitrine, la Chambre des Notaires de l’Yonne a rendu la pareille ce mercredi midi en permettant à l’heureux gagnant d’une tombola de glaner un week-end pour deux personnes à vivre dans un établissement « Relais et Châteaux » de son choix. Un tirage au sort vertueux pour le lauréat de ce jeu, Xavier GAILLARD, qui devait signer le soir-même l’acquisition de sa nouvelle propriété à APPOIGNY en présence…d’un notaire !

AUXERRE : Le hasard fait bien les choses ! Et ce vieil adage ne s’y trompe point. Xavier GAILLARD, ancien commerçant originaire de Villeneuve l’Archevêque, a profité de la main innocente d’un enfant présent avec ses parents dans les allées du parc des expositions le 04 mars dernier pour remporter le somptueux premier lot mis en jeu au cours de cette tombola organisée par la chambre départementale des notaires.

Ce prix, un séjour pour deux personnes dans l’un des 166 établissements de la chaîne des « Relais et Châteaux » en France, lui a été remis au cours d’une brève cérémonie conviviale ce mercredi 04 avril au siège de la chambre en présence de plusieurs représentants de la filière notariale dont Me Jean-Marie ODIN, président en exercice jusqu’au 25 mai prochain et de son successeur, le vice-président Me Laurent TOPIN.

Les choses ont été faites dans le respect protocolaire de ce type de manifestation, sous le contrôle de Me Eric TEBOUL, président de la Chambre des Huissiers de justice de l’Yonne.

Un séjour de belle facture à gagner chaque année…

Depuis une décennie, chaque année, la Chambre des Notaires de l’Yonne offre ainsi un tel séjour dans l’une de ses illustres maisons de l’art de vivre à la française à l’un des visiteurs du Salon de l’Habitat à Auxerre. Le principe d’une tombola, prévue dans les règles de l’art, assure une fréquentation optimale sur le stand géré par les professionnels du droit mais aussi une manière de joindre l’utile à l’agréable pour les personnes en quête de renseignements précis sur des questions juridiques.

Un choix stratégique au plan de la communication qui a fait ses preuves puisqu’au terme de cette édition 2018, plus de quatre-vingt personnes sont venues explicitement consultées les notaires de l’Yonne durant les trois journées de ce salon afin de quérir de précieux renseignements.

Xavier GAILLARD, l’heureux gagnant du jour, aura été l’un de ceux-là ayant glissé subrepticement son bulletin dans l’urne sans trop y croire. Ce n’est que quelques jours plus tard grâce à une missive transmise par le réseau postal que le futur vainqueur du gros lot se retrouva devant le fait accompli en dépouillant un courrier émanant de la chambre notariale de l’Yonne : il avait remporté le premier prix !

Issus d’une sélection initiale de 27 prétendants à la candidature, trois jeunes femmes et quatre garçons, âgés de 16 à 18 ans, composent le précieux effectif de cette seconde session de recrutement qui a intégré les services de secours départementaux ce mardi 03 avril à l’issue d’une cérémonie protocolaire officielle en présence des familles. Répartis de manière équitable aussi bien en zones urbaines qu’en zones rurales, celles qui éprouvent le plus difficulté à incorporer de nouveaux volontaires, les membres de cette première promotion 2018 entameront durant cinq semaines leur cycle de formation avant leur affectation définitive. Une expérience globale de huit mois que ces jeunes gens ont hâte de vivre aux côtés de leurs tuteurs…

AUXERRE : Leur mission s’étalera sur un rythme de 24 heures/semaine jusqu’au 30 novembre 2018. Tous auront à cœur d’apporter leur pierre à l’édifice en faisant de leur mieux pour faire preuve d’altruisme et de solidarité envers les citoyens. Face au bilan positif obtenu après la première session survenue en octobre, le SDIS de l’Yonne (Service départemental d’incendie et de secours) n’avait d’autre alternative que de reconduire cette opération, brillante à différents égards.

Une volonté que devait expliquer le lieutenant-colonel Jérôme COSTE lors de sa prise de parole en ouverture de la cérémonie. « Accompagnés de leurs tuteurs et de leurs chefs de centre, ces jeunes gens vont vivre une expérience incroyable au service de nos concitoyens. Ils ont un rôle majeur à jouer dorénavant dans la société : travailler sur leur propre savoir-faire et savoir-être avant transmettre cet ensemble de valeurs et de les partager grâce à cette expérience… ».

