Il n’y a pas une minute à perdre pour apporter des solutions concrètes sur le terrain. Confrontée à des défis majeurs importants, propres aux conséquences de la crise sanitaire, aux difficultés d’approvisionnement ou encore à l’inflation galopante sur les tarifs de l’énergie, la filière automobile a un sérieux vague à l’âme, renforcée depuis quatre mois avec les hostilités belliqueuses entre la Russie et l’Ukraine. L’Etat et la Région ont échafaudé un plan en trois volets pour essayer de résoudre les problématiques…

 

DIJON (Côte d’Or) : C’est une évidence, la filière automobile va connaître de très sérieux soubresauts à horizon 2030. Les causes en sont multi factorielles. On le sait. De prime abord, il y a la transition obligatoire vers le véhicule électrique. Mais aussi, la digitalisation à outrance et le changement des habitudes de consommation. Cette profonde mutation fait l’effet de raz-de-marée auprès des professionnels du secteur (et des automobilistes eux-mêmes !), très impactés par les coups de boutoir successifs de la hausse de l’énergie.

Dans notre contrée, l’Etat et le Conseil régional ont proposé dès le mois de mars un plan spécifique au devenir de l’automobile. Logique : la Bourgogne Franche-Comté possède de très nombreux acteurs de la filière industrielle, dont moult entreprises qui interviennent en qualité de sous-traitants.

Objectif de ce plan : aider les entrepreneurs mais aussi les salariés et les territoires à affronter les défis majeurs qu’ils auront à relever dès demain. Et en matière d’automobile, les choses aller très vite en s’accélérant.

 

 

Une stratégie qui est particulièrement naturelle pour les deux partenaires régionaux : on recense en effet quatre cents entreprises positionnées sur cette filière industrielle en proie aux doutes, soit 45 000 collaborateurs.

Selon le préfet de Région, Fabien SUDRY – il se déplaçait ce mercredi 29 juin aux côtés de la présidente de la Région Marie-Guite DUFAY dans le Doubs pour y visiter la société STREIT Mécanique  à Pays-de-Clerval -, « on voit déjà les premiers effets du plan automobile commun… ».

Pour sa part, l’élue régionale a rappelé que « ce plan d’actions Etat/Région est très ambitieux et doit permettre d’anticiper les mutations profondes qui menacent la sous-traitance… ».

Au cours de ce comité de pilotage, un point d’avancement a permis d’évoquer les trois volets de ce plan d’actions. Premier aspect plutôt satisfaisant : la FIMA (Force d’intervention mutations automobile) accompagne depuis un trimestre plus d’une cinquantaine d’entreprises. Secundo : le dispositif spécial, baptisé « Chocs industriels », va être décliné rapidement dans trois nouveaux territoires de Bourgogne Franche-Comté (dont l’Yonne, notamment).

Enfin, pour couronner le tout, les efforts en matière d’emploi et de formation dans l’automobile vont se poursuivre en étant amplifiés.

 

Thierry BRET

 

Ils sont à l’écoute, les entrepreneurs de la filière des travaux publics de l’Yonne ! De la pure logique, tant le projet qui est évoqué devant eux représente une substantifique opportunité de voir grossir leurs carnets de commande, synonymes de chiffre d’affaires en sus à la clé. D’ailleurs, entre la FRTP et WPD, porteur du projet éolien des Hauts de l’Armançon, les choses ont été établies dans les règles de l’art. Grâce à une charte d’engagement officielle qui a été signée en février dernier à Dijon.

 

ANCY-LE-FRANC : Une vingtaine de chefs d’entreprise, représentant la filière des travaux publics de l’Yonne, ont pris place en demi-cercle en mode « bons élèves » face à leurs interlocuteurs d’un jour.

Somme toute, ils connaissent déjà dans leur for intérieur les rudiments explicatifs qui leur seront fournis dans les minutes qui suivent par un tandem d’orateurs peaufinant une ultime fois leur prise de parole.

Devant eux – honneur aux dames ! -, Delphine POIRSON. On ne la présente plus. La directrice management régionale de WPD, groupe international qui développe, finance, érige et exploite les parcs éoliens de France et de Navarre, qu’ils soient en version maritime ou construit sur la terre ferme, connaît le territoire le plus septentrional de la Bourgogne comme le fond de sa poche !

Depuis plusieurs semaines, alors que le projet prend son incontestable essor au plan de la communication et de sa faisabilité, elle multiplie les déplacements dans cet espèce de triangle – rien à voir avec celui plus mystérieux et évanescent des Bermudes ! – identifié par les trois balises que sont les communes d’Aisy-sur-Armançon, Cry et Nuits.

 

Une charte d’engagement qui unit cinq ans durant la FRTP BFC et WPD…

 

C’est ici que sortira de terre ce parc éolien, joliment baptisé « les Hauts de l’Armançon », qui pourrait rappeler la désignation sémantique d’un quartier résidentiel cossu et bourgeois vanté par la gouaille malicieuse de Stéphane PLAZA le week-end sur M6 !

Oui mais voilà, la comparaison stricto sensu avec le pur immobilier s’arrête ici. WPD n’est pas un promoteur de pavillons ! Même si sa vocation première est de les alimenter, entre autres, avec cette énergie renouvelable devenue l’une des grandes priorités étatiques en matière d’indépendance énergétique.

Il incombait ensuite, en sa qualité de président départemental de la FRTP (Fédération régionale des Travaux Publics) de l’Yonne, à Baptiste MANSANTI de lancer la séance de présentation du dossier.

Normal ! En février dernier, son président régional, Vincent MARTIN avait porté à la connaissance de tous les adhérents de la puissante structure corporatiste la mise en place d’une charte d’engagement dûment signée entre les deux acteurs de l’époque : la FRTP et WPD. Un accord qui court par ailleurs sur une longue période de cinq ans.

 

 

15 millions d’euros de retombées pour les PME locales…

 

Cette convention de partenariat a été conçue en toute transparence, en vérité. Le développeur de parcs éoliens et la fédération professionnelle inscrivaient dans le marbre ce désir tenace de collaborer étroitement ensemble. La charte paraphée se positionne en faveur de l’attractivité économique, environnementale et sociale des territoires.

