L’un est paraplégique et a accumulé de nombreuses heures d’entraînement afin de mieux évacuer son stress le moment venu. L’autre n’a de cesse de multiplier les exploits aux quatre coins de la planète, se surpassant à chaque challenge pour atteindre ses objectifs. Les deux forment un tandem de sportifs de l’extrême inattendu, prêts à se surpasser pour relever des paris que les plus audacieux n’oseraient tenter. Ils espèrent gravir le point culminant de l’Afrique ce mardi 24 octobre après cinq jours de tension absolue…et fort dans leur tête d’une aventure humaine inimaginable…

 

TANZANIE : Escalader en fauteuil roulant l’un des légendaires sommets de la planète ne ressemble pas à une sinécure pour l’élu breton, Yann JONDOT. Bien au contraire, ce courageux sportif, paraplégique depuis l’âge de ses 22 ans, se réjouit à l’idée de vaincre l’adversité et devenir un exemple pour des milliers de personnes vivant les mêmes difficultés que lui en matière d’accessibilité à la suite d’un handicap.

C’est précisément pour défendre les intérêts de ces personnes, dites à mobilité réduite, et qui attendent toujours les concrétisations vertueuses de la loi de 2015 (l’ouverture à l’accessibilité pour tous dans les lieux publics plus que jamais malmenés aujourd’hui) que Yann JONDOT a choisi de délaisser le temps d’une escapade insolite son mandat d’élu de la nation afin de faire preuve d’exemplarité.

En bon breton qu’il se doit, le maire de Langoëlan (Morbihan) a alors opté pour un pari fou : faire l’ascension du Kilimandjaro, mythique montagne de 5 895 mètres, dont les versants encore enneigés se partagent entre le Kenya et la Tanzanie. 

Le soutien d’Arnaud CHASSERY et d’Isabelle CHEMIN, sportifs accomplis…

Muni d’une « joëlette » pour ses déplacements à flanc de montagne, l’élu breton ne s’est pas lancé dans ce périple à risque sans prendre un minimum de précautions, et surtout de précieux renseignements. S’informant auprès de la population tanzanienne sur le « caractère spécifique » que pouvait lui réserver la plus haute montagne africaine, Yann a bénéficié de renseignements importants fournis par Déo, premier sportif paraplégique local à avoir rallié le sommet dès 2013.

Nonobstant ses craintes, il a également sollicité l’aide de deux sportifs à la notoriété reconnue dans le sérail de l’impossible : Isabelle CHEMIN, une habituée de la Tanzanie qui accompagne avec constante régularité des sportifs handicapés dans leurs exploits montagnards. Son association, « chemindesens », créée à Grasse où réside la jeune femme, lui sert de relais pour la déclinaison de ces actes héroïques mûrement réfléchis.

Deuxième atout de poids pour le Breton : la présence à ses côtés de l’Icaunais, Arnaud CHASSERY, habitué des défis improbables comme la traversée à la nage de la Manche à maintes reprises ou du détroit de Gibraltar, séparant l’Europe de l’Afrique. Un rendez-vous capital pour le jeune homme de Chamvres qui avait ensuite poussé le bouchon plus loin encore, aux côtés de son ami, Philippe CROIZON, en reliant les cinq continents par la voie maritime et en conditions délicates…

A 1 595 mètres du toit de l’Afrique !

Profitant de ces deux partenaires ultra qualitatifs et de son équipe d’accompagnateurs dévouée à cette noble cause, Yann JONDOT est arrivé dimanche 22 octobre au soir à 4 000 mètres d'altitude du sommet. Il sera temps ensuite de s’acclimater aux conditions ambiantes et d’éviter à tout prix le mal aigu des montagnes, impitoyable ennemi de l'alpiniste. Ce lundi 23 octobre : le deuxième camp de base se fera à 4 700 mètres d'altitude. Avant de basculer dès le lendemain vers le Nirvana en tutoyant les étoiles et toucher, peut-être, les éternelles neiges du Kilimandjaro, glorifiées autrefois par le chanteur Pascal DANEL…