Au terme de la formation initiale, les quatre garçons et les trois jeunes filles accompagneront les personnels de cinq centres de secours du corps départemental disposant d’une garde postée (Auxerre, Avallon, Joigny et Villeneuve sur Yonne). En parallèle, ils seront opérationnels dans le centre de secours le plus proche de leur domicile en qualité de sapeur-pompier volontaire (SPV), tout en prenant part à des actions promotionnelles autour du volontariat à destination de la jeunesse. Un réel bénéfice pour trois centres ruraux éprouvant de sérieuses difficultés à grossir ses effectifs : Brienon sur Armançon, Saint-Sauveur en Puisaye ou Toucy.

Des tests sélectifs par l’approche des compétences…

Dès le mois de février, vingt-sept jeunes candidats avaient déposé leur dossier de candidature pour espérer intégrer le cycle formatif de cette deuxième session des volontaires du service civique. Nonobstant, il aura fallu attendre la phase de tests, prévue le mois suivant, pour entériner de manière définitive la liste de la future promotion qui ne devait pas excéder dix personnes. In fine, le nombre de postulants retenus s’élèvera à sept personnes. Endurance, résistance des membres supérieurs, montée à l’échelle, parcours avec un sac de premiers secours composaient cette série d’épreuves où chacun put jauger ses aptitudes physiques. Les avis médicaux devant compléter cette batterie de tests. Les heureux bénéficiaires de ce service civique apprendront ensuite à vivre ensemble au premier jour de leur formation.

Déjà en octobre une première expérience réussie pour sept jeunes…

Décrété par le législateur via le texte de loi du 27 janvier 2017 relatif à l’égalité et à la citoyenneté, le service civique « sapeur-pompier » ouvre de réelles perspectives pour ce corps territorial. Dès le mois de mai de l’année dernière, Christophe BONNEFOND, président du SDIS 89 et vice-président du Conseil départemental de l’Yonne, validait cette opportunité qui permet de compléter le plan volontariat 2020, instauré en février dernier. A raison de deux sessions de recrutement annuelles, par semestre, un contingent de vingt jeunes volontaires viendra grossir les rangs des effectifs de l’un des 36 centres départementaux en déficit.  

« Ce qui peut paraître simple sur le papier est parfois complexe à mettre en place, expliqua l’élu départemental à la tribune, pourtant, intégrer en qualité de service civique volontaire les sapeurs-pompiers représente une chance extraordinaire pour cette jeunesse. Apprendre les bases de la citoyenneté en sauvant les biens et les personnes représente un magnifique objectif… ».

Appelant déjà à la mobilisation des futurs candidats de la troisième session dont la phase sélective débutera à l’automne, Christophe BONNEFOND souhaita que l’ensemble des 36 centres départementaux soient bénéficiaires de cet engouement de la part des nouvelles générations.

Lors de la conclusion, la directrice du cabinet de la préfecture, Julia CAPEL-DUNN, félicita ces nouvelles recrues pour leur civisme et leur générosité à vouloir pratiquer les vertus de l’entraide et de la solidarité envers autrui. « Votre mission, concluait-elle, est aussi de véhiculer ces informations autour de vous en les faisant rayonner parmi les jeunes gens de votre âge… ».

La remise de la bande patronymique et de l’écusson officiel à apposer sur le revers de la veste ainsi que la signature de l’acte d’engagement ne furent plus ensuite que de simples formalités, applaudies par l’assistance.

Profitant du salon « Fiers d’être apprentis » dont elles auront été l’un des fers de lance au niveau de l’attractivité populaire ce week-end à AUXERREXPO, les sélections régionales des Olympiades des Métiers, se rapportant à la branche professionnelle de l’alimentaire, auront permis à plusieurs dizaines de jeunes et prometteurs talents de s’affronter lors d’une multitude d’épreuves selon les catégories concernées : boucherie, boulangerie, pâtisserie confiserie, service en salle et cuisine. Chacun espérant se qualifier pour les finales nationales prévues à Caen du 28 novembre au 01er décembre…

AUXERRE : Organisées par la Région Bourgogne Franche-Comté, les sélections régionales des Olympiades des Métiers, qualificatives pour les finales nationales, auront mobilisé le week-end dernier la fine fleur des jeunes talents (apprentis, lycéens, professionnels, étudiants, salariés…) motivés à l’idée de pouvoir affronter meilleurs qu’eux lors d’épreuves de longue haleine représentatives de plus de 45 métiers.

Devant avoir obligatoirement moins de 23 ans (voire 25 ans pour certaines catégories professionnelles), les concurrents à ces joutes artisanales de haute volée et à forte potentialité psychologique en matière d’endurance se livrent un combat sans merci avec le plus grand professionnalisme possible pour tenter de gagner l’une des places sélectives pour l’étape suivante : les échéances nationales, dans un premier temps. Avant de rêver aux concours internationaux, européens ou mondiaux, selon les aptitudes à réussir brillamment les épreuves imposées.

