L’œil pétillant de malice, monsieur le maire jubile ! Les projecteurs médiatiques sont braqués sur la localité dont il assume la gouvernance. Grâce à la concrétisation d’un projet qui ne concerne pas seulement les seniors. Un concept qui va dans le sens des besoins de ses administrés. Avec en filigrane la résolution des problématiques administratives, toujours complexes à appréhender lorsque l’on vit dans une bourgade d’un millier d’habitants…

 

AUGY : Le sourire bien affiché sur son visage, Nicolas BRIOLLAND, premier élu de la petite commune implantée au sud d’Auxerre, montre sa satisfaction. En accueillant un nouvel établissement à l’estampille de France Services, il apporte une réponse concrète à ses administrés. Celles et ceux qui éprouvent parfois des difficultés à résoudre des dossiers où le volet administratif est chronophage et omnipotent. Face aux méandres nébuleux de la paperasse, la proximité peut être l’une de ces solutions astucieuses qui facilite l’existence.

Aussi, l’idée de doter la commune de ce dispositif qui a fait montre de son efficacité depuis son lancement a fait tilt dans l’esprit de l’édile. Quelques rencontres fructueuses avec les services de l’Etat (ceux de la préfecture) et l’appui des élus du canton vont précipiter les choses.

Ouverte depuis le mois de décembre, la vingt-septième maison France Services, recensée dans l’Yonne, a trouvé son point d’ancrage en mairie. Une adresse facile à trouver donc, pour celles et ceux des citoyens du Sud Auxerrois qui en feraient usage à bon escient.

 

 

 

Un projet sous le sceau de l’engagement et de l’ambition…

 

 

Mobilisé dès le début du projet, le conseil municipal a réagi positivement comme un seul homme à la proposition du maire. Un acte d’engagement qui a poussé Nicolas BRIOLLAND à poursuivre avec célérité le montage du dossier.

« Nous sommes réellement rentrés dans une phase de dynamique avec ce concept, explique au micro un maire prolixe dans ses propos, nous l’avons accompagné en y injectant un peu d’argent nécessaire à l’acquisition du matériel adéquat, notamment informatique… ».

L’Etat a aussi apporté sa pierre à la construction de ce nouvel édifice sociétal très utile. Côté pratique, les horaires d’ouverture ont été revus à la hausse, avec une amplitude quasi journalière, hormis le jeudi, afin de permettre au plus grand nombre d’habitants de bénéficier des offres de services de ces neuf partenaires institutionnels référencés in situ.

L’Etat, il en sera encore question dans les remerciements du maire, adressés au préfet de l’Yonne Henri PREVOST, assis au premier rang de cet auditoire attentif à ses réactions. Côte à côte, ont pris place le député de la circonscription Guillaume LARRIVE, le vice-président du Conseil départemental élu de ce canton, Christophe BONNEFOND, Patrick GENDRAUD, chef de file de l’organe départemental institutionnel ainsi que la sénatrice Marie EVRARD.

 

 

30 000 euros d’aides annuelles injectées par l’Etat…

 

La nation tricolore soutient ce projet en y allouant un investissement de trente mille euros annuels assurant ainsi la bonne fonctionnalité de ce service, un vrai supplément d’âme qui est destiné à tous.

Nicolas BRIOLLAND insista ensuite sur l’aspect ambitieux de ce concept.

« Pour nous, cette ambition se détermine par l’aide apportée à un maximum d’usagers de notre territoire, argumenta-t-il, et ils sont nombreux puisque venant bien au-delà de notre périmètre cantonal… ».

La liste des partenaires de ce projet collectif fut énumérée. Mais, elle ne se limitera pas à ces seuls participants initiaux.

« Nous avons déjà commencé de travailler sur la base de nouveaux ajouts à ce partenariat, expliqua Nicolas BRIOLLAND, ce dispositif est évolutif… ».

