L’homme fort du patronat français effectuera un déplacement très attendu, répondant à l’invitation des responsables de la délégation icaunaise du puissant syndicat. L’amphithéâtre du Pôle Formation des Industries Technologiques de l’Yonne (ancienne Maison de l’Entreprise) devrait être trop exigu pour accueillir l’éminence grise de l’entrepreneuriat en France, porteur de plusieurs messages forts qu’il délivrera au cours d’une conférence débat le 04 octobre…

 

AUXERRE : Lutte contre le chômage, réforme du Code du travail et de ses conséquences sur l’employabilité, revitalisation des territoires en sérieuse difficulté, encouragement à la formation par l’apprentissage…autant de thèmes essentiels, clés de voûte de l’actualité économique de cette rentrée 2017, qui seront abordés par le responsable du MEDEF, en visite exceptionnelle dans le nord de la Bourgogne Franche-Comté.

A chaque automne, son lot de surprises pour le monde industriel et entrepreneurial de l’Yonne avec la délégation départementale du MEDEF qui n’hésite pas à mettre les petits plats dans les grands pour réussir sa stratégie de communication. Et cette année, Etienne CANO, président du MEDEF de l’Yonne, et son délégué général Claude VAUCOULOUX ont décidé de frapper fort pour obtenir la présence d’une tête d’affiche à l’occasion de ce rendez-vous institutionnalisé dans le marbre.

Plus qu’une tête de série : le must des intervenants !

Après les conférences proposées par deux pointures de la presse économique, Yves THREARD, rédacteur en chef du Figaro en 2015 et Jean-Marc SYLVESTRE, invité lors de l’édition 2016, les deux responsables du syndicat patronal icaunais ont placé dans le curseur un tout autre objectif en misant sur le patron des patrons français !

Les observateurs attendent avec impatience l’analyse de cette figure emblématique de l’entreprise qui ne pratique jamais la langue de bois. Alors qu’il a accordé un soutien sans triomphalisme à la nouvelle gouvernance effective depuis l’élection d’Emmanuel MACRON, Pierre GATTAZ a évoqué lors de la récente Université d’été du MEDEF fin août que « le contexte économique et social actuel était propice aux changements que voulait le pays… ».

La remise à plat des règles applicables au travail et celles qui concernent directement la fiscalité contribueront à rendre passionnante la conférence débat de Pierre GATTAZ qui aura un temps de parole pour répondre aux interrogations d’un public avide d’en savoir davantage sur la position du leader national de l’entrepreneuriat. Rendez-vous est pris pour le mercredi 04 octobre dès 17 heures !

Après treize années d’existence, l’édition Centre Yonne du « Criquet Magazine » demeure un support de communication qui ne cesse de progresser en parts de marché publicitaire. Portée depuis mai 2005, à l’initiative de Thierry SMOLARSKI, cette presse à vocation commerciale possède ses aficionados auprès des artisans, commerçants et monde associatif. La licence de marque exploitée par l’entrepreneur de Puisaye édite chaque mois près de 20 000 numéros et fidélise un lectorat en nombre croissant. Pour un chiffre d’affaires qui s’élève à 250 000 euros à l’année ! Qui dit mieux sur ce créneau si convoité des gratuits ?

 

AUXERRE : Propriété depuis 1992 de l’ancien sérigraphe Pierre LECHAT, la licence de marque du « CRIQUET MAGAZINE » dispose de manière paradoxale d’un maillage assez peu représentatif du succès qu’elle véhicule auprès des indépendants ayant choisi de développer cette référence de la presse gratuite en France. A peine une vingtaine d’éditions se disputent aujourd’hui le fort potentiel de valeurs ajoutées publicitaires exercé par les artisans et commerces de proximité.