Concoctées avec le soutien de nombreux partenaires institutionnels (centres de formation, chambres consulaires, branches professionnelles) et économiques (les entreprises elles-mêmes), ces Olympiades revêtent d’un très grand intérêt pour les participants qui disposent d’un temps restreint pour assurer une série d’épreuves techniques liées à la bonne exécution de leur métier…Et souvent, face au public !

Vitrine des savoir-faire des entreprises locales, ces Olympiades demeurent un excellent moyen de communiquer autour de ces métiers issus majoritairement des filières artisanales et industrielles et leurs formations.

Un excellent niveau technique observé par le jury de l’Yonne…

A Auxerre, dans l’antre du parc des expositions, les valeureux candidats de l’épreuve de cuisine disposaient de cinq heures de compétition pour confectionner un carré de veau et une tartelette de fruits divers. Les critères d’évaluation du jury reposaient sur les caractéristiques de l’hygiène, de la maîtrise de l’intervenant au plan de la technicité, de l’association des goûts et de saveurs, de la cuisson ou encore de l’envoi de l’assiette en salle de dégustation.

Président du jury cuisine, Vincent DEHARBE, le talentueux chef du CIFA de l’Yonne, supervisait les six candidats originaires de Bourgogne et de Franche-Comté avant de rendre son verdict aux côtés de ses condisciples. Dont l’une des références de la gastronomie régionale, le spécialiste es truffes Jean-Luc BARNABE.

« Le niveau technique de ces candidats était excellent pour des jeunes gens issus de différentes formations, précisa le chef Icaunais, plutôt bluffé par tant de hardiesse derrière les fourneaux installés au beau milieu de l’espace quatre mille d’AUXERREXPO par le CIFA de l’Yonne et TECHNIFROID, je tiens à préciser que l’ensemble de ces plats ont tous été envoyés ce qui n’est pas toujours le cas lors de ces concours, prouvant ainsi la volonté sans borne et la ténacité de ces participants… ».

Quant aux résultats de toutes les disciplines de ces Olympiades régionales 2018, ils ne seront communiqués par la présidente de la Région Marie-Guite DUFAY, en personne, que le samedi 07 avril prochain au cours d’une cérémonie officielle dans les locaux de l’institution, boulevard de la Trémouille à Dijon.

L’ensemble des candidats issus de cette sélection Bourgogne Franche-Comté devra encore patienter un peu avant de connaître le patronyme des heureux lauréats, qualifiés pour l’épreuve nationale disputée en Normandie en décembre prochain…

Une vingtaine d’entrepreneurs, issus de la filière artisanale, se sont vus décerner différents accessits honorifiques à la Chambre de Métiers et de l’Artisanat de l’Yonne à Auxerre, en  présence du président de la vénérable structure consulaire, Jean-François LEMAITRE et de plusieurs représentants de la sphère institutionnelle et politique de notre territoire. Preuve que cette filière spécifique qui demeure la première entreprise de France sait aussi qualifier ses professionnels à l’aide de cursus mettant en avant leurs mérites et savoir-faire…

AUXERRE : L’exercice, traditionnel, offre chaque année l’heureuse opportunité de pouvoir mettre sous le feu des projecteurs ces femmes et ces hommes, chefs d’entreprise de l’artisanat, en évidence. Selon un rituel parfaitement huilé, au cours d’une cérémonie protocolaire se déroulant au siège icaunais de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat, ces entrepreneurs méritants reçoivent au terme de leur cursus pédagogique qui leur permet de gagner en aptitude et en perfectionnement leurs précieux sésames, sanctionnant l’obtention de leurs examens.

Présents à cette soirée, placée également sous le sceau de la convivialité et de l’empathie envers ces artisans valeureux (il n’est jamais aisé de faire vivre une entreprise artisanale dans le contexte économique actuel…), les élus du Conseil départemental de l’Yonne, à l’instar de Valérie LEUGER-DORANGE et Jean MARCHAND, mais aussi l’adjoint aux affaires économiques de la Ville d’Auxerre, Didier MICHEL (lui-même chef d’entreprise), procédaient aux côtés du président de la chambre consulaire Jean-François LEMAITRE à la remise des précieuses récompenses, devant tour à tour saluer la volonté et le charisme de ces récipiendaires.