Commentaires avisés de Baptiste MANSANTI, reprenant la balle au bond devant les entrepreneurs de l’Yonne : « Le fait de mettre autour de la table les entreprises des TP et le porteur de projet est un réel vecteur d’acceptabilité de ce futur parc éolien. Tous ces sujets-là sont très importants pour le développement économique de notre territoire… ».

Faciliter le recours aux entreprises du cru lors de ce vaste projet de construction de dix-huit éoliennes aura nécessairement des retombées heureuses pour les PME des travaux publics. On estime en effet à 15 millions d’euros lesdites mannes financières qui ruisselleront alors vers les entreprises locales !

 

 

Une véritable opportunité pour les emplois dans l’Yonne…

 

Quant à l’emploi, il sera placé sous le feu des projecteurs, de manière évidente. Une confirmation faite par Delphine POIRSON lors de son intervention orale : « WPD souhaite mobiliser en priorité les entreprises locales compétentes pour participer au développement et à la concrétisation de ses parcs éoliens en Bourgogne Franche-Comté. Je pense à celles qui interviennent dans le terrassement, la fourniture de béton, le raccordement au réseau public… ».

On peut ajouter à cet inventaire à la Prévert les géomètres, les spécialistes des métiers de la filière carrière, le génie électrique, les sociétés de paysage, les notaires et les huissiers, voire aussi les hôtels et restaurants car il faudra bien accueillir ce potentiel de salariés mobilisés par ce gros chantier.

« Pour les entreprises locales, c’est vrai, confirme Baptiste MANSANTI, ce futur projet éolien représente une véritable opportunité d’emploi… ».

D’où l’impérative nécessité de pouvoir informer suffisamment en amont les potentiels candidats qui seraient intéressés par ce chantier de grande dimension en vue des appels d’offres le moment venu. Ceux-ci se mettront en place à partir de 2024.

 

 

La transition écologique : dénominateur commun aux deux partenaires…

 

Ce rapprochement traduit aussi la volonté des deux acteurs d’œuvrer en faveur de la sauvegarde environnementale. En effet, la prise en compte du bilan carbone des entreprises, voire la sensibilisation du personnel à la transition écologique sont autant de mesures prévues pour répondre à cette volonté d’exemplarité environnementale requise.

Du pain béni pour le président départemental de la FRTP de l’Yonne qui a insisté sur le réel intérêt de sa fédération à propos de ce thème.

« Nous sommes en plein dedans, devait-il préciser, encore plus aujourd’hui avec les phénomènes internationaux liés à la problématique des énergies… ».

Anticipatrice, la FRTP n’avait-elle pas créée il y a quelques années déjà une structure associative en son sein pour mieux étudier tous les sujets de fonds se rapportant aux bouleversements environnementaux ?

Une cellule qui depuis a su plancher, en y apportant des réponses concrètes, sur la transition écologique, la méthode de réalisation des travaux, voire la transformation des matériels et le recyclage des matériaux.

Moralité : ces deux partenaires, FRTP et WPD, jeunes mariés au vu de leur convergence d’intérêts depuis février, étaient fait pour s’entendre durablement !

 

Thierry BRET

 

Apprendre à mieux se connaître et à mieux s’aimer. Dans son premier opus, « L’Uppercut de la Délivrance », l’écrivain franc-comtois nous confiait les clés indispensables pour accéder enfin au bonheur. Afin de réveiller le « magicien » qui sommeille en nous ! Le nouvel ouvrage à découvrir d’urgence en profitant de la période estivale s’apparente à un chemin initiatique où la fiction côtoie de très près le réel. Entre le bien et le mal. Entre obscurantisme et espérance. Une aventure qui entraîne le lecteur dans un sacré billard à trois bandes, en multi-dimensions. L’œuvre aide à l’élévation de l’esprit afin de mieux flirter avec la vérité ?

 

TRIBUNE : Il parle de la kabbale, de l’Apocalypse de Saint-Jean, de l’Antéchrist, de l’amour envers son prochain. Adorateur de « L’Alchimiste » de Paulo COELHO dont il a dévoré la moindre des pages quitte à les flétrir. Il s’appesantit sur le doute et les croyances de chapitre en chapitre. « La croyance, explique-t-il, c’est une clé qui permet d’ouvrir certaines portes et constitue un point de départ primordial pour commencer à se rapprocher de l’essentiel… ».

Philosophe, érudit, « Petit Prince » digne héritier de Saint-Exupéry empli de sagesse et de tolérance, Mustapha BOUKTAB ne se lit pas à travers ses écrits : il se déguste avec délectation à chacune de ses œuvres. Que l’on peut considérer comme un évènement à chaque nouvelle publication, même si ce personnage au regard doux et aimant ne fait pas encore la « une » des médias. Ce n’est qu’une question de force intérieure, de courage et de persévérance. De pugnacité, aussi. Pour le reste, le talent à l’état pur, pas de problème, l’auteur du « Gardien du Présent » en possède à foison. Interview relaxante avec un maître parmi les maîtres du savoir, toujours en quête de la vérité. Touchera-t-il bientôt le Graal ?

 

La première idée qui vient nous titiller l’esprit à la lecture de ce titre, c’est de remplacer le mot « présent », par celui du « temps ». Est-ce possible si l’on se projette sur la théorie que le temps n’existe pas et que passé, présent, futur ne font qu’un, à l’échelle de l’existence ?

 

Si vous concentrer votre observation sur un objet que tout le monde connaît très bien et qui justement sert à mesurer le temps…je veux parler du sablier. Il a la forme d’un huit tout de verre translucide avec la moitié du haut rempli de sable et l’autre moitié, celle du bas rempli de vide. Le temps est donc représenté en un unique élément avec ce sablier en forme de huit en position verticale. Il devient le symbole de l’infini si on le couche en position horizontale. Le futur en haut qui représente la vie que vous allez vous construire avec l’écoulement du sable qui ira se déverser dans la partie du bas qui elle représente votre passé. Le présent, lui, se trouve juste à l’embouchure, entre les deux, là où tout se rétréci dans son équilibre parfait. C’est lui qui laisse le futur se déverser dans le passé et en même temps, il en contrôle la vitesse et le débit, mais il reste figé à cet endroit sans jamais se déplacer.