Le réseau d’affaires « Business Network International » (BNI) possède une excellente couverture sur le département de l’Yonne. A l’instar du club de Joigny, opérationnel depuis plusieurs saisons déjà, le mouvement relationnel et affairiste aux origines américaines dispose de deux autres structures à Auxerre et à Sens. Toujours dans un souci de prosélytisme intelligent auprès des chefs d’entreprises et des forces vives de l’économie, une dernière structure vient d’ailleurs d’élire domicile à Avallon en ce mois d’octobre…

 

JOIGNY : Et de quatre sur le territoire Icaunais ! Plus que jamais, le réseau BNI tisse sa toile et étend son influence auprès des décideurs économiques de l’Yonne. Avec un sens aigu de l’implantation stratégique.

Après Sens, Auxerre et Joigny, la ville d’Avallon s’est dotée le 10 octobre d’une nouvelle structure associative, ayant pour objectif de fédérer le maximum d’entrepreneurs en quête de business et de relations publiques. Le quadrillage de ce cercle très concentrique pourrait peut-être un jour déboucher vers la création de nouvelles entités aussi performantes dans d’autres localités du paysage nord-bourguignon telles que Tonnerre ou Toucy.

Récemment, près de cent-vingt chefs d’entreprises ont pu découvrir lors d’une rencontre proposée dans la sous-préfecture méridionale de l’Yonne les grands préceptes de ce mouvement, initié par dix-huit professionnels du sérail local. Ils auront tôt fait d’appréhender les principes vertueux de ce réseau, aujourd’hui fédéré sur le secteur Champagne Ardenne Yonne, en ce qui concerne notre département.

Un volume d’affaires annuel à plus de 65 millions d’euros…

Pourvu de 14 123 adhérents, le réseau régional, piloté par Pascal MANTHE, directeur de développement, a conclu l’exercice 2016 sur une excellente note d’appréciation, avec plus de 65,3 millions d’euros de volume d’affaires réalisés par ses membres. Fonctionnant sur la base unique de la recommandation entre chefs d’entreprises désireux de travailler ensemble, le BNI atteint même des records en matière de business au plan national avec 19 000 entrepreneurs référencés pour un milliard d’euros de chiffre d’affaires obtenus au terme du premier semestre. Plus de 130 000 salariés exercent leur savoir-faire pour le compte d’un patron « bniste » aujourd’hui en France…

Présidé depuis le 01er octobre par Jean-Thomas MEYER, agent d’assurance chez GAN, le club de Joigny compte une trentaine d’adhérents. La vitrine comptable idéale pour développer ce type de structure dans un environnement de proximité. L’ossature où convivialité et prescriptions de rendez-vous s’allient naturellement à l’esprit coopératif ne se limite pas à ce nombre. Au cours de sa dernière réunion, le 20 octobre, un nouvel « invité », un entrepreneur franchisé chez AKENA VERANDAS, posait les jalons de sa future candidature afin de rejoindre le réseau.

Un objectif de 35 adhérents dans les six mois à Avallon…

A Avallon, les nouveaux impétrants intéressés par ce système de recommandation sur mesure devraient grossir les rangs de la jeune structure dont l’objectif sera d’atteindre très vite le rythme de croisière autour de 35 adhésions. C’est d’ailleurs un chef d’entreprise d’Auxerre, David PARIZOT, gérant de la société « OXO 89 », responsable de l’animation du club business du Rugby Club Auxerrois (RCA), qui a accompagné le futur groupe en voie de création en lui prodiguant moult conseils.

Les séances préparatoires n’ont cessé de se multiplier depuis le mois de février afin de concevoir un noyau dur d’adhérents, aptes à prendre la destinée de la nouvelle structure dès que possible. Assureur à Avallon, Jean-Christophe HERVELLIN assumera durant ces six prochains mois la présidente tournante du club.