Pourtant, ce concept bien assis sur le territoire de l’Yonne avec deux éditions distinctes (Avallonnais/Vézelien et Centre Yonne) présente un double intérêt pour celles et ceux qui y succombent. Bénéficier d’une tribune informative ultra locale et identifier sous ses meilleurs avantages les offres commerciales des annonceurs…

« Idéalement, explique Thierry SMOLARSKI, gérant de l’édition Centre Yonne, la volonté du support est d’offrir à ses partenaires une communication récurrente et efficace en pratiquant une politique tarifaire qui est restée identique depuis…2005 ! ».

Un volume de publicité garanti à 80 % avant chaque numéro !

Média gratuit, Le CRIQUET MAGAZINE a su capter les desiderata de ses investisseurs en leur offrant un certain nombre de garanties. A commencer par le capital lié au professionnalisme de ses promoteurs et la qualité d’un produit bien ficelé.

« Le grammage et la texture du papier sont des éléments d’appréciation incontestables pour faire la différence. L’impression est réalisée au plus près de notre siège chez CHEVILLON à Sens. Quant à la distribution, je l’assure moi-même avec la connaissance personnelle des 900 dépositaires qui relaient le titre et le tout en un laps de temps record après la parution du magazine » explique l’entrepreneur de l’Yonne.

Dès le démarrage d’un nouvel opus qui compose l’un des dix numéros prévus dans la saison, 80 % du chiffre d’affaires est déjà assuré par les partenaires. Quant au taux de récupération des exemplaires, il s’élève à 0,5 % dans les plus mauvais cas ! Cela octroie à la petite structure qui travaille à la réalisation de ce mensuel (Jonathan, le fils de Thierry SMOLARSKI, gère la créativité graphique et la maquette) une très large souplesse, voire une tranquillité d’esprit évidente !

« Nous sommes très loin des seize pages conçues à la hâte pour boucler le premier numéro de mai 2005, plaisante le chef d’entreprise, le support oscille à l’heure actuelle entre une quarantaine et une cinquantaine de pages selon la saisonnalité… ».

Des notes de modernisme pour faire évoluer le concept

Le CRIQUET MAGAZINE ouvre sa treizième année avec de nouveaux challenges à ajouter à sa besace. L’ouverture à d’autres partenariats et le choix de nouveaux thèmes se profilent ; histoire d’entretenir une touche régulière de modernisme profitable à l’outil dont la réussite repose sur le simple geste, pour le lectorat, d’aller quérir le support sur l’étal d’une boulangerie, chez un artisan ou au gré d’une salle d’attente notariale ou immobilière.

Quant à Thierry SMOLARSKI, ancien salarié qui évoluait dans le secteur de la communication (création de guides touristiques), avant qu’il ne reprenne sa destinée en main au début des années 2000, il ne regrette pas l’opportunité qui s’est présentée à lui, en lisant un jour un exemplaire de l’édition avallonnaise.

Sa société « A2J », inspirée par les prénoms de ses enfants et qu’il a initiée pour développer le concept, peut entrevoir l’avenir de manière sereine…

Plus de cent-cinquante personnes ont découvert, lors d’une soirée événementielle concoctée par le groupe aubois et son responsable dans l’Yonne, Olivier LANSIAUX, les trois dernières versions de la fameuse référence proposée par FORD. Sportives ou berlines traditionnelles, « Trend », « Titanium » et « ST Line » pourraient connaître une destinée à l’identique des premiers modèles de ce véhicule qui s’est vendu à plus de 18 millions d’exemplaires sur le seul continent européen depuis 1976…

 

AUXERRE : Ce 14 septembre restera à jamais gravé dans les annales du constructeur automobile d’origine américaine. Sa filiale française décidait ce jour-là de procéder à une vague de lancements officiels, autour de trois nouveaux modèles, dans l’ensemble de ses concessions, complétant ainsi la gamme des véhicules Fiesta.

