Le cadre enchanteur de l’abbaye Saint-Germain a accueilli la cérémonie de remise du « Label Or école de football féminine ». Une première vécue dans le département de l'Yonne ! La Fédération Française de Football a décerné cette haute marque de mérite à l’entente Stade Auxerrois/AJ Auxerre afin de récompenser la pertinence d'un travail de partenariat de grande qualité. Il est le fruit d’une coopération existante depuis quatre ans entre ces deux clubs pour l’essor des équipes féminines.

 

AUXERRE : Le label Or a été remis par le président du District de football Bourgogne Franche-Comté Christophe CAILLIET aux responsables de l'AJA et du Stade Auxerrois. Il salue les efforts accomplis dans les domaines éducatifs, sportifs, associatifs et de l'encadrement.

Une  cérémonie suivie par le président-maire de l’Agglomération de l’Auxerrois Crescent MARAULT, le député Guillaume LARRIVE, ainsi que du vice-président du Conseil départemental Christophe BONNEFOND.

Si ce précieux label rayonne dès à présent au sein de cette association marquant le rapprochement entre ces deux clubs phares du sport auxerrois, il cristallise et fait briller la joie intense de l’internationale ivoirienne, la jeune capitaine de l'équipe régionale R1, Binta DIAKITE.

Née le 07 mai 1988, cette dernière évolue au poste de milieu de terrain. Elle a participé avec l'équipe de Côte d'Ivoire à la Coupe du monde féminine 2015.

Son parcours dans le cadre des compétitions officielles nationales et internationales est le suivant : de 2003 à 2012, elle évolue au sein du club de Juventus Yopougon, puis durant deux années à l’Alliance Niamakoro de Bamako, avant un passage entre 2015 et 2018 au ASF Medenine et pour la saison 2018-2019 en Biélorussie au FK Minsk. Elle a rejoint l’Yonne en 2019.

 

« Cette distinction me touche vraiment… »…

 

Comment avez-vous ressentie cette remise de distinction en ce lieu qui fut, rappelons-le, la première grande université européenne de prestige à l'époque carolingienne et au Moyen-Age ?

 

Je suis vraiment très contente de l'organisation d'un événement comme celui-ci. C'est incroyable pour nous d’être mise en avant. Pour montrer tous les efforts que nous avons dus accomplir pour en arriver à ce stade de reconnaissance absolue.  En tant que joueuse féminine, ça me touche vraiment. Je n’ai pas les mots tellement je suis émue ! Je suis très contente !

 

Pouvez-vous nous expliquer les différentes catégories qui composent le football féminin ?

 

Les catégories commencent par les U6, U11, U15 et U18. Puis, il y a la R1 et la R2 pour ce qui concerne les équipes régionales. Ensuite, c’est l’élite avec la D1 et la D2. Division à laquelle on aspire d’ici quelques années.

Actuellement, dans notre poule, nous sommes placés à la quatrième position. Le groupe se compose de douze équipes. Ces dernières sont très diversifiées au plan géographique en région Bourgogne Franche-Comté. Cela va de Dijon à Vesoul, à Lons-le-Saunier, dans  le département du Jura, pour n’en citer que quelques-unes…

 

Comment se déroule l'organisation des entraînements ?

 

On se retrouve pratiquement toute la semaine. Après le match qui a lieu le dimanche, nous avons des séances de balnéothérapie en début de semaine. La balnéothérapie se déroule au cœur de l'infrastructure sportive de l'AJA.

Maintenant, nous n'avons plus d'entraînement le mardi. Ce jour est consacré désormais au repos des joueuses. Le mercredi et le jeudi, on pratique des séances matins et soirs. C’est le même programme le vendredi.

 

Propos recueillis par Merouan MOKADDEM

 

Les élèves de classes de 4ème du groupe scolaire Saint-Joseph-la-Salle ont eu droit à une série de démonstrations sonores sur les risques prolongés d’un environnement bruyant sur l’appareil auditif. Une opération menée avec le concours du Silex et du groupe Plastic Age…

BREVE : L’ensemble des élèves de quatrième de Saint-Joseph s’est rendu au SILEX le mardi 12 octobre pour suivre une intervention du groupe PLASTIC AGE sur les risques auditifs. Le groupe nivernais a construit son intervention autour de l’histoire des musiques amplifiées tout en présentant des connaissances plus spécifiques sur le système auditif. Un point particulier a été fait sur les conséquences d’une exposition prolongée et excessive au bruit des appareils et à un environnement bruyant. L’intervention a duré près de deux heures. Un temps d’échange est venu clôturer cette matinée. Suffisant pour prendre conscience de la problématique ?

T.B.

 

Rendre l’habitat plus humaniste qu’il n’est ne représente pas une gageure en soi. Surtout à l’époque où des milliers de familles sont confrontées à la précarité et à la perte du pouvoir d’achat. Apparue au printemps 2017 à Auxerre, Habitat et Humanisme qui a essaimé depuis à Sens accueille une dizaine de bénévoles particulièrement actifs sur les valeurs de l’engagement. L’antenne inaugurait il y a peu de nouveaux locaux au rez-de-chaussée d’un immeuble, baptisé la Maison des Familles. Cela ne s’invente pas…

 

AUXERRE: Auparavant, c’était une praticienne de l’allergologie qui vous ouvrait la porte une fois avoir pénétré le hall d’entrée de ce petit immeuble coquet, idéalement bien situé sur la place auxerroise. Aujourd’hui, dans cet édifice baptisé « la Maison des Familles », au 19 de l’avenue Saint-Georges, ce sont les bénévoles de l’association Habitat et Humanisme qui affichent un large sourire (même derrière leurs masques !) vous invitant à entrer !  