Quant au rayonnement de cette maison France Services (la plus proche au sud d’Auxerre n’est autre que celle de Vermenton, officialisée ces jours-ci), elle irrigue au-delà du périmètre d’Augy. Et ce, sur une première période de trois ans que le maire pense déjà renouveler pour en optimiser sa pérennité.

 

Un projet de maison commune à horizon 2023…

 

Puis, Nicolas BRIOLLAND profita de son auditoire et des circonstances pour évoquer un projet qui lui tient pleinement à cœur : celui de l’édification de la maison commune à court terme, prévue l’année prochaine.

« Dans cette nouvelle mairie, souligne-t-il, nous regrouperons tous nos services publics. La Maison France Services, évidemment, mais aussi l’agence postale. Je voulais à ce titre remercier La POSTE (l’établissement était représenté par la nouvelle déléguée départementale Christine MORANGE) qui est un partenaire indispensable pour apporter cette proximité de moyens auprès de tous ! ».

Toutefois, le maire d’Augy aimerait voir s’ajouter parmi ses services nécessaires au bon équilibre de la vie quotidienne en zone rurale de ses habitants l’installation d’un distributeur. Une équation beaucoup plus complexe à résoudre et à mettre en place, apparemment. A noter que le budget de ce projet en cours de conception coûtera environ 400 000 euros hors taxes.

 

 

En savoir plus :

La liste des neuf partenaires accueillis à la maison France Services sont :

La CAF, la CPAM, la MSA, la CARSAT/AGIRC-ARRCO, la DDFIP, Pôle Emploi, la préfecture, la justice et La POSTE.

 

Thierry BRET

 

L’horaire et le jour sont inhabituels. Mais qu’importe, à défaut de grives, on aime manger des merles dans notre pays de cocagne ! La réunion ouverte au public ce vendredi 11 février au SKENET’EAU dès 14 heures a le particularisme d’accueillir des poids lourds de la politique hexagonale, soutiens de la candidate Les Républicains Valérie PECRESSE. A commencer par Gérard LARCHER et Laurent WAUQUIEZ …

 

MONETEAU : On le sait depuis longtemps le président du Sénat Gérard LARCHER aime se déplacer dans l’Yonne. Dès qu’il en a l’opportunité, il quitte le Palais du Luxembourg pour se rendre à quelques cent cinquante kilomètres de la capitale pour y humer l’air champêtre et bucolique de notre charmant territoire. Mais, cette fois-ci, point de visite d’entreprises à biffer sur son agenda.

Le président LR du Sénat participera vendredi 11 février après-midi à une réunion de campagne publique, accueillie par deux des parlementaires icaunais, engagés derrière la candidate Valérie PECRESSE : le député de la première circonscription et conseiller politique auprès de l’élue francilienne Guillaume LARRIVE et la sénatrice UDI Dominique VERIEN.

Outre ce haut personnage de l’Etat, le président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes et ancien président des Républicains, Laurent WAUQUIEZ, un temps pressenti lui aussi pour jouer un rôle de tout premier plan lors de ces présidentielles, sera également de la fête.

 

 

 

Unis comme les cinq doigts de la main derrière le projet de Valérie PECRESSE…

 

Tous sont donc unis comme les cinq doigts de la main derrière le projet que porte la présidente de la Région Ile-de-France, qui espère se qualifier au soir du premier tour pour la seconde joute devant l’opposer vraisemblablement à Emmanuel MACRON lors de ces échéances électorales.

Chacun apportera sans doute sa propre vision analytique de cette campagne officielle qui s’amorce en France, en commentant abondamment les axes stratégiques et perspectives mis en exergue en cas de victoire par la candidate de la droite et du centre droit.

Le Comité de soutien, « L’Yonne avec PECRESSE », piloté par le tandem Guillaume LARRIVE/Dominique VERIEN, à l’initiative de ce déplacement politique d’importance pour notre territoire, a ajouté une autre séquence avant ce rendez-vous public.

Une immersion en milieu de matinée au foyer communal de Paron où une table ronde autour de la santé (l’une des thématiques essentielles qui préoccupe de plus en plus les Français après la crise de la COVID) sera organisée en présence de professionnels de la filière.