Le présent, c’est l’éternité. Il est le même qu’il y a 100 000 ans. Il ne change jamais et nous regarde tous passer contrairement à ce que pensent les gens. J’ai écrit dans mon livre une phrase un peu philosophique où je dis que « Dieu n’a jamais existé et qu’il n’existera jamais car il existe tout simplement… ».

On l’appelle l’Eternel car il est dans ce présent infini qui ne meurt jamais et qui ne peut mourir contrairement au passé qui n’existe plus et au futur qui n’existe pas encore. L’éternité est dans ce présent d’ailleurs quand on y plonge, le temps en perd tous ses repères, on ne le voit plus passer. Il ne se trouve que dans des moments de bien-être total où l’âme est en osmose parfaite avec le corps, où les pensées n’existent plus dans ce maintenant qui prend le contrôle.

Prenons un exemple : vous entrer dans un sauna et vous inverser le sablier pour une séance qui doit durer quinze minutes. La température du sauna est extrêmement chaude et vous fixer ce sablier en comptant chaque palier qui se solde par une minute de moins. Vous transpirez en essayant de résister le plus longtemps possible. Vous avez l’impression que le sable a du mal à s’écouler et vous n’arrivez pas à quitter ce sablier du regard. À ce moment-là, vous êtes dans la peur du futur et le regret du passé, vous avez peur de faire un malaise et vous regrettez d’être entré dans cet endroit. Au bout d’un moment, le temps vous paraît impossible à maîtriser. Alors vous décidez de sortir avant le terme que vous aviez prédéfini. Maintenant, imaginez entrer dans ce même sauna avec la même température mais sans ce sablier. Vous n’avez plus de repère sur le temps et vous concentrez vos pensées sur le moment présent en vous laissant transporter par votre imagination sur le bien-être que procure cette transpiration extrême afin de laisser votre peau respirer encore mieux pour se regénérer. Vous allez peut-être rester plus longtemps que quinze minutes. Mais, surtout, cette séance de sauna vous aura paru très courte et aura réveillé en vous des capacités de résistance encore jusque-là jamais égalé. Le gardien du présent n’est pas le gardien du temps, il est tout simplement le gardien du secret du temps. Qui est ce magique et éternel présent…

 

 

Autre option de titraille envisageable : le « Gardien du Temple » ! Parle-t-on de la construction de ce « temple » intérieur qui est en nous et qui nous forge dans notre manière d’être au quotidien, quelle que soit d’ailleurs la religion que l’on pratique ?

 

Votre première titraille était de remplacer le présent par le temps et là vous changer le mot temps par « temple », deux mots qui paraissent jumeaux dans la première syllabe et cousin dans l’ensemble. Le temps est une force magique. Il est invisible et se déplace du haut vers le bas où l’apesanteur finit par gagner car la Terre nous absorbe pour nous accompagner à notre dernière demeure.

Le « temple » est un lieu sacré dans la religion et ce qui est encore plus sacré à mes yeux, est justement tout ce qu’ils ne peuvent voir. Un temple, une synagogue, une église ou une mosquée peuvent être magnifique d’un point de vue architectural mais en réalité, la beauté et la magie ne se trouvent pas dans ces lieux. Elle se trouve dans tous les croyants qui les fréquentent. Plus le nombre est conséquent et plus la lumière brille dans ces endroits sacrés. Mais, le plus sacré des « temples » est avant tout ce bouclier sous forme d’aura que transporte les personnes qui sont remplies d’amour, de bonté et bienveillance et surtout de croyances envers ce qu’ils ont de plus précieux en eux. Ce souffle divin qui fait d’eux ces magiciens locataires du plus merveilleux de tous les temples car il est unique et ne peux faire qu’un. Il y a beau y avoir des milliards de bougies qui éclairent toutes ces personnes ; elles ne produiront qu’un seul et magnifique éclat, qu’une seule et intense lumière.

Nous sommes tous quelque part les gardiens de notre propre temple. Tout comme les gardiens de notre présent. Mais, nous sommes tous des voyageurs dans ce temps. Malheureusement, il échappe à beaucoup de personnes.  

 

 

Mustapha, c’est le deuxième opus de votre carrière, et là, on plonge dans le narratif, changement de style avec le précédent ouvrage, « L’Uppercut de la délivrance ». Pourquoi avoir choisi de s’exprimer par le biais d’un roman ?

 

Je vais être franc avec vous sur cette question sans pour autant trop vous dévoiler la réponse. Elle se trouve dans le livre lui-même.

J’ai depuis de nombreuses années voulu écrire cet ouvrage sans jamais savoir comment le commencer. Tout était dans ma tête et il ne me restait qu’à traduire mes pensées avec mon clavier sur des pages blanches.

Impossible pour moi d’y parvenir, il me manquait ce point de départ. Cet élan qui ensuite m’aurait propulsé, chapitre après chapitre, à le rédiger. J’ai alors écrit « L’Uppercut de la Délivrance » qui a quelque part brisé ces chaînes qui m’empêchaient de dévoiler ce qu’on a tous de plus précieux en nous. Je parle de tout ce que l’on garde en nous de secret comme certaines vérités enfouies ; certains désirs, voire même certains fantasmes que l’on refoule en nous comme tout simplement l’amour et même la haine. Le meilleur moyen de se cacher derrière certaines vérités est de les romancer. Le roman est parfait pour s’exprimer en son nom. On utilise des personnages fictifs où imaginaires. On peut se permettre de faire dire des choses par le biais des personnages sans se sentir gêné ou freiné par la timidité. La romance nous ouvre un élan de générosité qui nous conduit à vouloir encore plus partager.

Le roman est pour moi comme un psychologue à qui je confis des pensées bien gardées. Il est pour moi un confident et me permet de m’extérioriser en laissant sortir tout mon vécu autant réel qu’imaginaire. 

 

Ce livre est qualifié par les critiques qui fleurissent çà et là sur la toile de « parcours initiatique », empruntant des chemins de lecture à la fois « messagère et magique ». Mustapha BOUKTAB fait-il rayonner la lumière autour de lui comme le firent dans leurs œuvres Umberto ECCO ou un Paulo COELHO qui s’est révélé au monde avec l’incontournable « Alchimiste » ?

