5 000 visiteurs découvrent l’art du bûcheronnage : la 4ème Fête du bois de Pont-sur-Yonne valorise la filière

« Le président de la Confrérie du Bois, Luc FRAISSE, est satisfait de la 4ème Fête du Bois, organisée à Pont-sur-Yonne. Elle valorise une filière qui se porte plutôt bien sur notre territoire malgré la hausse spéculative du coût de matériaux… ». « Le président de la Confrérie du Bois, Luc FRAISSE, est satisfait de la 4ème Fête du Bois, organisée à Pont-sur-Yonne. Elle valorise une filière qui se porte plutôt bien sur notre territoire malgré la hausse spéculative du coût de matériaux… ». Crédit Photos : Claire CIUPA.

C’est une réussite pour l’association « Confrérie du bois » et pour son président Luc FRAISSE. Depuis 2015, après une première édition en 2016, puis à raison d’une fête tous les deux ans (sauf l’année de la pandémie), l’organisation est peu à peu montée en puissance avec cette année un premier concours de bûcheronnage sportif qui a attiré 18 concurrents dont 13 français, trois tchèques et un italien. Le vainqueur, Alexandre Meurisse, a totalisé le meilleur score sur l’ensemble des cinq épreuves : à la hache, au passe-partout et à la tronçonneuse.

 

PONT-SUR-YONNE : L’idée est à l’origine de rassembler des acteurs de l’ensemble de la filière bois, bien présente sur le département et en région. Une découverte pour le public venu aussi bien pour glaner des informations sur les entreprises et les produits, voire sur les formations en lycée professionnel, que pour profiter de l’ambiance estivale au bord de l’étang de la Vandoise. En outre, ils ont pu admirer des animations placées sous le signe de la tradition avec les combats médiévaux et des sonneurs écossais.

Dans cette ambiance festive, Luc FRAISSE, président de la Confrérie du Bois, apporte quelques précisions sur la situation actuelle de la filière.

« Elle se porte bien, avec environ 400 entreprises sur le Sénonais et des carnets de commande bien remplis. Les demandes de formation par apprentissage sont assez nombreuses. Le problème étant parfois le niveau scolaire des postulants car il s’agit de métiers très techniques dans lesquels il faut des connaissances de base, par exemple savoir calculer.

 

 

Une pénurie qui prend ses origines dans des velléités spéculatives…

 

Selon vous qu’en est-il de la pénurie de matériaux bois dont on a entendu parler ?

Je ne l’explique pas bien car les forêts françaises sont en expansion depuis les années soixante. La raison avancée est qu’il y aurait une forte demande de l’étranger, aussi bien la Chine que les Etats-Unis. Mais, ces dernières années les scieries ne tournaient pas à 100 %. Il reste donc une marge de progression. Cette pénurie est en tout cas préjudiciable car les artisans ont continué de travailler durant la pandémie mais certains chantiers se sont trouvés à l’arrêt. L’explication que je vois est plutôt une volonté de faire monter les prix. Au printemps 2021, la reprise a été très forte, on avait du mal à suivre. Le problème pour certains a été que les devis avaient été signés pour disons 100 € et qu’au moment de commander les matériaux ceux-ci avaient augmenté jusqu’à environ 140 €… ».

 

Claire CIUPA

 

 

 

Articles

Bannière droite accueil