Dans le cadre de notre développement, nous recherchons des correspondants rémunérés, contacter Thierry Bret 06.20.31.05.53

Quasi centenaire (2019), l’entreprise de transport et logistique de l’Yonne table désormais sur le seul carburant crédible aux yeux de ses dirigeants pour se substituer au pétrole. Outre l’achat d’une vingtaine de tracteurs fonctionnant au gaz, la société a investi 1,5 million d’euros dans la construction d’une unité de distribution de gaz naturel à Auxerre. Ouverte au public, elle délivrera en 24H/24 du gaz naturel comprimé « GNC » et le dérivatif liquéfié, le « GNL »…

AUXERRE : Investir en faveur de l’environnement ! C’est le crédo tendance et réaliste de Christophe CHARBONNIER, responsable de l’entreprise de transport éponyme qui n’a pas hésité à apporter de la concrétisation factuelle à ses envies. L’ouverture depuis quelques semaines, dans la zone industrielle septentrionale d’Auxerre, d’une station de distribution de gaz naturel l’atteste.

Septième structure de France, permettant aux usagers professionnels (les transporteurs et les artisans) mais aussi les particuliers de pouvoir se procurer du gaz naturel pour leur mobilité, cette station de distribution est exploitée par GAZ UP, un groupement d’entreprises de transporteurs spécialisés dans le développement des énergies alternatives ayant pour objectif de créer un véritable maillage national.

Les six autres unités de distribution ont été déployées par les grands groupes gaziers tels que les entreprises AIR LIQUIDE, ENGIE ou GAZ NATURAL FENOSA à travers le pays. Inspirée par les directives européennes, la France n’en est encore qu’aux balbutiements sur ce dossier.

Mais, plusieurs projets existent dans les cartons. Au cours de ces douze prochains mois, une quinzaine de stations « GNLC » devraient éclore sur l’Hexagone, certaines sous la responsabilité des sociétés gazières, d’autres sous le contrôle de GAZ UP.

Mettre en exergue les valeurs de l’éco-citoyenneté

L’installation de l’Yonne constitue, quant à elle, la première station de la jeune société, soutenue par PICQ ET CHARBONNIER. Elle aura sollicité l’intervention de plusieurs partenaires français, dont le consortium CRYOSTAR, CRYOLOR et LTM. Le gros œuvre et l’auvent de l’infrastructure incombaient aux interventions des entreprises locales, COLAS, CESCHIN et NOGUES.

Désireux de posséder à terme l’une des flottes de poids lourds la plus propre du marché français, la société Icaunaise a investi dans l’acquisition de dix-sept tracteurs routiers de marque IVECO pour tester les bienfaits liés à ce nouveau carburant. Même si 60 % de sa flotte fonctionnent encore à l’heure actuelle à base de carburant Euro6.

Avantage de cette technologie pour les utilisateurs des camions : elle permet aussi de réduire les émissions de Co2 et d’éradiquer le rejet des fameuses particules fines, sujettes à bien des tracas dans le paysage industriel et automobile. En sus, cela favorisera aussi la diminution des nuisances sonores imputables aux moteurs traditionnels. Une manière de vouloir se démarquer de la concurrence pour PICQ ET CHARBONNIER et de réaffirmer ses valeurs d’éco-citoyenneté…

Avec + 19,9 % de hausse sur les véhicules particuliers et les utilitaires, la marque au double chevron vire en tête au sortir de juillet. Supérieure à celle du marché national (+ 11,4 %), la performance du constructeur français repose  partie sur les ventes de la nouvelle C3 et l’explosion des utilitaires légers, à plus de 25 %, grâce à l’étonnant « Jumpy ».

 

PARIS : Le vent de fraîcheur voulu par les designers de la marque automobile française continue à avoir un effet positif auprès des consommateurs même en période estivale. Avec plus de 5 200 immatriculations sur le mois de juillet, la nouvelle mouture de la C3 continue à impacter de façon très favorable le marché automobile de l’Hexagone.

Plus d’une immatriculation sur trois du constructeur provient de ce modèle à la ligne si originale. Il permet ainsi à CITROEN de faire progresser le nombre de ses ventes sur ce seul segment de 37 %.