 

Je suis très honoré par votre comparaison avec ces auteurs de talents. J’avais lu « L’Alchimiste » quand j’étais plus jeune et j’avoue que ce roman initiatique m’avait carrément emporté, je l’avais dévoré. Avant d’écrire mon livre « Le Gardien du Présent », j’ai voulu le relire et là le voyage a été différent : je n’ai pas ressenti le même élan fougueux qu’il m’avait procuré étant jeune. La raison était toute simple, c’est que mon parcours de vie avait évolué et m’avait fait vivre des aventures initiatiques réelles et surtout plus puissantes de ce que j’avais découvert dans ce merveilleux livre. J’ai su à ce moment là qu’il fallait que je partage mon propre parcours initiatique, et surtout je savais qu’il serait plus facile pour moi de le raconter car je l’avais en partie vécu sous des formes identiques où différentes.

Mon premier livre a été en quelque sorte un parcours d’initié dans des domaines qui touchent à la santé et au bien-être avec quelques anecdotes qui expliquaient et orientaient les lecteurs. Mais, il manquait l’essentiel ! Il manquait une aventure, un chemin à suivre qui nous entraîne et nous absorbe en même temps. Une histoire avec de l’amour et des rebondissements où nos sentiments et nos émotions sont mis à l’épreuve dans cette initiation de la vie que beaucoup malheureusement ne voient même plus.

J’ouvre plusieurs portes dans mon livre. Elles délivrent beaucoup de messages que la magie rend encore plus facile à interpréter. Beaucoup de personnes se reconnaîtront dans ce parcours et surtout elles pourront comprendre que nous en sommes tous les propres auteurs.

 

 

 

On évoque beaucoup le voyage, source de liberté pour la pensée de l’homme. Pourquoi avoir jeté son dévolu en Haïti, terre si meurtrie des « dieux » depuis tant d’années ?

 

Vous savez, j’ai beaucoup voyagé dans ma vie professionnelle. Je pensais avoir tout vu. Je ne crois pas au hasard et je reste persuadé que ce n’est pas moi qui voulais aller en Haïti mais plutôt Haïti qui m’a invité, voire même attirée à m’y rendre. Ce pays est unique. Et j’ai dû m’y rendre pour des raisons professionnelles. C’est je crois le pays le plus dangereux au monde. Il s’y passe des crimes atroces, des gens se font enlever quotidiennement par des gangs barbares et quand on travaille sur cette île, le focus est en permanence relié à la sécurité car une mauvaise décision peut engendrer d’horribles catastrophes.   

En dehors de ce décor macabre et toute la misère que vit la majorité des habitants, il existe dans ce pays une magie lumineuse qui n’a rien à voir avec le vaudou où la magie noire qui sont malheureusement également présent dans ce pays. La magie dont je parle est dans la simplicité dont vivent la majeure partie des Haïtiens. Ils savent vivre dans ce moment présent, loin de toutes ces choses matérielles qui polluent l’esprit. Le plus important pour eux est d’avoir le repas du jour et un endroit où dormir. Ils savent combien la vie peut du jour au lendemain s’arrêter, alors ils vivent un jour après l’autre avec la même intensité que le soleil qui brille. Oui, il y a sur cette île des démons qui sont légion mais les anges parviennent encore à faire briller la foi du peuple. Celui-ci, malgré l’enfer quotidien dans lequel il est confronté, a réussi à préserver une insatiable gratitude. 

Il n’y a pas une nuit où je n’ai pas entendu de coups de feu retentir, et c’est durant ces nuits sombres où cette terre de poètes m’a donné l’inspiration d’écrire ce deuxième bouquin. Les nuits haïtiennes ont éclairé et guidé ma plume que j’ai trempé dans l’encre épais où coule toute cette gratitude aux reflets magiques.

 

Le pouvoir de l’amour est un item largement employé dans vos œuvres. L’objectif étant d’unifier les humains qui ne cessent pourtant que de s’entredéchirer depuis la nuit des temps. Pourquoi tant de haine et si peu de tolérance universelle entre le peuple de Terre ?

 

Le pouvoir de l’Amour est le seul remède pour éradiquer toute la haine qui gangrène chaque jour de plus en plus l’humanité. L’homme possède en lui autant d’amour que de haine et l’élément déclencheur n’est que son libre arbitre : c’est celui-ci qui lui permettra de prendre la bonne où la mauvaise décision. 

Chacun est différent de part l’éducation qu’il a reçu et de par ses croyances et sa religion, s’il en a une. Les trois religions monothéistes sont sensées nous pousser à ne prendre que de bonnes décisions en nous rapprochant de l’amour. L’amour de soi, l’amour de son prochain, l’amour de l’humanité, l’amour de Dieu, l’amour de ne faire que le bien au mépris du mal.

On laisse croire en biaisant l’histoire que les religions sont responsables d’avoir fait couler beaucoup de sang alors que c’est totalement faux. Seules et uniques responsables de cela : toutes ces personnes avides de pouvoirs et de gloire qui utilise à leur insu de fausses interprétations pour pousser l’homme à s’éloigner de la vérité. L’unique vérité, celle où l’amour prend le dessus sur tout. On est en train de glisser sans s’en rendre compte dans un nouveau monde où on cherche à faire disparaître les croyances. Il est plus facile de rendre docile une personne vide de croyances qu’une autre qui est à l’inverse ancrée dans celles de ses ancêtres. On cherche à rendre l’être humain comme un robot qui ne pense plus de lui-même et qui obéi à tous les logiciels qu’on lui aura programmés.

Mon livre essaie justement de rallier les trois religions en une qui ne se base que sur l’amour et la tolérance. L’humanité a besoin d’une douche froide ! Elle ferait office de baptême, de bain rituel et surtout de purification. Cela chasserait le mal en ouvrant les yeux à toutes ces personnes aveugles qui ne suivent qu’un borgne qui se prend pour le roi en pensant pouvoir défier ce qui l’a créé lui-même…car il ne s’est pas créé tout seul.

 

La triste actualité qui s’est faite jour avec cette insupportable guerre en Ukraine, à la frontière de l’Europe, rappelle d’autres conflits tout aussi inadmissibles que ceux dont ont souffert l’Afghanistan ou la Syrie. Les hommes, au-delà des religions, s’entre-tuent même pour d’autres raisons. Quel regard portez-vous sur cette période hallucinante ?