A raison d’un rendez-vous hebdomadaire, les participants de ces réunions de travail découvrent les métiers exercés par leurs condisciples. Une manière intelligente et garantie de pouvoir mieux les recommander ensuite parmi les réseaux professionnels et institutionnels de chacun.

Des temps de parole très minutés pour présenter ses activités

Les adhérents bénéficient aussi, et à tour de rôle, d’un temps de présentation d’une minute et trente secondes. Synthétique et concret, l’interlocuteur ne peut tergiverser dans ses propos. L’essentiel doit être dit de façon astucieuse ; sachant qu’un petit slogan publicitaire permet de clore avec humour la brève intervention de l’orateur. Autre opportunité : la conférence thématique de dix minutes. Le membre du BNI, ce fut le cas au club de Joigny avec le directeur des concessions Renault dans l’Yonne, Manuel FERREIRA, peut alors décliner différents aspects de son métier, expliquer son actualité à travers ses produits et répondre avant de conclure à quelques interrogations précises de ses collègues.

Quant au recrutement, il intègre les priorités constantes des meneurs de l’assistance. 1 409 chefs d’entreprises ont été conviés la saison dernière parmi les clubs du réseau régional Champagne Ardenne Yonne. Beaucoup ont répondu par l’affirmative pour rejoindre la structure, ayant déboursé plus d’un millier d’euros de cotisation annuelle…Au vu des chiffres annoncés, le jeu en vaut la chandelle incontestablement…

Réunir l’ensemble des forces vives de l’économie ainsi que les acteurs des rouages institutionnels était l’un des objectifs prioritaires de ce premier rendez-vous concocté par le réseau Entreprendre Bourgogne ce 19 octobre en périphérie d’Auxerre. « Croiser le tissu relationnel local à travers des échanges constructifs et des temps de convivialité encourage la véritable dynamique qui unit le réseau Entreprendre Bourgogne à ses partenaires… ». En prononçant ses mots, le président de l’antenne icaunaise, Vincent PICQ, donnait le ton d’une soirée, placée sous le signe de la bonne humeur et de la convergence d’intérêts économiques…

VENOY : Des initiatives comme celles-ci, il y en aura d’autres ! De l’avis de Sophie BERNARD, chargée du développement du réseau Entreprendre Bourgogne sur le territoire de l’Yonne, « cette première rencontre s’est soldée par une réelle réussite ! ».

Une analyse partagée par l’ensemble des participants de ce rendez-vous, orchestré dans le parc du Moulin de la Coudre, l’établissement gastronomique de VENOY, proche d’Auxerre.

Une quarantaine de responsables d’entreprises mais aussi d’élus et d’institutionnels ont pris le soin d’accepter cette invitation profitable au développement des relations publiques.

« Il nous faut nous connaître mieux, précisait Sophie BERNARD, afin d’être encore plus performants lors de nos missions ». L’animatrice du réseau qui a succédé à Catherine GUIGNARD MILLET avant l’été a pris à cœur sa feuille de route. « Plus, nous allons créer des liens entre nous, plus cela sera profitable à l’essor de nouveaux projets économiques, favorables aux entreprises et à l’emploi… ».

De nouveaux horizons en vue pour le directeur André RENARD

Ayant effectué le déplacement depuis Dijon, siège de ce mouvement qui recense plus de 350 adhérents, André RENARD, directeur, faisait là son dernier tour de piste ou presque. En effet, après tant d’années de bons et loyaux services, ce spécialiste hors pair de l’écoute et de l’entraide entrepreneuriale a décidé de modifier le cap de ses interventions professionnelles, redevenant dès le printemps prochain un entrepreneur à part entière à la tête de ses sociétés de conseils. La présence de son successeur, Arnaud GRAVEL, membre depuis quinze ans du réseau, aura permis de connaître la relève directionnelle de cet incontournable partenaire du développement des entreprises bourguignonnes.

