Spacieuse, bénéficiant d’une connexion plus appropriée, le nouveau fleuron haut-de-gamme de l’ancien constructeur tchèque (l’enseigne a rejoint le giron du groupe allemand Volkswagen depuis 1991) mérite que l’on s’y intéresse de plus près. Alors que les ventes mondiales ont allègrement dépassé le million de modèles pour la seconde année consécutive en 2018, SKODA intègre désormais le panel des valeurs sûres de l’automobile. Et ce n’est pas l’iconique OCTAVIA qui contredira ces lignes…

PARIS : Quoi de neuf chez SKODA en cette fin d’année 2019 ? La firme automobile, partie intégrante du groupe VW, fait encore parler d’elle avec une version flamboyante au design recherché et aux technologies innovantes.

Plus grande que sa mouture précédente, la nouvelle OCTAVIA présente des atouts plus attractifs, propres à sensibiliser les consommateurs qui en avaient déjà apprécié toute la quintessence.

Proposé en motorisation multiple (essence, Diesel, hybridation légère, hybride rechargeable, gaz naturel…), le véhicule embarque à son bord une technologie très poussée tout en optimisant le confort de ses passagers.

Vu de l’extérieur, l’impression donnée par la berline est son allongement au niveau de son châssis. Il est vrai que l’ingénierie a conçu une automobile plus longue et plus large que la version antérieure.

L’habitacle s’en trouve optimisé. La fonctionnalité du véhicule répond aux attentes des utilisateurs. Notons l’apport d’une connectivité de pointe, avec la présence de nouveaux systèmes d’assistance qui privilégient le confort et la sécurité.

 

 

 

 

Dans sa version Combi, l’ergonomie se constate y compris dans le coffre. Celui-ci était déjà le plus grand de son segment jusqu’alors. Il a gagné en profondeur, avec un surplus de trente litres supplémentaires, pour atteindre désormais 640 litres qui facilitent le rangement.

Même la berline peut contenir 600 litres. Soit une dizaine de litres de mieux que dans la version précédente.

Esthétiquement, OCTAVIA a de l’allure. Ses phares avant, plus étroits, comme ses phares arrière utilisent la technologie LED moderne. Les roues, allant jusqu’à 19 pouces, confèrent au modèle une apparence de puissance. Précisions pour les puristes : les peintures noir, cristal, bleu lave et bleu titan offrent une finition novatrice.

Bref : un véhicule que l’on peut mettre en de bonnes mains. Il faut l’essayer avant de l’approuver comme le stipule la formule, mais on devrait surtout en entendre parler dans les statistiques de vente en 2020.

 

 

De 1,5 % à 3,5 % de hausse pour les activités des entreprises dites de proximité au cours de ce troisième trimestre 2019 ! Loin du tumulte vécu par les marchés internationaux et leurs multinationales, les structures entrepreneuriales jouant la carte de la proximité engrangent de bons résultats pour atteindre un niveau inédit de progression en France, soit 2,5 % en moyenne. Les chiffres ont été révélés par l’U2P Bourgogne Franche-Comté, l’Union des entreprises de proximité, à vocation artisanale, commerçante et libérale. Une croissance observée sur notre territoire…

DIJON (Côte d’Or) : L’enquête de conjoncture courant sur le troisième trimestre 2010 ne fait que confirmer ce que l’U2P pressentait déjà depuis quelques temps.

Publié le 25 octobre, ce document fait état de la poussée exponentielle de la croissance de ces TPE dites de proximité qui voient leurs résultats s’accélérer au fil de ces derniers mois. Alors que, dans le même temps, le commerce international s’étiole quelque peu et enregistre un essoufflement.

Jamais depuis la création de cet observatoire de référence, le baromètre statistique de l’Union des professionnels de proximité (U2P) n’avait proposé des données aussi positives en faveur de l’artisanat, du commerce local et des professions libérales

Réalisée auprès d’un panel de 6 200 entreprises au cours du second trimestre 2019, la dernière livraison assurée par l’institut « L+C XERFI » traduit un regain d’optimisme très satisfaisant pour les défenseurs de cette économie qui favorise le développement des circuits-courts.

Toutefois, à l’analyse de ces résultats, plusieurs points sautent aux yeux. Si cette note de conjoncture tend à estomper les disparités entre les secteurs d’activité, il apparaît, en substance, que de très forts écarts subsistent encore entre les entreprises en fonction de leur taille.

En clair, rien n’est comparable entre une entreprise dont l’activité est portée par une seule et unique personne, et des entités professionnelles qui accueillent une dizaine de salariés en leur sein.