L’évènement politique du jour se terminera par une séance photographique de groupe réalisé aux alentours de 16 heures dans la localité périphérique d’Auxerre. Histoire d’immortaliser parmi les souvenirs la venue de ces deux ténors de la droite dans l’Yonne.

 

 

En savoir plus :

Réunion publique autour du projet de Valérie PECRESSE

A l’initiative du Comité de soutien de l’Yonne,

Vendredi 11 février à 14 heures

Salle du SKENET’EAU à Monéteau.

 

Thierry BRET

 

 

Le rendez-vous est inscrit dans le marbre. Celui de Carrare, flamboyant et solide ! Immaculé de toute aspérité qui viendrait en gêner le processus. Depuis 2018, à rythme trimestriel, employeurs et institutionnels de l’Avallonnais convergent vers un lieu commun, à l’invitation de la Mission Locale, provoquant un échange constructif lors d’un petit déjeuner. Une initiative participative au service de l’emploi…

 

AVALLON : La formule est bien rôdée. Quasi immuable et très attendue de ses participants. Des femmes et des hommes n’ayant qu’un seul objectif en tête : faire que les jeunes générations s’insèrent sans trop de difficultés dans la vie active. Vaste programme en pleine période de crise sanitaire ! Même si le chômage suit une courbe descendante, très appréciable des observateurs depuis plusieurs mois.

Nonobstant, il n’est pas si aisé pour un jeune diplômé ou de surcroît un décrocheur de se propulser vers l’emploi. Ne parlons pas des seniors, catégorie socio-professionnelle qui peine encore à faire ses preuves dans le monde du travail alors qu’ils n’ont plus rien à prouver, cela va de soi ! Eux qui, a contrario, possèdent savoir-faire et culture d’entreprise.

 

Un chef d’orchestre à la baguette de cette symphonie positive : la Mission Locale…

 

Dans l’Avallonnais, on a donc choisi le pragmatisme pour faire bouger les lignes. La recette qui n’a rien d’alimentaire tient pourtant en une série de mots appétissants: le petit déjeuner des employeurs.

Café, thé ou chocolat, assortis de leurs inévitables croissants et viennoiseries sont devenus de précieux auxiliaires pour aborder des sujets chaud brûlant sur l’actualité du travail. En pensant avant tout à résoudre l’éternelle équation se rapportant au recrutement. Le tout servi dans un état d’esprit constructif et novateur.

Une cinquantaine d’entreprises de ce bassin attractif y participent sans renâcler. Il y a du lourd (AJ Services 89, ADN Imprimeur…), voire du très lourd (SCHIEVER, Mc DONALD’S, Banque de France, Pneu LAURENT…) parmi cette représentativité à l’écoute et ouverte au dialogue. Celui que propose la Mission Locale à la baguette de ce grand orchestre qui ne veut pas jouer de fausses notes.

Quels dénominateurs communs animent ces « musiciens » ? Le besoin d’initier des partenariats utiles et efficients, de dynamiser ce réseau informel mais omniprésent, de mobiliser les jeunes sur le marché de l’emploi. Bref : une vraie mission sociétale qui pourrait presque s’apparenter à un défi de titan !

 

 

Des chiffres qui plaident en la faveur de la MILO…

 

Bras armé des pouvoirs publics s’activant au plus près de la territorialité, la Mission Locale est au cœur du dispositif mis en place à destination de la jeunesse, « 1 Jeune 1 Solution », qui obtient de vertueux résultats depuis son lancement.

Le bilan de la structure est éloquent : 849 jeunes sur les mille et une personnes contactées par la MILO ont été accompagnés par ses services ;  281 jeunes ont pu bénéficier du PACEA (Parcours d’accompagnement contractualisé vers l’Emploi et l’Autonomie) ; 111 d’entre eux sont entrés en Garantie Jeunes ; 132 profitent d’un plan de formation ; 554 nouveaux contrats de travail ont été signés en 2021 et 155 entreprises ont été en contact avec l’organisme au cours de cette dernière année, en proposant 71 offres d’emploi. Pas si mal, au terme de douze mois de l’existence vécue au rythme de la pandémie !