Avant que le président Vincent PICQ n’invite les convives à se retrouver autour d’agapes « constructives », permettant de poursuivre les présentations des uns et des autres, et surtout de réfléchir au mode opératoire devant enfanter de futurs projets en commun…

Les membres du jury de ce Grand Prix des Métiers d’Art départemental ont rendu leur verdict ce 19 octobre au soir à l’issue d’une épreuve serrée, devant désigner le professionnel qualifié pour les joutes régionales. Peintre décorateur, doreur et restaurateur de son état, Joël HENRION défendra les couleurs de l’Yonne en espérant, pourquoi pas, obtenir le précieux sésame qu’il l’amènerait encore plus haut…

AUXERRE : Réuni dans les locaux auxerrois de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat, le jury présidé par Jean-François LEMAITRE, hôte de ces lieux, aura eu fort à faire pour départager les excellents dossiers mis en compétition à l’occasion de cette épreuve qualificative pour le Grand Prix de Bourgogne.

Autour du président de la chambre consulaire, le vice-président du Conseil départemental Jean MARCHAND, la directrice d’agence du Crédit agricole Léa BOIZARD, Bénédicte DIETZ des Ateliers d’Art de France et Damien BONVARLET, président de l’association des artisans d’art de l’Yonne, devaient analyser chaque dossier avec beaucoup d’intérêt. Le jury profitait de l’œil avisé de Sarah MONNIER, lauréate 2016 de ce Grand Prix des Métiers d’Art.

Organisé sur un rythme annuel par la Chambre de Métiers et de l’Artisanat, ce Grand Prix des Métiers d’Art, à destination des professionnels de cette filière, promeut l’excellence des savoir-faire de ces perfectionnistes du travail de qualité. Souvent situés à mi-chemin entre artisanat pur et activités où l’art tutoie les sommets.

Lors de cette édition 2017, ce sont les métiers de la tradition qui avaient été choisis pour se placer sous le feu des projecteurs. Parmi les autres dossiers candidatures, on relevait la présence de Corinne MORIANO, encadreur à Vermenton, Vincent MARINESSE, joaillier à Auxerre, Armelle SABATIER, encadreur à Dracy et Lise GRANDJONC, laqueur à Tonnerre.

« Sont considérés comme appartenant au secteur des métiers de la tradition, les professionnels qui consacrent, tout ou partie, de leur activité, à la réalisation d'objets d'art traditionnels de qualité, en petite et moyenne série, et selon le respect des matériaux et des techniques traditionnelles » devait rappeler dans son préambule introductif, le président Jean-François LEMAITRE.

In fine, le lauréat n’est autre que Joël HENRION qui devait présenter un dossier sur le travail de réhabilitation mené sur la décoration de la maison natale de l’écrivain Colette à Saint-Sauveur en Puisaye. Un chantier réussi qui lui permettra de défendre ses chances au Grand Prix régional fin novembre à Dijon…

La petite structure associative, pur produit des années 1980 et de ce mouvement libérateur sur les ondes voulu par François MITERRAND, est aujourd’hui mâture et rayonne comme l’une des plus belles représentations radiophoniques du territoire de l’Yonne. Observatrice de la vie locale, assurant le suivi factuel de nombreux événements, la structure reste toutefois dépendante des fameux contrats aidés dont la récente remise en question pourrait lui être funeste si la chose en restait là. Alors que les perspectives et le mode opératoire actuels contribuent à son succès…

 

SENS : Trente-cinq ans. Pour un média local, c'est l'âge de raison. Pour un média local associatif, avoir trente-cinq ans d'existence, c’est une marque de résilience. Radio STOLLIAHC a organisé en cet honneur, une réception à la Salle de la Poterne, à Sens, où étaient invités officiels, personnalités politiques, chefs d'entreprises, acteurs des milieux culturel et sportif et bien évidemment les salariés et bénévoles ayant contribué à l'aventure STOLLIAHC.

L'effervescence ambiante a atteint son apothéose lorsque l’édile de Sens, Marie-Louise FORT a entonné un « Happy Birthday » à l'issue d'un discours où elle est revenue sur les joies et les peines que lui ont provoqué la radio locale au travers de sa couverture de la vie locale.