Dans le premier cas, l’activité de ces entreprises sans salarié est tout juste à l’équilibre (0 %) pour le deuxième trimestre consécutif. Il n’en est pas de même pour les TPE qui emploient plus de dix salariés ; celles-ci connaissent la croissance la plus vigoureuse et soutenue : 3,5 %. A l’instar du trimestre précédent.

 

 

 

 

La Bourgogne Franche-Comté se situe dans la moyenne nationale (2,5 %)…

Le reflet géographique montre également un certain nombre de disparités selon les régions. Par exemple, la progression qui concerne l’ensemble de l’Hexagone peut engendrer un écart de deux points entre le territoire le plus dynamique, celui du Pays-de-Loire qui progresse de 3,5 % et la région la plus stable, c’est-à-dire l’Ile-de-France, qui croît de 1,5 %.

Où se situe précisément la Bourgogne Franche-Comté dans ce schéma analytique ? La croissance du chiffre d’affaires s’établit à 2,5 %. Plaçant notre territoire et ses huit départements dans la moyenne nationale ce qui n’est pas si mal en soi !

Rappelons qu’à l’échelle de notre territoire, l’U2P représente 96 000 entreprises et près de 230 000 actifs évoluant dans les secteurs de proximité.

La structure réunit cinq organisations professionnelles qui représentent ces différentes catégories d’entreprises : CAPEB (Bâtiment), CGAD (Alimentation, Hôtellerie et restauration), CNAMS (Fabrication et service), UNAPL (Professions libérales) et la CNATP, en qualité de membre associé (Travaux publics).

 

 

Environ cent-cinquante personnes convergeront ce lundi 14 octobre vers la salle communale de l’agglomération de Puisaye pour y assurer des tractations commerciales inhérentes à la vente de cent-cinq lots de chêne. Ce sont in fine plus de 22 000 mètres cubes de chêne à scierie ou provenant d’exploitants forestiers qui seront ainsi proposés…

AILLANT-SUR-THOLON : Ce lundi, les experts forestiers de l’Yonne mettront en vente cent-cinq lots de chêne, essentiellement situés sur l’Yonne et les départements limitrophes.

Ces lots de bois appartiennent à des propriétaires privés qui confient à ces experts professionnels la gestion de leurs massifs forestiers.

Chaque année, cette transaction particulière, soit la vente de coupes de bois, se déroule au mois d’octobre, depuis 1984.

Le millésime 2019 proposera plus de 22 000 m3 de chêne à des scieries et des exploitants forestiers. Le chiffre d’affaires de cette vente devrait être supérieur à trois millions d’euros.

L’an passé, le cours moyen poursuivait une croissance observée depuis 2010. De l’ordre de 5 à 10 % par an.

Les chênes matures, c’est-à-dire les pièces présentant une circonférence supérieure ou égale à 180 cm, peuvent se négocier 220 euro du mètre cube à l’unité. Certains arbres pouvant être cédés aux alentours de 300 euros.

 

 

 

Alors que les cours du chêne demeurent constants, le marché est toujours dynamique du fait de l’exploitation du produit qui se destine, soit au secteur de la tonnellerie de qualité (conception de merrains) mais aussi à l’export, sous forme de grumes ou de bois de sciage.

Précisions que l’opération débutera dès 14 h 30 dans la salle communale d’Aillant-sur-Tholon. Ont confirmé d’ores et déjà leur présence une cinquantaine d’acheteurs (exploitants forestiers et scieries) ainsi qu’une centaine de propriétaires forestiers et professionnels de la filière forestière.

 

L’un des élus de la Chambre de Commerce et d’Industrie de l’Yonne, Pascal MINET, l’a confirmé publiquement : les résultats enregistrés à l’export par l’économie icaunaise vers le continent asiatique progressent davantage cette année…

SENS : Déjà, ce mouvement haussier avait été constaté au terme de l’exercice antérieur. En particulier durant le quatrième trimestre 2018. L’augmentation des échanges commerciaux vers l’ensemble des destinations internationales s’était appréciée à hauteur de 14 %.

Mais, depuis, les exportations, et tout spécifiquement vers l’Asie, ne cessent de croître, provoquant le satisfecit de l’élu de la chambre consulaire, Pascal MINET.

L’expédition de produits icaunais vers les pays du Sud-Est asiatique équivaut à 32 millions d’euros de chiffre d’affaires réalisés. La moitié de ces échanges sont par ailleurs imputables à l’agriculture, notamment les orges de brasserie produites par la coopérative YCAUNAE.