Bien que la date de la prochaine rencontre n’a pas encore été divulguée, on imagine aisément que les adhérents de ce club des employeurs très investis au sein de leur mission se satisfont déjà de se retrouver autour de ces viennoiseries, prétexte à ingérer de la nourriture beaucoup plus consistante intellectuellement pour aborder les vrais problématiques de l’emploi.

 

Thierry BRET

 

On connaît tous la conquête de l’Ouest, symbolisée par autant de westerns qu’ils soient spaghettis ou de pure tradition, fleurant bon les paysages sauvages et l’éternelle rivalité entre cow-boys et indiens. Place désormais à la conquête vers l’Est ! Telle que la conçoit depuis plusieurs années, le groupe de grande distribution SCHIEVER. Après la Pologne et le Tadjikistan, ainsi qu’un bureau d’achats en Russie, voici l’Ouzbékistan qui rejoint ce club de moins en moins restreint où l’enseigne de l’Yonne inaugure de nouveaux commerces.

 

AVALLON : Tachkent, cela vous parle ? Pas vraiment, à première vue. Pourtant, c’est là-bas, dans cette ville faisant office de capitale de l’Ouzbékistan, ex-république de l’URSS, que vient d’être inaugurée le 13 janvier la quatrième supérette à l’estampille de « bi1 », sous l’égide du groupe de distribution SCHIEVER. Mettant ainsi, provisoirement peut-être, un terme à la série inaugurale en cours, soit quatre boutiques marchandes ouvertes depuis le mois de décembre dans l’un des quartiers de la cette métropole, forte de ses 2,5 millions d’habitants. Une véritable aubaine pour l’entreprise dont le siège social se situe en terre icaunaise. Nouvelle contrée à ajouter à son escarcelle et surtout de belles perspectives pour la structure qui poursuit ainsi avec succès son déploiement à l’international, sur la façade orientale de l’Europe et en Asie mineure.

Directeur général du groupe, Vincent PICQ, figure emblématique de l’entrepreneuriat en Bourgogne septentrionale (il est également le président du Réseau Entreprendre sur le département de l’Yonne) a effectué le déplacement sur place afin de vivre la cérémonie protocolaire d’usage, habituellement réservée aux ouvertures de nouveau magasin.

 

 

Un projet né d’un rapprochement avec un actionnaire minoritaire local…

 

Si le patron de cet incontournable acteur de la grande distribution n’a pas défloré les détails stratégiques de la manœuvre, il n’empêche qu’il souhaite un développement rapide de l’activité dans le pays.

« Il s’agit de magasins ouzbeks dont les produits sont fabriqués localement pour leur population, précise Vincent PICQ, c’est en nous impliquant aux côtés de fabricants dans l’évolution des usages et en travaillant avec les producteurs locaux que nous répondrons aux besoins de la population. En particulier, avec une offre d’environ huit cents produits à marques de distributeur… ».

Le concept est né d’un rapprochement avec un actionnaire minoritaire du pays. Cette chaîne de distribution repose sur deux activités à la complémentarité évidente : le commerce de détail et dans un futur proche, le e-commerce.

 

 

Des produits locaux de qualité proposés à bas prix…

 

Quant à la finalité du projet, elle est louable à bien des égards : permettre à la population d’avoir accès à une alimentation locale de qualité à bas prix. Judicieux, d’autant que le pouvoir d’achat y est faible.

Mis en œuvre depuis le début de 2021, le projet qui mobilise aujourd’hui une centaine de collaborateurs sur place et une centaine de producteurs locaux (les circuits courts applicables à la mode ouzbeks !) s’est appuyé également sur des échanges diplomatiques de qualité. Lors de ses voyages, Vincent PICQ a eu l’opportunité de s’entretenir avec le vice-Premier ministre, Adham ILHOMOVICH et le ministre des Finances, Jamshid QO’CHQOROV.

