Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-credit-agricole-90x90.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
groupama_small.png
logo-cerfrance-bfc-accueil.png
capeb-logo.png
logo banque populaire bourgogne franche-comté
logo-cm.jpg
logo-edf-site.jpg
ccj-logo-petit-1.jpg
110 Bourgogne
Région Bourgogne France-Comté
Criquet Magazine
Lycée Saint-Joseph de la Salle
mercato de l'emploi yonne bourgogne
Caisse d'épargne Bourgogne Franche-Comté
chambre des métiers et de l'artisanat
Groupe La Poste
Chambre d'Agriculture de l'Yonne

Nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
banque_populaire_bfc-long.png
capeb-logo.png
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épagne Bourgogne Franche-Comté
cerfrance bfc
Communauté de Communes du Jovinien
Chambre d'Agriculture de l'Yonne
Criquet magazine
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
logo-cm.jpg
groupama_medium.png
logo-credit-agricole-90x90.jpg
région Bourgogne Franche-Comté
20211006_lpg_logo_cmjn-616fec3863034.png
mercato de l'emploi yonne bourgogne
chambre des métiers et de l'artisanat
logo-110-bourgogne-ok.png

Warning: Creating default object from empty value in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/components/com_k2/views/itemlist/view.html.php on line 743

Férus de mysticisme, d’ésotérisme et de mystères en tout genre, pressez le pas et rendez-vous dès que possible à la galerie auxerroise « MOUV’ART » pour y découvrir une talentueuse artiste qui, c’est sûr, ne manque pas d’imaginaire ! EMAELLE est son nom d’artiste. Un patronyme qui résonne bien au clair de lune sous les étoiles et le cosmos. Son œuvre se découvre jusqu’au 28 juillet dans cet espace si cosy et chaleureux du cœur de ville…

 

AUXERRE : Son pseudonyme nous fait déjà voyager ! Il n’est pas le seul, à la simple vision de ces œuvres hyper travaillées, aux multiples directions graphiques situées aux confins du bizarre et de l’onirisme, porte d’entrée d’un univers parallèle où l’artiste de La Ferté-Loupière veut nous emmener en ouvrant la porte. Comme guide spirituelle ? Comme naguère et en musique un certain Jim MORRISON et les DOORS (les Portes !) ?

C’est une irrésistible plongée vers une autre dimension qui nous est servie là sur les cimaises accrochées aux murs de l’espace auxerrois. D’autres dimensions ? Sans doute à la vue de ces enchevêtrements incroyables de personnages, ces entrelacs de visages, ces condensés de figurines qui prennent vie grâce à la magie créative de la peintre. Un voyage vers l’intimiste le plus pur et un sacré saut vers l’inconnu qui ne demande qu’à être découvert.

Chaque toile mérite que l’on se pose durablement face à elle. Pour mieux la cerner, la comprendre, l’entrevoir, la qualifier. La supputer, aussi, de toute ses réflexions si on la regarde avec un esprit un tantinet trop cartésien. Ici, dans le cas présent, quand on s’imprègne d’une œuvre de l’artiste qui autrefois se faisait appeler Emma ASH, il faut inexorablement lâcher prise. Sortir du mode temporel ordinaire et prendre une irrésistible hauteur d’appréciation, si ce n’est un très sérieux recul qui nous éloigne de la réalité du monde. De notre monde. Pour mieux interférer avec le sien…

 

 

L’appartement du dessus ? Son lieu de vie, petite !

 

Particularisme inattendu que nous révèle la créatrice sans fard entre deux interrogations lors de l’interview : le lieu d’exposition l’a ramène tout droit dans le monde de sa prime enfance.

« J’ai passé une grande partie de mon existence, petite, dans cette maison ! Juste au-dessus de l’espace « Mouv’Art » à l’étage supérieur ! ».

EMAELLE montre de l’index une fenêtre qui surplombe la rue. Son ancienne chambre où elle passait beaucoup de temps à dessiner, à écrire, à lire, à rêver…Un vrai retour aux sources, en somme ?