Baptisées selon des appellations originales qui se mémorisent très bien, « Trend », « Titanium » et « ST Line », celle-ci se distinguant par ses aptitudes sportives fougueuses, ne devraient pas rester longtemps dans l’expectative au niveau de leurs ventes. Ni de leur pouvoir de séduction auprès des jeunes conducteurs et de la gent féminine…

Economiques, présentant des châssis relookés, elles gagnent en habitabilité et en surtout performance à divers niveaux. Plus longues de sept centimètres que leurs glorieuses aînées, les petites dernières à l’estampille de FORD se caractérisent comme étant de jolies berlines très maniables, servies selon les principes des deux motorisations les plus usuelles sur le marché : essence et Diesel.

Réceptionnant sa clientèle de particuliers mais aussi de professionnels à l’instar de quelques entreprises industrielles du département ayant choisi cette gamme pour équiper leur flotte, le groupe AMPLITUDE créait une animation spéciale dans l’enceinte du karting au nord de la ville d’Auxerre.

Tapis rouge, karting et galerie de vieux modèles retraçant 40 années d’existence

Une première surprise attendait les invités dès qu’ils eurent pénétrer à l’intérieur de l’édifice : la présence d’un tapis rouge qu’ils devaient emprunter à travers une galerie composée de plusieurs anciens modèles de Fiesta, datant des années 1970 !

Les férus de vieilles voitures et de clichés un peu kitsch s’en donnaient à cœur joie pour immortaliser la scène plutôt distrayante et insolite. Les spectateurs d’un soir pouvaient en revanche apprécier à leur guise les évolutions technologiques qui ont équipé ces différentes automobiles mais aussi comparer leur design.

Depuis huit ans, les adeptes de la marque américaine demeuraient un peu sur leur faim en attendant les nouvelles variantes de la mythique FORD Fiesta. Cette dernière représente le tiers des ventes du constructeur dans le monde ! D’où une certaine impatience, bien compréhensible…

Côtés chiffres, le responsable du groupe AMPLITUDE sur le territoire icaunais se fixe un objectif de 30 % de ventes à réaliser avec ses équipes commerciales dans les meilleurs délais. Il est à noter que la concession de Sens réalisait la même opération ce soir-là.

Moment de détente et de convivialité pour cet exercice imposé aux joueurs de Ligue 2 lors des séances de prises de vues officielles à l’Abbé Deschamps : les soutiens et partenaires du club de football auxerrois ont eu le loisir de rencontrer les sportifs de haut niveau, leurs dirigeants et…surtout les acteurs économiques de la région afin d’échanger des propos constructifs ainsi que leurs cartes de visite…

 

AUXERRE : En matière de relations publiques et de communication, le rendez-vous annuel de la séance photographique avec les pensionnaires de l’équipe première de l’AJA demeure un événement annuel à ne manquer sous aucun prétexte dans le landerneau local.

Elus, représentants de l’Etat et des corps institutionnels, entrepreneurs, sponsors et…sportifs : tout le cénacle des forces vives et de la dynamique territoriale de l’Yonne, voire de certains départements limitrophes, avait biffé depuis très longtemps sur les agendas respectifs la date et l’horaire précis de ce rendez-vous incontournable.

A douze heures tapantes, et avec une rare précision, la pelouse du légendaire stade de l’Abbé Deschamps était envahi, non pas de supporters en délire, mais bel et bien des acteurs indissociables à l’existence d’une entreprise sportive : à savoir ses mécènes et autres sponsors.

Vingt minutes plus tard, et après moult prises de vues réalisées par un aéropage de photographes et de journalistes de tout horizon, les dirigeants du club, accompagnés de leurs joueurs, sortaient de l’enceinte pour se rendre sur ses parvis afin de poursuivre ces séances auprès des signes distinctifs qui caractérisaient le soutien de tels ou tels partenaires.

On remarqua notamment les accessoires annexes mettant en évidence les séances photographiques déclinées en présence des dirigeants des remorques LOUAULT, l’un des partenaires majeurs de la structure sportive depuis plusieurs saisons, de ceux du groupe de concessions JEANNIN Automobiles ou encore de la société de transport PROCARS.