Naturellement, avec cette manne d’emplois créés sur place, la venue du groupe tricolore est perçue comme très bénéfique. L’ambassadrice de France à Tachkent, Aurélia BOUCHEZ n’a pas manqué de saluer le professionnalisme de SCHIEVER qui va proposer à la population locale une offre de produits aux meilleurs prix à partir de produits locaux de qualité.

 

 

En savoir plus :

SCHIEVER à l’international, c’est huit hypermarchés « bi1 » en Pologne et quatre au Tadjikistan,

C’est un total de 15 enseignes, 188 magasins et 7 000 collaborateurs en France, Pologne, Tadjikistan et Ouzbékistan.

 

Thierry BRET

 

 

 

Ce n’est pas une rumeur. C’est une certitude. Un dixième comité de soutien icaunais tout acquis à la cause du Président de la République française devrait voir le jour d’ici peu, sous huitaine, à Auxerre. Parmi les noms des personnalités devant le rejoindre figureraient l’ancien ministre du Travail et de l’Emploi Jean-Pierre SOISSON et l’emblématique coach au bonnet bleu et blanc de l’AJA, Guy ROUX !

 

AUXERRE : C’est du lourd, du très lourd, en fait, en termes de notoriété et d’image pour dynamiser le futur comité de soutien à la candidature du Président de la République devant être porté sur les fonts baptismaux d’ici peu dans la capitale de l’Yonne !

La dixième structure opérationnelle sur notre territoire devrait accueillir deux incontournables figures du patrimoine icaunais. L’un est issu de la sphère politique, l’ancien ministre giscardien aux multiples mandats régionaux et locaux, Jean-Pierre SOISSON ; l’autre en provenance du milieu footballistique, l’éternel Guy ROUX, qui reste toujours au top de la popularité sportive dans l’Hexagone.

De quoi booster la dynamique que souhaitent mettre en place sur l’Auxerrois quelques ténors de La République en Marche et de l’univers protéiforme d’Ensemble Citoyens dont Victor ALBRECHT, qui tient les baguettes de chef d’orchestre au niveau de l’animation de la campagne au plan national, de Malika OUNES, qui revient sous le feu nourri des projecteurs avec de réelles ambitions dans ce nouveau combat et de Laurent BOUQUET DES CHAUX qui a su apporter sa griffe personnelle sur cette zone géographique qui était encore dépourvue jusque-là de comité de soutien officiel. Curieusement, par ailleurs !

 

 

Des ralliements qui ne sont pas des surprises en soi…

 

Beaucoup de bousculade donc autour d’une candidature qui n’est pas encore officialisée (les préoccupations internationales inhérentes au délicat dossier de l’Ukraine freinent les ardeurs velléitaires de l’occupant du palais élyséen) mais l’ombre de sa déclaration plane au grand jour sur ces échéances capitales.

Le ralliement de Jean-Pierre SOISSON à la cause d’Emmanuel MACRON n’est pas une surprise en soi. L’ancien maire d’Auxerre avait formulé son intention de soutenir le chef de l’Etat dès novembre dernier.

Quant à Guy ROUX qui avait montré de la proximité avec Nicolas SARKOZY en 2007, il se lance dans ce nouveau challenge comparable à un match dont l’issue serait favorable au président sortant selon tous les instituts de sondage.

Une drôle de partie de football à élimination directe dès le premier tour et encore pour celles et ceux qui peuvent prétendre aux cinq cents parrainages obligatoires !

Ce qui est loin d’être gagné.

Jean-Pierre SOISSON/Guy ROUX en ambassadeurs de poids pour encourager Emmanuel MACRON sur l’Auxerrois ? C’est sûr, côté popularité, la course à l’Elysée est déjà pliée !

 

Thierry BRET

 

Articles

Bannière droite accueil