Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
gan.jpg
logo-edf-site.jpg

Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
gan.jpg
logo-edf-site.jpg

Réchauffement climatique : la note à payer sera considérable…

Le « DARA and CLIMATE VULNERABLE FORUM » est une organisation internationale qui regroupe une vingtaine de pays depuis 2009. Peu médiatique, la structure est néanmoins devenue au fil des années une référence incontournable en matière d’environnement sur la planète. Surtout dans son approche analytique des effets induit du réchauffement climatique sur notre environnement.

Ses rapports successifs, publiés à rythme constant, font état de très sérieuses difficultés qui attendent l’humanité toute entière à l’aune des années 2030/2050. L’une des dernières publications émanant de cette vénérable institution se veut par ailleurs très alarmiste quant aux impacts sur le développement économique mondial et les pertes majeures imputables à ces bouleversements du climat aux quatre coins du globe. Ce sera un péril sans précédent pour l’humanité…

Or, les gouvernances des grands pays industriels de la Terre, par définition les plus pollueurs que sont les Etats-Unis, l’Inde ou la Chine semblent feindre, toujours et encore, l’ignorance sur le sens profond de ces inquiétudes évoquées il y a quelques jours encore à Paris lors du dernier rassemblement résultant de la COP 23.

Les quinze mille scientifiques ayant pris position en faveur de la mobilisation générale pour la sauvegarde de la nature ont eu beau gesticuler en brandissant les preuves d’une catastrophe programmée, ces poids lourds de l’économie mondiale restent sourds et aveugles à toutes ces arguties ô combien justifiées. A commencer par l’inénarrable président des Etats-Unis, Donald TRUMP qui reste campé sur ses positions, droit dans ses bottes…

Il serait grand temps que le puissant milliardaire à la tête de la première des nations économiques de la planète ouvre enfin les yeux et sorte très vite de sa rhétorique entêtante. L’ensemble des émissions des gaz à effet de serre, liées à différents facteurs clairement identifiés, provoquent directement ou indirectement chaque année le décès de cinq millions de personnes dans le monde.

Pollution, cancers, pathologies diverses et variées mais aussi multiplication des catastrophes de moins en moins naturelles et développement d’une multitude de conflits régionaux en sont la triste cause.

Mais, le pire est devant nous selon les enquêtes de l’organisme investigateur. L’insuffisance manifeste des actions contre le changement climatique coûte près de mille milliards d’euros par an, c’est-à-dire près de 2 % du produit mondial brut, soit l’ensemble des richesses produites par l’humanité. Ce chiffre, inexorablement, va augmenter si rien de concret et de durable n’est entrepris pour inverser la tendance. Il devrait doubler à horizon de 2030, c’est-à-dire demain à l’échelle du temps. Bien sûr, les pays les plus pauvres de la planète constitueront le lot prioritaire de ces zones géographiques qui connaîtront les impacts négatifs de cette crise sans nom. Mais, que l’on ne s’y trompe pas : les pays les plus riches dont les Etats-Unis, l’Inde ou la Chine subiront eux aussi les impitoyables dommages occasionnés par ces profondes mutations sociétales et économiques.

D’ici 2030, la Chine risque d’observer des pertes économiques abyssales de l’ordre de 1 200 milliards de dollars. Le produit intérieur brut de l’Inde chuterait de 5 % et celui des Etats-Unis de 2%, soit environ 600 milliards de dollars par an.

Une autre étude, issue du rapport STERN, avait évalué en 2006 à 5 500 milliards d’euros l’impact économique sur les dix prochaines années du réchauffement climatique. Or, ce coût pourrait se propulser à 20 % du produit mondial brut si le rythme actuel de progression des émissions de gaz à effet de serre demeurait en l’état. On n’ose imaginer toutes les conséquences pour l’humain. Et malheureusement, ce ne sont pas les cruelles images diffusées cette semaine sur la toile d’un pauvre ours polaire à l’agonie cherchant tant bien que mal sa pitance au fond d’une poubelle aux abords d’un village nord-américain qui devrait faire bouger les lignes…ainsi est l’homme, cette merveilleuse créature conçue par Dieu.

Thierry BRET

   

Évaluer cet élément
(1 Vote)
Dernière modification le dimanche, 17 décembre 2017 12:40

Laissez un commentaire

Bannière droite accueil