La structure associative vient de se doter (elle en est le propriétaire) d’un très bel espace de travail pour y accueillir bénévoles et public afin de remplir convenablement ses missions régaliennes à vocation altruiste.

Différentes pièces accueillent des bureaux et réfectoires, utiles pour se retrouver lors d’une pause salvatrice. La principale faisant office de grande salle de réunion.

A l’extérieur, une plaque dorée des plus officielles, façon médecin, signale aux visiteurs qu’ils sont au bon endroit. L’association d’insertion par le logement use d’une formule sémantique des plus agréables (et tellement vraie) pour se présenter aux personnes qui ne connaissent pas encore l’organisme et qui n’oseraient pousser la porte. « Bâtisseur de liens… ». Voilà, tout est dit ou presque !

 

 

Des propriétaires qui font montre de solidarité…

 

Si l’en est un du sérail institutionnel qui suit avec beaucoup d’intérêt les phases évolutives (en constante progression) de cette association, c’est bien Henri PREVOST ! Le préfet de l’Yonne s’est rendu à la séance inaugurale de cet « appartement témoin » qui traduit la bonne santé d’un organe ayant fait sien les principes vertueux de la solidarité et de l’entraide.

Habitat et Humanisme développe aujourd’hui son action en faveur du logement et de l’insertion via le dispositif très astucieux des « Propriétaires Solidaires ». De quoi s’agit-il avec exactitude ?

Bon nombre de propriétaires éprouvent de la difficulté à mettre en location et en gestion un bien immobilier, fruit d’un héritage ou d’un investissement. Parfois, après avoir connu les affres de mauvaises expériences, ils le laissent tout bonnement vacant ! Parallèlement, beaucoup de ménages modestes qui ont du mal à joindre les deux bouts, peinent à pouvoir se loger décemment, condamnés à vivre dans des locaux insalubres, frisant parfois la correctionnelle. Pas eux, bien sûr, mais les possesseurs de ces biens qui osent proposer leurs taudis sur le marché !

 

 

Les oubliés de la vie cœur de cible de l’association…

 

C’est là que la structure associative pilotée au plan national par son président-fondateur Bernard DEVERT (il aura l’opportunité de s’exprimer quelques instants par écran interposé), intervient.

Le bien étant confié à Habitat et Humanisme, c’est elle qui offre selon les modalités du dispositif retenu une tranquillité de gestion, une fiscalité avantageuse et même des aides à la rénovation, selon des critères très précis, aux propriétaires éloignées de ces obligations. Une manière quasi chevaleresque de lutter contre le mal-logement et de renforcer le degré de satisfaction de ce procédé gagnant/gagnant.

A date, l’antenne départementale conduite par Roger ROUSSEL et Anne AZALBERT assure la gestion locative de vingt-deux logements, répartis pour la plupart à Auxerre et à Sens où plusieurs projets d’importance sont à venir. Vingt-six ménages bénéficient actuellement de ce système très généreux. En quatre ans, ils sont plus du double à avoir pu profiter des avantages mis à leur disposition par Habitat et Humanisme. Des jeunes, des migrants, des personnes en marge de la société, des oubliés de la vie. Quant à l’idée de s’étendre aux zones rurales, elle n’est pas exclue. Preuve que l’organe fourmille d’idées.

 

 

Habitat et Humanisme, un vecteur de cohésion sociale…

 

Dans l’Hexagone, où l’entité poursuit son maillage, ce sont plus de 25 000 personnes qui se sont engagées sur l’un des produits d’épargne solidaire déclinés par Habitat et Humanisme. Comment ? C’est très simple, en acceptant de partager une partie du revenu du placement afin de soutenir les actions de solidarité de l’association. Sous le sceau de l’épargne « utile », il fallait y penser !

En juillet dernier, celui qui a posé la première pierre de cet ingénieux système d’économie sociale et solidaire bien avant l’heure (il y a quatre décennies), Bernard DEVERT était nommé président du Haut Comité pour le logement des personnes défavorisées en France. Une nomination publiée au Journal Officiel. C’est dire de la place prépondérante qu’occupe cet auguste personnage dans le domaine de l’habitat.

Lors de son intervention par webcam, depuis son bureau de Lyon, le fondateur d’Habitat et Humanisme rappela la genèse de ce mouvement associatif né en 1985, devenu depuis un vecteur de mixité sociale.

Très attentif, le préfet de l’Yonne écouta les propos de manière studieuse. Notamment les chiffres que devaient énumérer le président national sur cet organisme, composé aujourd’hui d’une fédération reconnue d’utilité publique regroupant 56 associations présentes dans 83 départements de France, avec deux sociétés foncières, 8 agences immobilières à vocation sociale, un pôle d’accueil et d’intégration de réfugiés et la filiale associative, Habitat et Humanisme Soin, réseau d’établissement de retraite et de soins.

Ce fut ensuite au tour de Jean GUILLAUMOND, responsable du staff national présent physiquement parmi l’assistance, de prendre la parole et de saluer le remarquable travail réalisé dans l’Yonne par les équipes.

Avant que ne soit dévoilée la plaque où le nom de ces « bâtisseurs de liens » ne figure sur un fond doré…

 

Thierry BRET

 

 

 

Articles

Bannière droite accueil