 

Je ne pense pas avoir les compétences pour répondre à cette question mais à mon niveau, je peux tout de même donner mon humble avis sur la question. Il n’y a jamais eu de guerres sans profits, surtout à notre époque. On camoufle toujours la vérité par de fausses raisons. Il y a toujours eu un système pyramidal où celui qui se trouve le plus haut est le chef d’orchestre caché qui tire toutes les ficelles de toutes les marionnettes qu’il a mis en place en dessous de lui. La course à la richesse et au pouvoir est infernale. Plusieurs personnes convoitent la place la plus haute.

Les pires guerres de notre histoire ont eu lieu en Occident et la raison était la même, le pouvoir et l’argent. Quand l’Occident a décidé de se partager les richesses de l’Orient, les guerres ont changé de côté et ont basculé vers l’Orient. On a créé un ennemi qu’on a appelé le terrorisme islamiste afin de continuer à déshabiller les humains de leurs croyances et en même temps de s’enrichir de plus en plus.

On a terrorisé les peuples pour qu’ils ne pensent plus à l’essentiel et ne se concentrent que sur leurs survies. On a poussé les peuples à l’exode afin de mélanger les différences pour ensuite les monter les uns contre les autres dans le simple but de terroriser. Pour pouvoir encore et encore s’enrichir et devenir plus puissant. La guerre en Ukraine est malheureusement une ruse de plus pour terroriser et faire rebasculer le mal vers l’Occident.

Mon deuxième tome pourra le romancer avec plus de détails et de vérités, mais il faudra attendre encore un peu avant de pouvoir le lire !

 

Une citation, extraite de ce livre, « il faut souvent aller jusqu’au bout du pire pour enfin trouver le commencement du meilleur ». Pensez-vous que l’humain trouvera enfin ce Nirvana vers lequel chacun aspire ?

 

Une anecdote récente m’avait inspirée cette phrase. Mon épouse et moi avons vécu une terrible expérience en janvier dernier. D’ailleurs, le poème que je lui ai dédicacé au début de mon livre retrace un peu ce parcours.

En rentrant d’Haïti fin décembre de l’année dernière, j’ai attrapé la COVID (Delta +) la forme la plus meurtrière. Je ne le savais pas encore, mon test était négatif et j’ai donc pris l’avion pour rentrer. Une semaine avant mon retour, j’avais un testicule qui faisait la taille d’une balle de tennis. Je n’avais aucune douleur. Je pensais que l’écriture de mon livre avec toutes les nombreuses heures en position assise était responsable et j’attendais mon retour pour consulter un médecin en France afin d’avoir un avis médical. Arrivé chez moi, on avait programmé de partir en montagne passer dix jours au ski. Alors, le lendemain matin, nous sommes tous partis en famille rejoindre le chalet que j’avais loué.

Une fois sur place, nous sommes montés à l’aide des télésièges à presque 2 000 mètres d’altitude pour skier. Arrivé là-haut, j’ai été pris d’un mal de tête et de nausées probablement déclenchées par l’altitude (baisse d’oxygène) ; alors j’ai décidé de rentrer tout seul au chalet, laissant mon épouse et mes enfants skier durant la journée. Une fois au chalet, ce fut l’enfer et la fièvre a commencé son lent et dur combat contre le mal. Mon épouse m’a soigné du mieux qu’elle pouvait et je vacillais entre les jours où ça allait et les jours où c’était douloureux. J’ai fini par faire un test qui s’est avéré positif. Mes deux grands enfants sont rentrés dans l’espoir de passer le Nouvel An avec leurs amis et en rentrant, ils ont décidé d’aller faire un test qui s’est également avéré positif. Ils sont alors restés à la maison pour respecter les dix jours d’isolement.

Les médecins refusaient de venir me voir et demandaient à mon épouse de me donner du « Doliprane ». On a décidé de rentrer, le trajet à été interminable pour moi  alors que mon épouse conduisait.

Arrivé à la maison, le constat indiquait tout le monde positif à l’exception de ma fille de huit ans. Mon cas s’est alors aggravé et mes poumons ont commencé à s’obstruer. J’avais du mal à respirer. J’ai donc essayé en premier traitement celui du professeur Didier RAOULT qui n’a pas fonctionné. J’en ai alors essayé un deuxième qui m’a donné un petit embonpoint temporaire mais assez court. Ensuite, je suis tombé dans une fièvre supérieure à 40° qui m’a transformée en un vrai zombi.

Ma femme n’a pas quitté mon chevet en épongeant ma fièvre sans cesse et au bout de trois semaines de fièvre intense, mon corps a lâché prise et mon âme où mon esprit semblait sortir de mon corps en se rapprochant du plafond. J’ai ressenti à ce moment-là un bien-être inexplicable et profondément aspirant.

Au moment où j’ai voulu me laisser partir, ma petite fille Inaya est venue devant moi en me regardant avec des yeux effrayés et une incompréhension totale dans son regard qui reflétait ses peurs de voir son papa dans un tel état.

C’est à ce moment que j’ai décidé de me ressaisir et de me battre pour mon enfant. Mais également que mon épouse est tombée malade à son tour. Son cas a été plus virulent, alors ma grande fille Kaïla qui fait des études de médecine a décidé de l’emmener aux urgences.

J’étais encore très faible et je n’arrivais toujours pas à me lever. Ma fille revient le soir à la maison en pleurant, m’expliquant que sa maman était restée aux urgences dans un état critique et que les médecins insistaient pour l’intuber.

Le matin venu, je me lève en regroupant toutes mes forces. Je me dirige vers la salle de bain pour me raser. Ma fille Kaïla me demande aussitôt de retourner me coucher. Je lui dis que ma place est au près de sa mère en insistant sur le fait que j’avais décidé d’aller la chercher pour la ramener à la maison. Elle m’a aidé à me raser. J’y suis allé tout seul, difficilement mais très motivé. L’hôpital n’autorisait qu’une seule personne et j’ai enfin pu voir mon épouse. Arrivé sur place, je n’ai pas pu contenir mes larmes car elle était dans un état alarmant. Les médecins ont essayé de me convaincre de les laisser l’intuber en me disant qu’il n’y avait plus rien à faire et que pour eux, elle était déjà considérée comme morte.

