Les bras levés au-dessus de la tête, l’heureuse gagnante des primaires de la droite républicaine savoure son succès. Un large sourire s’affichant sur son visage rayonnant. D’ailleurs, le score de ce second tour de scrutin est net et sans appel.

Qualifiant ainsi sa victoire en triomphe avec 61 % des suffrages électroniques recueillis contre 39 % à attribuer à son dauphin, l’inattendu et très surprenant Eric CIOTTI. C’est la liesse avant l’heure dans le camp des Républicains qui depuis leur QG entrevoient déjà l’ouverture en grand des portes de l’Elysée.

Il faut cependant relativiser et tempérer les ardeurs trop optimistes de reconquête des aficionados de la droite et du centre droit traditionnel.

Si succès il y a, et ce de manière incontestable et légitime pour la présidente de la Région Ile-de-France, qui aura su tirer avec efficience son épingle du jeu face aux deux autres poids lourds engagés dans la course, Xavier BERTRAND et Michel BARNIER, le chemin devant la propulser au Nirvana suprême de la plus haute instance du pouvoir de la République est encore très long.

Un parcours, par ailleurs, semé d’embûches et de chausse-trappes de tout crin que d’illustres de ses prédécesseurs dans sa propre famille politique ne sont pas parvenus à accomplir jusqu’à son terme : François FILLON, rattrapé par d’insidieuses affaires, et Alain JUPPE, écarté de la compétition alors « qu’il incarnait le meilleur d’entre tous les Républicains », selon la célèbre formule imputable à Jacques CHIRAC !

Même le toujours très populaire ex-président de la République et influent parmi les arcanes de la droite classique Nicolas SARKOZY y a laissé des plumes. Dès le premier tour des primaires de la droite en 2017 où il fut battu à plate couture, ne pouvant convaincre un électorat qui lui était jusque-là fidèle.

 

 

Les partisans d’Eric CIOTTI en arbitre de la présidentielle 2022 ?

 

Le premier de ces douze travaux tentaculaires à la Hercule à laquelle la lauréate LR devra s’atteler dès la semaine prochaine, c’est incontestablement le rassemblement de sa propre famille politique. Qui apparaît, malgré la façade de franche cordialité et de convenance sympathique sous le feu nourri des projecteurs des médias, beaucoup plus fragilisée et divisée qu’il n’y paraît.

D’une part, le poids au sein de l’appareil politique du plus radical des représentants de la droite républicaine Eric CIOTTI est loin d’être anodin. Un peu plus de 39 % des 148 000 militants encartés au sein du parti LR et désireux de s’exprimer par leurs voix, ce n’est pas rien.

D’ailleurs, quelques heures après l’annonce des résultats, deux des plus sérieux rivaux de Valérie PECRESSE à la présidentielle 2022, Marine LE PEN et Eric ZEMMOUR se sont déjà fendus de demandes de ralliement à leurs propres causes auprès des soutiens du candidat défait.

 

 

Lequel n’a jamais caché ni ses liens de camaraderie ni sa préférence de vote dans le cas d’un second tour face à Emmanuel MACRON pour Eric ZEMMOUR !

Jusqu’où iront donc l’intérêt et la fidélité à l’esprit de la famille LR chez les partisans du parlementaire des Alpes-Maritimes qui devient indubitablement l’arbitre de ces présidentielles ? Une chose semble évidente au vue des divergences très nettes d’opinion qui existent au sein de la famille gaulliste sur certains grands dossiers prioritaires que la porosité des voix LR sera certainement une réalité palpable en avril prochain.

 

 

Rassembler l’ensemble de la droite et du centre droit : un terrain de jeu délicat…

 

A un degré moindre parce moins clivant que les susnommés partisans précédents, un son de cloche identique pourrait ternir quelque peu les velléités conquérantes de la lauréate si les déçus du premier tour ne la suivaient pas à ses côtés dans cette aventure à 100 % !

A ce titre, en vaincu honorable et tolérant dans l’acceptation de la défaite, Xavier BERTRAND semble beau joueur et tout acquis à la cause de Valérie PECRESSE pour la suite du périple élyséen. Alors qu’il était le candidat préféré des Français se reconnaissant dans les valeurs de la droite traditionnelle selon les innombrables sondages d’opinion d’avant la primaire…

Mais que penser, a contrario, de l’attitude plus que mitigée et nettement contradictoire de l’européaniste Michel BARNIER qui a accusé le coup après la défaite en soutenant la gagnante du bout des lèvres ! Une attitude étrange qui ne grandit pas ce haut personnage de l’Etat en matière d’humilité…et d’esprit de famille !