« Oui, je suis revenue ici il y a trois ans et demi, à l’époque du couvre-feu, ajoute-t-elle, une période où j’avais exposé des pièces comme à la croisée des chemins, hors du temps avec des retrouvailles formidables permettant à un public sevré d’art de revenir… ».

 

 

Le goût de l’inachevé l’habite…

 

Pour ce retour aux sources programmé jusqu’au 28 juillet, l’artiste peintre dévoile une autre facette de son talent imaginatif. A travers la sculpture. Elle y présente différentes pièces qui ne manquent pas de reliefs et de typicité.

« La sculpture, je l’ai commencée en même temps que la peinture, confie-t-elle, mais je n’avais jamais jusque-là exposé le résultat… ».

Volubile, EMAELLE se raconte à livre ouvert. Accessible, passionnante, décalée...

« Je m’oblige à finir mes toiles quand je sais qu’il y a une exposition au bout, souligne-t-elle, mais j’ai un véritable problème avec le fait d’achever les choses, y compris les œuvres artistiques… ».

Pour certains tableaux au format très appréciable, une période de quinze ans aura été nécessaire à l’artiste pour terminer le travail initial, sans cesse remis sur l’ouvrage de la prétendue finition ! Une somme de centaine d’heures, parfois, conférant à l’ensemble davantage de densité, de motifs d’inspiration, de finesse dans le sens du détail ! Un travail où la méticulosité est reine. Quant aux messages, quels sont-ils in fine ?

« Je ne sais pas si dans mon travail, cet acte créatif, il y a véritablement l’intention d’un message, soulève-t-elle, il existe un élan d’expression de ma vie intérieure (antérieure ?) qui est très riche et très dense, depuis petite, j’ai un grand intérêt pour l’humain… ».

 

 

Des œuvres en forme de portes à ouvrir par la compréhension ?

 

Plus EMAELLE touche à l’intime, plus il se dégage une notion d’universalité qui transparaît dans les œuvres qu’elle peint finalement à son rythme, tout en provoquant des césures qui lui sont indispensables.

Elle s’épanche ensuite sur le chamanisme, ses visions d’apparitions, de sainteté, aussi car elle rêvait petite de devenir religieuse ! Le fruit de multiples expériences personnelles, vécues dans la maison d’enfance qui l’a vue grandir. La maison du dessus de l’espace culturel !

Autant de sources vives et inspirantes, profondes et mystiques, dont ses toiles et ses sculptures ne seraient que de véritables portes d’accès, ouvrant sur d’autres dimensions et d’autres choses, du moment que l’on possède la clé ! Peut-être se cache-t-elle dans le titre de l’exposition, « De l’une aux autres » ? C’est sûr : il fait référence inexorablement à ces diverses dimensions spirituelles qui entourent l’artiste icaunaise. Dimensions qu’elle souhaite nous entrouvrir grâce à la vision de ses œuvres aux contours ésotériques…

 

 

En savoir plus :

Exposition EMAELLE

Espace MOUV’ART à Auxerre

Ouverture tous les jours jusqu’au 28 juillet 2024

Entrée libre

 

Thierry BRET

 

 

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Le cap de la quarantaine lui sied comme un gant ! Un vrai profil de jeune homme prêt à croquer la vie à belles dents tout en s’octroyant de jolies perspectives à la tête de sa propre structure professionnelle, via une franchise interposée ! L’ancien directeur de la concession Opel d’Auxerre – il en dirigeait trois autres entre l’Aube et l’Yonne – Kamel AQQAOUI nous revient en forme olympique. Normal, c’est de circonstance ! Sa nouvelle marotte ? Développer une enseigne spécialisée dans l’intermédiation et la sécurisation des transactions automobiles auprès des particuliers et des entreprises. Nom de code : EWIGO !

