Lettre ouverte à ceux qui fêtent encore les mères !

« On ne peut même plus célébrer nos mères nourricières dans la société actuelle, sous peine de ne plus être dans la tendance ! Des minorités veulent imposer leur dictat et veulent déconstruire tous les symboles de notre société. C’est non ! ». « On ne peut même plus célébrer nos mères nourricières dans la société actuelle, sous peine de ne plus être dans la tendance ! Des minorités veulent imposer leur dictat et veulent déconstruire tous les symboles de notre société. C’est non ! ». Crédits Photos : D.R./PIXABAY.

Plus qu’une lettre, c’est un plaidoyer pour toutes celles et tous ceux qui aiment les traditions de notre beau pays : la France. Quelle est cette nouvelle manie de proscrire de notre calendrier les fêtes traditionnelles ou encore de changer les termes ? Comment peut-on s’effacer devant les minorités qui imposent leur dictat ? Pourquoi la majorité, silencieuse et paisible, doit se soumettre systématiquement à la déconstruction voulue par une poignée de « wokistes » ?

On ne doit plus souscrire à la Fête des mères ! Mais oui, Madame, Mademoiselle (je dis mademoiselle à dessin car le terme est proscrit même sur les documents administratifs !) et Monsieur : il faut juste souhaiter une bonne fête à tous ceux qu’on aime. Pour certains d’entre nous, nous allons y passer une nuit complète…

Pourquoi ? Tout simplement pour ménager les couples homosexuels : deux pères ou deux mères, cela pose paraît-il problème ! Donc, pour une minorité de nationaux, il devient indispensable de supprimer le « Bonne fête maman », par un « Bonne fête, toi que j’aime »…

On ne doit plus parler des fêtes de « Noël » mais des fêtes de fin d’année. Noël, n’est pas fêté par tout le monde, donc pour respecter nos amis des autres religions, il faut se déconstruire ! Idem pour les fêtes de Pâques : il faut dire fêtes de printemps ! On ne doit plus parler de France ou de République française mais juste de République tout court ! Rien que le mot « France » file de l’urticaire à toutes celles et à tous ceux qui refusent l’assimilation, qui haïssent notre nation ou comme certains sportifs, refusent de chanter la « Marseillaise » !

 

 

Un inventaire à la Prévert évocateur : il ne faut plus dire « Droits de l’Homme » mais « Droit Humain », on dit « chercheure » au féminin et non « chercheuse »… On adhère difficilement à ces « autrices »… On déboulonne des bustes d’hommes célèbres, on débaptise des rues ou des places pour les remplacer par d’autres au nom d’une soit-disante couleur de peau ! Aller : on ne dit plus « Richelieu », mais « sympa la baraque »…

Non, non et non ! Ce n’est pas parce que le langage est politique, que la langue française a été infléchie délibérément vers le masculin durant plusieurs siècles par les groupes qui s’opposaient à l’égalité des sexes. La femme fut et doit faire l’objet de toute notre attention, comme le complément majeur de l’homme et réciproquement. C’est une invention des féministes que de laisser croire que l’homme veut aujourd’hui les soumettre ! On a le droit d’être atterré par un discours très fascisant. L’égalité entre les hommes et les femmes, c’est un non sens, se battre pour l’égalité des droits, mille fois oui !

Je demande à tous ces courants wokistes et autres associations assimilables de retrousser leurs manches pour dénoncer les pratiques barbares qui se vivent encore en France : excisions et infibulations. On ne vous entend pas plus pour dénoncer les fillettes de 10 ou 12 ans qu’on renvoie dans leur pays (le plus souvent en Afrique) pour les marier de force à un homme de 50 ans !

Les traditions et l’histoire nous construisent, la famille, pilier séculaire et base de toutes les civilisations doit perdurer pour assurer la vie et la survie. Dénigrer celles et ceux qui ne sont pas dans le moule, vouer aux gémonies celles et ceux qui ne correspondent pas aux critères communs de la société,  sûrement pas : là est notre évolution vers un monde en paix et fraternel !

Ah j’oubliais : « bonne fête maman… ».

 

Jean-Paul ALLOU

 

 

 

Articles

Bannière droite accueil