Le second chantier de Valérie PECRESSE qui se plaît à rappeler à tout va qu’elle peut le faire pour vaincre Emmanuel MACRON en avril prochain alors que sa côte de popularité au premier tour n’a jamais excédé 12 % (!), devra fédérer toutes les composantes de la droite et du centre droit pour y parvenir.

Un terrain de jeu risqué, nettement plus vaste et plus ardu que de s’approprier les suffrages des 150 000 militants que comptent aujourd’hui Les Républicains dans l’Hexagone.

D’autant que cette frange de la population citoyenne est très courtisée par le locataire de l’Elysée qui en a fait l’une des clés de voûte de sa tactique inédite (le « en même temps » de pure politique avec la gauche et la droite réunies sous la même bannière identitaire au gouvernement). Et que les extrêmes convoitent également avec avidité et appétit les déçus de la droite « molle » ou trop encline à flirter de près avec le pouvoir en place à l’heure actuelle.

Il restera ensuite à Valérie PECRESSE à élargir le champ d’action à l’ensemble des citoyens français de tout bord. Quel que soit leurs appétences politiques et leurs appartenances à une caste sociale.   

La présidente de la Région lle-de-France ne manque ni de courage ni d’audace pour y parvenir. En outre, la première de ses victoires est de placer pour la première fois dans l’histoire de la famille gaulliste une femme sur la plus haute marche du piédestal présidentiable. C’est une opportunité rarissime qu’elle ne voudra pas gâcher…

 

Thierry BRET

 

 

 

Elle n’est jamais à court d’idées l’ingénierie du constructeur germanique ! Pour 2022, la marque propose une nouvelle finition de vêtements qui devraient plaire aux adeptes de grosses cylindrées. Une ligne de tenues, davantage orientée sur la qualité et surtout la sécurité du pilote.

 

PARIS : L’année 2022 a été anticipée avec sens du détail par les créateurs de la gamme de produits vestimentaires de la filiale motorisée du constructeur allemand. Une série de nouvelles tenues va investir d’ici peu le marché. Ce sont des produits qui favorisent la haute qualité dans les finitions et surtout l’attention portée à la sécurité.

 

 

Le maître mot en termes d’arguments commerciaux pour inciter les acquéreurs à opter vers ce mode de locomotion. Sachant que cette collection répond aux dernières tendances de la mode et des vêtements qu’affectionnent à l’heure actuelle les motards.

Une touche de coquetterie mâtinée de sécurité que les férus de la marque d’Outre-Rhin auront le plaisir de tester la saison prochaine…

 

Thierry BRET

 

 

La passion du métier, jusqu’au bout du micro ! La présidente de la Chambre départementale des notaires de l’Yonne Maryse BELLIAU a pu dire quelques mots lors de la cérémonie de remise de diplômes aux étudiants du BTS Notariat du groupe scolaire Saint-Joseph-la-Salle. Des mots de bienveillance et d’encouragement destinés aux jeunes lauréats de ce précieux sésame devant les emmener vers la vie active…

 

AUXERRE : Entre le monde du notariat et le groupe d’enseignement privé de l’Auxerrois, la relation est quasi fusionnelle. Et ce, depuis fort longtemps, date de la première signature de ce partenariat intelligent qui permet aux jeunes gens suivant leur scolarité au sein de l’établissement lassalien de pouvoir s’immerger le temps d’un stage dans une étude. Une aubaine intellectuelle qui facilite la découverte des divers aspects de la profession.

Alors quand il s’agit de remettre les prix sanctionnant l’aboutissement de deux années studieuses et d’efforts qui forgent déjà le mental et l’appétence des lauréats à cette future filière, il est clair que la chambre départementale du notariat ne boude pas son plaisir.

 

 

Le sens de l’adaptabilité entre le présentiel et les cours à distance…

 

En témoigne la présence de plusieurs de ses représentants (Me Laurent TOPIN ou Me Hervé CHANTIER), trop heureux d’observer les moments émotionnels vécus par celles et ceux (plutôt rares par ailleurs tant la féminisation est prégnante dans ce cycle d’études), qui ont enfin perçu le « salaire » de l’apprenant : le diplôme officiel !

François-Xavier WILLIG, nouveau patron de l’établissement catholique comptant le plus grand nombre d’élèves en ses murs sur le département, ouvrait le bal, avec ses mots de bienvenue.

Des paroles salvatrices à bien des égards car exprimées pour saluer le travail de ces jeunes étudiants contraints de s’adapter à la délicate réalité de la crise sanitaire. Pas si simple, au demeurant, d’avoir été si souvent balloté au cours de cet épisode de sinistre facture entre le présentiel en jauge réduite et le suivi de cours à distance avec tous les aléas informatiques que cela peut comporter en zone rurale.