 

MONETEAU : Une page s’est bel et bien tournée dans la vie professionnelle de ce toujours jeune homme de 40 ans, Kamel AQQAOUI ! Tout sourire, la tenue décontractée, bien dans l’air du temps estival, il nous accueille dans le bel espace cosy couleur bois qui lui fait office de lieu de réception, la poignée de main affirmée. Sur le bureau, plusieurs dossiers. Derrière son fauteuil, le cadre le certifiant membre du réseau « EWIGO ». Après une quinzaine d’années vécues dans le circuit traditionnel de la vente automobile en concession (pour la marque allemande Opel), Kamel a décidé de tirer un trait définitif et construire un autre projet professionnel qui corresponde davantage à ses appétences du moment. Tout en demeurant dans son domaine de prédilection qui lui colle à la peau depuis ses débuts de carrière, l’univers automobile.

 

Redonner confiance : la priorité des priorités sur le marché de l’occasion

 

Est-ce sa bonne étoile ? Est-ce une fine analyse poussée du marché ? Toujours est-il que le garçon opte ensuite pour un projet qui lui tient à cœur dans un segment de l’activité commerciale automobile, encore peu connue du grand public mais en total développement côté usage : l’intermédiation et la sécurisation des transactions auprès de la clientèle de particuliers et de professionnels. Fruit du hasard, cette rencontre avec les dirigeants de l’enseigne « EWIGO », et le premier d’entre eux, Florent BARBOTEAU, créateur de la marque il y a une décennie de cela ? Que nenni !

« Ce qui me plaisait dans cette structure, explique Kamel AQQAOUI, c’était que nous portions les mêmes valeurs autour de la transparence, de la qualité des prestations offertes aux clients, et de la confiance… ».

Une notion de confiance dont il ne cessera de vanter les mérites lors de cet entretien explicatif très détaillé où le jeune quadragénaire se fera volubile dans le verbe. Et de la confiance, il est vrai qu’il faut en répandre en nombre lorsque son entreprise se positionne sur le segment du véhicule d’occasion ! Un secteur où les arnaques ne sont pas en reste, d’ailleurs ! Des escroqueries qui se traduisent notamment par des défauts de paiement au moment de la vente du bien automobile…

« C’est simple, explique le gérant de la structure auxerroiseil existe une autre entité à l’estampille d’EWIGO implantée à Sens – les acheteurs ont peur de se faire avoir et les vendeurs de ne pas être payés en retour ! ». Une « drôle » d’équation à double inconnue, aux conséquences parfois funestes si l’on n’y prend pas garde…

 

Une implantation aux multiples avantages près de la bretelle nord de l’A6

 

Pour faciliter cette convergence d’intérêt entre acquéreurs et vendeurs, la base de la relation commerciale, EWIGO a imaginé un point de vente automobile ad hoc, en y développant cette filière commerciale novatrice qui semble séduire de plus en plus les consommateurs du véhicule d’occasion. Il en existe à date plus de 150 dans l’Hexagone, à la fonctionnalité identique que celui sis depuis le 03 juin à la périphérie de la capitale de l’Yonne. Histoire d’améliorer cette loi immuable de l’offre et de la demande dans le domaine du marketing !

Fort de cela, la marque au nom étrange est devenue le premier référent de l’intermédiation et de la sécurisation de la vente automobile en France, employant plus de 500 commerciaux. Un réseau qui mutualise ses prestations entre concessions, bien évidemment…

Une fois le choix de l’enseigne validé, Kamel AQQAOUI devait localiser sa zone de chalandise idéale avant l’installation de sa vitrine.

« J’avais deux possibilités, souligne-t-il, soit d’ouvrir cette concession dans la zone des Clairions à Auxerre qui est devenue très vite intouchable – peu de disponibilités et des prix plutôt élevés -, soit de m’installer non loin de l’embranchement de l’autoroute A6, une facilité d’accès rapide pour la clientèle extérieure de venir nous visiter… ».