Elles permettent de concevoir le malt, matière indispensable à la fabrication du breuvage national dans la plupart des pays de la région, la bière.

La sylviculture dont les essences en bois sont très recherchées en Extrême-Orient représente aussi une valeur sûre à l’international pour notre territoire. Le développement de la nouvelle ligne conteneurisée, entre la zone portuaire de GRON et le port de la capitale économique du Vietnam, Ho Chi Minh, inaugurée par LOGI YONNE  et sa filiale asiatique, LOGI VIETFRANCE, ce jeudi 12 septembre, devrait à très court terme booster ces chiffres vers les sommets au vu des perspectives conjoncturelles.

Jusque-là déficitaires vers l’Asie, les velléités à l’international de l’économie icaunaise pourrait inverser très vite la tendance.

 

Le plus gros évènementiel à vocation commerciale de la capitale de l’Yonne accueillera ses premiers visiteurs au beau milieu de la semaine dès 10 heures. Une ouverture qui précèdera d’une trentaine de minutes l’inauguration où pléthore de personnalités du sérail institutionnel, économique et politique de l’Yonne y fera acte de présence. Près de 150 professionnels y dévoileront leurs nouveautés avec le ferme espoir d’engranger un maximum de contacts et de ventes. Avec pourquoi pas, un objectif avoué à pulvériser : battre le record établi l’an passé qui tutoyait les deux millions d’euros de chiffre d’affaires réalisés…

AUXERRE: Placée sans équivoque sous le signe des activités familiales cette année, la 89ème édition de la Foire d’Auxerre n’en demeure pas moins l’étape incontournable marquant la rentrée économique de notre territoire.

S’étalant sur cinq jours, du mercredi 11 au dimanche 15 septembre, l’animation concoctée par les services ad hoc de Centre France Evènements a ce particularisme intéressant de se densifier d’édition en édition tant au niveau de son contenu que de la qualité des services qui l’entoure.

Preuve supplémentaire que la « Vieille dame » survie très bien au nombre des saisons qui s’écoulent avec chaque année davantage de moyens techniques et financiers qui sont déployés à son essor. Concerts et spectacles de belle facture enjolivent l’évènement en le rythmant selon les principes d’une programmation savamment articulée au fil de l’eau.  

De tradition commerçante de par ses gènes séculaires (la flamboyance des marchés moyenâgeux de la ville au temps jadis se remémore à notre esprit), les univers modernistes inculqués depuis par l’organisation d’AUXERREXPO n’en omettent pas moins les aspects quais régaliens de l’exercice : à savoir la priorité faite aux fondamentaux du commerce.

 

Une force de frappe de près de 150 exposants…

 

Aussi, ne sommes-nous pas étonnés, à l’instar des années antérieures, de constater que près de 150 exposants à l’éclectisme absolu apporteront leur pierre à la construction de ce bel édifice qui transgresse les règles du consumériste ordinaire.

La plupart de ces professionnels dont une large majorité de l’Yonne présenteront leur savoir-faire via leurs nouveautés sur l’un des pôles les plus courus par les chalands : celui destiné à promouvoir l’habitat, soit un espace démentiel de quatre mille mètres carrés !

D’ailleurs, les études le démontrent : 70 % des aficionados aimant fréquenter les foires de l’Hexagone portent un intérêt majeur à l’amélioration de leur site de vie. Cette logique a donc été respectée par les responsables de Centre France Evènements : plus de 70 exposants occuperont ce pôle gigantesque en proposant une grande diversité de leurs produits.

Rénovation, construction, aménagement, décoration, extérieur, conseils, équipement et outillage : les adeptes de l’embellissement de leur bien immobilier, façon « home staging » revisité – une tendance en pleine évolution positive à l’heure actuelle – auront tout le loisir de pouvoir arpenter les travées de l’infrastructure accueillante (le parc des expositions) pour y trouver chaussures à leurs pieds.

Centre France Evènements table sur la présence de 25 000 visiteurs. Ceux-ci bénéficieront de la gratuité totale de la manifestation durant les cinq journées de liesse.

De leur côté, les commerçants souhaitent réitérer la promesse des bons résultats obtenus l’an passé. Soit un chiffre d’affaires estimé dans sa fourchette la plus basse à près de deux millions d’euros.

Sachant que la méthode de calcul correspond à une moyenne du total des déclarations fournies par les exposants qui le désiraient. Or, certains avaient refusé de communiquer leurs chiffres. Cela suppose in fine que le chiffre d’affaires généré à la foire d’Auxerre par les exposants est beaucoup plus élevé qu’il n’y paraît !

Articles

Bannière droite accueil