Bref, l’adaptabilité est une vertu que ces apprenants aux métiers du chiffre et du droit ont eu à pratiquer durant cette période sans que cela n’altère nullement leurs résultats définitifs avec l’obtention de l’examen.

 

 

Le diplôme : loin d’être anodin pour les parents et les étudiants !

 

« Ce sont de beaux résultats que nous avons là s’est contenté de dire François-Xavier WILLIG, qui a parfaitement résumé le ressenti de la soirée.

Invariablement puisque tel est son leitmotiv, la directrice de l’enseignement supérieur dispensé au sein du groupe scolaire Céline MARTI évoqua les valeurs intrinsèques que le millier d’élèves reçoivent lors de leur passage dans cet antre du savoir et de l’érudition ; des valeurs devant accompagner ces jeunes pousses à la tête bien pleine tout au long de leur cheminement terrestre.

Puis, en présence d’une équipe enseignante remerciée pour son implication, les titulaires des deux dernières sessions d’examen furent appelés tour à tour sur le devant de la scène afin d’émarger le livret scolaire et toucher enfin le Graal de leur réussite. Un morceau de papier beaucoup moins anodin qu’il n’y paraît aux yeux des parents et des élèves concernés par cette réception !

 

 

L’ouverture à l’apprentissage : une innovation indispensable entre vie professionnelle et études…

 

Le témoignage d’anciennes diplômées fut intéressant à plus d’un titre, tant sur la perception personnelle de leur passage en ces murs que de leur intégration au cœur de la vie active. Force est de constater que bon nombre de récipiendaires du fameux diplôme se situe désormais aux antipodes… du notariat !

Mais, les bases pédagogiques inculquées par les enseignants ainsi que les valeurs vertueuses lassaliennes demeurent dans les esprits, à l’instar de certains commentaires dont celui de la jeune Cassandra CHALONS, aujourd’hui en poste chez DOMANYS.

Notons, que l’établissement Saint-Joseph s’est ouvert également à la pratique de l’apprentissage depuis le printemps 2020. Deux étudiantes ont suivi en effet ce chemin novateur en s’insérant dans une étude notariale. Elles furent trois cette année à suivre ce parcours initiatique de l’alternance, y compris l’un des rares représentants du sexe masculin.

C’est une certitude : la rencontre entre le monde scolaire et l’univers professionnel s’inscrit donc parmi les grandes priorités de ce BTS qui n’en finit pas de séduire celles et ceux qui en empruntent la voie…

 

Thierry BRET

 

 

C’est sûr : on en a beaucoup parlé. Au détour des allées, à proximité de leur stand, et naturellement, une fois à l’intérieur, attiré par la curiosité. Déjà le nom de la structure. LCRH. Un acronyme qui ne cesse de circuler dans le sérail régional. Et qui a su trouver lors des RIDY 2021 une vitrine de communication à la hauteur de ses espérances pour mieux se faire connaître des entreprises qui en sollicitent ses services. La gestion de la paie, son cœur de métier…

 

AUXERRE : Voilà une structure professionnelle qui aura suscité grand intérêt lors des récentes RIDY (Rencontres industrielles de l’Yonne) se déroulant au parc des expositions auxerrois en novembre. LCRH ! Auquel est ajouté en guise de signature lui permettant de positionner immédiatement son domaine d’intervention le mot « paie ».

On l’aura compris dès la première lecture : l’entité est une spécialiste de la gestion de la paie. Son unique raison d’être qui lui sert de solide fil d’Ariane dans sa phase de prospective.

Entreprise rayonnant en Bourgogne Franche-Comté, LCRH-paie prône la carte de la diversité sectorielle dans ses interventions : l’optimisation des process de gestion des salaires.

Qu’il s’agisse du commerce, des services, de la viticulture, du transport, du BTP, de l’industrie ou encore de l’hôtellerie/restauration, LCRH-paie est polymorphe. Une structure hybride qui peut aussi travailler avec des professionnels de la filière santé comme des crèches, des établissements à vocation sociale ou des associations sportives.

Bref, c’est le partenaire idéal pour assurer l’externalisation du lourd volet administratif en matière de gestion de la paie. En gagnant du temps et dans la sérénité ! De l’efficience à l’état brut !