La maîtrise de l’artisanat et de l’apprentissage récompensée…

Propriétaire du salon de coiffure « DEFI LOOK » à Jaulges, Sandra CROCHET a ainsi ouvert le bal de ce rendez-vous d’exception pour son titre de maître artisan. Puis, les organisateurs de la cérémonie mirent distinctement en évidence les lauréats 2018 de la catégorie des maîtres d’apprentissage confirmé. Au nombre de six, ils eurent droit à un tonnerre d’applaudissements de la part du public qui assistait à cet événement.

Sandrine BRICE (salon de coiffure installé à Saint-Valérien), Philippe PILLON (société éponyme à Toucy, peinture en bâtiment), Frédéric AMARO (société éponyme localisée à Soucy, positionnée dans le domaine de l’électricité), Fabien VACHERESSE (maréchal-ferrant à Taingy), David BOUTRON (entreprise de maçonnerie à la Ferté Loupière) et Anthony LIBAULT (boulangerie/pâtisserie à Pontigny nommée L’Alliance du Fournil) furent ainsi distingués.

Le poids stratégique de l’assistant au dirigeant d’entreprise…

On ne le dira jamais assez mais la réussite de toute entreprise artisanale de petite taille dépend de l’implication et du dévouement sans borne qu’offrent au décisionnaire de l’entreprise les conjoints. De la gent féminine (dans la plupart des cas) aux messieurs, ce qui n’est pas le plus usité dans la pratique.

Aussi, la remise des prix, au moment de féliciter les titulaires du diplôme d’Assistant du dirigeant d’entreprise artisanale, n’en avait que plus de saveur pour ces femmes qui agissent de manière officielle aux côtés de leurs entrepreneurs de mari.

Martine CEPA (entreprise David CEPA) officie en qualité de salariée dans cette structure spécialisée en menuiserie à Levis. Chef d’entreprise, Marie-France MORIZE gère les services administratifs à Rugny. Cécile ROUSSEAU possède le statut de conjointe collaboratrice au sein de la société ATRE DESIGN (chauffage et installation de cheminées) à Perrigny. Karine TAVARES dispose d’un statut similaire dans une TPE de vidange de fosse qui intervient depuis Vallan, ASSAINICLEAN. Valérie CHAVANNEAU est aussi conjointe collaboratrice aux côtés de son époux, Eric, qui est plombier-chauffagiste à Saint-Clément. Sandrine DAUSSY-PERDU est à la tête d’une société de service à la personne basée à Pont sur Yonne. Delphine JUILLET exerce ses activités avec Christophe dans l’entité éponyme (plomberie-chauffage) à Soucy. Enfin, pour clore cette liste de bénéficiaires, Valérie MOTA, salariée, travaille au sein de la SARL AGB RENOVATION, une entreprise générale du bâtiment à Sens.

Des lauréats également sollicités pour les trophées du numérique

Avant de conclure cette manifestation par la remise des trophées saluant les initiatives entrepreneuriales en matière de numérique, les représentants de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat accueillirent Mathilde FAVRY, salariée auprès de Mme HOCHART, gérante de la structure « Aux Cyclamens »-fleuriste à Sens, pour l’obtention du brevet de maîtrise de cette filière professionnelle de niveau 3.

Comportant trois catégories, les Trophées du numérique 2018 ont ainsi mis en exergue pour la qualité de son site Internet, Corinne MORIANO, spécialiste de l’encadrement d’art à Vermenton, les établissements SALOMEZ et Cie (piégeage et élimination d’insectes nuisibles à Toucy) pour l’optimisation de leur site marchand et Roger PIOT, de l’entreprise DRONE ALTITUDE (prise de vue aérienne  Guerchy), dans le cadre des usages innovants employés à partir de cette technologie.

Les membres du club des Ressources humaines, animé par la Chambre de Commerce et d’Industrie de l’Yonne, ont pu profiter de l’analyse conjoncturelle minutieuse de l’un des chargés des études économiques de la chambre consulaire lors d’un échange instructif. Cette présentation pertinente leur a permis de découvrir les ultimes statistiques et tendances se rapportant à l’évolution de l’emploi sur le territoire…Sous des auspices qui préfigurent au retour si attendu de l’optimisme…

AUXERRE : C’est une vérité digne des émules de La Palisse ! Mais, avec le retour d’une saine croissance, amorcée depuis plusieurs mois dans le paysage économique national, le nombre de postes à pourvoir au sein des entreprises tous secteurs confondus repart à la hausse. Engendrant déjà, a contrario, une réelle problématique qui affecte le travail quotidien des exégètes des ressources humaines : résoudre la très forte attente des chefs d’entreprise !