 

 

 

Une rencontre heureuse avec l’entrepreneur auxerrois Baptiste CLERIN, propriétaire du site, aura permis au néophyte de l’entrepreneuriat de disposer d’un espace ergonomique d’environ 150 mètres carrés, comprenant show-room à la chaude esthétique et équipé de son bar américain, assorti d’un…baby-foot (!), d’un atelier pour réceptionner et livrer les véhicules dans les règles de l’art, d’une zone de stockage de véhicules de près de deux mille mètres carrés, d’un cadre fort approprié en matière de flux, non loin de grandes surfaces (Cora, Lidl), etc. Une fois les travaux d’aménagement effectués, s’en suivit l’installation de l’équipe, à savoir quatre personnes dont deux alternants en apprentissage venant de l’IFAG Auxerre ou du CFA Sup Bourgogne de Dijon.

 

Des prestations avantageuses pour rassurer la clientèle

 

Un mois après son ouverture, le commerce avait déjà vendu sept véhicules. A date, 22 juillet, sept autres voitures d’occasion les ont rejoints ! Et ce n’est pas fini !

« Ici, on prend des occasions toutes marques ayant selon notre charte déontologique moins de dix ans et moins de 125 000 kilomètres au compteur, précise le dirigeant de l’entité, des véhicules qui qualitativement doivent présenter des garanties de la part du vendeur au niveau de leur entretien et contrôles techniques si besoin… ».

Un premier coup d’œil sur le parking montre un panel plutôt éclectique de marques et de modèles dont des Porsche (deux à vendre à des prix raisonnables !), des Audi, Renault, Nissan, Toyota…Il y avait même une curiosité rarissime au coloris vert pomme acidulé de chez SMART en version décapotable !

Particularisme : même les vans et les utilitaires trouvent leur place légitime dans l’endroit !

Quant aux prestations, EWIGO s’engage à offrir toute transparence aux acquéreurs/vendeurs quant à la politique des prix pratiqués en ces murs, sur la traçabilité des véhicules et ses différents possesseurs via des historiques, les détails sur les entretiens, les imperfections de chaque voiture à la miro-rayure prêt, des conditions de visualisation optimale avec une soixantaine de visuels par automobile via le site, la labellisation « Fiable ou remboursé », la livraison à domicile de l’acheteur de leur nouveau véhicule, etc.

Le marché de la voiture d’occasion se porte parfaitement bien puisqu’il est bien plus bien plus important en volume que le marché du neuf. En 2021 par exemple, plus de 6 millions de voitures d’occasion ont été vendues contre 1,65 millions seulement d’automobiles neuves. C’est également le deuxième budget des Français après le logement.

 

Thierry BRET

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

La pilule a du mal à être avalée. Ne parlons pas de la digestion qui s’en suit ! En se voyant privés de postes clés au seine de l’Assemblée nationale, les leaders du parti bleu marine se sentent grugés devant une telle situation. Ils dénoncent un « scandale démocratique ». Un sentiment que partage le député de la troisième circonscription de l’Yonne et porte-parole du RN, Julien ODOUL, qui s’en explique dans un communiqué...

 

SENS : Les mots ne sont pas faibles dans les écrits du député souverainiste de l’Yonne. « Scandale démocratique ! ». Cela traduit le zéro pointé obtenu par le Rassemblement National aux termes des élections internes au Palais Bourbon, en fin de semaine dernière. Un RN en colère qui n’aura pu accrocher le moindre accessit (questeur, vice-présidences, présidences de commission, secrétaires…) à l’issue de ces joutes électives ô combien importantes dans le quotidien organisationnel de l’hémicycle. Même la présidente reconduite de l’Assemblée nationale s’en est presque émue en conférence de presse, certifiant qu’elle prendrait en compte les voix du RN dans les débats.

De son côté, le parlementaire de l’Yonne, Julien ODOUL, fustige ce processus visant à ostraciser la formation mariniste et ses 143 représentants.

« Les onze millions de Français qui ont voté pour le Rassemblement National ont été volés et trahis par les « magouilles » LR/macronistes après le scandale des alliances contre nature entre l’ancienne majorité présidentielle et l’extrême gauche pendant les élections législatives. Le Rassemblement National a été le seul mouvement respectueux de la démocratie et de la parole du peuple et aujourd’hui, malheureusement, la représentation nationale ne représente plus les Français… ».