 

 

L’externalisation des paies : une solution face à la complexité du système…

 

Son principe de fonctionnement est simple. La démarche est basée sur la bonne compréhension de l’organisation de ses clients, de leurs besoins, de leurs contraintes afin de collecter le maximum d’informations utiles au bon moment et fournir les bulletins de salaire à la date définie avec le donneur d’ordre. Tout ceci dans la confiance, il va de soi !

Parmi les cibles potentielles travaillées par la structure régionale : les cabinets comptables. Des établissements qui peuvent choisir de se recentrer sur la pratique de l’expertise et du conseil (le cœur de leur métier), en se délestant de la gestion de la paie de leurs clients par le biais de la sous-traitance.

Une pratique astucieuse de plus en plus appréciée de tous, depuis l’émergence de LCRH-paie dans cet environnement régional. D’autant que le contexte réglementaire de la gestion de la paie se complexifie considérablement d’année en année, requérant de l’exigence et un suivi quasi absolu des dossiers.

Se proposant de prendre le relais sur cet item ô combien névralgique dans la vie d’une entreprise, la structure assure différentes missions selon les besoins de son partenaire-client : la collecte des variables de paie, le contrôle de cohérence, la réalisation des bulletins de salaire et des DSN (déclaration sociale nominative), la gestion des évènements imputables à la vie des salariés (absences indemnisées, départ, maternité, etc.), les formalités de sortie de l’entreprise et la transmission d’un fichier des écritures des paies.

Autant de critères judicieux qui font qu’aujourd’hui LCRH se situe sur une courbe ascendante de ses activités en Bourgogne Franche-Comté. D’où cette présence remarquée aux Rencontres industrielles de l’Yonne.

 

En savoir plus :

Pour plus amples renseignements :

LCRH-paie

Tel : 03.80.97.42.95.

Mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Site : www.lcrh-paie.fr

 

Thierry BRET

 

C’est sous le sceau de la confiance et de l’entente cordiale qu’a été renouvelée la convention de partenariat établie de longue date entre la Fédération des Caisses régionales de Crédit Agricole de Bourgogne Franche-Comté et le Conseil régional de l’Ordre des Experts comptables. Objectif de ce renouvellement de bail : l’intérêt de la clientèle commune…

 

DIJON (Côte d’Or) : Un dénominateur commun uni ces deux partenaires de la sphère économique régionale : la satisfaction optimale de la clientèle. Le plus souvent en étroite similitude entre ces deux institutions que sont la Fédération des Caisses régionales de Crédit Agricole de Bourgogne Franche-Comté et le Conseil régional de l’Ordre des Experts comptables.

Ce pont qui relie ces deux structures professionnelles s’est davantage consolidé cette semaine avec la signature du renouvellement de ce partenariat, organisée au siège de l’établissement bancaire à Dijon.

C’est là que le directeur général de la banque verte sur notre territoire, Emmanuel VEY, a apposé son paraphe au bas du document symbolisant la poursuite de cette coopération établie dans la confiance.

Il devait être imité quelques instants plus tard par le président du Conseil régional de l’Ordre des Experts comptables Eric CORRET. Un responsable trop heureux de voir se pérenniser dans la durée ce partenariat, s’inscrivant comme une totale évidence.

Dans l’absolu, ce partenariat permet de soutenir les entreprises du territoire qui doivent faire face aux soubresauts économiques engendrés par la crise sanitaire.

« Nous allons poursuivre ce soutien, devait préciser Vincent VAPPEREAU, responsable du marché des professionnels au sein du Crédit Agricole Champagne-Bourgogne.

Ce dernier faisait immanquablement allusion aux prêts garantis par l’Etat (PGE), abondamment accordés par la banque leader des secteurs agricoles et viticoles en France.

Il devait conclure ses propos en rappelant que le Crédit Agricole met tout en œuvre pour accompagner la relance et les transitions, qu’elles soient énergétiques ou numériques.

 

En savoir plus :

 

La Fédération des Caisses régionales de Crédit Agricole de Bourgogne Franche-Comté regroupe quatre caisses régionales : Centre-Est, Centre-Loire, Champagne-Bourgogne, Franche-Comté.

Cette entité agit au quotidien dans l’intérêt de ses 1 271 633 clients.

Plus de 2 milliards d’euros de crédits destinés aux entreprises et aux agriculteurs ont été accordés cette année.

Le réseau des experts comptables accompagne deux millions d’entreprises.

En Bourgogne Franche-Comté, l’Ordre des Experts comptables représente 620 professionnels inscrits au tableau de l’Ordre, 714 sociétés d’expertise comptable, 84 associations de gestion et de comptabilité, 124 experts comptables stagiaires, plus de 6 000 collaborateurs.

 

Thierry BRET

 

 

Articles

Bannière droite accueil