Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
gan.jpg
logo-edf-site.jpg

Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
gan.jpg
logo-edf-site.jpg

Cinéma en eaux troubles à Hollywood…

La digue du silence s’est enfin rompue dans la  capitale mondiale du septième art. Il aura fallu tout le courage de l’une des jeunes victimes du puissant producteur américain, Harvey WEINSTEIN, pour que le château de cartes érigé sur la base du mensonge et d’une sournoise hypocrisie ne s’effondre dans un amas de poussière insondable. Provoquant depuis un séisme à l’effet gigogne, comparable au jet d’une pierre au fond de l’eau. Ce reflet concentrique, du fait de l’onde de choc irréversible occasionnée par ce faits divers sordide, impactera longtemps cette industrie si particulière du paysage culturel et économique…

Harvey WEINSTEIN, le magnat de la production cinématographique hollywoodienne, faiseur de stars et, surtout de starlettes, donneur de leçon aux mœurs si troubles, a donc atteint son apogée. Au firmament de sa gloire, son étoile a flambé tel un météore se pulvérisant au contact de la couche atmosphérique en un laps de temps inouï.

Lui, ce pur produit du puritanisme hors normes, qui tirait hier encore les ficelles des systèmes financiers entre comédiens et investisseurs, et qui avait le pouvoir de changer « l’eau en vin » de celles et ceux qui l’approchaient de trop près, intègre désormais la caste des parias de la société. Pour ne pas dire plus, il est devenu un « has been »…Comme a toujours su le produire le mythe américain.

Certes, ce personnage, autrefois adulé, a reconnu son addiction au sexe à l’insu de son plein gré et a choisi de faire profil bas après ce mea culpa révélateur. Et de se mettre au vert dans un établissement thérapeutique de luxe, au beau milieu d’un désert près de Las Vegas, pour s’y faire soigner séance tenante à base de stages cocooning et de soins de remise en forme aux côtés, peut-être, de jolies naïades et aides-soignantes ! Louables intentions que celles-ci, distillées par cet individu qualifié de « peu fréquentable », par Jane FONDA, à Gwyneth PALTROW, Léa SEYDOUX et tant d’autres. Des témoignages qui permettent de mieux cerner le caractère excessif et la personnalité ambigüe de ce « protecteur » des actrices…

Que les langues se délient aujourd’hui avec beaucoup de véhémence et de certitude ne surprendra pas les observateurs que nous sommes. Les chiffres communiqués, car même sur ce sujet scabreux les statistiques prennent de l’importance, révèlent les pratiques surprenantes de ces milieux hermétiques et confinés, adeptes de la bienséance, du non-dit et de l’omerta vertueuse. Une trentaine de jeunes femmes aurait eu à subir les assauts répétitifs et déplacés de ce « Barbe Bleue » des temps modernes dont cinq tentatives de viol qui alourdiraient ce dossier indéfendable au plan psychologique.

Il existe, nonobstant, une ombre indicible à ce mélodrame de série B dont s’inspirera plus tard un scénariste en quête de vérité. Tout le monde savait ! Voire, en plaisantait lors de singuliers shows télévisés dont les américains sont si friands. La méthode à l’estampille Harvey WEINSTEIN ne mérite aucune excuse. Pourtant, elle n’est qu’un arbuste chétif cachant une forêt dont la densité est si importante qu’elle pourrait s’apparenter à la jungle amazonienne. Celle où tentent de vivre des millions de femmes (mais aussi d’hommes) soumis au sien de leur univers personnel et professionnel au contact de dangereux prédateurs, si peu respectueux de l’humanité, parfois protégés par leurs pairs, et libres de commettre leurs actes odieux en toute impunité…

Thierry BRET

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Dernière modification le dimanche, 15 octobre 2017 17:08

Laissez un commentaire

Bannière droite accueil