 

Une certaine idée du pluralisme et de la République…

 

Un « scandale » qui, selon Julien ODOUL, est imputable aux accords passés en catimini entre le camp présidentiel et la supposée tête de liste des Républicains aux prochaines présidentielles de 2027, Laurent WAUQUIEZ. Des accointances de dernière minute entre partis, appuyées par l’extrême gauche afin de barrer la route du RN…

« En 2022, le Rassemblement National, avec 3,6 millions de voix et 89 députés, avait obtenu deux postes de vice-présidents. En 2024, malgré près de 11 millions de voix et 143 députés, le Rassemblement National n’obtient aucun poste clé de l’Assemblée !, réagit avec véhémence le député de l’Yonne, les magouilles du parti LR ne trompent plus personne. En ayant récolté seulement 1,5 million de voix aux élections législatives et 47 députés, les complices de Laurent WAUQUIEZ obtiennent deux vice-présidents, quand le RN n’en obtient aucun. La présidence de la commission des finances, qui revenait aussi de droit au RN en tant que premier groupe d’opposition, a été offerte sur un plateau d’argent à LFI… ».

De quoi ne pas pouvoir avaler la pilule qui a le goût de l’amertume pour les partisans de la formation bleu marine alors que dans un souci respectueux des institutions et des principes démocratiques, « ses députés ont présenté, pour chacun des postes, un bulletin avec une liste représentative des forces politiques choisies par le peuple français aux dernières élections législatives », analyse Julien ODOUL.

Un pluralisme des idées et une certaine idée de la République, quelque peu dévoyés après coup ? Beaucoup le pensent en France. Et pas uniquement au Rassemblement National, d’ailleurs…

 

Thierry BRET

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Le concept, proposé pour sa seconde édition, se démarque des autres initiatives culturelles par son unicité et sa sectorisation géographique. Original, il a le particularisme de réunir jusqu’au 21 septembre une trentaine d’artistes, tant internationaux que locaux, qui présentent une quarantaine d’œuvres éphémères, s’inspirant de la nature, sur un circuit de découverte long de huit kilomètres. Entre la carrière d’Ogny et le nouveau théâtre de verdure d’Egriselles-le-Bocage, sans omettre Villeneuve-sur-Yonne : partez sur le « Chemin des Artistes » à l’invitation du « Ruban Vert »…

 

EGRISELLES-LE-BOCAGE : La tendance artistique n’est pas née de la dernière pluie. Ce qui est plutôt de saison au vu de la multiplicité des vagues orageuses depuis le début de la période estivale sur l’Hexagone. Né aux Etats-Unis en 1967 (la grande époque du psychédélisme), le « land art » s’est répandu progressivement comme une traînée de poudre à la surface du globe, pour atteindre les côtes européennes, quelques années plus tard. Le principe est basique. Il s’agit d’utiliser le cadre et les matériaux trouvés dans la nature pour créer une œuvre d’art. Par matériaux naturels, on entend le bois, la pierre, la terre, le sable, l’eau, etc.

Avec le concept des « Chemins d’Artistes », porté par l’association du « Ruban Vert », c’est à la fois une vision internationale mais aussi locale qu’il nous est proposée de découvrir de façon libre et gratuite, jusqu’au terme de l’été dans l’Yonne. Un second rendez-vous après la phase expérimentale de la saison 2022. A croire que le public en redemande et aime ça : ils étaient plus de trois cents personnes à assister à la séance inaugurale le 26 mai dernier en présence de la trentaine de créateurs qui se prêtaient au jeu.

 

Quand la biodiversité est source inspirante pour la créativité artistique

 

On doit ce joli « Chemin d’Artistes » qui sent peut-être la noisette en référence à la regrettée chanteuse  Mireille qui fit les beaux jours jadis de l’ORTF avec son « Petit Conservatoire » à la structure associative icaunaise, le « Ruban Vert ». Rien que l’appellation, déjà, est empreinte d’une certaine poésie environnementale, nimbée de mystères et d’écologie !

