Circuler à Auxerre pendant les travaux : une sinécure digne d’un sketch de Raymond DEVOS !

« Le boulevard du 11 novembre est coupé à la hauteur du complexe cinématographique et là commence les ennuis pour retrouver son chemin si vous partez à l’ouest de la ville. Panneaux de déviation absents mais sens interdits bien présents : Auxerre peut rivaliser avec Paris pour réduire la vitesse des automobilistes ! ». « Le boulevard du 11 novembre est coupé à la hauteur du complexe cinématographique et là commence les ennuis pour retrouver son chemin si vous partez à l’ouest de la ville. Panneaux de déviation absents mais sens interdits bien présents : Auxerre peut rivaliser avec Paris pour réduire la vitesse des automobilistes ! ». Crédit Photo : Thierry BRET.

Mais, où est donc passée la signalétique indiquant les déviations, ces voies salutaires à emprunter pour s’extraire de ce guêpier ? Depuis quelques jours, circuler à Auxerre, à bord de son automobile, ressemble à s’y méprendre à une sinistre farce. Sauf qu’à l’heure de pointe et surtout à la veille de la rentrée scolaire, les automobilistes risquent de rigoler jaune derrière leur volant…

 

AUXERRE: On se croirait plongés au beau milieu d’un sketch du regretté humoriste Raymond DEVOS qui savait manier les mots pour nous faire oublier nos maux ! Ceux du quotidien, ayant trait une fois n’est pas coutume à la libre circulation routière au cœur de la ville.

Depuis le début de la semaine, l’envahissement exponentiel des travaux de voirie de tout poil a atteint un tel paroxysme en matière d’intensité que même un moniteur d’auto-école n’y trouverait pas ses pédales de sécurité afin de garder le contrôle de son véhicule !

Rue du 24 août coupée, boulevard du 11 novembre barré, accès en direction du centre-ville depuis le pont de Vallan bloqué… : heureusement que le coronavirus a empêché cet été les touristes de passage à venir en masse se perdre dans ce dédale de rues et de ruelles à traverser pour tenter de retrouver leur chemin !

D’autant que par endroit, les panneaux de déviation sont quasi inexistants, obligeant le malheureux automobiliste à s’aventurer à l’aide de son GPS (c’est du vécu) à tâtons pour sortir de ce labyrinthe qui n’a rien de mythologique !

 

 

A tester près du complexe cinématographique avec un petit parcours sympa où quelques sens interdits viennent mettre un peu de piment dans ce jeu de rôle, pas drôle du tout !

Bref : si vous êtes inattentifs, ce qui fut le cas, vous êtes bon pour un second tour gratuit sans avoir arraché le pompon !

Au rond-point menant vers Toucy, la palme de l’incohérence revient au trop plein de panneaux cette fois-ci ! On vous indique que l’accès vers Toucy est coupé à huit kilomètres de là, que les rues ramenant vers le centre-ville sont condamnées et que celles que vous avez empruntez pour arriver à ce point de chute insolite bénéficient elles aussi de déviations ! Kafkaïen à l’extrême !

A croire que l’humour doit s’afficher sur l’espace public cet été. Mais, rira bien qui rira le dernier ! Surtout dès ce milieu de semaine avec le retour de nos chères têtes blondes à l’école et de la fantastique cohue que ce flux imposant de bambins et d’ados de retour sur le devant de la scène pédagogique va avoir comme incidence sur la circulation par parents nerveux interposés. Fulminant au volant de leurs voitures roulant au pas. Il n’y a pas qu’à Paris qu’il y a de bonnes idées pour circuler à vitesse réduite en ville !

 

Thierry BRET

 

 

Articles

Bannière droite accueil