J’ai été lui parler en lui expliquant que je n’étais pas venu lui tenir la main pour m’apitoyer sur son sort en pleurant mais que j’allais l’aider à sortir de l’hôpital avant la fin de la semaine. Je suis revenu le lendemain matin avec 100 grammes de vitamine C pure en poudre et 250 ml de plasma de Quinton isotonique. J’ai dissimulé les deux breuvages dans des gobelets à café que je lui donnais à boire avec une paille tous les jours en lui faisant méditer tous les soirs sur des sons et des paroles qui atténuaient le bruit assourdissant de l’oxygène. Un bruit qui tiraillait son cerveau en passant par ses narines. Elle était dans la même chambre où sa maman avait rendu l’âme une année auparavant, jour pour jour, et elle me demandait de la laisser partir pour aller la rejoindre. Je la poussais à se nourrir et à se battre pour revenir à la raison.

De 80 litres d’oxygène, elle est passée en quatre jours à quatre litres pour être débranchée le lendemain et commencer à marcher en fin de semaine. Elle est sortie de l’hôpital le lundi suivant sans que les médecins puissent comprendre ce qui s’était passé. Ils qualifiaient cela de miraculeux alors que je savais très bien ce qui était en train de se passer. Ce mois de janvier 2022, nous sommes morts tous les deux pour ressusciter ensuite pour être encore bien plus vivants.

Nous sommes allés tous les deux jusqu’au bout du pire pour y trouver le commencement du meilleur. Je pense que n’importe qui peut y arriver aussi et pour cela, il faut y croire profondément pour le réaliser d’où l’importance des croyances.

Oui, j’ai l’extrême certitude qu’il faut souvent aller jusqu’au bout du pire pour enfin y trouver le commencement du meilleur. Et de ce meilleur renaît un renouveau encore meilleur...

  

 

Dans une récente interview, vous avez déclaré : « j’ai tellement de choses à dire ». Vous le faites très bien depuis deux livres, désormais. Quelles seront les futures étapes ?

 

Oui, il est vrai que j’ai tellement de choses à dire ! Mais, en vérité, je pense avoir encore plus de choses à écrire. Les écrits restent alors que les mots disparaissent dans l’oubli.

J’attends le bon moment pour écrire le deuxième tome du « Gardien du Présent ». Je projette de le faire traduire en anglais dans le courant de cette année.

Si des occasions se présentent sur mon chemin d’écrivain, je serais assez favorable pour parler et expliquer avec plus de détails les contenus de mes livres lors de conférences.

 

 

A l’instar de philosophes ou des chercheurs, vous êtes toujours en quête de la vérité ? Mais, quelle vérité ? Sont-elles multiples ? Différentes ?

 

Il ne peut y avoir qu’une seule vérité, qui de mon point de vue pourra effacer tous les mensonges qui essaient de l’engloutir très profondément.

La seule et unique vérité qui peut exister est celle de ne pas avoir menti. Peu importe la quantité de mensonges, la vérité est unique car c’est un choix. Celui de dire la vérité au singulier qui est celle des vérités au pluriel car, la vérité englobe toutes les vérités et elle efface tous les mensonges.

 

 

Dans ce livre, vous faites la part belle à la magie, à l’ésotérisme, au surnaturel. Qu’est-ce que le fantastique pour vous ? L’avez-vous côtoyé autour de vous ?

 

Oui, ce livre parle de magie et de surnaturel où l’ésotérisme est plus dirigé sur le côté des forces du mal. Où l’intérieur, bien protégé du secret de certains enseignements qui sont réservés à des initiés qui font tout pour faire revenir leurs anciennes croyances basées sur la vénération d’anciens dieux ayant dû quitter notre monde pour le leur.

Je dis souvent que l’homme moderne ne croie plus en la magie des anciens. L’homme de notre époque ne veut pas croire au pouvoir qu’exerçaient les anciens peuples. Il croit davantage à la magie que notre technologie peut accomplir à notre époque. On peut voler, aller sur la Lune, se parler en se regardant depuis des pays très lointains, etc.

Dans mon livre, je parle de magie avec certaines précisions sur le règne de Salomon. Je suis même persuadé que nos anciens possédaient une magie encore plus puissante que celle d’aujourd’hui. A la différence que là, notre monde est matériel. Alors que le leur était immatériel.

Oui, j’ai réellement vécu certaines situations dans ma vie où la magie et le surnaturel ont bel et bien existé. D’ailleurs tout ce qui est relaté dans ce livre est en partie véridique…

 

Un mot, tout de même, sur les pyramides d’Egypte ! Là, on sent l’admiratif au-delà du contemplatif. Quels secrets avez-vous percés à leur contact ? Et si ces pyramides nous reliaient à d’autres univers comme le pensent des spécialistes de la cosmogonie ?

 

J’ai réellement travaillé en Égypte. Comme je le raconte dans mon premier livre. Il est vrai que les pyramides m’ont longtemps occupé l’esprit jusqu’au jour où j’ai interprété un verset du Coran. Il m’a aussitôt éclairé sur ce questionnement. Je l’explique assez bien : je partage une théorie nouvelle sur leurs constructions et par qui elles l’ont été.

Je pense aussi que ce secret a bien été gardé afin de nous induire dans l’erreur. Leurs constructeurs ne veulent pas que l’on apprenne la vérité. Mais, je ne vous en dirai pas plus : je préfère vous laisser le découvrir dans mon roman !  

 

 

On parle de kabbale, d’Apocalypse, d’Antéchrist… « Le Gardien du Présent » est-il une réécriture contemporaine des Evangiles ?

 

Oui, effectivement, je parle de kabbale et même des « septantes » ainsi que de l’apocalypse et de l’Antéchrist. L’ouvrage visite ces époques qui ont vu ces prophètes et ces messagers. Mais, pas dans un but de réécrire les Evangiles mais plutôt pour en corriger certains passages, réécris dans le passé pour justement égarer les croyants de la vérité.

L’Apocalypse de Saint-Jean n’est pas un psaume des Évangiles comme on cherche à nous le faire croire. C’est juste de « la broderie » qu’on lui a raccommodé en utilisant des couturiers très habiles. D’ailleurs même le Saint Coran ne parle pas de l’Antéchrist : on en parle que dans des récits brodés également sur l’ombre du Coran qui ont été rapportés que plusieurs siècles après la mort du prophète, tout comme Jésus.