Une station pionnière dans le paysage de la presse départementale

« Je crois en la liberté d'expression » a conclu l'élue. En prenant à la fin des années 80 le pari de faire de l'information locale sa marque de fabrique, STOLLIAHC FM a vu passer à ses micros, plusieurs générations de politiciens, générant de nombreux débats, lesquels étaient rendus disponibles durant la soirée grâce à des archives disposées en format K7, minidisque et CD.

« Avec la libération des ondes en 1982, on a eu pour la première fois, des campagnes locales des municipales radiodiffusées » rappelait André CHAUSSAT, maire de Sens entre 1979 et 1983. La radio locale de Sens a fait ainsi partie des pionniers, avec TRIAGE à Migennes et Radio AVALLON, provoquant un changement dans le paysage et la culture du journalisme et des médias en province.

Ce rapport plus direct avec la vie locale n'est pas pour autant source de jouissance économique. La marque de fabrique de ces radios est d'avoir survécu à des périodes de vaches maigres. « Notre premier studio a été installé dans un garage à vélo mis à disposition par la SA HLM - bailleur social, ex-BRENNUS HABITAT- notre matériel a été compilé grâce au système D » se souvient Jean-Pierre HANRYON premier président de la radio locale de Sens. « On devait toujours être sur le qui-vive, on utilisait des lecteurs K7 et des platines vinyles. Il fallait toujours être prêt à appuyer sur le bouton lecture dès qu'un son s'arrêtait sinon c'était le blanc ! Et on en a souvent eu (rires) » témoigne un technicien de la première heure.

Un rapprochement salvateur avec PACIFIC FM…

À la libéralisation des ondes, l'État joignait l'obligation de ne pas réaliser de publicités. Cette loi, contournée par certaines radios dès le milieu des années 80, a rapidement créée une disparité des richesses générant des ogres nommés NRJ, Skyrock et Fun Radio, et des petits luttant pour survivre. Trouvant sa place dans la deuxième catégorie, STOLLIAHC est déjà passé aux bords du dépôt de bilan. D'où la résilience. Fin des années 80, le concours de PACIFIC FM permit de gagner du temps et des moyens. On parlait alors de Pacific-Stolliahc FM. En 1989, ce réseau national a été racheté par le groupe NRJ, forçant STOLLIAHC à retrouver une autonomie financière.

Durant la décennie suivante, avec une grille de programme complétée par des séquences de la banque de Rire et Chansons, le média Sénonais, présent tous azimuts, solidifie sa position, avant l'épisode TDF. L'opérateur, alors filiale de France Télécom, veut prendre le contrôle de l'antenne relais de STOLLIAHC. Il fallut lutter, faire valoir tout son poids dans la vie locale et mener un combat judiciaire pour obtenir gain de cause. Ce qui a été une victoire aura tout de même laissé des plumes. En 1995, la radio eu à délocaliser son siège en périphérie de Sens, au Foyer des Jeunes Travailleurs, tout en poursuivant sa quête de contenus riches et diversifiées. Le quatrième déménagement et pas le dernier…

Un horizon incertain malgré des objectifs positifs…

Depuis 2004, STOLLIAHC a trouvé demeure au 50 rue Thénard, retrouvant une présence en centre-ville. Variant à la marge son modèle économique, générant un nombre important d'évènements, brocantes et salons, STOLLIAHC, comme toutes les associations, reste dépendante des contrats aidés. Les diverses annonces de l'année a échaudé la direction.

« Si nous n'avons pas de contrats aidés, nous ne pourrons pas poursuivre nos missions » élude Jean-Louis PECHINE, président du média depuis 1999. Cette ligne directrice et ces objectifs mènent la radio à disposer à ce stade de son propre programme musical privilégiant la pop alternative et de plus de dix heures de programmes d'informations locales en semaine sans compter les émissions spéciales.

Haeckel BEKKA et Thierry BRET

Articles

Bannière droite accueil