Mais, comme un bonheur n’arrive jamais seul, la marque renforce aussi ses positions sur d’autres véhicules bénéficiant de l’intérêt des automobilistes. C’est le cas des C1 (+ 19,8 %), de la C4 Cactus (+ 11 ,3 %), des C4 Picasso (+ 42,2 % !) et du Grand C4 Picasso qui excède aussi les 41 %. La palme revient néanmoins à l’inusable BERLINGO : il caracole en tête des résultats avec 42,6 % de progression.

Le cumul de ces excellents chiffres offre à CITROEN l’opportunité de se distinguer sur le secteur automobile avec plus de 130 000 immatriculations depuis le début de l’année, soit une hausse de 3,8 %.

Autre statistique intéressante : la part de marché des véhicules particuliers atteint 10,1 % au terme des sept premiers mois de 2017, soit un écart de 0,4 point de mieux que l’année dernière.

Les utilitaires dopent les résultats de la marque

Mais, la grande surprise de ce mois de juillet aura été la croissance observée sur le marché des utilitaires légers. Presque deux fois supérieure à la moyenne nationale, la progression soutenue par le succès du nouveau « Jumpy » restera dans les annales. Avec 1 200 immatriculations sur le mois, plus du double qu’en juillet 2016, CITROEN signe là le « tube » de l’été !

Les autres fourgons de la gamme s’adossent à cette tendance haussière avec des volumes de vente de deux chiffres par rapport à la période équivalente ; c’est le cas notamment des CITROEN NEMO, BERLINGO et JUMPER.

Question légitime que se posent les spécialistes des ventes de la marque : la période automnale confirmera-t-telle ces bonnes dispositions commerciales ? Possible avec l’embellie qui s’annonce avec la reprise de l’économie française…

 

Le verdict du fameux trophée « Green Mobility » est sans appel pour le constructeur de Rüsselsheim (Allemagne). OPEL truste les meilleures positions, en plaçant l’Astra sur la plus haute marche du podium tandis que son véhicule électrique, AMPERA-e, occupe une excellente deuxième place dans sa catégorie…

RUSSELSHEIM (Allemagne) : Devançant d’une courte tête la BMW Série 5 et la Mercedes Classe E, OPEL a réussi un sacré tour de force à l’annonce des résultats du trophée « Green Mobility », dont les résultats ont été dévoilés en juillet dernier Outre-Rhin.

Sollicitant l’avis de 7 400 lecteurs du magazine automobile de référence « Auto Zeitung », les organisateurs de ce challenge annuel ont pu constater que la marque à la bannière à l’éclair possédait toujours de sa superbe auprès des consommateurs germaniques.

Elue meilleure berline équipée d’une motorisation Diesel la plus économique avec 28,1 % des suffrages, l’Opel Astra 1.6 D de 81 kW/110 chevaux a su tirer une fois de plus les marrons du feu. Ce modèle avait déjà conquis le titre d’automobile européenne 2016 en glanant treize récompenses nationales.

Commentaire de Jürgen KELLER, le directeur des ventes, du marketing et du SAV de la marque : « nous sommes ravis du verdict avisé des lecteurs ».

Il est vrai que le véhicule du constructeur allemand consomme très peu : 3,9 l/100 km en moyenne, avec des capacités pouvant descendre à 3,4 l/100 km en conduite mixte, urbain et rural. Quant au rejet de Co2, il n’excède pas 90 g/km !

Pas étonnant que ce véhicule ait eu les faveurs du lectorat de notre confrère. Mais, OPEL pousse encore plus loin le bouchon : la marque place son modèle électrique, AMPERA-e, à la seconde position de cette catégorie.

 

Offrant une autonomie nettement supérieure à sa plus proche concurrente sur ce segment, cette automobile peut atteindre sans complexe plus de 520 kilomètres de capacité. Des prouesses technologiques remarquables qui visiblement ont eu la préférence des lecteurs du magazine spécialisé…

Structure associative existante depuis décembre 2016, Yonne Numérique a pour ambitions de fédérer sous son vocable les entreprises et professionnels du digital évoluant sur le nord de la Bourgogne Franche-Comté. En créant de fait un véritable réseau d’échange et de proximité entre ses membres. Une idée qui n’a rien d’ubuesque au plan de la stratégie et qui pourrait à terme s’avérer très payante pour ses auteurs…

 

AUXERRE : Forte de sa douzaine de membres, l’association YONNE NUMERIQUE se prépare, c’est sûr, à des lendemains qui chantent. Le dynamisme et la volonté du quatuor qui en tient les rênes le prouvent. Six mois après les premiers balbutiements, YONNE NUMERIQUE présente déjà une configuration fonctionnelle des plus sympathiques. Et surtout ambitieuse. Un clin d’œil à ses fondateurs, Yannick DAVOUSE (président et dirigeant de l’entreprise IDXPROD), Christophe REMY (PROXILOG), Hervé LAYER (Layer Bureautique et Informatique) et Jérôme LOUIS (VIRTUA NETWORKS).