Je ne dis pas que mon livre est la vérité en soit ! D’ailleurs, chacun peut le lire et le comprendre comme il le souhaitera. Pour certains, ce sera une passionnante aventure et pour d’autres le début d’un questionnement.

 

Vous considérez-vous comme un soldat, un « Chevalier du Temple », pour combattre les ennemis de la fraternité, celle qui devrait unir tous les hommes ?

 

Non, je ne me considère pas comme un soldat où un chevalier du temple. Je me considère comme un combattant qui lutte contre les forces du mal visibles ou invisibles. Un soldat appartient à une armée. Moi, je n’appartiens à aucune armée. Je considère qu’elles sont employées pour la plupart au service du mal.

Un combattant, lui, combat les injustices pour le service du bien sans avoir besoin d’avoir à entrer dans les rangs.

Si tous les hommes étaient unis pour combattre toute forme de mal ou d’injustice, si on était tous ensemble coude-à-coude pour protéger le faible et l’opprimé, alors nous serions tous des combattants au service de la justice.

L’époque des chevaliers est révolue. Le seul « temple » à protéger est celui que l’on transporte en nous. Il fera de nous des combattants au service de la justice et de l’amour, ensemble, pour une seule terre, un seul peuple, une seule humanité…

 

Propos recueillis par Thierry BRET

 

C’est comparable à une rentrée scolaire (peut-être universitaire au vu de la moyenne d’âge de ces « bons élèves studieux » de la République ?!) que viennent d’effectuer ces jours-ci les nouveaux pensionnaires de l’Assemblée nationale au Palais Bourbon. Leur retour dans l’hémicycle après l’épisode électoral. Ils sont à pied d’œuvre, aujourd’hui, avec le scrutin permettant de désigner celle ou celui de ces députés qui s’installera au perchoir présidentiel de la vénérable institution ! Les néophytes, plongés dans le grand bain institutionnel à l’instar des élus du Rassemblement national de la région, découvrent…

 

PARIS : « J’ai voté pour que Sébastien CHENU devienne le prochain président de l’Assemblée nationale… ». L’enthousiasme du néo-député du RN Julien ODOUL n’aura été in fine que de courte durée en cet après-midi de scrutin dans l’hémicycle parisien.

La candidate se présentant sous les couleurs de la majorité présidentielle, Yaël BRAUN-PIVET, est arrivée en tête des votes après le premier tour de piste, recueillant 238 suffrages sur les 553 exprimés. Certes, un résultat pas suffisant, toutefois, pour lui offrir le perchoir dès sa première tentative. Elle obtiendra le Graal en fin de journée devenant ainsi la première femme politique de l’Hexagone à présider l’Assemblée nationale.

 

Le retrait de Sébastien CHENU pour que « l’institution fonctionne »…

 

Quant à Sébastien CHENU, le favori du nouveau député de la troisième circonscription de l’Yonne Julien ODOUL – pour mémoire, une victoire sans aucun suspense obtenue face à la parlementaire sortante Michèle CROUZET (MoDem) avec près de cinq mille voix d’écart et un score net et sans bavure de 55,84 % contre 44,16 % dans le Sénonais - il ne recueillera que les 89 voix naturelles des représentants du parti bleu marine. Plus un bulletin supplémentaire que les observateurs pourraient presque attribuer au seul et unique membre de Debout La France, présent dans cette recomposition législative 2022 : Nicolas DUPONT-AIGNANT !

Précisons que la candidate de la NUPES, Fatiha KELOUA-HACHI fera le plein des voix auprès de sa formation « kaléidoscope » avec 146 suffrages tandis que la prétendante des Républicain et de l’UDI, Annie GENEVARD ne récoltera que les 61 voix de son groupe. Nathalie BASSIRE, non-inscrite, fermera le ban avec 18 voix.

Quelques minutes plus tard, le RN Sébastien CHENU retirera sa candidature avant même que ne débute le second tour. Une décision qui engendrera le non-vote de la formation souverainiste de ce scrutin interne. Un retrait que le poulain de Marine LE PEN a justifié par cette simple déclaration : « On souhaite que l’institution fonctionne… ».

 

 

 

L’Yonne, nouvelle terre de prédilection du Rassemblement National…

 

Pour les élus RN de Bourgogne Franche-Comté (ils sont au nombre de cinq après ce très surprenant second tour du 19 juin à avoir fait leurs premiers pas au Palais Bourbon), c’était aujourd’hui l’opportunité de s’immerger immédiatement dans les rouages de l’appareil stratégique de la chambre basse du Parlement.

Et l’occasion de réaliser quelques photos de famille, façon rentrée scolaire potache, le sourire sans option !

Le chef de file du Rassemblement National en Bourgogne Franche-Comté – il en est le président de groupe à la Région – rappelait au lendemain de son succès « qu’avec ces victoires obtenues aux quatre coins de France, c’était le peuple qui faisait son entrée à l’Assemblée Nationale ».

Rien que dans l’Yonne, les trois candidats qualifiés pour le second tour – Audrey LOPEZ aura échoué de peu face au député sortant de la seconde circonscription André VILLIERS –, recueillirent plus de 54 000 voix. Confirmant ainsi le virage à 360 degrés vécu par le département septentrional de Bourgogne.

Désormais, le Rassemblement National occupe le leadership sur le territoire en devenant la première force politique. Du jamais vu jusque-là…

« Quand le peuple vote, le peuple gagne, avait alors déclaré Julien ODOUL au soir de son succès, avec l’arrivée de 89 députés RN à l’Assemblée, c’est notre ruralité abandonnée et méprisée par la gouvernance actuelle qui retrouve enfin une voix ! ».

De quoi faire oublier l’échec du porte-parole du Rassemblement national qui avait échoué lors de sa tentative précédente aux législatives en 2017…et de briser le fameux plafond de verre en remportant le match retour cinq ans plus tard.

 

Thierry BRET

 

 

 

 

La claque ! D’une majorité absolue et écrasante obtenue lors de la première mandature, la majorité présidentielle se retrouve amputée de bon nombre de ses parlementaires à l’issue des deux tours des législatives. Une élection qui, décidément, n’est nullement comparable aux précédentes.