Officialisée en 1993, l’entité accueille des membres ayant pleinement conscience des enjeux de la biodiversité et de l’adaptation au changement climatique. Dans les faits, ils ont décidé de s’investir pour une noble cause : la protection de la diversité sur une zone territoriale comprenant le massif forestier de la Forêt d’Othe aux espaces naturels et forêts du Gâtinais…De là à y injecter un autre ingrédient, celui de la prise de conscience sociétale via l’apport d’œuvres artistiques, il n’y avait qu’un seul pas, facile à franchir ! D’où la création de ce « Chemin d’Artistes » à emprunter sans l’ombre d’une modération !

 

Le respect de la cohésion sociale et territoriale dans la démarche

 

Portant sur les fonts baptismaux cette biennale culturelle, le « Ruban Vert » a donc répondu au vieil adage hédoniste de joindre l’utile à l’agréable. En cela, « Chemins d’Artistes » y pourvoit de la plus belle des manières. D’une part, c’est une invitation faite au grand public de se rendre sur des lieux naturels et d’y apprécier une nouvelle promenade champêtre non loin de chez soi. D’autre part, l’initiative aussi insolite fut-elle montre bien à quel point la nature que l’on pourrait qualifier d’ordinaire avec un zeste de lassitude recèle en revanche d’innombrables potentialités d’inspirations artistiques en produisant des créations difficiles à imaginer selon nos codes habituels. C’est cela la magie du « land art » ! Le tout dans le respect de la cohésion sociale et territoriale…

Du côté présentiel, on notera la participation à ce cheminement artistique au naturel de l’excellente Catherine RYMARSKI, l’artiste originaire de Suède. Elle propose « Lichens-Laine », une réalisation où l’Auxerroise a été assistée par Suzanne LAROCHE un brin onirique…

 

En savoir plus :

« Chemins d’Artistes » 

Jusqu’au 21 septembre 2024 entre Egriselles-le-Bocage et Villeneuve-sur-Yonne

Plus d'informations, agenda et portraits d'artistes sur le site internet des Chemins d'artistes.

 

Thierry BRET

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Une fois de plus, nous vous emmenons au cœur d'un établissement villageois. C'est chouette toutes ces récentes ouvertures commerciales dans le pays du Sénonais, généralement impulsées par les municipalités : des dossiers à  monter avec toute l'incroyable paperasserie inhérente ! Ce n’est pas toujours simple. Récemment, une boulangerie vit le jour à Véron. Une autre va bientôt rouvrir à Etigny. Comme quoi, ce commerce si typique de la France a encore de beaux jours devant lui. N'en déplaisent aux sempiternels oiseaux de mauvais augure, qui n'y dépensent jamais le moindre fifrelin et qui en prédisent souvent la fermeture…

DIXMONT : Cela fait du bien de retrouver des commerces dans nos campagnes, car en quarante ans, tant ont fermé, tandis que trop de grandes surfaces se développaient. Ne demeure désormais que 25 % de villages comptant des commerces. En 1980, ce pourcentage était supérieur à 70 % !

Dixmont et ses 900 habitants n'échappent pas à la règle. On y connut l'épicerie de M. PUECH, le bistrot de la fontaine. Oui mais ça, c'était avant !

Prenant le taureau par les cornes (on parle d'un adjoint tenace qui porta le projet de bout en bout), la municipalité a remodelé la voirie environnante autour de cette belle petite fontaine, appuyée en la matière par l'entreprise EUROVIA, représentée dans le Sénonais par un jeune ingénieur aussi sympathique que professionnel : Nicolas MARY. Autour de cette petite placette s'ouvrit voici deux mois un bar restaurant épicerie, baptisé « Chez Gésa et Nico ».