Une première intervention synonyme de contrat…

Ces derniers ont offert lors d’une cérémonie explicative aux milieux économiques et institutionnels de l’Yonne un aperçu de leur savoir-faire au début de l’été. Ainsi, le témoignage de Benoît MICHEL, responsable marketing et export du spécialiste de l’agencement de grandes surfaces, HMY, a démontré le bien-fondé de ce jeune organisme.

Grâce à l’intervention de ce réseau détonnant, le groupe Icaunais a pu lever un nouveau contrat aux antipodes. Son futur partenaire, basé en Nouvelle-Calédonie, a pu se faire une idée précise des possibilités offertes par l’agenceur sur une étude de cas grâce à l’apport de technologies virtuelles. Cela aura suffi in fine pour drainer un contrat supplémentaire dans la besace !

D’autres acteurs de l’économie nord-bourguignonne, à l’instar de Joaquim TAVARES, dirigeant de PAPPY HAPPY, plateforme comparative du logement pour seniors en France ou Eric BELLUET, de la société CONNECTION EB, ont aussi abondé dans ce sens. Pour eux, « l’association représente déjà un moyen incontournable de promouvoir les professionnels du secteur numérique qui exercent dans l’Yonne ».

Accompagner les entreprises dans leurs attentes…

Indépendante, la structure travaille en étroite osmose avec Bourgogne Franche-Comté Numérique, entité supra régionale dont Christophe REMY est le vice-président. Outre le désir de se faire connaître et d’identifier les besoins réels du territoire, le staff de l’association YONNE NUMERIQUE se pose en véritable partenaire des entreprises qui éprouveraient le besoin d’intégrer les usages du numérique pour leur développement.  

Le relais de ces initiatives se mettra de façon progressive dès l’automne. Les quatre responsables du réseau qui tablent sur une cinquantaine d’adhérents dès la première année, multiplieront les rencontres standards à base d’ateliers, de conférences, de speed-dating, mais aussi d’échanges conviviaux comme ce fut le cas fin juin à Auxerre. L’organe se positionne enfin dans le rôle d’un réceptacle en faveur de l’attractivité territoriale dont se nourriront la plupart des entreprises locales…

Depuis le 04 juillet, la filiale du groupe RENAULT favorise l’emploi de cette technologie sur six modèles de sa gamme. Fiable, et proposé en première monte à l’usine, le GPL pourrait très vite devenir une préconisation appréciée des automobilistes français devant le durcissement des règles de malus et les restrictions observées dans les grandes villes…

BOULOGNE BILLANCOURT (92) : Le constructeur a profité de la période estivale pour annoncer la commercialisation d’une nouvelle offre GPL qui vient équiper en première monte chacun des six modèles composant sa gamme de produits. Concrètement, Logan, Sandero, Logan MCV, Duster, Lodgy et Dokker intègrent cette stratégie qui s’explique à plusieurs niveaux.

D’une part, DACIA souhaite faire profiter les consommateurs français de cette disposition commerciale compte tenu d’un marché en pleine mutation. D’autre part, le GPL semble être l’offre la plus adaptée à l’heure actuelle sur l’Hexagone selon les ingénieurs du fabricant.

Cette technologie ne s’appliquera que sur les motorisations essence du constructeur (TCe 90 pour Sandero, Logan et Logan MCV ; SCe 100 pour Lodgy et Dokker et SCe 115 pour Duster).

Elle se traduit par une réduction des coûts grâce au tarif réduit du carburant à l’achat, à la gratuité ou à la réduction de 50 % du coût de la carte grise dans la quasi-totalité des départements français et à l’exonération de la taxe société pendant deux ans sur le TCe 90 GPL.

Articles

Bannière droite accueil