Les prises de vues s’achevaient quelques instants plus tard sur la note traditionnelle et sympathique qui prévaut dans le cadre de ces rendez-vous uniques, avec un cocktail où les protégés de Francis GILLOT pouvaient s’entretenir parmi leurs inconditionnels et précieux soutiens du monde institutionnel et des entreprises…Instants capitaux pour fédérer l’esprit d’équipe et la vie d’un club.

Même si cette activité ne représente encore que 50 % de ses résultats annuels, la TPE d’Appoigny désire renforcer sa présence sur ce marché à forte valeur ajoutée technologique auprès des entreprises régionales. Sans se soustraire des appels d’offre lancés par les établissements consulaires et les collectivités qui pourraient à termes lui garantir un surcroît de travail appréciable…

 

APPOIGNY : Elles se nomment HAMELIN, SHAMROCK Environnement, les MOULINS DUMEE, YONNE LASER, TPMS ou la Chambre de Commerce et d’Industrie de l’Yonne. Ces entreprises et institutions savent qu’elles bénéficient d’une surveillance optimale de leurs édifices et sites professionnels en ayant recours aux services déclinés par la structure de Morched MASMOUDI.

Vieille de deux décennies, HYPERION INFORMATIQUE a su se positionner avec allégresse sur ce segment de la vidéo-surveillance, génératrice de nouveaux besoins au moment où la recrudescence des vols et des infractions dans les milieux professionnels connaît une nette tendance à la hausse.

Ingénieux, le système mis en exergue par l’entreprise individuelle de l’Yonne repose sur le savoir-faire de l’un des leaders nationaux, ARKAN Technology. Dont HYPERION est le distributeur exclusif sur le territoire nord-bourguignon. La surveillance est effective à l’intérieur et autour des bâtiments dotés de cet équipement d’une rare précision visuelle, ainsi que sur les zones stratégiques définies par les donneurs d’ordre.

Un rayonnement au-delà de son département d’origine…

« Le concept « VISEOX » ne séduit pas seulement les entrepreneurs, concède le responsable de la société, même les collectivités optent désormais pour ce système protecteur rassurant afin de garantir une surveillance minutieuse de leurs édifices communaux. C’est le cas de la localité de Saint-Martin du Tertre qui a choisi de s’équiper récemment avec cet apport technologique de dernier cri… ».

Employant de 4 à 5 personnes selon les tâches qui lui incombent, HYPERION INFORMATIQUE ne se limite pas à une présence accrue sur le département de l’Yonne. Son intervention auprès d’un important cabinet d’experts-comptables de Paris lui a permis de rayonner vers d’autres régions comme l’Ile de France, l’Auvergne et le Limousin où les techniciens effectuent des missions de maintenance des sites sous surveillance ou équipés du matériel informatique, vendu et installé, par l’entreprise.

« C’est l’autre spécificité de notre structure, ajoute Morched MASMOUDI, elle correspond à notre métier d’origine… ».

La diversité s’avère payante pour la TPE

Si 80 % de la clientèle est issue de la caste des professionnels, la TPE ne se prive pas pour autant de la manne intéressante que représentent les particuliers. Conseils, analyses des besoins, études suggérées au juste prix et dans la meilleure configuration possible pour ses utilisateurs forment l’ossature principale des services rendus par ce dirigeant qui ne raisonne que par le mot « qualité ». Auquel pourrait s’ajouter celui de pédagogue puisque les techniciens de l’entreprise facilitent la découverte de leurs réseaux informatiques qu’ils installent sur site grâce à de nombreuses séances de formation.

« Nous n’hésitons pas à intercéder directement auprès des fabricants avec lesquels nous travaillons pour obtenir la plus-value nécessaire au niveau de la technique servant à conforter dans leurs choix nos partenaires clients. » conclut Morched MASMOUDI.

Avec un chiffre d’affaires de 250 000 euros annuels, HYPERION INFORMATIQUE possède de beaux lendemains qui chantent grâce à cette politique de diversité et un segment de niche qui lui génèrent de jolis bénéfices…

Articles

Bannière droite accueil