 

 

Des vins au verre de bonne qualité

 

Ce délai permet souvent à une jeune maison d'avoir  trouvé ses marques ou presque ! Comme le chantaient si bien « Stone et Charden » voici un demi-siècle : « Il y a du soleil sur la France » ! Ce vendredi-là, il brille aussi à Dixmont. L'établissement se voit de loin et l'intérieur révèle une grande luminosité bien plaisante.
Attablons- nous ! Je compte environ 35 convives. Pas mal pour un village de 900 âmes ! L'aimable patron s'enquiert de tout un chacun : « avez-vous bien mangé ? Cela vous a plu ? ». Quelques agriculteurs viennent déjeuner pour la fin des moissons. 
A l'apéritif, bonne pioche pour le verre de coulanges blanc du domaine HOUBLIN ! A la table voisine, le patron propose à un convive de goûter un vin de Loire (Saint-Nicolas de Bourgueil de mémoire...). C'est une bonne chose pour le vin au verre de proposer autre chose qu'un chablis souvent pas terrible ou un quelconque irancy. Ces vins méritent mieux que cette déclinaison au verre, souvent médiocre !

La première formule est à 18 euros. Le menu complet est à 23. Trois entrées, plats et desserts sont ainsi proposés à l'ardoise. En entrée,  les salades s'y font légitimement Cla part belle. Je choisis la salade troyenne avec de l'andouillette poêlée. La salade est bonne, bien assaisonnée  et composée notamment de concombres et de goûteux oignons rouges (un peu plus cher, certes, mais meilleurs ainsi déclinés pour ce légume bulbe incontournable dans la cuisine).

 

 

Un poisson qui ne ruisselle pas sur son lit de fenouil…



Bonne pioche aussi que le rosé local, toujours de chez HOUBLIN. Ouf ! En la matière, nous échappons à l'insipide et trop omniprésent gris blanc. Dans l'Yonne, nous avons aussi de bons vins rosés, et il est plaisant de se les voir proposer ! Le pain est bon aussi.

L'ambiance est plutôt plaisante dans les tables autour. A l'une d'elles, ils sont dix convives sûrement d'une même famille. Le service se déroule sans tension, et les assiettes sortent régulièrement.

En plat, le filet de sébaste sauce chablis fait du bien au palais. L'assiette est agréable, le poisson cuit à l'eau ne ruisselle pas comme trop souvent...Il est posé sur un lit de fenouil : c'est bon. La sauce nappe notre poisson. Quelques légumes façon ratatouille en accompagnement sont savoureux, de belle texture pour les courgettes. Je ne suis pas certain que les frites surgelées sûrement et farineuses de surcroît apportent grand-chose à cette bonne assiette ! Quitte à mettre un féculent, du riz à la créole semblerait plus en phase avec ce bon plat !

 

 

Eplucher, assaisonner, rissoler, mijoter : le « b.a-ba » de la cuisine !

 

En dessert, je choisis la mousse au chocolat. Une fois débarrassée de son inutile chantilly industrielle, elle apparaît dans ses délicieuses saveurs chocolatées. Comme le dit un vieux proverbe anglo-saxon : « on n'a pas deux fois l'occasion de faire une bonne première impression ! ».

Mission réussie chez « Gésa et Nico » à qui l’on souhaite une belle réussite dans cet attachant village. Surtout, ne pas se laisser embobiner p0ar ceux que l'on appelait antan des représentants - désormais ce sont des commerciaux ! - en achetant leurs cochonneries toutes faites, au lieu de faire de la cuisine ! Ce qui ferait fuir la clientèle. Je me souviens jadis d'un souvenir de la sorte à Bellechaume après un fort joli départ pourtant. Continuez à éplucher, à assaisonner, à écumer, à mijoter et à rissoler : c'est pour cela que la clientèle vient chez vous !

Alors, à la prochaine visite à Dixmont, juste histoire d'y trinquer au comptoir avec le sympathique édile  du village, un « certain » Marc BOTIN !

 

 

En savoir plus :

Les - : rien à signaler pour aujourd'hui. Cela arrive !

Les + : la cuisine est  assaisonnée. Le service est aimable.

 

 

Contact :

Chez Gésa et Nico

10 rue d'Eichtal

89500 DIXMONT

Tel : 03.86.95.44.91.

Fermé le dimanche soir et le mardi : il vaut mieux réserver ! 

 

Gauthier PAJONA

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99
Page 1 sur 1023

Articles

Bannière droite accueil