Ce scrutin aura vu in fine la poussée inexorable et prévisible des souverainistes et des réfractaires de tout poil aux quatre coins de l’Hexagone. Y compris dans des bastions jusque-là historiques tenus par les représentants des anciennes forces en présence, socialistes et droite républicaine réunies, aujourd’hui condamnées à jouer les seconds couteaux afin de ne pas se faire oublier. De manière définitive…

Serait-ce une surprise en soi ? Que nenni ! Tous les indicateurs le mentionnaient, sondages à l’appui, depuis très longtemps. La France allait basculer en ce printemps 2022 vers l’inconnu. Pour le meilleur ou pour le pire ?

 

 

Pas de fastes superfétatoires après le succès à la présidentielle…

 

L’épisode des Gilets jaunes, l’érosion constante du pouvoir d’achat, la crise de confiance envers les politiques, l’envolée inflationniste des prix, la multitude d’affaires juridiques touchant des décideurs et de grands « moralisateurs » de la chose publique, la volonté devenue systématique du changement à tout crin…sont autant de facteurs qui expliquent en partie ce grand chambardement qui vient de frapper le pays. Une onde de choc, façon tsunami à la puissance dix qui devrait se propager durablement et dont on ne maîtrise absolument pas les effets à venir…

L’exécutif élyséen doit bien l’admettre : les résultats dont le verdict est tombé lourdement au soir de ce 19 juin ne sont pas ceux escomptés initialement. Surtout après le succès du Président de la République qui a su renouveler son bail cinq années supplémentaires au Château.

Une reconduction qui n’aura pas été si euphorique que cela. Loin s’en faut ! Une victoire à la Pyrrhus d’Emmanuel MACRON obtenue avec la plus petite des marges de manœuvre sur la rivale de toujours, l’inoxydable Marine LE PEN, en embuscade lors de ces présidentielles. D’ailleurs, le locataire de l’Elysée le pressentait-il intérieurement ? Il n’y eut pas de fastes superfétatoires au Trocadéro dès que les résultats de son succès furent connus. L’anticipation d’un semi-échec pour les législatives ?

 

 

Un scrutin dont l’objectif a été modifié par Jean-Luc MELENCHON…

 

Comment convaincre alors celles et ceux qui ne se rendent plus aux urnes ?  Un vrai dilemme ! Celles et ceux qui forment aujourd’hui, et de très loin, le premier parti de France, un bataillon imperméable à toutes les promesses électorales, sorte de litotes répétitives et récurrentes à rejeter au fond des oubliettes : celui des abstentionnistes !

Ah que de belles promesses, faites ici ou là, pour tenter de s’accaparer coûte que coûte du précieux sésame que le citoyen français possède encore parmi ses rares libertés pour faire entendre sa voix au nom de la démocratie et qu’il peut brandir telle une menace de sanction dans l’isoloir : son bulletin de vote !

On aura entendu tout et son contraire parmi les innombrables propositions constituant les professions de foi (certaines émises dans la plus grande tradition fantaisiste) de tous les partis engagés dans la course. Même Jean-Luc MELENCHON, jamais en reste pour occuper le devant de la scène et prendre trois longueurs d’avance médiatiques sur ses concurrents, avait modifié les objectifs de ce scrutin, le transformant en un « plébiscite » naturel en sa faveur pour qu’il devienne le futur Premier ministre de l’Etat !

 

 

Trop d’austérité et de fermeté tuent l’empathie que veulent les Français…

 

Comment faire comprendre aux Françaises et aux Français qu’une nouvelle ère commence, que de nouveaux caps viennent d’être franchis (il suffit de regarder la conjoncture internationale et ses innombrables ramifications d’ordre économiques, environnementales et sociétales) pour s’en convaincre, que l’on désire les écouter davantage après le résultat si mitigé de la présidentielle, en proposant une « nouvelle politique », et « une nouvelle forme de gouvernance » dixit Emmanuel MACRON qui suppose de la consultation participative et citoyenne alors que dans le même temps, on nomme une super technocrate dont les compétences ne sont certes pas discutables mais qui gère ses dossiers avec austérité et fermeté sans l’once d’une quelconque empathie à Matignon ?

On appelle cela un double effet de langage entre la réalité des actes et les désirs vers lesquels on aimerait tendre. Oui mais voilà, un mois et demi après cette nomination qui conforte l’incompréhension de cette stratégie, les Français, loin d’être veaux comme le prétendait au contraire le Général de GAULLE jadis, n’ont pas suivi la ligne présidentielle les 12 et 19 juin.

 

 

Une noria de conséquences qui rend la France ingouvernable…

 

Conséquence : jamais les abstentionnistes n’ont été aussi nombreux à bouder les bureaux de vote parce que ne croyant plus à ces belles paroles surfaites et sans grand intérêt que leur bassinent en boucle au quotidien les chaînes audio en continue.

Conséquence : il s’en est fallu d’un cheveu que la NUPES (Nouvelle Union Populaire Ecologiste et Sociale) ne réussisse son tour de force façon coup de poker en plaçant le maximum de députés à ses couleurs très disparates dans l’hémicycle. D’ailleurs, dès le lendemain de l’élection, les premières divergences éclataient quant à savoir si chacun conservait sa préférence partisane selon son groupe politique ou non !

Conséquence : alors que le débat sur l’inclusion de la proportionnelle figure toujours aux calendes grecques des priorités politiques, le Rassemblement National est sorti triomphant et pétri de pouvoir en envoyant 89 de ses représentants dont certains sont néophytes à la chose publique siégés sur les bancs de l’illustre Palais Bourbon. Sans que cette proportionnelle soit mise en application. On suppose que le score des souverainistes aurait pu être encore plus important dans le cas contraire !

Conséquence : la France apparaît plus que jamais ingouvernable entre toutes ces composantes qui vont s’affronter comme des harpies dès les premières séances dans l’hémicycle afin de trouver l’improbable consensus.

Dernier élément en date : en choisissant de conforter Elisabeth BORNE à son poste de cheffe de gouvernement, qui demeurera invariable quant à la politique définie pour le pays, Emmanuel MACRON apporte enfin une réponse claire et nette aux Français malgré le verdict des suffrages. Il restera « jupitérien » !

 

Thierry BRET

 

Articles

Bannière droite accueil