Cet état de fait impromptu pourrait très vite devenir le vilain caillou placé de manière sournoise au fond de la chaussure des recruteurs. Si l’on s’en réfère aux chiffres fournis par l’Association nationale des directeurs de ressources humaines (ANDRH), la charge de travail de cette caste corporatiste indissociable à la stratégie opérationnelle de l’outil entrepreneurial pourrait s’alourdir de 77 % dès 2019 compte tenu des immenses besoins des entrepreneurs.

Bref, les cellules RH des entreprises ne devraient pas connaître les instants parfois laborieux de l’oisiveté au cours de ces prochains mois. Y compris en 2019 où d’autres risques, tout aussi importants à maîtriser au sein de l’outil professionnel, devraient refaire surface avec ce retournement positif vers une embellie tant espérée. Il s’agit pour l’un d’entre eux de la revalorisation salariale. Au sein des grands groupes, on estime que le taux d’effort sur la valorisation des salaires pourrait s’élever à 3 % ! Autant dire que, d’âpres négociations pourraient s’engager à court terme entre collaborateurs et dirigeants de société…

Des indicateurs nationaux orientés vers l’optimisme

Il est vrai que les points conjoncturels successifs établis par les observateurs de la vie économique depuis quelques temps confirment le bien-fondé de cette reprise. Et, de facto, son corollaire légitime sur l’emploi. Responsable d’études économiques au sein de la Chambre de Commerce et d’Industrie de l’Yonne, Julien SISSOKO, n’a fait que conforter ces informations lors de son exposé, étayé par power point.

Depuis deux trimestres, la croissance s’est installée de manière progressive en France. Tutoyant presque les 2 % en matière d’augmentation avec un regain de bons de commande qui se traduit vers le secteur industriel. Côté emploi, plus de 100 000 créations de poste sont attendues. Localement, si la courbe des investissements présente une figure géométrique acceptable et si l’export suscite de nouvelles opportunités, en revanche, la balance commerciale de l’Yonne demeure dans le rouge, conservant une position négative.

Grâce au secteur intérimaire, l’emploi enregistre une croissance soutenue sur notre département à hauteur de 20 % (4 600 postes) tandis que le taux de chômage repasse la barre fatidique de 10 %. Ce dernier se stabilise depuis quelques semaines à 9 % même si au global, 26 500 demandeurs d’emplois demeurent en quête du précieux accessit leur permettant une insertion dans la vie sociale.

Parmi les données offrant une réelle vision de l’état actuel des choses sur le territoire, celles concernant la création de nouvelles entreprises (+ 2 %) ou encore le taux de pérennité à trois dans les activités de commerce (+ 60 %). Même le traditionnel bémol qui persistait toujours au niveau de la viabilité des entreprises (leur défaillance) infléchit la tendance avec – 17 % !

Des centaines d’emplois vont se créer dans l’industrie

Quant aux prévisions d’embauche, elles sont ténues dans certaines filières à l’instar de l’industrie qui envisagerait de recruter de nombreuses personnes. D’ailleurs, le seul secteur de l’aéronautique pourrait dépasser la centaine de nouveaux collaborateurs cette année ! Du jamais vu, dans l’Yonne !

In fine, ce sont 20 % des entreprises départementales qui espèrent augmenter leur effectif en 2018. Justifiant les + 2,5 % de taux de croissance en emplois salariés vécus à l’heure actuelle sur le Sénonais, ce qui situe cette zone géographique dans la même dynamique que le Doubs !

La typologie des filières porteuses de ces emplois, quant à elle, ne réserve guère de surprise : ce sont en effet l’intérim et l’industrie qui se taillent la part du lion. Inversement, le domaine de la construction et du commerce piétine et enregistre des soldes négatifs.

Quant aux contrastes territoriaux, ils révèlent que l’Auxerrois (+ 1,9 %) et le Sénonais (+ 1,4 %) se positionnent fort logiquement comme les zones les plus attractives à contrario d’Avallon (étale) et Joigny (- 1,2 %).

Si le commerce de détail se maintient, il n’en est rien, en revanche, au niveau du commerce de gros qui a chuté au niveau de l’emploi. Citons, aussi, parmi les filières où les postes sont les plus recherchés : le transport et l’entreposage, le conseil, le juridique, l’administratif et l’hôtellerie. Du côté des métiers, le magasinage, les relations commerciales, l’assistance adulte, l’assemblage, le tri, le conditionnement, le transport de longue distance et le personnel de cuisine figurent parmi les plus en vue.

Articles

Bannière droite accueil